Bienvenue à Sott.net
mer., 24 mai 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Gear

L'OTAN, cette machine insatiable, veut plus de soldats britanniques en Afghanistan

L'Otan a demandé au Royaume-Uni d'augmenter son contingent militaire en Afghanistan, relate la BBC. Une requête officielle à cet égard a déjà été transmise au ministère britannique de la Défense.
© AFP 2017 Thomas WATKINS
La guerre interminable en Afganistan
Toujours selon la chaîne de télévision, la question sera également évoquée dans le cadre d'une réunion entre le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg et la Première ministre britannique Theresa May programmée pour le 10 mai prochain.

MIB

Thierry Meyssan : les Français ont voté Macron pour se protéger du fascisme mais c'est lui qui l'instaurera

Après avoir successivement élu à la présidence de la République un agent de la CIA et un employé des émirs du Golfe, les Français se sont fait escroquer une troisième fois, par un produit israélien. Ils croient avoir éloigné le spectre du fascisme en votant pour un candidat soutenu par l'Otan, les Rothschild, toutes les sociétés du CAC40 et la presse unanime. Loin de mesurer leur erreur, ils sont encore sous hypnose et ne devraient pas se réveiller avant la fin des élections législatives.
© Inconnu
L'équipe du président français élu, Emmanuel Macron, est parvenue à placer les Français sous hypnose. Elle a fait élire son poulain avec deux-tiers des suffrages exprimés ; un jeune homme de 39 ans seulement, dont le parti a été créé sur Internet, il y a tout juste un an, et qui ne s'était jusque là jamais présenté à la moindre élection.

Steele & Holt

Ce tour de force a été réalisé par l'équipe de Steele & Holt, une mystérieuse société, dont le nom fait référence au feuilleton télévisé Remington Steele, une histoire policière où la directrice d'une agence de détectives demande à un voleur (Pierce Brosnan) de jouer le rôle de son patron pour lui servir de couverture.


Dès sa victoire annoncée, le président démocratiquement élu Emmanuel Macron instaure une distance entre lui et le peuple. Refusant tout bain de foule, il traverse longuement, seul, la cour du Louvre où ses supporters se sont rassemblés.


Ne cherchez pas qui se cache derrière ce cabinet. Vous ne trouverez rien. Sinon que ses deux principaux clients sont AXA et la famille Rothschild. Qu'Emmanuel Macron ait travaillé pour les Rothschild, tout le monde le sait, qu'ils aient organisé son parti, c'est un secret bien gardé. Quant à l'assureur AXA, il est présidé par Henri de La Croix cinquième duc de Castries, par ailleurs président du think tank de l'Otan (le groupe de Bilderberg), de l'Institut du Bosphore (le think tank de la Turquie) et, en France, de l'Institut Montaigne (un think tank de droite).

Henry Kissinger avait d'ailleurs invité Macron à la réunion annuelle du Bilderberg, en 2014, aux côtés de François Baroin et de Christine Lagarde.

L'Institut du Bosphore a permis d'identifier et de corrompre diverses personnalités de droite et de gauche qui ont apporté leur soutien à Macron.

C'est dans les locaux de l'Institut Montaigne que se sont tenues les premières réunions du nouveau parti, dont le siège social a été déclaré à l'adresse personnelle du directeur de l'Institut.

People

« Un président faible » : une partie de la classe politique amère malgré la victoire de Macron

« Nous avons un président qui est faible », a déclaré la porte-parole de La France insoumise, Raquel Garrido, au soir de l'élection à la présidence de la République d'Emmanuel Macron, le 7 mai, ajoutant qu'il avait bénéficié de « beaucoup de votes par défaut ».

Autre porte-parole du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière a pour sa part rappelé sur France 2 : « La France qui ne veut pas de l'extrême droite mais qui ne veut pas non plus qu'on casse le code du travail à coups d'ordonnances, qu'on remette en cause son système de retraites, qu'on supprime 125 000 postes de fonctionnaires, elle est toujours là. »

« Macron entend amplifier la contre-révolution libérale et va donc poursuivre sans discontinuité une politique d'austérité pour les catégories populaires » a pour sa part prévenu Philippe Poutou dans un communiqué, à l'annonce des résultats.

Si ces deux candidats n'avaient pas appelé à voter pour Emmanuel Macron durant l'entre-deux tours, d'autres, qui avaient donné des consignes de votes dans ce sens, ont également nuancé la victoire du candidat d'En Marche!

« Avec près de 11 millions de voix, l'extrême droite atteint ce soir un triste record pour notre pays », a ainsi commenté le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis. S'il s'est réjoui de l'élection d'Emmanuel Macron, il a qualifié le score réalisé par Marine Le Pen de «déroutant et inquiétant», ajoutant : « Nul ne peut s'en satisfaire, il a une trop grande part d'ombre. »

Beer

Jean-Claude Juncker arrive au sommet de l'Onu à Genève bourré

On a tous eu dans la vie des moments embarrassants, où l'on sait qu'on a bu «un coup de trop». Mais lorsqu'il s'agit du président de la Commission européenne lors d'un sommet important, cela fait vraiment tâche. Qui plus est, M. Juncker semble être coutumier du fait...
© Strategic Culture Foundation
Jean-Claude Juncker
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker est arrivé au sommet de Genève en état d'ivresse, relate le tabloïde britannique The Sun en se référant à des « sources diplomatiques ». Ainsi, d'après les informations, M. Juncker s'est cogné aux meubles et a percuté des personnes tout en se comportant de manière désinvolte avec les collègues plus jeunes.

« Son comportement était bizarre et un peu embarrassant pour tout le monde », relatent les sources, citées par le média britannique. Et de conclure :
« C'était clair, Juncker était bien bourré ».
Ce n'est pas la première fois que l'on soupçonne le chef de la Commission européenne d'abus d'alcool. Par exemple, lors du Sommet du Partenariat oriental à Riga en 2015, Jean-Claude Juncker, plutôt de très bonne humeur, comme on peut l'observer sur la vidéo publiée sur les réseaux sociaux, semble être très détendu lorsqu'il accueille tous les participants au sommet. Ainsi, chacun de ceux qui arrivaient, recevaient de la part du président de la Commission européenne des bisous sur la joue ou sur la nuque et même des gifles amicales.

Seismograph

63min après son élection, le Président de la République vit son premier grand moment de solitude...

« Là, si je passe en ce moment sur toutes les chaînes en disant ça, j'aurais l'air intelligent, faudrait peut-être pas ouvrir le canal ! » La réponse de l'équipe de Sky News en images...
© Sky News

Snakes in Suits

L'horreur Macron

Sécessions

Cette campagne électorale se termine. Elle fut révélatrice, dans le comportement d'une certaine presse, de ce que la société française a de plus hideux. Le résultat de l'élection présidentielle ne fait désormais guère de doutes. M. Emmanuel Macron sera, selon toutes probabilités, élu le 7 mai au soir. Mais, cette campagne va laisser des traces profondes. Le pays est profondément divisé et n'arrivera pas à s'unir sous ce nouveau Président. Des pans entiers de la population sont entrés, ou sont sur le point d'entrer, en sécession. Christophe Guilluy a d'ailleurs bien analysé le désastre de cette bien-pensance soi-disant antifasciste qui ne sert que de couverture aux intérêts des puissants [1].
© Inconnu
L'horreur Macron

Les deux candidats portent une responsabilité évidente dans cet état de fait. M. Emmanuel Macron, tout d'abord, qui par son arrogance combinée à son insignifiance, s'avère être un produit de ce que l'on appelle le « système », vendu aux électeurs comme l'on vend un paquet de lessive (selon Michel Onfray) ou une pâtisserie trop grasse et trop sucrée, aux consommateurs dans un supermarché. Il a porté très haut la barre de l'indécence en matière de récupération mémorielle, et durablement endommagé la mémoire historique qu'il convient de préserver. Son erreur sur le chômage de masse lors du débat du 3 mai à la télévision est en réalité exemplaire. En prétendant que la France est la seule touchée par le « chômage de masse », en oubliant la situation de la Grèce, de l'Espagne, de l'Italie, du Portugal, il dévoile en réalité sa pensée. Ces pays ne sont plus considérés comme frappés par le chômage, parce qu'ils ont mis en place, que ce soit volontairement ou contraints et forcés, des politiques de « réforme du marché du travail ». Que ces politiques aggravent en réalité la situation à laquelle elles étaient censées remédier constitue l'erreur de fond que recouvre cette erreur de forme.

Sur le fond donc, tout a été dit de ce que représente le projet d'Emmanuel Macron, sa soumission profonde au néo-libéralisme et au culte de l'Union européenne, ses aspects rétrogrades sous des masques faussement modernes. Cet homme est bien le produit, comme l'a rappelé Aude Lancelin, d'un putsch silencieux du CAC-40, même si Aude Lancelin ne décrit que très imparfaitement les mécanismes et les ressorts de ce putsch [2]. Autour de lui se rassemblent tous les politiciens qui ont échoué depuis ces vingt ou ces trente dernières années. Il a été incapable d'entendre ce que lui disaient les français qu'il a rencontrés. Muré dans ses certitudes, droit dans ses bottes comme le veut l'expression, ce Président par défaut qui s'annonce sera un profond facteur de division et une cause de sécessions parmi les français. Comme le dit et l'écrit François Ruffin il sera haï à peine que d'être élu et ne bénéficiera d'aucun état de grâce [3].

Eye 1

Emmanuel Macron président, oui mais...

Sans grande surprise, le candidat d'En Marche! l'a emporté face à Marine Le Pen avec près de 66% selon les premières estimations. Néanmoins, Emmanuel Macron sera confronté à des enjeux inédits dans un paysage politique en pleine recomposition.
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Le président Macron
Si l'on en croit ce que ressassent les instituts de sondage depuis des mois, face à Marine Le Pen, n'importe quel candidat était assuré de l'emporter. Ces données présentes dans la tête de tous, la campagne pour le premier tour de l'élection a ressemblé à une course de petits chevaux devant déterminer qui se retrouverait face à elle.

Commentaire: Lire aussi :


Blackbox

« Les zones de désescalade » en Syrie : qu'en sait-on ?

Le mémorandum sur la création des « zones de désescalade » en Syrie est entré en vigueur le 5 mai à 21h. RT France vous présente ce qu'on sait déjà de cet accord, dont le but est de faciliter la résolution du conflit en Syrie.

© Inconnu
Les zones
La Russie, l'Iran et la Turquie ont adopté le 4 mai à Astana un plan russe pour la Syrie, visant à créer des zones sécurisées pour instaurer une trêve durable dans plusieurs régions. Il a commencé à être appliqué le 5 mai à minuit (heure locale).

Commentaire: Lire aussi :


Dig

« Pas ça ! », ou l'art de la soumission à la guerre selon Emmanuel Macron

La campagne électorale présidentielle française s'est transformée en un exercice de propagande. Les électeurs sont bombardés de messages abscons qu'ils n'ont pas le temps d'analyser, mais qui les imprègnent.
© Inconnu
Non ingérence dans le processus électoral français, hein ?
Macron est d'accord avec tout le monde, il adopte même les gestuelles d'Obama et Sarkozy, en acteur de théâtre qu'il est...
À titre d'exemple, lors de son meeting d'Amiens, Emmanuel Macron a accusé Marine Le Pen de s'être réfugiée auprès des Prussiens lors du siège de Paris... en 1870, puis d'avoir partagé l'idéologie destructrice de l'Allemagne... en 1914. Sur ce, il s'est exclamé avec exaltation : « Pas ça !, Pas ça !, Pas ça ! ». Bien sûr, vous n'avez pas écouté ce message, mais vous l'avez entendu : Marine Le Pen ne serait pas l'incarnation de la Nation qu'elle prétend être, mais de la Trahison. Vous devriez lui faire barrage et donc voter Macron.


Le sociologue Jean-Claude Paye nous explique pourquoi personne n'a réagit à ce délire soigneusement préparé et retransmis sans broncher par toutes les chaînes de télévision.
Écoutez très attentivement cette vidéo : brandissant la médaille commémorative de la nécropole de Notre-Dame-de-Lorette où reposent 45 000 combattants de la Première Guerre mondiale, Emmanuel Macron y affirme que celle-ci avait été déclarée par des dirigeants qui pensaient : « Nous allons mieux que le voisin, alors allons le détruire ». Puis, il accuse Marine Le Pen et ses amis, « réfugiés au château de Montretout », de partager la même idéologie que l'agresseur et de vouloir précipiter la France dans une guerre identique. Avec véhémence, il s'exclame : « Pas ça !, Pas ça !, Pas ça ! ».

Le château de Montretout, où Marine Le Pen a été élevée, avait été pris par les Prussiens lors du siège de Paris, en... 1870. L'expression « réfugiés au château de Montretout » évoque donc un lien entre Marine Le Pen enfant et le roi de Prusse et empereur d'Allemagne Guillaume Ier.

Les héros de Notre-Dame-de Lorette sont tombés au champ d'honneur en... 1914-18. Et le but de guerre de l'empereur Guillaume II n'était certainement pas de détruire la France.

C'est la première fois que l'on invente un lien de causalité entre la guerre de 1870, la Première Guerre mondiale et le Front National. Marine Le Pen est née en 1968.

Padlock

France : cette loi Macron qui protège les entreprises contre les journalistes et les lanceurs d'alerte

Deux décisions favorables aux grandes entreprises viennent d'être prises coup sur coup par les députés socialistes. L'une introduit le « secret des affaires » dans le droit français. L'autre repousse l'adoption d'un « devoir de vigilance des sociétés-mères » qui aurait permis de poursuivre les entreprises dont les sous-traitants à l'étranger portent atteinte aux droits fondamentaux.
© Wikipedia/kimdokhac/CC
La loi, place du Palais Bourbon, Assemblée Nationale
Le projet de loi Macron n'en finit pas de révéler des mesures passées inaperçues. Au milieu du marathon parlementaire, un amendement du rapporteur socialiste du texte, Richard Ferrand, introduisant dans le droit français la notion de secret des affaires, a été adopté la semaine dernière en commission. Il permettrait de faire condamner les personnes divulguant des informations considérées comme secrètes. Il a toutes les chances d'être adopté cette semaine, alors que la loi Macron est discutée en séance plénière de l'Assemblée nationale.

Selon le texte, trois catégories d'information seraient protégées :

1) Celle qui «ne présente pas un caractère public», c'est-à-dire qui n'est pas «généralement connue ou aisément accessible à une personne agissant dans un secteur ou un domaine d'activité traitant habituellement de ce genre d'information».

2) Celle qui constitue «un élément à part entière du potentiel scientifique et technique, des positions stratégiques, des intérêts commerciaux et financiers ou de la capacité concurrentielle de son détenteur et revêt en conséquence une valeur économique».

3) Enfin celle qui «fait l'objet de mesures de protection raisonnables, compte tenu de sa valeur économique et des circonstances».