Bienvenue à Sott.net
ven., 20 oct. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Vader

Ingérence européenne dans l'élection présidentielle russe

Le Conseil de l'Europe a appelé Moscou à autoriser Alexey Navalny à être candidat à l'élection présidentielle de mars 2018 en Russie. Une ingérence flagrante dans les affaires internes d'un pays souverain, qui plus est en prenant position en faveur d'un criminel condamné.
© Inconnu
Ce sont en effet les condamnations pénales qui empêchent Navalny d'être candidat puisque, contrairement aux pays européens où plusieurs élus sont des repris de justice (on a même en France une député se rendant au Parlement avec son bracelet électronique...), en Russie un casier judiciaire vierge est la seule condition pour être candidat.

Info

« Des choses étranges se produisent en Syrie »

Le politologue et secrétaire responsable de l'Académie russe des problèmes géopolitiques Araïk Stepanian a déclaré sur les ondes de Sputnik que le Front al-Nosra avait lancé une attaque contre les policiers militaires russes dans la zone de désescalade d'Idlib avec l'approbation des services secrets américains. Selon lui, l'objectif des Américains est d'empêcher par tous les moyens possibles la progression de l'armée syrienne.
© AFP 2017 Omar Haj Kadour
Idlib
« Nos soi-disant partenaires américains ont commencé à déraper face aux succès de l'offensive de l'armée syrienne sur le front oriental. Ils ne s'évertuent même pas à cacher que les organisations terroristes Daech et Front al-Nosra sont, de fait, des agents des États-Unis qui font front commun sous le commandement de Washington.

Stop

Trump à l'ONU : un discours aussi brutal qu'incohérent

Dans son discours à l'ONU, Trump n'a fait que répéter «de vieilles platitudes» au sujet d'« États voyous » et du règne « bienveillant » des États-Unis. Pour John Laughland, ça n'est là que la perpétuation de la politique interventionniste de Washington.
© Inconnu
Donald Trump
«Nous sommes tous John Kelly», ont tweeté les adeptes des réseaux sociaux après avoir vu les images du chef de cabinet de la Maison Blanche écoutant la harangue de son patron aux Nations unies le 19 septembre. Le mouvement involontaire de recul de Kelly, qui enfouit sa tête dans ses mains, semblait traduire son choc face au discours de Donald Trump, discours d'une virulence sans précédent. Le chef de cabinet du président américain ne savait-il pas ce que les plumes présidentielles avaient préparé ?

Commentaire: Lire aussi :


Sheriff

L'imbroglio catalan : le gouvernement espagnol passe du déni judiciaire à la répression policière

Réveillé en tombant du divan, le gouvernement espagnol passe du déni judiciaire à la répression policière... pour commencer. Le 5 septembre il a subitement annulé, en Catalogne, les congés de mutation de la Garde Civile (gendarmerie), dont les mutés de l'année sont habituellement libérés de leur ancienne affectation le 11 septembre et attendus dans leur nouvelle le 11 octobre.
© inconnu
Si ou Si
Pour s'éviter un sous-effectif temporaire de deux cents agents le gouvernement a ainsi mis en difficulté soudaine deux cents familles, dont la plupart avaient déjà quitté leur logement fin août laissant le mari (généralement) en « célibataire géographique » pour une semaine... qui va donc se poursuivre plus d'un mois, à leurs frais puisque la direction de la Garde Civile a, de plus, précisé que ce serait sans indemnités. .

Commentaire: Lire aussi :


Pirates

En août dernier, 93 Rohingyas hindous ont été massacrés par des terroristes islamistes rohingyas


Islamistes Rohingyas
Le nom "Rohingya" ne signifie pas celui d'une ethnie particulière mais d'une minorité parlant la langue bengali. Selon les critères communément accepté par les éthnologistes, une ethnie correspond à un groupe d'humains parlant une langue spécifique donc nous pouvons affirmer sans risques que les Rohingyas sont d'ethnie bengali. L'ethnie bengali est majoritaire au Bengladesh et dans l'Etat du Bengale Occidental situé en Inde. Ces deux entités étatiques ont été séparée lors de l'indépendance de l'Inde en 1947, la majorité des Musulmans se retrouvant dans ce qui était alors le Pakistan Oriental et qui est devenu le Bengladesh suite à la guerre d'indépendance de 1971, tandis que la majorité des Bengalis de religion hindou se retrouvait dans ce qui est l'Etat indien du Bengale Occidental dont la capitale est Calcutta. Mais, bien évidemment, il était quasiment impossible de réunir les membres d'une même religion dans un même ensemble étatique en se contentant de tracer une ligne frontalière et aujourd'hui, tandis que le Bengale Occidental possède une importante minorité musulmane, le Bengladesh possède quant à lui une importante minorité hindou.

Lors de la colonisation de la Birmanie au XIXème siècle, les Anglais se sont aperçu que l'immense majorité des Birmans refusaient de collaborer avec leur administration coloniale. Ils ont donc "importé" des Bengalis dans ce pays pour leur servir de flics. Vu que l'actuel Bengladesh est frontalier de la Birmanie, ce qui n'est pas le cas de l'Etat indien du Bengale Occidental, la grande majorité de ces "bengalis/rohingyas" anciens collaborateurs des colonialistes anglais étaient de confession musulmane. La majorité mais pas tous. Une minorité d'entre eux étaient de religion hindoue. Et ces derniers ont évidemment refusé de s'intégrer aux mouvements armés islamistes se revendiquant de l'Etat islamique ou d'Al Qaïda

Bomb

Dette : l'économie américaine ne se relèvera pas

La dette rend l'économie américaine instable et elle grossit. Faute de réforme fiscale, l'économie ralentit et le moment de la faillite approche.

Nous passons deux jours, avec des amis, sur une charmante petite île de l'Atlantique : l'Île d'Yeu.

Nous avons pris le ferry au port de Fromentine, près de la ville de Nantes, dimanche.

Depuis, nous profitons du bon air marin.


Le vieux château de l’Île d’Yeu
Le château que vous voyez sur cette photographie a été construit au XIVe siècle et attaqué à de nombreuses reprises : par les Espagnols, les Arabes et les pirates anglais. Mais les gens du coin affirment qu'il n'a jamais été pris par la force. Les ingénieurs qui l'ont construit étaient des génies, ou ils ont eu de la chance, ou bien les deux. « Au cours de la Deuxième guerre mondiale, il a été occupé par les Allemands », nous a expliqué un ami.

Les ingénieurs qui l'ont construit étaient des génies, ou ils ont eu de la chance, ou bien les deux.

X

Menace d'une potentielle prise de contrôle militaire de la Catalogne à l'approche du référendum

Le gouvernement conservateur du Parti populaire (PP) en Espagne poursuit sa répression du référendum sur l'indépendance catalane prévu pour le 1ᵉʳoctobre. Le Premier ministre Mariano Rajoy menace de mettre en œuvre une clause d'urgence de la Constitution espagnole pour bloquer le vote.
© Inconnu
Vendredi, Rajoy est allé à Barcelone et a déclaré aux Catalans que « vous vous trompez et vous nous obligez à aller là où nous ne voulons pas aller ». La semaine dernière, le porte-parole du groupe parlementaire PP Rafael Hernando et le ministre de la justice, Rafael Catalá, ont appelé séparément à l'imposition de la clause.

Commentaire: Lire aussi :


Fire

Macron confronté à l'hostilité des habitants de Saint-Martin dévastée

© Wozjer / AFP
Lorsque le président français Emmanuel Macron eut terminé mercredi son voyage à l'île de Saint Martin, détruite à 95 pour cent par le passage de l'ouragan Irma la semaine dernière, ses habitants y luttaient toujours pour leur survie. Les distributions d'eau et de nourriture restent totalement chaotiques et inadéquates, le risque d'épidémie s'accroît; des milliers de personnes, beaucoup fragilisées, sont sans abri, sans vivres et sans soins.

Officiellement, le cyclone a fait onze morts - presque le tiers de ceux dus à Irma dans les Caraïbes - sept disparus et de nombreux blessés pour lesquels le gouvernement n'a pas voulu jusque-là donner de chiffre. Une première estimation chiffre les dégâts à 1,2 milliard d'euros.

Macron a décidé de se rendre dans l'île sinistrée devant la montée de critiques dans la classe politique d'une part, pointant une « défaillance de l'État », et d'autre part dans la population, visant elle l'impréparation et l'indifférence du gouvernement envers les habitants alors qu'il était clair que l'ouragan le plus puissant de l'histoire de la région allait frapper l'île.

Une réunion de crise avait été convoquée à l'Elysée samedi 9 septembre alors que l'ampleur du désastre était visible depuis deux jours, juste après que la présidente du Front national néofasciste eut critiqué des « moyens de maintien de l'ordre tout à fait insuffisants ». Macron avait ensuite annoncé sur Twitter un « doublement des effectifs militaires et de police ».

Une fois dans l'île, Macron s'est vu confronté à l'hostilité d'habitants laissés pendant des jours se débrouiller seuls sans eau, sans nourriture et sans soins, l'approvisionnement en eau potable et en électricité s'étant effondrés. Aucune mesure d'évacuation n'avait été organisée préalablement et celle organisée après le cyclone a été très sélective, alors que de simples Guadeloupéens venaient secourir des habitants avec leurs voiliers. Les forces envoyées dans l'île auraient surtout protégé les cargaisons d'aide qui n'auraient pas été distribuées.

Info

Russie et Chine contre l'empire du dollar

Un vaste arc de tensions et conflits s'étend de l'Asie orientale à l'Asie centrale, du Moyen-Orient à l'Europe, de l'Afrique à l'Amérique latine. Les "points chauds" le long de cet arc intercontinental -Péninsule coréenne, Mer de Chine Méridionale, Afghanistan, Syrie, Irak, Iran, Ukraine, Libye, Venezuela et autres- ont des histoires et des caractéristiques géopolitiques différentes, mais en même temps sont reliés à un unique facteur : la stratégie avec laquelle "l'empire américain d'Occident", en déclin, essaie d'empêcher l'émergence de nouveaux sujets étatiques et sociaux.

© Le Courrier de Russie
Les BRICS
Ce que redoute Washington se comprend par le Sommet des Brics ( Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) qui s'est tenu du 3 au 5 septembre à Xiamen en Chine.

Commentaire: Lire aussi :


Chess

Changement de régime : c'est au tour du Qatar !

La crise entre le Qatar et l'Arabie saoudite est entrée dans son 100ème jour sans qu'aucune perspective de solution ne pointe à l'horizon. Au contraire, les relations se sont encore détériorées. L'émir du Qatar, Tamin ben Hamad Al Thani, s'est rendu ce jeudi 14 septembre en Turquie pour rencontrer son allié et protecteur, le président Recep Tayyeb Erdogan.

Pour que l'émir du Qatar décide de quitter précipitamment son pays pour la première fois depuis le début de la crise avec l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte, le 5 juin, c'est qu'il y a péril en la demeure. En effet, les menaces à peines voilées de Riyad contre son petit voisin se sont accentuées et la polémique a repris de plus belle. Le dernier clash a eu lieu mardi 12 septembre au Caire, entre le ministre d'Etat qatari pour les Affaires étrangères, Sultan ben Saad al-Mreikhi, et le délégué de l'Arabie saoudite à la Ligue arabe, Ahmad al-Qattan. Pendant plus d'une demie heure, les deux hommes ont échangé des propos peu avenants et le ministre qatari a accusé le royaume wahhabite d'essayer de priver son pays de toute «légitimité» et de «renverser» son régime. Le diplomate saoudien a évidemment nié ces accusations mais il a été pris d'une grande colère lorsque le ministre qatari a qualifié l'Iran de « noble ». Il a dit que les dirigeants de Doha « regretterons beaucoup » ces propos, affirmant que l'Arabie saoudite «est capable de faire tout ce qu'il faut» pour cela.

Le coup de fil stérile

Ce violent esclandre a été précédé d'une reprise de la polémique et des campagnes médiatiques réciproques entre les deux pays, à l'issue d'informations filtrées par le Qatar sur un entretien téléphonique entre son émir et l'héritier du trône saoudien, Mohammad Ben Salman. Cette conversation téléphonique a bien eu lieu à la demande de Donald Trump, qui a conseillé à Tamim d'appeler Ben Salmane. Venant de Washington, ce dernier n'a pas pu refuser l'appel, mais l'entretien entre les deux princes n'a rien donné. Au contraire, Ben Salmane a insisté que la seule solution est que Doha accepte les 13 conditions présentées par les quatre pays, ce qui équivaut à une reddition pure et simple.