Bienvenue à Sott.net
lun., 26 juin 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Alarm Clock

Le Japon s'arme

Les relations entre les États-Unis et la Corée du Nord font monter la tension en Asie. Les rumeurs d'une guerre éventuelle sont constamment relancées par les tirs de missiles en Corée du Nord, les manœuvres des porte-avions américains ou encore les déclarations tonnantes des politiciens des deux pays.
© KAZUHIRO NOGI
Les guerres passées n'ont donc rien enseigné
Si les USA s'engageaient dans une confrontation militaire avec la Corée du Nord ou la Chine, le Japon serait forcé d'y participer compte tenu du nombre de bases militaires américaines se trouvant sur son territoire. D'un autre côté, rien ne garantit que les USA apporteraient une assistance à part entière à Tokyo si le Japon entrait en conflit avec la Chine ou la Corée du Nord.

Commentaire: Pathétique de voir jusqu'à quel point les chefs d'État de cette planète terre ne pensent qu'à s'armer au lieu d'aider à améliorer les conditions de vie des citoyens. En fait, cette planète est dirigée par des multinationales d'armements qui ne veulent qu'une chose : vendre. Et qui mettent en danger la vie sur cette terre. Et qui sont la cause de tant de souffrance. Et les humains continuent, malgré cela, à croire que les gouvernements veulent leur bien. C'est très bizarre ... les leçons du passé n'ont rien donné.


Eye 1

François Asselineau : avec une majorité absolue de députés LREM, Macron a désormais tout pouvoir. Les Français vont bientôt en mesurer les conséquences

Selon les résultats définitifs du ministère de l'intérieur (mais les rattachements de certains députés « divers » restent encore flous)

- LREM et le Modem totalisent 353 sièges à l'Assemblée nationale, dont 308 pour LREM et 45 pour le MODEM.
- La « droite » (LR + UDI + divers droite ) obtient 137 sièges. Dont 113 pour LR, 18 pour l'UDI et 6 pour les divers droite
- La « gauche » (PS + PRG + divers gauche) totalise 44 sièges (dont 29 pour le PS, 3 pour le PRG et 12 pour les divers gauche)
- France Insoumise et le PCF obtiennent 27 sièges (17 pour FI et 10 pour le PCF).
- Le FN dispose de 8 sièges.
- Les divers obtiennent 8 sièges (3 pour des autonomistes corses, 2 pour divers régionalistes, 1 pour DLF et 1 pour l'extrême-droite hors FN)

Les principaux enseignements de ce 2e tour des élections législatives du 18 juin 2017 sont les suivants :

Arrow Up

La Russie cesse de coopérer avec les USA dans le cadre du mémorandum sur le ciel syrien

En réponse à l'avion syrien abattu par la coalition anti-Daech, la Russie a suspendu toute coopération avec les États-Unis dans le cadre du mémorandum sur la sécurité et la prévention des incidents dans le ciel syrien.
© Funker530
L'avion syrien abattu par la coalition « anti Daech »
La Russie a pris la décision de cesser de coopérer avec la partie américaine dans le cadre du mémorandum sur la sécurité et la prévention des incidents dans le ciel syrien, a annoncé le ministère russe de la Défense.
«À partir du 19 juin de l'année en cours, le ministère russe de la Défense met fin à son interaction avec la partie américaine dans le cadre du mémorandum sur la prévention des incidents et la sécurité des vols de l'aviation lors des opérations en Syrie», d'après le ministère.

Commentaire: Avec l'intervention de l'Iran dans la province syrienne de Deir Ezzor, le conflit est en train de s'envenimer et de se complexifier. Cette escalade risque fort de mener prochainement à une confrontation entre l'Iran et les États-Unis.

Lire aussi : Su-22 syrien abattu: agression et aide aux terroristes, selon Moscou


Attention

Surprise ! Israël financerait discrètement des groupes de rebelles syriens dans le Golan


Comment: Ça vous étonne ? Pas nous. Ça expliquerait aussi pourquoi « l'État islamique » n'attaque jamais Israël. Parce qu'il lui est « lié de manière éternelle ». Merde, quand-même !


Selon le Wall Street Journal, l'armée israélienne fournirait de manière confidentielle de l'aide humanitaire et financière à plusieurs groupes de rebelles syriens installés dans le Golan, notamment afin de permettre aux combattants de s'armer.

Une enquête du Wall Street Journal révèle qu'Israël fournit de l'aide à plusieurs groupes de rebelles syriens, dans la région frontalière du plateau du Golan, occupé depuis 1967 par Israël. Citant des membres de ces groupes de combattants ainsi que des responsables israéliens informés des contours de cette aide très discrète, le journal affirme qu'Israël finance la lutte de ces derniers contre Bachar el-Assad.


Better Earth

L'Occident ne réalise pas ce qui se prépare en Eurasie

Traduction Entelekheia

Un séisme géopolitique a eu lieu il y a quelques jours à Astana, dans le Kazakhstan, mais les cercles atlantistes n'ont enregistré qu'une faible secousse.

Lors du sommet annuel de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), fondée en 2001, l'Inde et le Pakistan ont été admis comme membres à part entière, avec la Russie, la Chine et quatre pays d'Asie Centrale en « stan » (le Kazakhstan, l'Ouzbékistan, le Kirghizstan et le Tadjikistan).

Ainsi, aujourd'hui, l'OCS ne se qualifie pas seulement comme l'organisation politique la plus importante - en termes de territoires et de population - au monde ; elle réunit aussi quatre puissances nucléaires. Le G-7 est devenu insignifiant, comme l'a révélé le dernier sommet de Taormine. Le véritable centre de décisions, à part le G-20, réside aujourd'hui dans ce G-8 alternatif.

Systématiquement tourné en dérision en tant que simple forum de discussion pendant une décennie et demie par l'Occident, l'OCS, lentement mais sûrement, continue de bâtir ce que le président Xi qualifie, à sa façon discrète, de « nouveau type de relations internationales fondées sur la coopération gagnant-gagnant ».

C'est un euphémisme quand on a la Chine, l'Inde et le Pakistan dans le même groupe. Sous le radar, la marque de fabrique de l'OCS est subtile. Alors que nous entrions dans le monde post-11 septembre, son but initial était de combattre ce que les Chinois appellent « les trois maux » du terrorisme, du séparatisme et de l'extrémisme. Depuis le début, Pékin - et Moscou - pensaient aux talibans de l'Afghanistan et à leurs connexions en Asie Centrale, notamment via le Mouvement islamique d'Ouzbékistan.

Vader

Encore un crime de l'armée ukrainienne passé sous silence : une femme de 78 ans assassinée par un sniper et 18 habitations endommagées


Comment: Où est l'indignation médiatique face à ce génocide des habitants russophones du Donbass par les néonazis ukrainiens ? Quand il s'agit des Russes, ils s'en foutent un peu, les journaleux et les politiques occidentaux. C'est beaucoup plus payant de diaboliser le « tyran Assad » qui « massacre son propre peuple ». Une diabolisation qui sert bien évidemment les intérêts géopolitiques des Occidentaux, qui ont tout intérêt à renverser Assad, puisqu'il constitue un obstable à leurs visées hégémoniques au Moyen-Orient.


Pendant que les médias ukrainiens chantent les « hauts faits » de l'armée ukrainienne dans le Donbass, la réalité des actions, et surtout des crimes, de cette armée, se rappellent cruellement chaque jour. La propagande ukrainienne a beau présenter son armée comme des libérateurs venus délivrer le Donbass de l'armée russe, la vérité est que cette armée génocide le peuple du Donbass, en toute connaissance de cause.

Car comment prétendre à une erreur, lorsqu'un sniper, appartenant très certainement à un bataillon de volontaires (soit islamique, soit l'un de ces groupes de femmes snipers), tire sur une grand-mère de 78 ans à Sakhanka, et la tue d'une balle dans la tête ? À 17 h, il fait encore jour en ce mois de juin, aucune méprise n'est possible. Sauf à être totalement ivre ou drogué, il est impossible de confondre une paisible grand-mère de 78 ans avec un soldat !!!

Le seul crime de cette femme aura été de vivre en République Populaire de Donetsk (RPD) et d'avoir voulu simplement aller dans son jardin. Nous nous étions rendus le mois dernier à Sakhanka, et dans d'autres villages du Sud de la RPD, pour aider plusieurs retraités avec une aide humanitaire fournie par l'association Ouest-Est. Depuis que la nouvelle est tombée ce matin, je prie pour que ce ne soit pas une des petites grand-mères à qui nous avions rendu visite, qui est tombée sous la balle de ce sniper.

Cult

Tous à la gamelle : de 2% à 40%, de loser à député - l'effet magique du «label Macron»

De nombreux candidats du Modem ou de La République en marche, en passe de devenir députés, ont par le passé collectionné les scores modestes et les défaites à d'autres élections. Ils permettent de mesurer l'impact démesuré du «label Macron» sur ces élections.

C'est une longue quête qui touche à sa fin. Depuis longtemps déjà, Sophie Mette rêve de devenir députée. En 2007, elle s'était présentée dans la 8e circonscription de Gironde, obtenant 6,86% au premier tour : troisième et éliminée. En 2012, elle avait tenté sa chance dans la 9e circonscription : 3,79%, cinquième, éliminée. Dimanche dernier, elle s'est à nouveau présentée dans la 9e circo girondine et cette fois, elle est largement arrivée en tête, avec 31,21% des voix. Et l'on voit mal le député sortant Gilles Savary (17,38%) rattraper son retard au second tour...

Bad Guys

La crise au Qatar : une nouvelle tentative maladroite des trois États voyous d'affaiblir l'Iran

Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Catherine pour le Saker francophone

© AFP
Le roi d'Arabie saoudite, Salmane ben Abdelaziz Al Saoud
Tout d'abord un bref who's who

Nous ne saurons probablement jamais ce qui a été vraiment discuté entre Trump, les Saoudiens et les Israéliens, mais il fait peu de doute que le récent geste saoudien contre le Qatar est le résultat direct de ces négociations. Comment je le sais ? Parce que Trump lui-même l'a dit ! Comme je l'ai écrit dans un billet récent, la soumission catastrophique de Trump aux néocons et à leur politique l'a coincé avec le Royaume d'Arabie saoudite et les Israéliens, deux autres États voyous dont le pouvoir et, franchement, la santé mentale, déclinent à chaque minute.

Alors que l'Arabie saoudite et le Qatar ont eu autrefois leurs différences et leurs problèmes, cette fois, l'ampleur de la crise est beaucoup plus grande que n'importe quoi dans le passé. Voici un résumé provisoire et forcément approximatif de qui soutient qui :
Soutiennent les Saoudiens (selon Wikipedia) Émirats arabes unis, Bahreïn, l'Égypte, les Maldives, le Yémen (ils veulent dire le régime pro-saoudien en exil), la Mauritanie, les Comores, la Libye (le gouvernement de Tobrouk), la Jordanie, le Tchad, Djibouti, le Sénégal, les États-Unis, le Gabon.

Soutiennent le Qatar (selon moi) La Turquie, l'Allemagne, l'Iran.
Le nombre est du côté des Saoudiens, mais la qualité ?

Gear

En Marche forcée : Que rien ne change, pour que tout change !

Il est beaucoup trop tôt pour analyser la politique du président Macron qui n'est aux affaires que depuis un mois. Il est cependant possible d'observer la manière dont il ré-organise le système politique, les nominations auquel il procède, et de prendre en compte l'annonce de ses prochaines réformes pour évaluer son orientation : la France se dirige vers une dictature administrative au service de la Commission européenne.

L'élection du candidat « anti-système » Emmanuel Macron, au poste de président de la République, ne révolutionne pas le système, ni les « valeurs » politiques. Les réformes présentées s'inscrivent dans une tendance existante depuis des dizaines d'années, telle l'absence de toute alternative possible à la mondialisation libérale. Cette politique est consacrée par la primauté des marchés et des organisations internationales sur les politiques nationales, ainsi que par la volonté d'être, en même temps, de gauche et de droite, une modernisation du « ni gauche, ni droite » de la « troisième voie », déjà en partie adoptée par les partis continentaux.

Bell

Trump exige à La Havane des changements

Rompant avec la politique de rapprochement entamée par l'administration Obama, le président américain a durci le ton envers le gouvernement cubain, appelant à des réformes économiques et politiques. « Avec effet immédiat, j'annule l'accord totalement inéquitable signé avec Cuba par la dernière administration », a lancé Donald Trump dans le quartier de Little Havana, à Miami, le 16 juin. Il a promis « un meilleur accord pour les Cubains et pour les États-Unis ».

© Carlos Barria / Reuters
On réclame, on exige ...
Assurant que les assouplissements des relations bilatérales engagés par l'administration Obama « n'aident pas les Cubains » et « ne font qu'enrichir le régime », le président américain a réclamé des changements dans la politique du gouvernement cubain.

Commentaire: Oh, le gouvernement cubain va réagir, sans doute.