Bienvenue à Sott.net
sam., 30 juil. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Eye 2

Un déjà vu interminable: l'État d'urgence en France pour encore 6 mois

Après 7h30 de débats, les députés, réunis à l'Assemblée à nationale, ont voté la prolongation de l'Etat d'urgence, six jours après l'attentat à Nice. Plusieurs mesures, comme la fouille des bagages et des véhicules, ont également été adoptées. Un débat marathon d'environ sept heures et demi dans une atmosphère tendue. L'Assemblée nationale a adopté massivement, tôt ce mercredi matin, le projet de loi prolongeant l'état d'urgence post-attentats.

© afp.com/FRANCOIS GUILLOT
Valls et son État d'urgence
Peu avant 5 heures, les députés ont adopté, par 489 voix contre 26, et 4 abstentions, ce quatrième projet de loi de prorogation, dans un hémicycle bien plus garni que d'ordinaire. Les contestataires, quasiment tous à gauche (Front de gauche, des écologistes et des frondeurs PS), se situent au même étiage que lors des dernières fois.

Commentaire: Qui s'assemble se ressemble. Ils sont bien tous pareils, utilisant une tragédie pour abuser ainsi de la liberté des citoyens.

Lire aussi :


Bomb

Sur le coup d'Etat militaire pro-OTAN en Turquie

Traduit par RAS pour le Saker Francophone

Le Coup d'État militaire pro-OTAN a échoué après quelques heures. Les rebelles ont immédiatement fermé le détroit de Dardanelles à tous les navires pour arrêter les navires russes voyageant à destination et en provenance de Syrie. Les organisateurs du coup d'État voulaient des relations plus étroites avec l'OTAN et Washington. Les Turcs veulent des relations plus étroites avec la Russie, et pas avec Washington.

Les Turcs veulent survivre, manger et rester au chaud face à l'hiver qui arrive. Ils ont besoin d'un marché avec la Russie et du gaz russe pour cela. Tout le monde sait maintenant que tout coup d'État des pro-Washington signifie la guerre, l'occupation étrangère, l'effondrement de l'économie, la misère et la mort de civils. Tout le monde parle de l'Ukraine comme un exemple.

1. Le Premier ministre de la Turquie a déclaré que le pays protégeant le chef de l'opposition Gülen − qui est censé être un organisateur du coup d'État militaire − ne peut pas être un ami de la Turquie. Inutile de dire, qu'il pense aux États-Unis. C'est un grand pas pour la Turquie vers la Russie et l'Eurasie loin de l'Occident. Il semble que la Turquie ait décidé que la partie non occidentale est gagnante dans le bras de fer avec l'Occident, et qu'ils [les Turcs] ne sont pas vraiment Européens après tout.

HAL9000

L'après-putch en Turquie

Ces militaires turcs haut placés ont été arrêtés et accusés d'avoir participé à la tentative du coup d'Etat en Turquie. Beaucoup d'entre eux ont été blessés lors de l'arrestation. On a forcé ces généraux humiliés, épuisés et battus - à en juger d'après leur physique - à poser pour une "photo réussie".
Ainsi, l'homme au t-shirt rayé et à l'oreille bandée au premier rang est l'ancien chef de l'armée de l'air tuque, le général Akin Oztürk, que les médias turcs soupçonnent d'être l'un des protagonistes de la tentative de coup d'Etat.

© @patronlar
Selon le portail informatiquehaber7.com, M.Oztürk était de mèche avec le général Hulusi Akar, chef d'état-major turc des armées. On peut clairement voir sur l'image que tous les militaires ont des ecchymoses sur le visage.

Commentaire: Lire aussi :


Jet3

D'après le Ministre turc du Travail les USA sont impliqués dans le coup d'Etat


Le ministre turc du Travail et de la Sécurité sociale Süleyman Soylu a déclaré que les Etats-Unis étaient impliqués dans l'organisation du coup d'Etat.

L'ancien commandant de l'Armée de l'air turque Akin Ozturk avait déjà été arrêté à Ankara pour implication dans l'organisation du coup d'Etat avorté.

Auparavant, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait exhorté le président américain Barack Obama à extrader le plus vite possible l'opposant turc Fethullah Gülen en Turquie.

Blackbox

Pouvoir et chaos: des questions autour du camion blanc

A 3 h 52 du matin, le 15 juillet, le président de la République française publiait via son compte Twitter un message prévisible, mais à tout prendre stupéfiant : « Nous allons intensifier nos frappes en Syrie et en Irak. Nous continuerons de frapper ceux qui nous menacent. » #Nice(15.07.16 03:52) Que signifie cette prise de position ?

© Google
Le camion blanc et toutes les questions autour
1) Que l'Elysée, quelques heures à peine après l'attentat, sait déjà tout — ou prétend déjà tout savoir — des mobiles, des soutiens et des réseaux de l'homme qui a commis l'attentat de Nice (identifié comme un Tunisien résidant en France). 2) Que l'Elysée établit un lien direct entre cette tragédie et l'Etat islamique (puisque c'est officiellement l'EI que visent les « frappes » de l'aviation française en Irak et en Syrie). 3) Que l'Elysée pense (ou semble implicitement penser) qu'en « intensifiant les frappes » contre l'EI on pourra remédier au problème des tueries de masses en France, assimilées à du terrorisme islamique lié au courant salafiste.

Commentaire: Lire aussi:


Black Cat

Le Sultan Erdogan est de retour... plus fort ?

Le fidèle lecteur du blog ne sera pas surpris par la tentative de coup d'Etat en Turquie, nous en avions prévu l'éventualité fin mars, avant tout le monde. Ainsi, hier soir, une partie de l'armée s'est soulevée, mais une partie seulement. 265 morts plus tard, le putsch a fait pschitt et le pouvoir d'Erdogan en sort renforcé. Le coup, teinté d'amateurisme, était désorganisé en diable, peu soutenu, à la fois par la population mais aussi par l'armée elle-même, patiemment noyautée par le sultan durant des années : seules la gendarmerie et une partie de la force aérienne ont pris part au soulèvement.


Le Sultan Erdogan
La coordination des différents groupes putschistes laissait franchement à désirer - certains bataillons se rendaient déjà tandis que d'autres, au même moment, bombardaient le palais présidentiel. C'était perdu d'avance... Ce qui explique peut-être la prise de distance assez rapide, à la fois des partis politiques turcs qui ont tous condamné la tentative (y compris le HDP kurde, némésis d'Erdogan) et des leaders des grandes puissances (même si Kerry a paru un instant hésiter).

Commentaire: Lire aussi :


Blackbox

Attaque de Nice : mais où étaient les forces de l'ordre ?

« L'année prochaine, je n'irai pas aux feux d'artifice, je n'irai pas à la cérémonie où il y a beaucoup de monde », a avoué Sarah âgée de 22 ans à Sputnik. Le soir de la tragédie du 14 juillet à Nice, cette jeune femme est sortie pour voir les feux d'artifice mais au lieu de cela elle a été témoin de l'attaque qui a fait au moins 84 morts.

« Hier, j'étais dehors pour voir les feux d'artifice. On s'est dirigé avec ma mère et ma sœur manger un petit bout et je me suis retournée... J'ai entendu du bruit, des gens qui criaient... J'ai vu au loin un gros truc blanc mais je ne savais pas ce que c'était. Donc je me suis mise sur le côté... ».

Selon Sarah, il était dangereux d'avoir du monde qui courait vers elle et sa mère surtout quand elles ont couru dans un parking où il n'y avait pas d'issu. Elles voulaient se cacher car elles pensaient qu'il y avait d'autres personnes qui voulaient leur tirer dessus.

« Mon mari a pris la foule à contre-sens pour venir nous récupérer. Il m'a dit que c'était peut-être un piège de rester dans un parking donc on est parti de là. On a essayé de partir loin... ». Après être rentrée chez elle, Sarah a allumé la télé pour regarder ce qui se passait exactement et pour connaître le nombre de morts.

« C'est dur, ça aurait pu être nous alors... Tous ces enfants... Ça fait mal... mais ça fait du bien d'en parler », a-t-elle ajouté.

Sarah a raconté qu'il y avait vraiment « zéro sécurité », « absolument personne ». Il y avait trois policiers au début et trois au milieu, une voiture de police et des barrières.

Commentaire: Voir aussi : Il y avait 6 militaires en arme devant le Bataclan au moment de la tuerie


Black Cat

Le pacte d'acier entre l'OTAN et l'UE : ils décident de notre vie et ... de notre mort

« Face aux défis sans précédents venant de l'Est et du Sud, l'heure est arrivée de donner un nouveau souffle et une nouvelle substance au partenariat stratégique Otan-Ue » : ainsi commence la Déclaration conjointe signée le 8 juillet, au Sommet Otan de Varsovie, par le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, par le président du Conseil européen Donald Tusk et par le président de la Commission européenne Jean-Claude Junker.

© Google
Les leaders de l'OTAN : ils rient tout en préparant la guerre
Un chèque en blanc pour la guerre, que les représentants de l'Union européenne ont remis aux Etats-Unis. Ce sont en effet les Etats-Unis qui détiennent le commandement de l'OTAN -dont font partie 22 des 28 pays de l'Union européenne (21 sur 27 quand la Grande-Bretagne sera sortie de l'UE)- et lui impriment leur stratégie. Énoncée pleinement dans le communiqué approuvé le 9 juillet par le Sommet : un document en 139 points -mis au point par Washington quasiment exclusivement avec Berlin, Paris et Londres- que les autres chefs d'Etat et de gouvernement, y compris le Premier ministre Renzi, ont souscrit les yeux fermés.

Alarm Clock

Attentat de Nice - Réveillez-Vous !

© Vantagenews.com
Le but de l'horrible attentat commis hier à Nice est de diviser la société française. Le peuple français va-t-il succomber à cette manipulation ? Qui est vraiment responsable de ce nouvel assassinat de masse commis sur des citoyens français ordinaires ? Ce citoyen français, au moins, semble comprendre la vérité :

Bomb

Nouvelles de Syrie : Alep, la mère de toutes les batailles

Depuis que Russes et Iraniens sont massivement intervenus à l'automne dernier pour sauver le soldat Assad et son régime laïc, assailli par les hordes sunnito-pétromonarchiques à la sauce turco-US, les observateurs devinaient que la bataille d'Alep déciderait du sort du conflit.

Il fallait d'abord desserrer l'étau djihadiste autour des principales villes syriennes, ce qui a été fait durant les premiers mois. Désormais, 80% de la Syrie utile est aux mains des loyalistes, sécurisée, bunkerisée presque. Damas, Homs, Hama et Lattaquié sont presque aussi sûres que Paris ou Berlin.

La phase suivante consistait à reconquérir les territoires perdus. Si d'incontestables avancées ont eu lieu (Palmyre, Goutha, Qalamoun, nord de la province de Lattaquié, alentours d'Alep pour l'armée syrienne ; frontière syro-turque pour les Kurdes), force est de reconnaître que les djihadistes "modérés" si chers à l'Occident, et d'ailleurs armés par lui, ont offert une grande résistance. Comme le dit si bien l'excellente Caroline Galacteros :
L'ennemi [le djihadiste, ndlr] ne voit nulle perte dans sa propre mort. Il ne se sacrifie pas. Il saisit en mourant l'occasion d'échapper à l'égarement ou l'exploitation que lui propose la modernité occidentale. Nous devrions prendre bien plus au sérieux que nous ne le faisons ces argumentaires qui semblent délirants à nos sociétés ultra-individualistes mais portent une forme d'héroïsme désespéré mais agissant.
Les soldats d'Assad, comme le Hezbollah, les Iraniens ou les Kurdes, sont certes durs au mal et prêts à se sacrifier pour leur cause, mais ils ne sont pas suicidaires. Ils ressemblent de ce point de vue bien plus aux armées occidentales dépeintes par l'analyste qu'aux fous de Dieu capables de se faire sauter avec allégresse pour rejoindre leurs 99 vierges...