Bienvenue à Sott.net
sam., 23 mar. 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Cow Skull

Re-Colonisation

Pour Thierry Meyssan, une des conséquences de la fin successive du monde bipolaire et du monde unipolaire est le rétablissement des projets coloniaux. Successivement, des dirigeants français, turcs et anglais ont publiquement déclaré le retour de leurs ambitions.
empire
© Inconnu
Reste à savoir quelles formes elles pourraient prendre au XXIème siècle.

Camcorder

Gilet jaune dans le coma : les policiers ont-ils caché des preuves ? ( vidéo )

C'est une nouvelle vidéo publiée notamment sur la page Facebook de La France en colère ( voir ici ) qui montre l'intervention policière du samedi 12 à Bordeaux qui a provoqué la grave blessure d'Olivier B., un pompier venu manifester avec sa femme, qu'a révélée France-Soir.
gilet
© Capture d'écran YouTube
Les images sont prises du point de vue de l'intervention des policiers venus pour protéger le magasin Apple Store de la rue Sainte-Catherine, potentiellement sous la menace de casseurs. La vidéo confirme que les forces de l'ordre ont tiré avec un lanceur de balles de défense et jeté une grenade.

Commentaire: Lire aussi :


Stormtrooper

Tour d'horizon de quelques caresses données par les CRS aux Gilets jaunes

Le Ministre de l'Intérieur n'a « jamais vu un policier attaquer un gilet jaune ». Vraiment ?

CRS, coup de pied
« Moi, je ne connais aucun policier, aucun gendarme, qui ait attaqué des 'gilets jaunes'. Par contre, je connais des policiers et des gendarmes qui utilisent des moyens de défense, de défense de la République, de l'ordre public. Vous savez, il n'y a pas de liberté sans ordre public » « Quand elles sont effectivement acculées, elles utilisent des moyens. [...] A l'inverse, j'ai vu des manifestants attaquer systématiquement nos forces de sécurité et des journalistes »

Christophe Castaner, mardi 15 janvier 2018, Carcassonne

C'est vrai, les CRS ne font que des caresses et encore, ce n'est jamais que les moyens de défense de la République. Compilation de vidéos :

Eye 1

Pour l'acte 9, des CRS armés de fusils d'assaut semi-automatiques HK G36 ( images )

Juste après que les propos de Luc Ferry sur le recours aux armes ont provoqué une vague de critiques, certains CRS ont été repérés pour la première fois depuis le début du mouvement avec des fusils d'assaut automatiques HK G36 à l'acte 9 des Gilets jaunes. « On est en France? », s'interrogent des internautes.

polis
© Inconnu
Les autorités n'avaient ni nié ni confirmé les informations sur l'utilisation de ce type d'armes pendant les dernières manifestations. Un tweet précise qu'il s'agit d'un fusil d'assaut de type HK (Heckler & Koch) G36, dont les forces de l'ordre ont été dotées depuis les attentats du 13 novembre 2015.

Oscar

À la veille des nouvelles manifestations de « l'acte 9 » des Gilets jaunes dans toute la France, Macron se livre à une nouvelle provocation !

Macrouille
Alors que Macron a supprimé l'ISF, a donné des milliards aux entreprises via le CICE, a donné des milliards à l'UE, a autorisé les plus grandes fortunes à procéder à au moins 80 milliards d'euros d'évasion fiscale...

Et alors qu'il pique 3,6 milliards d'euros sur les maigres économies des détenteurs de livrets A, et qu'il s'attaque aux retraités et aux chômeurs...

Sa seule réponse à la révolution qui commence est une nouvelle provocation pleine de haine et de mépris à l'égard des Français.

Il vient de déclarer que « Trop de Français n'ont pas le sens de l'effort »

(cf. Agence Reuters).



Stormtrooper

Une colonne du RAID pour arrêter 1 gilet jaune à Pont-à-Mousson à 6 h du matin

Le RAID a interpellé, ce jeudi matin, à Pont-à-Mousson, l'un des gilets jaunes soupçonné d'avoir participé aux violences contre la police commises lors de la dernière manifestation à Epinal.

RAID, France
© Alexandre Marchi
La Justice n’a pas lésiné et a fait appel aux hommes du RAID pour interpeller l’un des auteurs présumés des violences lors de la dernière manif des gilets jaunes à Epinal.
Qu'est-ce qui se passe ! » demande, éberluée cette habitante du centre-ville de Pont-à-Mousson. Un patron de bar qui vient d'ouvrir son commerce, lui répond, tout aussi éberlué : « Je ne sais pas »... « Mais ce n'est pas pour vous qu'ils sont là », ajoute-t-il avec une pointe d'humour.

Il est 5 h 58, ce jeudi et le commerçant ainsi que son interlocutrice viennent de voir passer une impressionnante colonne de policiers.

Ils sont une dizaine, cagoulés, casqués et habillés tout en noir. Des ombres dans la nuit. Ils sont armés jusqu'aux dents, portent d'impressionnantes protections dignes de Robocop et certains sont équipés de lourds boucliers.

Ils marchent l'un derrière l'autre, le long des murs d'une rue résidentielle du centre-ville. Sans faire le moindre bruit. Ils rejoignent un tireur d'élite qui est déjà en position, à un coin de rue, face à une maison de deux étages aux volets blancs. C'est là que se trouve leur objectif.

Tous appartiennent à l'antenne du RAID de Nancy dont la spécialité est la lutte contre le terrorisme et les arrestations à haut risque.

Alarm Clock

Emmanuel Macron et le risque du Chaos

La descente aux Enfers d'Emmanuel Macron se poursuit. Sa gestion, catastrophique, de la colère sociale a ainsi abouti à refaire des forces de police et de gendarmerie les « ennemis du peuple », dans une logique que l'on croyait disparue depuis les attentats du 7 janvier 2015, et la tragique séquence d'actions terroristes qu'ils ouvraient.
macron
Le souvenir d'Ahmed Merabet ou Frank Brinsolaro, ces policiers victimes des terroristes en tentant de protéger les victimes à Charlie, et celui du colonel Arnaud Beltrame, tombé en janvier 2018, il y a moins d'un an, s'effacent devant les images des policiers qui éborgnent et défigurent, utilisant - ce qui est contraire aux réglements - leurs Flash Ball pour viser la tête des manifestants.

War Whore

Un responsable syndical policier confirme que les tirs tendus (interdits) sont un ordre du gouvernement

Eric Roman
Lors d'un débat très polarisé entre policier et Gilet Jaune qui a été diffusé sur RT, Eric Roman, secrétaire national du syndicat France Police, Policiers en colère a confirmé (à partir de 06:50) que "tout ce qui est tirs tendus est ordonné de toute façon par l'autorité hiérarchique donc c'est ordonné par les commissaires, et ça remonte jusqu'aux préfets, donc nous obéissons aux ordres derrière".

Bien sûr, les préfets sont eux-même sous l'autorité du ministère de l'intérieur donc les ordres viennent de là. Macron a bien autorisé les policiers au niveau national à tirer au flashball (enfin c'est un abus de langage, au LBD40) sur la tête des manifestants. On en est là et cela explique tous les blessures irréversibles que l'on observe ces dernières semaines. C'est une raison plus que suffisante pour demander la destitution de ce gouvernement qui s'attaque ainsi à la population civile

Commentaire: Il se peut aussi que certains des éléments des forces de l'ordre soient des électrons libres et ne suivent pas les ordres ou les prennent à d'autres sources. Regardez le cas Benalla.


Hardhat

Les gilets jaunes persistent malgré la violence policière

Les médias et les autorités politique en France tentent de faire croire à un essoufflement du mouvement des gilets jaunes. Diana Johnstone répond qu'ils prennent leurs voeux pour la réalité. Malgré la « pause des confiseries, » le mouvement a repris de plus bel début janvier.
gilets
© Inconnu
Diana Johnstone, une journaliste et auteure américaine à Paris, explique les origines de ce mouvement et dresse un portrait accablant d'Emmanuel Macron et de ses politiques qui ne visent qu'à protéger les banquiers et industriels qui l'ont mis au pouvoir. Pour le faire, sa seule réponse: la répression violente.

Hardhat

Gilets jaunes: « Édouard Philippe verse une citerne d'huile sur le feu de la révolte »

Les Gilets jaunes sont revenus en force en ce début d'année avec l'Acte VIII. Alors que des manifestations sont prévues le 12 janvier et que le gouvernement a annoncé encore plus de fermeté face aux contestataires, quel est le sentiment des manifestants ? Des forces de l'ordre ? Sputnik a contacté les deux parties pour faire le point.
gilets
© Sputnik . Irina Kalashnikova
Avec la semi-trêve observée durant les fêtes, le gouvernement espérait que le mouvement des Gilets jaunes ne passerait pas l'année. Il n'en a rien été. Comme si les vœux offensifs du Président avaient soufflé sur les braises, la flamme de la contestation qui échauffe la France depuis le 17 novembre est repartie de plus belle. Jusqu'à faire céder la porte du secrétariat d'État de Benjamin Griveaux lors de l'Acte VIII, le 5 janvier.