Bienvenue à Sott.net
dim., 19 fév. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Chess

Moscou a invité l'équipe Trump à des pourparlers de paix sur la Syrie en contournant Obama

La Russie a invité l'équipe du président américain élu Donald Trump à des pourparlers de paix sur la Syrie le 23 janvier au Kazakhstan, contournant de facto l'administration sortante du président Barack Obama, rapporte vendredi soir le Washington Post.
Le département d'Etat, encore sous administration démocrate jusqu'à l'investiture de Donald Trump le 20 janvier, a indiqué de son côté que les Etats-Unis n'avaient pas été formellement conviés à ces discussions à Astana - organisées par Moscou, Ankara et Téhéran - mais qu'il conseillait à l'administration Trump de s'y rendre le cas échéant.

D'après le Washington Post, l'ambassadeur russe à Washington Sergueï Kislyak avait invité les Etats-Unis à cette réunion d'Astana, lors d'une conversation téléphonique le 28 décembre avec le futur conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Michael Flynn.

Mais un responsable de l'équipe Trump de transition, cité par le journal, a expliqué qu'"aucune décision n'avait pas été prise" durant cet appel téléphonique.

Video

Barack Obama, le marketing, & l'Empire ( Extrait du documentaire "La guerre invisible" (2010) )

Barack Obama, durant sa dernière année au pouvoir, a largué plus de 26 000 bombes sur 7 pays différents, et pourtant les médias « progressistes » et la gauche bien-pensante dans son ensemble pleurent douloureusement son départ, pour la seule raison qu'il avait l'air cool et classe en le faisant. Cela témoigne de l'emprise et de l'influence du marketing sur l'opinion publique, puisqu'en 2008, Barack Obama, en tant que marque / produit, recevait le « prix marketing de l'année » pour sa campagne présidentielle, devançant Apple et Nike.

© Inconnu
Obama
Le monde est plus que jamais dirigé par une aristocratie de corporations et de superpuissances, dont la propagande publicitaire, omniprésente, joue sur les sentiments pour altérer la perception de la réalité. Ce type est un meurtrier. Comme la plupart des présidents. Même s'il sourit et qu'il est noir.

Compass

Le « gentil » Obama et Trump le « méchant »

Barack Obama fut « santo subito » (« saint immédiatement ») : à peine entré à la Maison Blanche il fut décoré préventivement en 2009 du Prix Nobel de la paix grâce à « ses extraordinaires efforts pour renforcer la diplomatie internationale et la coopération entre les peuples ». Alors que son administration préparait déjà secrètement, par l'intermédiaire de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, la guerre qui deux ans plus tard allait démolir l'état libyen, en s'étendant ensuite à la Syrie et à l'Irak via des groupes terroristes fonctionnels à la stratégie USA/OTAN.

© Inconnu
Trump et Obama
Donald Trump est par contre « démon immédiatement », avant même d'entrer à la Maison Blanche. Il se trouve accusé d'avoir usurpé le poste destiné à Hillary Clinton, grâce à une opération maléfique ordonnée par le président russe Poutine. Les « preuves » sont fournies par la CIA, la plus experte en matière d'infiltrations et coups d'état.

Commentaire: Lire aussi :
Et pour rappel :


Résultats de l'élection présidentielle US de 2016



USA

La déclaration de guerre des néocons contre Trump

Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker francophone

Après plusieurs faux départs plutôt boiteux, les néocons ont maintenant franchi une étape qui ne peut qu'être qualifiée de déclaration de guerre contre Donald Trump.

Tout a commencé par un article publié par CNN intitulé Intel chiefs presented Trump with claims of Russian efforts to compromise him [Les chefs du renseignement ont présenté à Trump les allégations à propos d'efforts russes visant à le compromettre], qui affirmait :
Des documents classifiés présentés la semaine dernière au président Obama et au président élu Trump comprenaient des allégations que des agents russes affirment avoir des informations personnelles et financières compromettantes sur M. Trump, selon ce qu'ont dit de nombreux responsables officiels américains ayant une connaissance directe des réunions d'information à CNN. Ces allégations ont été présentées dans un résumé de deux pages annexé à un rapport sur l'interférence russe dans l'élection de 2016. Les allégations venaient, d'une part, de notes compilées par un ancien agent secret britannique, dont les responsables du renseignement étasunien considèrent le travail passé comme crédible [...] Le résumé de deux pages contenait aussi des allégations qu'il y a eu un échange continu d'informations pendant la campagne entre les suppléants de Trump et des intermédiaires du gouvernement russe, selon deux responsables de la sécurité nationale.
Le site internet Buzzfeed a publié ensuite le document complet. Le voici, dans son intégralité.

Lorsque j'ai lu le document, ma première intention était de le démonter phrase par phrase. Je n'ai cependant pas le temps de le faire et, franchement, ce n'est pas nécessaire. Je vous fournirai seulement suffisamment de preuves simples et directes que c'est un faux.

Black Cat

Surprise ? Obama prolonge les sanctions contre plusieurs pays : Cuba, Iran, Venezuela

La lettre du président sortant US au Congrès est pleine de craintes vis-à-vis d'autres pays, qui, malgré tout, respectent leurs accords avec les États-Unis. À quelques jours de la cérémonie d'investiture de Donald Trump, le président sortant américain Barack Obama a fait prolonger les sanctions contre Cuba pour faire semblant de freiner le flux migratoire depuis ce pays, contre l'Iran pour ses démarches menaçant la sécurité nationale, ainsi que contre le Venezuela pour le non-respect des droits de l'homme, indique sa lettre adressée au Congrès des États-Unis.

© Inconnu
Rien de nouveau dans le discours fané de Obama
« J'ai jugé bon de prolonger le régime de situation d'urgence contre La Havane, ainsi que le règlement sur la circulation des navires au large de Cuba », précise le document. D'après ce papier soi-disant d'adieu, « la migration de masse depuis Cuba menace la sécurité nationale à titre de source d'instabilité au sein des affaires étrangères des États-Unis ».

Commentaire: Monsieur Obama aura montré, jusqu'a la fin de son trop long mandat, son manque d'imagination dans ses discours, son total mépris pour la paix entre les peuples afin de permettre à l'humanité d'évoluer car les peuples évoluent quand la paix existe. Monsieur Obama aura choisi, jusqu'au dernier moment, la guerre. Il est vraiment temps qu'un changement arrive à Washington pour le bien de la planète, n'en déplaise à Monsieur Obama. Le Roi est mort, vive le Roi ! Espérons que le nouveau roi aura un peu plus de bon sens.

Lire aussi :


Attention

À voir ! « Bachar el-Assad à visage découvert » : le documentaire qu'Arte a effacé de ses archives

« C'est sûr qu'on est loin d'un Saddam Hussein ou d'un Mouamar Kadhafi », affirme à l'époque le documentaire d'Arte. Avant le fameux « Printemps arabe » de Syrie, Bachar el-Assad était reçu en grandes pompes dans les capitales européennes et à l'Elysée... A cette époque la Syrie était un pays sûr et pacifique.

© AFP / Louai Beshara
« Il est vrai que le jeune président n'est guère servi par l'actualité. Les Américains déclenchent la guerre en Afghanistan puis en Irak. Dans ce contexte Bachar el-Assad est beaucoup moins séduisant pour les Occidentaux. » dit le commentateur.

Les Américains ne pardonnent pas à Bachar d'avoir condamné l'invasion de l'Irak. C'est dans le documentaire!

Ce documentaire sur la Syrie de Bachar Al Assad a été diffusé en 2009, mais depuis il est devenu totalement incompatible avec la propagande officielle anti-syrienne. Il avait été diffusé jusqu'en 2011 dans tous les médias français sans exception. Ce film est devenu tellement politiquement incorrect, qu'Arte ne l'a bien sûr jamais rediffusé depuis mais au contraire l'a effacé de ses archives, comme s'il n'avait jamais existé. Cette version du pouvoir du président syrien ne correspondait plus du tout avec la politique de diabolisation qui devait permettre de supprimer celui qui était devenu un gêneur pour les ambitions occidentales.

Malheureusement pour les censeurs, s'il est très facile de propager des mensonges sur internet, il est par contre très difficile d'y effacer la vérité. Ainsi des internautes l'ont retrouvé et partagé pour qu'il ne tombe pas dans l'oubli comme l'aurait souhaité le pouvoir.

Voilà de quoi confondre les manipulateurs de l'opinion publique -pour cacher des projets inavouables-, qui ne reculent pas devant le déclenchement des guerres et l'activation de la machine à tuer. Voilà la réalité des donneurs de leçon diaboliques dont les mots d'ordre partent de Washington et s'imposent aux autorités couchées et complices de l'Union européenne.


Commentaire: Tôt ou tard, la vérité finit toujours par (ré)émerger...


Dollar

Pour Londres, les revenus sur les armes prévalent sur la préoccupation humanitaire

Bien que le Bahreïn fasse partie de la vingtaine de « pays à risque », le Royaume-Uni lui vend des armes, et ce, malgré les inquiétudes concernant les droits de l'homme dans ce pays.

L'armée du Royaume de Bahreïn fait l'objet d'une série d'accusations pour violations des droits de l'homme. Pourtant, depuis des années, Londres vend des armes au pays, faisant fi du risque qu'elles puissent être utilisées pour de la « répression intérieure ». Dans une interview accordée à Sputnik, Andrew Smith, coordinateur médiatique de la « Campagne contre le commerce des armes », estime qu'en s'adonnant à de telles exportations, « Londres place les intérêts des fabricants d'armes au-dessus du droit humanitaire ».
« L'armée du Bahreïn est accusée de nombreuses violations des droits de l'homme, les répressions se poursuivent depuis des années dans le pays, et comme le Royaume-Uni fait son beurre de cette situation, il y est complétement impliqué », indique l'expert.
L'affirmation selon laquelle les ventes d'armes au Bahreïn contribuent au renforcement de la sécurité des Britanniques est loin de la réalité, selon Andrew Smith. L'analyste estime en effet que ces exportations d'armes servent de preuve, pour la monarchie du Bahreïn, de la légitimité de leurs représailles.

Bell

Syrie : Israel bombarde un aéroport militaire près de Damas

Plusieurs fortes explosions ont touché l'aéroport militaire de Mezzah situé aux abords de Damas, a annoncé vendredi Reuters se référant à la télévision publique syrienne. L'armée a accusé Israël de l'attaque et a mis en garde Tel Aviv contre les conséquences de ce geste. Selon l'armée, plusieurs roquettes ont été tirées d'un secteur situé près du lac de Tibériade dans le nord d'Israël juste après minuit. Les roquettes ont atterri sur le site de l'aéroport.

© AFP
L'aéroport, situé au sud-ouest de la capitale, est une base aérienne stratégique majeure, utilisée principalement par la garde républicaine syrienne, corps d'élite chargé de protéger la capitale. Elle a servi de base pour bombarder des secteurs qui étaient autrefois tenus par les rebelles dans la banlieue de Damas.

Bomb

Remercions le Pentagone pour son essaim de micro-drones reliés par une IA collective


Commentaire : Chaque "progrès" technologique de ce type nous le confirme : séparer la science des instances du pouvoir, quelles qu'elles soient semble être indispensable. Vital sans aucun doute. Qu'ils soient informatiques, robotiques, médicales, génétiques, physiques, nutritionnels ou historiques, les fruits de la science sont, à notre époque, inévitablement récupérés et contaminés par la kyrielle de cerveaux malades disséminés dans les organismes, dans les administrations, dans les directions, les gouvernances, les intendances et les États. Qui produisent eux-mêmes, au final, les scientifiques sans conscience dont ils ont besoin.

Quant au problème posé par l'Intelligence Artificielle :

© Inconnu
Le Pentagone a annoncé d'avoir testé avec succès des micro-drones militaires. Ces derniers sont dotés d'une I.A. collective qui leur permet d'effectuer des actions en groupe et de s'adapter à un grand éventail de situations.

Le Pentagone a révélé lundi dernier avoir effectué des tests militaires concernant une nuée gigantesque de micro-drones. Une volée de 103 micro-drones Perdix a été lâchée par trois jets militaires, des F/A-18 Super Hornet, lors d'une opération de simulation qui a eu lieu à China Lake, en Californie, en octobre 2016.

Ces petits insectes robotiques mesurent 16 centimètres et sont dotés d'une intelligence artificielle qui leur permet d'agir et de combattre collectivement. En effet, le Pentagone affirme : « Les micro-drones ont montré des comportements collectifs avancés, comme par exemple dans leur prise de décision, dans leurs changements de formations de vol et dans leur processus d'auto-réparation. »

Brain

Oubliez la pensée unique des journalistes, voici le vrai bilan des années Obama

Barack Obama a déclaré hier dans son discours d'adieu que l'Amérique est dans une meilleure situation que lorsqu'il est arrivé au pouvoir en 2008. Comme François Hollande, qui pense la même chose pour la France, Obama vit dans un monde abstrait de bisounours coupés de la réalité, il ne connaît pas ni ne comprend plus sa population.

Obama n'a pas cherché, en huit ans, à régler le problème de la pauvreté ; il n'a pas tenté d'améliorer le sort des classes les plus défavorisées, notamment les noirs, qui sont plus pauvres aujourd'hui qu'il y a 8 ans et plus nombreux : 10 millions de plus qu'il y a 8 ans ; 47 millions de personnes vivant de bons alimentaires contre 28 quand il est arrivé au pouvoir. A peu près la même chose peut être dite de François Hollande.

Economie en berne, population noire plus durement touchée
  • Le nombre de familles noires possédant leur logement a diminué de 6%, tout comme leur revenu moyen, qui a baissé de 9%, le taux de chômage des noirs a dépassé le record de 1977, et il est toujours largement supérieur à celui des blancs.
  • En invitant à la Maison-Blanche l'organisation radicale Black Lives Matter, Barack Obama a explicitement excité les divisions raciales, polarisé la société autour de concepts racistes, au lieu, c'est le rôle d'un président, d'unifier le pays.
  • Obama n'a jamais rien fait pour lutter contre l'échec scolaire et la médiocrité du système éducatif dans les quartiers pauvres, qui sont à la racine de la délinquance, du chômage, et de l'épidémie de familles monoparentales.