Bienvenue à Sott.net
ven., 26 août 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Bomb

Dans un silence médiatique total, Slobodan Milosevic a été disculpé de toutes accusations de crimes de guerre

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

© Marko Djurica / Reuters
Supporters of Slobodan Milosevic wait in line to pay their respect at the former president's grave in Pozarevac March 10, 2007.
La disculpation, par le TPIY, de feu Slobodan Milosevic, ancien président de la Yougoslavie, pour les crimes de guerre commis en Bosnie qui lui étaient reprochés, prouve une fois de plus qu'il faut prendre les accusations de l'OTAN à l'encontre de ses « ennemis officiels » non pas avec « un grain de sel », mais avec un plein camion.

Depuis une bonne vingtaine d'années, les commentateurs néo-cons et les grosses légumes de l'« interventionnisme libéral » n'ont cessé de nous ressasser à toutes les occasions possibles, que Milosevic (dirigeant démocratiquement élu à la présidence d'un pays qui comptait 20 formations politiques fonctionnant librement) était un vil dictateur génocidaire, responsable de TOUS les morts des Balkans dans les années 1990. Répétez après moi, d'une voix de robot et en faisant des gestes de robot avec les bras : « agression génocidaire de Milosevic », « agression génocidaire de Milosevic »...

Mais la fable officielle, tout comme celle qu'on nous a vendue en 2003 sur les Armes de Destruction Massive de l'Irak capables de nous atteindre en 45 minutes, était une pure invention chargée de justifier une opération de changement de régime forcé que souhaitaient depuis longtemps les factions dominantes occidentales.

Hourglass

Présidentielles américaines : chiens de guerre en délire


Commentaire : Tendons l'oreille aux envolées mythomaniaques, aux bouffées quasi-délirantes de ceux qui se mettent au service de la Clinton. « Tel chien, tel maître » dit le proverbe, et, à l'évidence, affublée d'un tel entourage, la possible future présidente aura bien des atouts en main pour amener le monde, non pas au bord du gouffre, puisque nous y sommes déjà, mais tout au fond. Quelques explications s'imposent : Quand à Killary :

Le général quatre étoiles du Corps des Marines des États-Unis, John Allen, avait des accents guerriers dans son discours de soutien pour Hillary Clinton à la Convention Démocrate (DNC) de Philadelphie. Dans son discours 100 % manichéen, il y a la lutte du bien (les USA !) contre le mal (les autres !). L'Empire du Soleil contre celui du chaos et de l'obscurité. « Nous sommes le plus grand pays sur cette planète ! USA ! USA ! USA ! » réponds la foule électrisée par ses envolées nationalistes. Hillary est présentée comme celle qui fera prévaloir le respect de la domination étasunienne du monde...
© Capture YouTube
Les hurlements nationalistes et guerriers du général Allen, soutien d'Hillary Clinton
De l'autre coté, Stephen Cohen, professeur d'Histoire et spécialiste de la Russie à l'Université de New York et à Princeton, explique sur CNN, et c'est suffisamment rare pour être souligné, que Vladimir Poutine veut, tout comme Donald Trump, en finir pour de bon avec la « nouvelle guerre froide » et les tensions bellicistes entre les deux grandes puissances. Bien sur, pour lui, les rumeurs de liens supposés entre la Russie et la campagne de Trump ne sont que des basses manœuvres politiciennes des pro-Clintons pour discréditer le candidat républicain et n'ont pas le moindre début de crédibilité.

Arrow Down

La visite des parlementaires français en Crimée et le niveau zéro de la politique nationale

La visite annuelle des parlementaires français en Crimée cause toujours autant de remous. L'on aurait pu penser que la classe politique française finisse par ouvrir les yeux après le vote contre les sanctions anti-russes et comprennent qu'il est plus qu'urgent de revenir à une politique qui prenne en compte les intérêts de la France, ils sont quand même élus pour cela. Mais non, l'urgence reste manifestement ailleurs. Et les socialistes rejoignent le niveau des journalistes ukrainiens, envoyés faire leur propagande à Moscou. Retour sur les accusations frisant le fanattisme portées contre Thierry Mariani et les parlementaires français devenus "dissidents".

Après leur visite en Crimée, le groupe de 11 parlementaires français, 6 déjà venus et 5 nouveaux, ont donné une conférence de presse. Oui, la Crimée est russe, historiquement, cultuellement et juridiquement et non la population n'est pas occupée, elle est heureuse. Il est fastidieux de systématiquement devoir répéter des évidences à des gens qui ne veulent pas les voir, l'on peut saluer que cela ait été fait.
Voici la conférence de presse:

La discussion battait son plein jusqu'à ce qu'un journaliste ukrainien bien connu sur les plateaux russes fasse, comme il en a l'habitude, sa provocation:


Ce journaliste de l'agence UNIAN a posé deux questions : la première demandant si le Gouvernement français accorderait des visas aux russes s'ils avaient annexés la Corse et ensuite combien les parlementaires français étaient payés par Moscou pour faire cette propagande.


Bomb

Syrie : le contexte de l'attaque djihadiste contre Alep

Traduction : Dominique Muselet

© sputniknews.com
Al-Qaïda en Syrie et ses associés mènent actuellement une attaque de grande envergure au sud-ouest de la ville d'Alep. Leur objectif est d'ouvrir un corridor entre les zones rurales d'Idlib/Alep qu'ils occupent et les zones encore contrôlées par Al-Qaïda qui sont assiégées à l'est d'Alep. Entre 5 000 et 10 000 combattants d'Al-Qaïda, qui utilisent des équipements fournis par les Américains, prennent part à la bataille. Sur le papier, certains de ces combattants sont des « modérés », mais en réalité, tous ces groupes se sont maintenant engagés à appliquer la charia et donc à bannir toutes les minorités. Ils ont fait quelques progrès contre les forces gouvernementales, mais les forces aériennes syriennes et russes les bombardent férocement.

L'état-major général russe sait et dit depuis le mois d'avril qu'al-Qaïda en Syrie (aka Jabhat al-Nusra aka Fateh al Sham) et les différents groupes djihadistes planifie une attaque de grande envergure contre Alep. Un commandant d'Al-Qaïda a, en effet, confirmé que l'attaque était planifiée depuis longtemps dans une harangue à ses combattants avant l'assaut actuel.

Cela jette une nouvelle lumière sur les négociations interminables que le secrétaire d'Etat Kerry a imposées, pendant des mois, à son collègue russe. Les Etats-Unis tentaient de protéger al-Qaïda contre les attaques russes et syriennes alors même que les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies demandaient l'éradication d'al-Qaïda et d'ISIS. Ensuite, les États-Unis ont « offert » à la Russie de se battre collectivement contre al-Qaïda, sous commandement étasunien. Nous avons qualifié cette offre d'insensée et de fourbe. Tous ces bavardages, on le voit maintenant, ne servaient qu'à gagner du temps pour permettre à al-Qaïda de préparer l'attaque qu'ils viennent de lancer.

Pistol

Les forces de l'ordre et les armes : en France les policiers municipaux veulent des « gros calibres »

La menace s'accroît et la majorité des polices municipales n'ont toujours pas d'armes. Quel avenir pour les policiers municipaux ? Éclairage dans une interview du policier Alain Dal accordée à Sputnik.

Environ la moitié des polices municipales en France sont déjà armées. Lyon, Marseille, Metz, Orléans, Tarbes, Belfort sont dans la liste, et maintenant c'est Pau qui les rejoint car son maire François Bayrou a accepté vendredi d'armer ses policiers municipaux.

© Google
Les policiers municipaux en France et les armes
Pourquoi le problème se pose-t-il? Parce que les policiers municipaux ont principalement pour mission la prévention, la surveillance de l'ordre publique et des constatations d'infractions mineures. Et, par conséquent, ils ne portent pas d'armes alors que la menace terroriste toujours présente suggère la nécessité de l'armement.

Commentaire: Est-ce que les policiers municipaux porteurs d'armes plus sophistiquées, des armes de guerre, empêcheront les attaques de se produire ? Utiliseront-ils ces armes en dehors du contexte terroriste, comme par exemple lors des manifestations citoyennes ? Est-ce là vraiment une assurance pour la protection de la population ?

Lire aussi :


SOTT Logo

Déconstruction de la version officielle concernant les attentats de Nice

L'hécatombe de l'attaque au camion du 14 juillet à Nice se monte actuellement à 84 morts et quelques centaines de blessés, certains dans un état critique. Le chauffard a réussi à forcer un barrage dans la soirée du jeudi 14 juillet et, sur près de 2 km, a foncé à travers la foule rassemblée pour admirer le feu d'artifice. Le chauffeur a été identifié comme étant le franco-tunisien Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un petit voyou non pratiquant qui aurait crié « Allah Akbar ! » avant de semer le chaos. Il aurait également tiré sur des civils et sur la police, et a été tué lors de l'échange de tirs avec cette dernière.

La réaction des citoyens français et des dirigeants mondiaux s'est avérée prévisible.

Les pays européens renforcent les mesures de sécurité à la suite de l'attentat de Nice
Les pays européens renforcent les mesures de sécurité à la suite de l'attentat terroriste de Nice qui a coûté la vie à pas moins de 84 personnes. Cette mesure vient à la suite de l'annonce de la France de prolonger l'état d'urgence de 3 mois.

Lors d'une allocution télévisée prononcée jeudi 15 juillet à la suite de l'attentat, le président Hollande a annoncé que l'état d'urgence, dont le terme était fixé au 26 juillet, serait prolongé.

Désormais, d'autres pays européens - dont la Belgique, la GB, l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne et la république Tchèque - prennent des mesures destinées à lutter contre la menace terroriste.
Comme le dit Gearóid Ó Colmáin, il semble que la France se prépare à un état d'urgence permanent (similaire à celui imposé aux États-Unis depuis le 11/9).

Le nouveau premier Ministre britannique Theresa "Big Mother" May a regardé dans sa boule de cristal et déterminé qu'un attentat terroriste était « hautement probable » en GB. Quant aux maires de Londres et de New York, ils sont en train de « revoir et de renforcer la sécurité ».

No Entry

Militarisation de l'Europe : en Grande-Bretagne les « Bobbys » cèdent la place à des policiers armés

Selon le commandant de la police métropolitaine de Londres, le risque d'attentat au Royaume-Uni est de plus en plus élevé. Pour palier à une éventuelle attaque, les autorités ont décidé d'armer davantage les policiers britanniques. « Un attentat est très probable, c'est une question de "quand" et non de "si" », a déclaré Bernard Hogan-Howe, le patron de la police métropolitaine de Londres.

© Google
Les "Bobby" sont chose du passé. Les policiers en Grande-Bretagne porteront de plus en plus des armes a feu
Après les attaques terroristes en Allemagne et en France, la Grande-Bretagne craint d'être la prochaine cible d'une attaque terroriste. Une crainte confirmée récemment par les services secrets britanniques. Le 27 juillet dernier, alors que les services de renseignement de sa Majesté se défendaient face à une commission d'enquête les accusant de collecter en masse des informations et des données sur les sujets britanniques sans garde-fous légaux, le responsable des services secrets a affirmé que la menace d'attentat islamiste restait « grave » et qu'une « attaque sur le Royaume-Uni est fortement probable ».

Commentaire: Lire aussi :


Eye 2

Surprenant ! L'Allemagne n'est pas préparée face au terrorisme

Selon le commandant de l'unité d'intervention anti-terroriste de la police allemande, les compétences de celle-ci ne sont pas adaptées à la vague d'attentats islamistes qui frappe actuellement le continent.
«Nous n'avons pas les capacités pour [gérer] des attaques similaires à celles de Nice, Paris ou Bruxelles» a confessé au magazine Bild Jerome Fuchs, le commandant du GSG 9 - les forces spéciales allemandes chargées de résoudre les cas de prise d'otage et d'attentat.

© Google
Les forces spéciales allemandes ne seraient pas préparées face au terrorisme ?
Bien que l'unité d'intervention soit habituée à agir contre des terroristes et des criminels depuis de nombreuses années, son chef reconnait que la situation actuelle est, pour elle, tout à fait nouvelle.

Commentaire: Lire aussi : Ici nous pouvons voir les forces spéciales allemandes qui ne sont pas préparées face au terrorisme




Radar

Des armes à feu ont été volées dans une base militaire étasunienne située en Allemagne

© Flickr/ U.S. Army Corps of Engineers Euro Flickr/ U.S. Army Corps of Engineers Europe District
Base militaire de Stuttgart
Des armes à feu ont été volées dans une base militaire étasunienne située en Allemagne sans que l'armée puisse établir l'identité du voleur.

Des pistolets et d'autres armes à feu ont été volés à la Panzer Kaserne, une base militaire américaine à Stuttgart, annonce le journal Stars and Stripes, se référant à des représentants de l'armée américaine.
"Les armes volées, c'est quelques pistolets semi-automatiques, un fusil automatique LR et un fusil à canon lisse", a déclaré le porte-parole de la Direction des enquêtes pénales dans l'armée américaine (CID) Cris Grey, sans préciser toutefois le nombre exact d'armes volées.
Selon le journal, les armes ont disparu au début du mois de juillet. La CID est en train de mener une enquête. Une des versions parle d'une brèche dans la haie de la base permettant au voleur de pénétrer dans le dépôt d'armes.

No Entry

Le pouvoir du « Niet » russe

Traduction Alexandre MOUMBARIS relecture Marie-José MOUMBARIS pour le Comité Valmy

Voici la manière dont les choses sont censées fonctionner sur cette planète : aux États-Unis, les structures de pouvoir (publiques et privées) décident ce qu'elles veulent que le reste du monde fasse. Elles communiquent leurs vœux par les canaux officiels et officieux, et comptent sur une coopération automatique. Si la coopération n'intervient pas immédiatement, elles appliquent des pressions politiques, économiques et financières. Si cela ne produit toujours pas l'effet escompté, elles tentent de changer de régime par une révolution de couleur, un coup d'état militaire ou en organisant et finançant une insurrection conduisant à des attaques terroristes et à la guerre civile chez la nation récalcitrante. Si cela ne fonctionne toujours pas, ils bombardent le pays le réduisant à l'âge de pierre. C'est ainsi que cela fonctionnait dans les années 1990 et 2000, mais dernièrement une nouvelle dynamique a émergé.
© Inconu
Une photo de Kerry parlant à Poutine et à Lavrov à Moscou il y a environ une semaine. Leurs expressions faciales sont tout à fait expressives. Kerry est dos à la caméra, babillant comme à son habitude.] Le visage de Lavrov montre : « Dire que je suis obligé de rester ici à écouter de nouveau ses incohérences ». Le visage de Poutine dit : « Oh ! le pauvre idiot, il ne peut se résoudre à accepter que nous allons de nouveau juste dire ‘Niet’ ». Kerry est rentré chez-lui avec un autre « Niet ».
Au début, elles se concentraient sur la Russie, mais le phénomène s'est depuis répandu dans le monde et est même prêt à engloutir les États-Unis eux-mêmes. Il fonctionne comme ceci : les États-Unis décident ce qu'ils veulent que la Russie fasse et communiquent leurs souhaits dans l'expectative d'une coopération automatique. La Russie dit « Niet ». Les États-Unis alors entreprennent toutes les étapes ci-dessus à l'exception de la campagne de bombardement, à cause de la puissance de dissuasion nucléaire russe. La réponse reste « Niet ». On pourrait peut-être imaginer qu'une personne intelligente au sein de la structure du pouvoir étasunien dirait : « Sur la base des preuves que nous avons devant nous, dicter nos conditions à la Russie ne fonctionne pas ; nous allons essayer de négocier de bonne foi avec elle, comme des égaux ». Et puis tout le monde applaudirait disant : « Oh ! C'est génial ! Pourquoi n'y avions-nous pas pensé ? » Mais au lieu de cela, cette personne serait le jour-même virée parce que, voyez-vous, l'hégémonie mondiale étasunienne est non-négociable. Et donc ce qui se passe à la place est que les étasuniens déconcertés, se regroupent et essayent de nouveau ; ce qui donne un spectacle tout à fait amusant.