Bienvenue à Sott.net
lun., 26 sept. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Stock Down

L'Amérique, plus que l'ombre d'elle-même


Commentaire : La vitrine étasunienne, c'est le sourire charmeur et éclatant d'un Obama sûr de lui, c'est Hollywood et ses méga-productions à 100 millions de dollars, ses stars du divertissement érigées en demi-dieux, sa télévision et ses 400 séries annuelles, sa musique au gros son ultra-produit qui sonne comme la bande-originale du film de nos vies rêvées ; c'est enfin la réussite assurée à tous les coins de rue, pour celui qui s'en donne la peine, pour celui qui a compris que l'argent permet tous les bonheurs.

Comme rien de tout ceci ne reflète la réalité et que nous en sommes même très éloignés, mise à part une Hillary Clinton délabrée à l'image parfaite de son pays, remercions-la au moins pour ça, le rappel sera sans doute très brutal, très prochainement :

C'est une fracassante étude d'un thinktank basé à Washington qui l'affirme, la pauvreté s'étend aux USA de manière alarmante. Plus de 90 millions de personnes en âge de travailler sont sans emploi ou travaillent quelques heures par semaine pour des salaires de misère quand ils ont de la chance. Quarante millions d'Américains dépendent de la soupe populaire, des tickets de nourriture comme à l'époque des « restrictions » en France à l'issue de la deuxième guerre mondiale.
© Inconnu
Dans certaines grandes villes la situation est tellement catastrophique que des jeunes adolescentes vendent leurs charmes pour de la nourriture. Les enfants des écoles, par solidarité avec leur famille, ne consomment pas toute la nourriture qui leur est proposée à la cantine scolaire pour pouvoir en ramener un peu à la maison car souvent il n'y a rien à manger le soir et le week-end à la maison. Ce phénomène touche tous les groupes ethniques sans exception. De nombreuses familles s'entassent dans des caravanes délabrées sous les échangeurs d'autoroutes, les rares endroits disponibles sans être dérangés par la police ... car elles ne gênent personne !

Black Cat

Que se passe-t-il en Allemagne ? Les forces armées préparent des opérations intérieures

Le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, a annoncé, mercredi 31 août, de manière quelque peu impromptue que la police et la Bundeswehr (armée allemande) procéderont en février 2017 pour la première fois à des opérations conjointes sur le plan national. Cela représente à la fois un tournant politique et une violation manifeste de la constitution allemande.

© Google
La Bundeswehr
Les opérations militaires sur le sol national avaient été autrefois en Allemagne d'après-guerre un vrai tabou. Il s'agissait de l'une des leçons qui furent tirées du rôle joué par l'armée allemande durant la république de Weimar dans les années 1920 et 1930. En tant qu'État dans l'État, la Reichswehr (l'armée allemande de 1919 à 1935) avait contribué de façon décisive à l'établissement d'un régime autoritaire et à la montée de Hitler.

Commentaire: Lire aussi :


Jet1

Le Danemark impliqué dans les frappes contre l'armée syrienne

Deux chasseurs F-16 des forces aériennes danoises ont participé aux frappes contre les positions de l'armée syrienne près de la ville de Deir ez-Zor qui ont fait 62 morts et environ 100 blessés parmi les soldats syriens, rapporte le service de presse des forces armées danoises. « Deux F-16 ont été utilisés dans ces attaques aux côtés des avions d'autres pays. Les frappes ont été immédiatement interrompues après que la Russie a signalé la mort des militaires syriens », lit-on dans un communiqué.

© Google
Après l’Australie, un autre pays membre de la coalition internationale a confirmé sa participation aux frappes contre l’armée syrienne
Auparavant, l'Australie avait également déclaré que ses avions avaient participé à ces frappes.

Samedi, le ministère russe de la Défense a rapporté que l'aviation de la coalition internationale dirigée par les États-Unis avait effectué quatre frappes sur les positions des militaires syriens encerclés par les terroristes du groupe Daech près de la ville de Deir ez-Zor.

Commentaire: Il semble donc que plusieurs pays impliqués dans la coalition menée par les Etats-Unis luttent contre les Syriens. Ils sont responsables de cette brutale guerre en Syrie qui dure depuis trop longtemps et qui risque de durer encore...

Lire aussi :


Jet3

Frappes contre l'armée syrienne, « Il ne pouvait y avoir aucune erreur ! »

Survenues moins d'une semaine après l'entrée en vigueur de la trêve, les frappes de la coalition internationale sur l'armée syrienne ne peuvent pas être une «erreur», considère une analyste politique qui juge que l'incident survenu samedi ne fera qu'aggraver la situation en Syrie et réduira davantage le taux de confiance déjà très fragile.

© Google
Il n'y a pas eu d'erreur
Quoique les États-Unis déclarent que la frappe de la coalition internationale anti-Daech contre les troupes de l'armée syrienne ait été « une erreur », toute bavure est exclue, considère dans un commentaire à Sputnik Hafsa Kara-Mustapha, une journaliste, analyste politique et commentatrice qui se concentre particulièrement sur le Proche-Orient et l'Afrique.

Commentaire: Les forces armées syriennes ont été bombardées par les Etats-Unis. Il s'agit d'une agression et c'est très sérieux. Non seulement pour la situation déjà très compliquée en Syrie mais pour les relations entre la Russie et les Etats-Unis. Et pour la planète entière. Ce qui se passe en Syrie nous concerne tous, que nous le voulions ou non. C'est ainsi que nous devrions avoir les yeux grands ouverts sur ces événements qui pourraient enclencher un conflit international. La guerre laisse entendre ses tambours....

Lire aussi :


Bullseye

Clair et net : Moscou accuse les États-Unis de soutenir Daech

Les frappes réalisées contre l'armée syrienne une semaine après l'accord Lavrov-Kerry sur la Syrie poussent Moscou a tirer la conclusion suivante : la Maison-Blanche soutient l'organisation terroriste Daech. Les frappes de la coalition internationale conduite par les États-Unis contre les troupes régulières syriennes laissent penser que la Maison-Blanche défend les extrémistes de l'organisation terroriste État islamique (Daech), a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

© Sputnik. Evgeny Odinokov
« Nous exigeons de Washington des explications complètes et détaillées. S'agit-il d'un soutien sciemment apporté à Daech ou d'une nouvelle erreur? Le représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu a été chargé de convoquer une réunion spéciale du Conseil de sécurité de L'ONU. Des explications doivent être données devant le Conseil de sécurité », a indiqué Mme Zakharova.

Commentaire: Lire aussi :


X

Syrie : la sempiternelle hypocrisie des Etats-Unis

Le ministère russe de la Défense a indiqué que les Etats-Unis étaient pour l'heure responsables du non-respect du cessez-le-feu en Syrie car ils n'avaient pas forcé les groupes rebelles «modérés» qu'ils soutiennent à rejoindre la trêve. Si rien ne change, Washington sera tenu pour responsable de l'échec du cessez-le-feu entré en vigueur le 12 septembre en Syrie, a fait savoir Viktor Poznikhir, haut-responsable de l'Etat-major russe.

© Manuel Balce Ceneta
Depuis quand les USA sont honnêtes concernant la Syrie ? Depuis jamais

Commentaire: Il n'y a pas, semble-t-il, de volonté de la part des Etats-Unis pour un cessez-le-feu en Syrie, pour que cette boucherie de guerre finisse. Seuls les russes ont cette volonté.

Lire aussi :


Magnify

Le délirant coût officiel de « la guerre contre la terreur » depuis 2001 : 4.790 milliards de dollars


Commentaire : Pour toute personne normale, une question vient naturellement à l'esprit : quel autre usage aurait-il pu être fait de cette inconcevable quantité d'argent ? Tellement de bonnes choses pour l'Amérique que cela aurait sans doute eu un impact positif pour le reste de la planète, n'en doutons pas. Pourtant, l'état économique de ce pays est catastrophique. La contradiction est tellement énorme qu'elle nous prouve que les décideurs politiques, économiques, connus et inconnus, créent volontairement, pour différentes raisons, une situation de disharmonie et de chaos dans leur propre pays et à travers le monde. Avec une telle efficacité dans la destruction et l'abjection que nous avons la preuve, encore, que l'esprit de nos dirigeants est malade, prisonnier de sa nature entropique :

© Inconnu
Les départements statistiques de l'Institut Watson de l'université Brown, aux USA, ont terminé une étude du coût pour les USA de la "guerre contre la terreur", englobant tous les conflits et autres activités bellicistes et déstructurantes depuis 2001 dans le cadre belliciste général connu sous ce nom. Il s'agit d'une étude extrêmement serrée et selon des critères statistiques officiels, conduite par Neta Crawford de l'université de Boston, et non pas d'une estimation comme le furent nombre d'autres évaluations faites jusqu'ici.

Crawford a laissé de côté diverses dépenses indirectes ou officieuses souvent prises en compte par d'autres chercheurs, de façon à obtenir un résultat le plus rigoureusement proche d'une perception budgétaire stricte. On arrive au total de $4.790 milliards ($4,79 trillions), cela qui est apprécié par l'auteure comme « si important qu'il est quasiment incompréhensible ».

A notre estime, si nous prenions en compte les valeurs approximatives de ces "dépenses indirectes", y compris par exemple le montant exact du budget annuel de la défense US qui est présenté autour de $700-$750 milliards et qui dépasse largement les $1.100 milliards en réalité, on devrait parvenir à une estimation qui ne serait pas loin de doubler le chiffre déterminé par Crawford. Bien entendu, le chiffre de Crawford a l'avantage de présenter toutes les apparences de la rigueur formelle et de laisser de côté les dépenses trop imprécises pour pouvoir être fixées d'une manière acceptable selon la méthode choisie. Cet espace floue des dépenses pour la "guerre contre la terreur" alimente bien entendu encore plus son caractère totalement "incompréhensible", du point de vue budgétaire et comptable, et simplement rationnel.
Il s'agit d'un phénomène qui échappe complètement à la sphère rigoureuse de la comptabilité et des chiffres budgétaires, - comme par exemple ces plus de $3.000 milliards qui restent introuvables dans le cadre de l'audit officiel du budget du Pentagone sur les années 2001-2014. Même les pratiques de corruption, les gaspillages, les guerres internes des bureaucraties, etc., qui sont évidemment les facteurs principaux avancés pour ces dépenses "insaisissables", arrivent difficilement à nous faire espérer une explication acceptable du phénomène.
On se trouve là devant une sorte de mur de la perception technique, et devant un phénomène engendré par le Système, dans lequel le technologisme aussi bien que la communication jouent un rôle central comme outils du déchaînement d'un processus lui aussi effectivement "incompréhensible" selon les normes rationnelles [y compris, répétons-le, une appréciation rationnelle des phénomènes de corruption, de gaspillage, etc.].

Bad Guys

Perversité, meurtre : on continue, sans arrêt, à tuer au Yémen et on fait des bonnes affaires

Mardi dernier, la population yéménite a subi 95 frappes aériennes effectuées sur des zones civiles par les forces de combats de la coalition menée par l'Arabie Saoudite dans le but de rétablir le président déchu Abed Rabbo Mansour Hadi. Ces attaques ont mis en œuvre une importante quantité d'armes provenant de pays membres de l'OTAN, et ont été coordonnées par des experts militaires américains et colombiens, les deux pays les plus impliqués dans le carnage perpétré aux Yémen. Mais en fait, même si le nombre d'attaques a été particulièrement important ce jour-là, mardi n'était pas un jour exceptionnel.

© Google
Réunion entre amis
Le Yémen a une population estimée à 26 millions d'habitants. C'est l'un des pays les plus arides, les plus pauvres et les moins développés dans le monde. En 2014, le Yémen a été classé 160ème sur 188 pays selon l'indice de développement humain des Nations Unies. Les deux cinquièmes de la population du Yémen vivent sous le seuil de pauvreté. Presque la moitié des enfants du Yémen souffre de malnutrition ; 14 millions de personnes vivent des opérations humanitaires déclenchées en cas de pénuries alimentaires. Pourtant, ils continuent à être matraqués par des attaques aériennes étrangères.

Commentaire: Lire aussi :


Bad Guys

Monsanto racheté par Bayer : un monstre au coeur de l'Europe


Comment: A propos de la joyeuse fusion de ces deux abominations, La Chronique Agora note :
Ce ne sont pas les OGM qui doivent faire peur mais plutôt la taille d'une multinationale qui se retrouvera en situation de quasi-monopole et avec une capacité de lobbying considérable. Cette concentration est aussi le fruit du créditisme. Bayer sollicite cinq banques et devrait emprunter 57 milliards de dollars pour financer son acquisition, un montant record en Allemagne qui surpasse la fusion Sigma Aldrich-Merck de 2014 (17 milliards de dollars). Avec des taux d'intérêt nuls, les multinationales peuvent surenchérir sur les épargnants, les ménages et les petites entreprises. Comme l'explique Bill Bonner dans cet article, la domination du capital mondial devient politique. Le crédit illimité donne aux grands groupes un pouvoir financier et politique qui ne cesse de s'étendre. Élus et gouvernements changent mais les conseils d'administration restent. Les multinationales s'organisent pour se protéger de la concurrence par du lobbying ou par le financement de campagnes électorales.
Campagne électorale d'importance lorsque l'on désire, en plus, imposer légalement des OGM à une population européenne très réticente. Regardons la carte de la production OGM dans le monde :

On choisira donc, contrairement à ce qu'il est dit en début d'extrait, d'avoir peur des OGM parce qu'ils sont nocifs pour la santé (voir plus bas), et d'avoir peur de ce nouveau monstre économique puisque très puissant et tapi en plein cœur de l'Europe.


© PATRIK STOLLARZ, JOHN THYS / AFP
Montage associant le logo du géant pharmaceutique allemand Bayer et celui de la bête noire des écologistes, le roi des OGM Monsanto
Le chimiste Bayer a annoncé, mercredi 14 septembre, acheter le fabricant controversé de pesticides et semences OGM Monsanto pour 66 milliards de dollars (59 milliards d'euros), dans ce qui constitue l'acquisition la plus chère jamais payée par un groupe allemand.

« Bayer et Monsanto ont signé mercredi un accord de fusion ferme », au prix de 128 dollars par action en numéraire, a annoncé Bayer dans un communiqué. Le chimiste a dû relever à plusieurs reprises depuis mai son offre avant d'obtenir l'accord du fabricant américain du pesticide Roundup. Déjà puissant dans les pesticides, plus faible dans les semences, Bayer devient ainsi le numéro un mondial incontesté de ces deux types de produits.

Quatre mois de bataille

C'est la fin de quatre mois de bataille et de tractations complexes. En mai, trois semaines à peine après son arrivée à la tête de Bayer, le nouveau PDG Werner Baumann avait créé la surprise en dévoilant son intention d'acheter Monsanto, l'opération la plus coûteuse et la plus risquée jamais tentée par un groupe allemand. Son prédécesseur Marijn Dekkers avait, lui, toujours écarté cette piste, et donné la priorité à l'autre grand métier de Bayer, les médicaments.

Commentaire: Un petit rappel qui ne fait pas de mal :



Syringe

Du vilain dopage russe au vertueux dopage américain...


Comment: C'est qu'avec l'Agence Mondiale Anti-dopage, la forme prime sur le fond : la dénonciation, ça se fait dans les règles de l'art... politique, ou pas du tout. Les "prescriptions médicales autorisées" ne trompent plus personne -qui croit donc encore à la propreté du sport moderne ?- et sont la marque d'une hypocrisie générale, elle-même indispensable au maintien d'activités sportives qui sont, au niveau international, le support de bien des propagandes. Et de puissants outils de distraction.

© Keystone
Serena Williams lors de sa victoire à Roland Garros l'an passé.
Serena Williams a remporté Roland-Garros en 2015 alors qu'elle avait obtenu une autorisation pour prendre de la prednisolone, un corticoïde normalement interdit, d'après des documents publiés mardi. Une prescription qualifiée d'"extrêmement suspecte".

Des pirates, les Fancy Bears, ont diffusé des données confidentielles de l'Agence mondiale antidopage (AMA) concernant quatre athlètes américaines: les sœurs Williams en tennis, la gymnaste Simone Biles et la basketteuse Elena Della Donne. Remontant jusqu'en 2010, les documents dévoilent diverses autorisations d'usage à des fins thérapeutiques (AUT), c'est-à-dire la prise de médicaments, normalement interdits par le code antidopage, pendant une période déterminée.

La veille de la finale du tournoi de Roland-Garros 2015, une autorisation pour 40 mg de prednisolone par voie orale a été accordée par la Fédération internationale de tennis à Serena Williams pour cinq jours. L'Américaine, qui a gagné le tournoi face à Lucie Safarova, se disait alors affaiblie par une grippe.

"Extrêmement suspect"

Commentaire: Nous avons tout à fait hâte de connaitre la suite. Elle s'annonce prometteuse :
Dans un message publié sur leur site internet, les hackers menacent de mener d'autres attaques. « Il s'agit juste de la partie émergée de l'iceberg. Attendez pour voir très bientôt des preuves sensationnelles sur des athlètes ayant pris des substances dopantes ».