Bienvenue à Sott.net
lun., 29 août 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Cult

CERN : petit sacrifice humain entre amis ?


Comment: La vidéo ne nous montre sans doute pas de réel sacrifice humain. Le déroulement du rituel semble bâclé, l'endroit de la cérémonie particulièrement exposé, l'assurance des participants peu marquée. L'ensemble respire l'amateurisme, si tant est qu'on puisse utiliser cette expression pour parler d'une horrible réalité, qui est, malgré tout, tout à fait avérée. Cependant, tout ceci ne doit sans doute rien au hasard. L'« incident » est symbolique et se déroule au CERN, centre européen de recherche nucléaire. Songeons aux « bienfaits » apportés par le nucléaire à l'humanité. Songeons à la création de minis trous noirs engendrée par l'utilisation de l'accélérateur de particules, tout aussi instables, « quantiques » et éphémères soient-ils. Rappelons-nous cette Science moderne ponérisée, malade de ses ingénieurs sans conscience.

Et comme souvent, les pourfendeurs de complotisme fournissent bien involontairement de nouvelles lumières au grand public, en évoquant, par exemple, des portails interdimensionnels... Quand aux idiots utiles présents sur la vidéo, ils ont certainement atteint le but que d'autres s'étaient fixés.

Bien concrètement :


Capture d'écran de la vidéo
Le centre européen de la recherche nucléaire, près de Genève à la frontière franco-suisse, a été la scène d'une "fiction" de mise à mort devant une statue du dieu Shiva. L'institution "ne cautionne pas" ce type de canular et tente de trouver les coupables.

Mais que se passe-t-il au Cern? Sur YouTube circulent plusieurs exemplaires d'une étrange vidéo qui prétend montrer un "rituel satanique", tenu le 10 août dernier dans l'enceinte du laboratoire européen de recherche nucléaire: des personnes masquées y miment le sacrifice d'une jeune femme devant une statue de Shiva.

Lundi, le Cern s'est distancé d'un humour qui va "trop loin" de la part de certains de ses visiteurs et assure qu'il ne s'agit bien que d'une "fiction". En interne, une enquête a même été ouverte pour retrouver les auteurs de cette "parodie", rapporte 20 Minutes.

Bomb

Le congrès US achète de la croissance à crédit avec une rallonge de 385 milliards de déficit

Philippe Béchade, rédacteur en chef de La Bourse au quotidien et président des Econoclastes, donne un avis tranché sur l'état de l'économie mondiale, sur les marchés qui vivent sous perfusion constante des banques centrales et on lui demande quoi faire quand on est gérant.

Il est interrogé par Philippe Tixier, directeur de la rédaction de l'agence de presse La Cote Bleue.


Bomb

La Russie lance une campagne aérienne massive pour stopper l'attaque conjointe des Etats-Unis et d'Al-Qaïda sur Alep

Traduction : Dominique Muselet

La partie ouest de la ville d'Alep est toujours restée sous contrôle du gouvernement syrien. Elle abrite environ 1,5 millions d'habitants. Depuis deux semaines, elle est en grand danger de tomber aux mains des djihadistes.

Alep tel que décrit par les médias "occidentaux"
La fourniture d'armes, de munitions et de renseignements par les Etats-Unis et les états du Golfe, a permis à plus de 10 000 djihadistes radicaux, dirigés par al-Qaïda en Syrie, d'attaquer la ville d'Alep. Au bout de quelques jours, ils ont réussi à briser la défense sud-est et à créer un petit couloir vers Alep est. La zone est assiégée par les forces gouvernementales et sous contrôle djihadiste.

Plusieurs autres grandes attaques ont suivi et elles se sont révélées difficiles à repousser. Les forces gouvernementales sont composées d'un mélange d'unités de défense locales et d'auxiliaires en provenance d'Afghanistan et de l'Irak. Leurs défenses semblaient peu préparées à l'assaut de véhicules-suicides suivis d'attaques massives d'infanterie. Le moral était bas et il n'y avait pas une bonne coordination des positions.

Le gouvernement syrien et ses alliés ne pouvaient pas utiliser d'hélicoptères pour soutenir la défense à cause des MANPAD nouvellement fournis aux djihadistes qui mettaient en danger les appareils qui volent lentement en basse altitude.

Arrow Up

Syrie : la Chine va participer à l'entraînement de l'armée d'Assad et fournir de l'aide humanitaire


Le ministre des Affaires étrangère syrien Moualem et son homologue chinois Wang
L'armée chinoise va soutenir le gouvernement syrien en apportant de l'aide humanitaire d'une part, mais aussi en collaborant avec l'armée arabe syrienne pour ses entraînements, ont convenu les différentes parties après une réunion de défense.

La délégation militaire chinoise, menée par le directeur du Bureau pour la coopération militaire internationale de la Chine (l'amiral Guan Youfei), a rencontré Fahd Jassem al-Freij, le vice-Premier ministre syrien et ministre de la Défense afin de renforcer la lutte contre le terrorisme.

«Ils sont arrivés à un consensus concernant l'intensification de l'entraînement des militaires, et de l'aide humanitaire apportée par l'armée chinoise à la Syrie» a indiqué l'agence Xinhua. Le vice-Premier ministre a remercié le gouvernement chinois et son armée pour leur aide, tandis que l'amiral Guan Youfei a indiqué vouloir continuer les échanges et la coopération avec l'armée syrienne.

Better Earth

Face au bellicisme occidental, la Chine appelle à un nouvel ordre mondial sino-russe

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

© Sputnik/ Sergey Guneev
Comme les États-Unis et l'Europe se lancent dans une politique de plus en plus belliciste vers la Chine, Pékin a progressé pour bien accueillir la formation d'une alliance avec la Russie pour contrer l'OTAN.

Prenant la parole au 95e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois le mois dernier, Xi Jinping a livré ce que les analystes occidentaux appellent un «discours incendiaire» dans lequel il a appelé à une union militaire avec la Russie qui rendrait l'OTAN «impuissant» et « mettrait fin aux désirs impérialistes de l'Occident ».

Les déclarations virulentes viennent à un moment où Pékin et Moscou se trouvent vulnérables sur une politique étrangère de plus en plus belliciste des États-Unis qui a abouti à une série de jeux de guerre massifs aux portes de ces deux pays et à la mise en place des boucliers antimissiles dans les quadrants stratégiques pour limiter la capacité de la Russie et la Chine de se défendre si le conflit devait jamais en résulter.

« Le monde est sur le point de changer radicalement », a déclaré le président chinois de plus en plus frustré. « Nous voyons comment l'Union européenne est progressivement entrain de s'effondrer, tout comme l'économie américaine - tout est fini pour le nouvel ordre mondial. »

USA

Turquie : comment la CIA a préparé et conduit son Coup d'État raté

Traduit par Hannibal GENSERIC

© www.washingtontimes.com
Fethullah Gülen
Beaucoup a été écrit sur l'échec de la tentative de coup d'État en Turquie du 15 juillet. Le gouvernement Erdogan a pointé comme premier responsable de ce coup, l'exilé Fethullah Gülen installé à Saylorsburg, Pennsylvanie, et a officiellement demandé son extradition pour faire face à des accusations devant les tribunaux turcs. Washington refuse jusqu'à présent. Comme une enquête nationale massive de la police et les forces de sécurité continue à l'intérieur de la Turquie, de nouveaux détails accablants émergent presque quotidiennement sur le rôle clé joué par la CIA derrière son agent Gülen Fethullah et son mouvement (appelé Féto pour Fethullah Terrorist Organization in Turkish) et l'armée américaine.

Maintenant, les rapports des médias turcs notent que le mentor de Gülen, l' »ancien » homme de la CIA Graham E. Fuller, avec un autre «ancien» de la CIA et proche associé de Fuller, Henri J. Barkey, étaient dans un hôtel de luxe sur l'une des îles des Princes de la mer de Marmara, à une vingtaine de minutes d'Istanbul, dans la nuit du 15 Juillet.

Alors que Washington continue de nier catégoriquement toute implication dans la tentative de coup d'État de Juillet, les médias turcs révèlent des informations détaillées sur l'implication de personnalités américaines comme organisatrices du coup d'État. Elles comprennent l'ancien commandant de la Force assistance à la sécurité internationale de l'OTAN (Afghanistan), le général d'armée John F. Campbell. Et maintenant de nouvelles révélations nomment Henri J. Barkey, un ancien agent de la CIA, maintenant basé comme professeur à l'Université Lehigh à Bethlehem, en Pennsylvanie, soit à 26 miles ou 30 minutes de la maison du Fethullah Gülen par la route PA-33.

Vader

Le documentaire qui enquête sur les relations entre les États-Unis et le 3e Reich

Pactes avec le diable, est un documentaire (0h53) qui enquête sur les relations entre les États-Unis et le régime nazi d'Hitler lors de la Seconde Guerre mondiale, de l'implication des banques et industries américaines, et de cette période noire de notre histoire, l'Holocauste, qu'ils connaissaient déjà dès le début.
Des dizaines d'années après la dernière Guerre mondiale, Fabrizio Calvi, journaliste d'investigation spécialisé dans les affaires de criminalité organisée et des services secrets, enquête sur ceux qui étaient au courant de l'existence des camps de concentrations avant la découverte par le grand public. Des documents déclassifiés par la CIA fournissent des éléments de réponses et indiquent que dès 1941, les Alliés connaissaient la situation mais se refusaient à la divulguer.

Les relations entre les Alliés et les nazis pendant et après la Seconde Guerre mondiale n'ont-elles pas parfois relevé d'un pacte avec le diable ? Oui, si l'on se réfère à l'utilisation de criminels de guerre lors des jeux troubles de la guerre froide. Si le silence et l'inaction valent complicité, l'absence de réaction des Alliés face à l'Holocauste, qu'ils connaissaient pourtant dès les premières heures, tient elle aussi du pacte.

Bad Guys

La bataille d'Alep et l'hypocrisie de la propagande de guerre des État-Unis

© www.businessinsider.com
Il y a deux ans cette semaine que le président Barack Obama a lancé la dernière guerre américaine contre l'Irak et la Syrie au nom de la lutte contre l'État islamique (EI). Le président américain présenta non seulement la nouvelle intervention militaire comme une continuation de la «guerre mondiale contre le terrorisme», mais encore comme une croisade pour les droits humains ; il invoqua le danger menaçant la population Yézidie en Irak et insista pour dire qu'il ne pouvait pas « fermer les yeux » lorsque les minorités religieuses étaient menacées.

Le bilan des victimes de cette prétendue intervention humanitaire est de plus en plus lourd. Selon un rapport publié cette semaine par le groupe Airwars pour marquer l'anniversaire, plus de 4.700 morts non-combattants civils ont été signalés dus aux frappes aériennes de la « Coalition conduite pas les Etats-Unis » (95 pour cent étant le fait de l'aviation américaine). Plus d'hommes, de femmes et d'enfants irakiens et syriens innocents ont été massacrés par les bombes américaines au cours de ces deux ans que le nombre total de soldats américains morts dans les huit ans de la guerre irakienne lancée par George W. Bush en 2003.

Tous les mensonges et prétextes de Washington au sujet de sa dernière guerre au Moyen-Orient et de la décennie et demie de guerres menées par Washington depuis le onze septembre 2001, ont été mis en pièces ces derniers jours alors que le gouvernement et les médias des États-Unis célébraient les prétendues victoires des forces «rebelles» dans la bataille pour le contrôle d'Alep, l'ancienne capitale commerciale de la Syrie.

Vader

« L'OTAN est le plus grand saboteur de la paix en Europe »

Dissoudre l'OTAN et créer un nouveau système de sécurité en excluant les Etats-Unis, c'est le seul moyen d'éviter une nouvelle guerre mondiale. Sahra Wagenknecht, députée au Bundestag, partage avec RT sa vision du monde.
© Stevo VasiljevicSource: Reuters
Manifestation anti-OTAN à Monténégro, décembre 2015.
Sahra Wagenknecht, femme politique allemande, docteur en sciences économiques, députée au Bundestag et membre du parti Die Linke

RT : La gauche allemande est en train de préparer un projet de résolution au Bundestag sur la dissolution de l'OTAN et la création d'un nouveau système de sécurité. En quoi consistent ces projets ?

Sahra Wagenknecht (S. W.) : Tout d'abord, nous sommes préoccupés par le tour qu'a pris le développement de l'OTAN ces dernières années, surtout dans ses actions les plus récentes et notamment dans ses manœuvres en Europe orientale. Des troupes seront déployées à proximité des frontières russes, des bases militaires avec des missiles sont en train d'y être construites. Nous sommes persuadés que tout cela menace sérieusement la sécurité en Europe. Nous avons toujours critiqué l'expansion de l'organisation à l'Est. Nous estimons que l'Allemagne devrait revenir à cette vieille idée de Willy Brandt selon laquelle la sécurité en Europe n'est possible qu'avec la Russie et pas contre. C'est pour cela que nous appelons à créer un nouveau système collectif de sécurité, avec la participation de la Russie, et qui représentera les intérêts des Européens au lieu d'être dominé par les Etats-Unis.

Pistol

Julian Assange sous-entend qu'Hillary Clinton est liée au meurtre d'un potentiel lanceur d'alerte

© www.govtslaves.inf
Plus d'un mois après la mort mystérieuse du membre du comité national démocrate (DNC) Seth Rich, assassiné par balles le 8 juillet, Wikileaks a décidé d'offrir 20 000 dollars de récompense pour toute information faisant la lumière sur ce meurtre.

Le co-fondateur de Wikileaks a, lors d'une interview donnée à une télévision néerlandaise, sous-entendu que si Seth Rich avait été la source ayant mené à la diffusion des 20 000 courriels du Parti démocrate prouvant que la campagne de Bernie Sanders avait été sabotée au profit d'Hillary Clinton, alors il aurait pu avoir été tué pour cela.

Voilà pourquoi, un mois après la mort suspecte de ce membre de l'équipe de DNC, Wikileaks a décidé d'offrir 20 000 dollars à toute personne révélant des informations permettant de mener «à l'inculpation pour le meurtre de Seth Rich».

Seth Rich travaillait en tant que chef d'équipe sur le traitement des données des votants au DNC avant d'être touché deux fois par balle dans une rue de Washington et de mourir à l'hôpital.

Commentaire: Voir aussi:

Les quelques morts dans le placard de Killary