Bienvenue à Sott.net
sam., 21 jan. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Propaganda

Le Directeur du CF2R dénonce en direct la falsification de l'information par les médias

Le 21 décembre 2016 sur LCI, Eric Dénécé (Directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement - CF2R) dénonçait la falsification par les médias français de la crise d'Alep.
© Inconnu
« On est à mon sens sur une falsification de l'information qui est énorme. Bien sûr qu'il y a sur une guerre civile en Syrie, mais ça ne concerne que 30% d'Alep, ce sont soit des civils qui sont pris en otage par des djihadistes, soit des gens qui refusent de quitter les quartiers parce qu'ils soutiennent ces mêmes djihadistes. On ne vous parle pas de tout ce qui se passe ailleurs en Syrie. On se fait rouler dans la farine avec Alep. Ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas de victimes innocentes qui périssent (...) Seul 1/3 d'Alep est victime des bombardements, et j'insiste, c'est 1/3 de la ville dans lequel des jihadistes dangereux sont présents qui depuis des années tirent sur les quartiers chrétiens et le reste de la ville, ce dont on ne parle jamais.

On ne parle pas non plus du massacre humanitaire que conduisent les Saoudiens aujourd'hui au Yémen où systématiquement des hôpitaux sont ciblés, des sites archéologiques détruits. Un de nos contacts qui est rentré du terrain l'autre jour nous disait qu'en Syrie, il y a des tas d'endroits où les choses se passent bien où on peut dîner dans la rue le soir dans les quartiers de Damas, aller au bord de la mer, donc le pays n'est pas à feu et à sang.

Au Yémen, c'est totalement différent, il n'y a quasiment pas 1 km² qui ne soit pas bombardé par les Saoudiens, et on ne parle pas de cela. Dans les années 90, dans une ancienne colonie française (belge NDLR), le Congo, une guerre civile a fait 400 000 morts sur 4M d'habitants, soit 10% de la population. On n'en parle pas non plus. Aujourd'hui, le focus qui est mis sur la Syrie d'une part et sur Alep avec les désinformations qui les accompagnent est une falsification complète de la réalité, ce qui ne veut pas dire qu'on défende Bachar El Assad, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y ait pas de victimes civiles qui disparaissent, mais il y a quelque chose d'extrêmement dangereux : pour un jeune islamiste aujourd'hui, la façon dont les médias occidentaux présentent la crise d'Alep est une motivation pour passer à l'action. »

Better Earth

Ce nouvel ordre mondial multipolaire qui se met en place

La piteuse tentative de vrai-faux putsch de la CIA et du parti de la guerre a échoué, Trump a officiellement été nommé président. La rébellion des Grands électeurs n'a pas eu lieu malgré l'hystérie de dernière minute sur le "piratage" des élections par le méchant Vladimir. Dernière humiliation, c'est même l'hilarante qui a enregistré quelques défections !

Le Donald a désormais les mains libres pour engager le changement tectonique de la politique étrangère US. Rapprochement avec la Russie, rupture des relations djihadisto-américaines, peut-être même prise de distance avec les pétromonarchies... on comprend que le système impérial ait le blues. Toutefois, les bisbilles trumpo-chinoises et trumpo-iraniennes sont une sûre indication que le Grand jeu persistera, quoique à un degré moindre. Dans ce nouvel ordre à tendance multipolaire qui se met doucement en place, la Russie occupera sans doute une place centrale, devenant l'intermédiaire incontournable des relations entre Washington, Pékin et Téhéran. Au centre de l'Eurasie comme au centre de la diplomatie mondiale : l'empire du milieu façon rosskaia.

La prudence n'étant jamais superflue, Moscou vient d'accepter l'ouverture d'une "ambassade" du mouvement sécessionniste californien. Pour l'instant, le groupe en question est plus folklorique que son équivalent texan, mais il pourra toujours servir un jour ou l'autre, ne serait-ce que pour troller Washington si besoin était.

Dollars

Les donateurs des Clinton veulent enquêter sur l'utilisation par Hillary de 1,5 milliard de dollars de leur obole

Les donateurs de la campagne Clinton demandent des enquêtes sur des fonds manquants de 1,5 milliard de dollars.

© Wall Street Journal
Bill Clinton se met en colère car les dons à la Fondation Clinton ont complètement disparu. La pompe à fric s'est soudainement tarie. Les retombées de la campagne électorale d'Hillary Clinton continuent de s'aggraver, les grands donateurs de la campagne électorale demandant une « autopsie de campagne » pour expliquer ce qui est arrivé à 1,5 milliard de dollars en dons de campagne.

Lors de sa fête à New York pour remercier les grands donateurs de 1 million de dollars ou plus, Hillary Clinton aurait refusé de prendre en compte n'importe quel blâme pour son échec lors de sa campagne échouée, elle a par contre pointé du doigt James Comey (son président pédophile de campagne électorale) et Vladimir Poutine comme étant les seuls responsables de son échec. Cependant, cet argument ne semble avoir convaincu grand monde, et elle a perdu beaucoup de crédibilité aux yeux de ses donateurs, boosters VIP, et conseillers de campagne.

« C'était comme un réveil brutal », a déclaré un invité qui était au Plaza à New York. La source a déclaré : « C'était un peu de la thérapie de groupe et beaucoup d'amour » parmi les « faiseurs de pluie » perdants démocrates.

Eye 1

Guerre au cash : l'Europe veut « mieux contrôler » les espèces


Commentaire : On sait dorénavant que la suppression des espèces, ça peut arriver vite, très vite. Pensions-nous que les élites prendraient la peine de consulter la population indienne aux 360 millions de pauvres pour savoir si, à tout hasard, ça leur poserait un problème que l'on supprime le cash dont ils dépendent pour (sur)vivre au quotidien ? Bah, pourquoi se soucier de savoir si les gens peuvent subvenir à leurs propres besoins ? Il est possible qu'en Europe les choses se mettent en place un peu plus lentement, plus subtilement, mais ce n'est encore une fois qu'une question de temps avant que la suppression des espèces devienne réalité, laissant définitivement place à la tyrannie d'un système monétaire entièrement numérique.

© jyc1 – CC BY 2.0
Pierre Moscovici
Le 20 décembre, Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques, a indiqué que l'Europe allait mieux contrôler les espèces, l'or et les cartes prépayées.
« Une vieille maladie de l'Inde... La croyance que si vous décrétez quelque chose, cela se produira. »
Cette phrase conclut un article du quotidien britannique The Guardian qui titre « Les petites entreprises indiennes confrontées à l'apocalypse au cours de la plus grande expérience monétaire de l'Histoire. »

USA

Panique et agonie dans le camp des néoconservateurs

Il y a des signes clairs montrant que les néocons qui gouvernent l'Empire anglosioniste, et son État profond sont dans un état proche de la panique et leurs actions indiquent qu'ils sont véritablement terrifiés.

The crazies in the basement.
Le front intérieur

Sur le front intérieur, les néocons ont eu recours à tous les sales tours possibles pour tenter d'empêcher Donald Trump d'entrer à la Maison Blanche. Ils ont
- organisé des émeutes et des manifestations (certaines payées avec l'argent de Soros).
- encouragé les partisans de Hillary à refuser le résultat des élections (« Pas mon président ») ;
- essayé de menacer les Grands électeurs et de les faire soit voter pour Hillary soit ne pas voter du tout.
- essayé de convaincre le Congrès de refuser la décision du Collège électoral,
- et maintenant ils essaient de faire annuler les élections sur le soupçon que des hackers russes (apparemment tout-puissants) ont compromis le résultat de l'élection (apparemment même dans les États où des bulletins de vote en papier étaient utilisés) et l'ont volée en faveur de Trump.
C'est un développement vraiment incroyable, surtout si on considère comment Hillary a attaqué Trump pour n'avoir pas promis de reconnaître le résultat des élections. Elle a dit expressément que le manque de garanties données par Trump qu'il reconnaîtrait le résultat menaçait la base même de la stabilité du système politique étasunien, et maintenant elle, et ses partisans, font tout ce qui est en leur pouvoir pour faire précisément cela, précipiter tout le processus électoral dans une crise majeure sans voie claire vers une solution. Certains disent que les Démocrates sont en train de risquer une guerre civile. Considérant que plusieurs Républicains importants ont dit qu'ils soutiennent l'idée d'une enquête sur le conte de fées des « hackers russes », je suggère que les Républicains font exactement la même chose, que ce n'est pas une question Démocrates contre Républicains, mais « État profond contre peuple des États-Unis ».

Gift

Poutine envoie ses vœux à Trump qui les qualifie de « très aimables » et de « tellement pertinents »

Le président élu des États-Unis Donald Trump a publié vendredi une lettre de Vladimir Poutine qui souhaite restaurer une bonne coopération russo-américaine et la porter « à un nouveau niveau qualitatif ».


Rendons au monde sa grandeur - Ensemble !
Donald Trump a qualifié la lettre de « très aimable », dans un communiqué publié par son équipe. Le président russe y appelle, selon une traduction non-officielle, « à prendre de véritables mesures pour restaurer le cadre de la coopération bilatérale dans différents domaines et porter notre collaboration sur la scène internationale à un nouveau niveau qualitatif ».

Il s'agit d'une brève lettre de vœux pour Noël et la nouvelle année. « Les défis globaux et régionaux que nos pays ont affrontés ces dernières années montrent que les relations entre les États-Unis et la Russie restent un facteur important pour assurer la stabilité et la sécurité du monde d'aujourd'hui », écrit également le président russe.

Commentaire: Lettre de Vladimir Poutine à Donald Trump :
Cher M. Trump,

Veuillez accepter mes vœux les plus chaleureux pour Noël et la Nouvelle Année.

Les graves défis mondiaux et régionaux que nos pays ont eu à affronter ces dernières années, montrent que les relations entre la Russie et les USA demeurent un important facteur pour assurer la stabilité et la sécurité du monde moderne.

J'espère qu'après votre entrée en fonction en tant que président des Etats-Unis d'Amérique, nous serons en mesure - en agissant de manière constructive et pragmatique - de rétablir un cadre propice à une coopération bilatérale dans différents domaines et d'amener notre niveau de collaboration sur la scène internationale à un nouveau niveau de qualité.

Veuillez accepter mes vœux sincères pour vous et votre famille de bonne santé, bonheur, bien-être, succès et tout le meilleur.

Sincèrement

V. Poutine



SOTT Logo

Après la libération d'Alep, place à la Guerre psychologique

Alors que l'Armée syrienne est en passe de libérer la totalité d'Alep des griffes de groupes terroristes dirigés par al-Qaïda, on s'attendrait à ce que le monde entier célèbre une défaite majeure du terrorisme international. Eh bien non, au contraire : nous sommes assaillis de récits de prétendues atrocités commises par l'armée syrienne : exécutions sommaires, femmes qui se suicident pour éviter de se faire violer par les soldats syriens, civils brûlés vifs, viols commis sur les populations civiles.

Pour le moment, tous ces récits ne sont que pures allégations non prouvées. Ils sont colportés par les militants appartenant à l'opposition, par d'autres groupes résolument alignés sur l'opposition et par toute une liste d'« activistes » sévissant sur Twitter et Facebook, dont certains se voient propulsés de façon fulgurante à la une des médias mainstream.

Le plus dérangeant, dans tout cela, c'est que les médias mainstream font passer des allégations non prouvées pour des faits. Ce qui est la définition d'une « fake news », ou désinformation.

Des récits sont apparus selon lesquels au moins 82 civils auraient été exécutés lors du nettoyage par l'Armée syrienne et ses milices alliées des dernières poches encore sous contrôle rebelle. « D'après les récits dont nous disposons, des gens se font tirer dessus dans la rue alors qu'ils tentent de s'échapper, d'autres sont abattus dans leurs propres maisons », a déclaré Rupert Colville, porte-parole de l'ONU. « Il y a sans doute beaucoup d'autres témoignages de ce genre ».

Propaganda

Syrie : La France persiste dans la propagande

Pendant que les Syriens fêtent la victoire d'Alep, le pouvoir français évoque une crise humanitaire. Pendant que la population d'Alep se réjouit d'être débarrassée de ses bourreaux. La France pleure leur sort.

© Alain Jocard / AFP / Getty Images
Quant à l'ONU, il signale des atrocités commises à l'égard des civils par l'armée syrienne, mais toujours sans aucune preuve convaincante. Certains médias occidentaux, notamment français, se contentent d'exhiber sur leurs écrans des personnes interviewées par Skype. Mais nous ne savons pas exactement qui sont ces personnes, ni le lieu de leur résidence. De ce fait, leur affirmation, qu'elles vont être exécutées par l'armée syrienne d'une minute à une autre, reste invérifiable.

Pourquoi l'ONU ainsi que les médias occidentaux refusent d'écouter les civils sortant des quartiers est d'Alep ? Ce se sont eux, tout de même, qui détiennent la vérité. Pourquoi les médias français utilisent des séquences vidéo filmées par l'armée syrienne et ne reflétant aucun massacre pour ainsi proférer leurs mensonges ?

Evoquer sans cesse des massacres et des atrocités inexistantes envers les civils d'Alep par l'armée arabe syrienne, c'est prendre des millions de personnes dont des Syriens pour des imbéciles, les accusant indirectement d'être collaborateurs d'un crime de grande envergure, perpétré soi-disant par le pouvoir syrien, mais concrètement il n'existe pas.

Commentaire: Plus d'informations sur le « maire d'Alep » : Brita Hagi Hasan, le Maire d'Alep-Est sorti du chapeau des magiciens


Star of David

Le Conseil de sécurité de l'ONU adopte une résolution réclamant l'arrêt de la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens

Une résolution réclamant l'arrêt de la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens a été adoptée vendredi par le Conseil de sécurité de l'ONU après la décision des Etats-Unis de ne pas utiliser leur droit de veto.
© Inconnu
Dans un renversement de leur position habituelle sur ce dossier, les Etats-Unis se sont abstenus. Les 14 autres membres du Conseil de sécurité ont eux voté en faveur du texte.
Il s'agit d'« un grand camouflet » pour Israël, a immédiatement réagi Nabil Abou Roudeina, porte-parole de la présidence palestinienne. « Il s'agit d'une condamnation internationale unanime de la colonisation et d'un fort soutien à une solution à deux Etats », a-t-il ajouté
Le vote, qui a été accueilli par des applaudissements, avait été réclamé par la Nouvelle-Zélande, la Malaisie, le Sénégal et le Venezuela.

Ces quatre pays se sont impliqués après la volte-face du Caire qui avait proposé mercredi soir cette résolution rédigée par les Palestiniens et présentée au nom du groupe arabe à l'ONU. Mais l'Egypte avait demandé jeudi le report du vote initial, après une intervention du président élu américain Donald Trump auprès du président Abdel Fattah al-Sissi.

Ce texte qui exhorte Israël à « cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est », a déclenché une offensive diplomatique de la part de l'Etat hébreu qui s'est immédiatement tourné vers son allié américain.

Washington a en effet utilisé son droit de veto trente fois pour bloquer des résolutions concernant Israël et les Palestiniens, selon l'organisation Security Council Report.

Play

Best of vidéo de la conférence de presse annuelle de Vladimir Poutine

Vladimir Poutine tenait le 23 décembre sa 12e conférence de presse annuelle. Devant un parterre de 1 437 journalistes venus du monde entier, le président russe a abordé les nombreux sujets qui font l'actualité en cette fin d'année 2016.
© Inconnu
Pour la première fois de l'histoire, la conférence de presse annuelle de Vladimir Poutine a été reportée du 22 au 23 décembre. La présence du chef de l'Etat russe aux funérailles d'Andreï Karlov, ambassadeur de Russie en Turquie assassiné le 19 décembre a motivé ce contre-temps.

Si le tragique événement a occupé une partie des débats, Vladimir Poutine a échangé avec la presse sur de nombreux sujets allant des élections présidentielles américaines aux accusations de hackings par la Russie jusqu'à la course aux armements. Voici les meilleurs réponses du président russes en vidéos :

Les élections américaines

Concernant l'issue des élections présidentielles américaines qui ont vu la défaite d'Hillary Clinton face à Donald Trump, Vladimir Poutine a réagi aux accusations du gouvernement étasunien ainsi que du clan démocrate qui pointent une soi-disant ingérence russe dans le processus électoral.

Commentaire: Découvrez dans cette vidéo les moments insolites de la conférence :