Bienvenue à Sott.net
mar., 17 oct. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Dollars

Une guerre sinistre sur notre droit à détenir du cash

Une opération qui a commencé comme une discussion académique assez obscure il y a trois ans est en train de devenir une campagne de propagande massive par certaines des institutions les plus puissantes du monde industrialisé. C'est ce qu'on appelle à juste titre la guerre contre le cash.
© Inconnu
Terminé le cash, disent-ils
Comme la guerre contre la terreur, la guerre contre le cancer ou la guerre contre les drogues, son véritable agenda est sinistre et opaque. Si nous sommes assez sots pour avaler la propagande de l'élimination complète du cash en faveur de l'argent bancaire purement numérique, nous pouvons bientôt dire adieu à notre autonomie restante et à notre vie privée. La dystopie de George Orwell, 1984, sera devenue réalité et sous stéroïdes.

Commentaire: Commentaire : La guerre est déjà commencée, l'esclavage est de mise : bienvenu dans le monde terrible d'Orwell ou vous n'aviez pas besoin d'argent, non merci.

Lire aussi :


Gear

Le 11 Septembre et la redéfinition orwellienne de la « théorie du complot »

Traduit par Résistance 71

Image
Profitant de notre inattention, la théorie de la conspiration a été redéfinie de manière orwellienne.

Une "théorie du complot" ne veut plus du tout désigner un évènement qui s'explique par une conspiration. Au lieu de cela, c'est maintenant une explication ou même un fait qui est en dehors de la ligne d'explication du gouvernement et de ses proxénètes des médias.

Par exemple, les diffusions des nouvelles de la chaîne de télévision Russia Today (RT) ont été étiquetées de théories du complot par le New York Times simplement parce que les rapports d'information et opinions que RT exprime ne sont pas ceux que le New York Times rapporte et le gouvernement américain ne les entérine pas.

En d'autres termes, comme la vérité devient inconfortable pour le gouvernement et son ministère de la propagande, la vérité est redéfinie comme une théorie du complot, ce qui veut dire que cela est une explication risible et absurde que nous devons ignorer.

Chess

Diversion de la Corée du Nord, le vrai danger : Détérioration de la situation russo-américaine

« Hourra pour la France ! Depuis ce matin, elle est plus forte et plus fière. Du fond du cœur merci à ceux qui ont pour elle remporté ce magnifique succès »

Charles de Gaulle Gerboise Bleue. Le 14 janvier 1963 au Sahara algérien
© Damir Sagolj / Reuters
Soldats nord-coréens.
Le monde est suspendu à la menace d'une guerre entre l'Empire et la Corée du Nord un petit pays que l'on présente comme un rogue state ? Tous les médias occidentaux et même les autres retiennent leurs souffles en prévoyant une troisième guerre qui est déjà là l'ouvre depuis bien longtemps pour les damnés de la Terre. A titre d'exemple, personne ne parle dans les médias des désastres humanitaires en Birmanie ou au Yémen . Pas la moindre réunion du Conseil de sécurité ni même un rappel à l'ordre. On zoome sur les velléités de la Corée du Nord de rentrer dans le club nucléaire malgré tous les empêchements. En fait de mon point de vue il est une autre situation plus grave qui est celle de la détérioration inexorable des relations russo américaines notamment depuis les sanctions le renvoi des diplomates et les fouilles du FBI dans des bâtiments de l'ambassade russe aux Etats-Unis.

L'analyse de Renaud Bouchard est hémiplégique il présente la Corée du nord selon la vision occidentalo- centriste d'Eux et les autres. Dans le texte qui va suivre on sent le parti pris et la moindre compréhension de la situation d'un pays qui n'a pas arrêter de se battre depuis l'armistice de 1953 qui a détruit la Corée et l'a divisé en deux :
« L'unique question que pose pour le moment le comportement de Kim Jong-un se résume à celle-ci : jusqu'à quel point ultime, jusqu'à quel horizon stratégique sans cesse repoussé et dans quels desseins la Corée du Nord poursuivra-t-elle son programme balistique et nucléaire, sachant que par-delà le chantage exercé sur la base d'une maîtrise technologique certes perfectible mais à tout le moins indiscutable et qui prouve que la Corée du Nord a manifestement franchi un « seuil » de réelle dangerosité nucléaire, l'usage effectif d'une arme atomique anéantit pour son auteur toute espérance d'obtenir plus que l'impossible ? Quant au corollaire d'instabilité et de menace que génère ce comportement agressif qui nourrit l'aventurisme belliqueux du dirigeant Nord-Coréen, est-il de nature à susciter de la part de ladite « communauté internationale » une réaction efficace susceptible d'enrayer sinon d'éteindre intelligemment la montée aux extrêmes en lieu et place des gesticulations habituelles, des protestations officielles, des « condamnations », des « communiqués » et des « appels à réagir avec la plus grande fermeté », sans compter les réunions en urgence du Conseil de Sécurité de l'ONU » (1)

Airplane

Un nouveau rebondissement concernant l'enquête du vol MH17

A la fin du mois d'août dernier, La Russie a transmis une donnée radar décodée aux Pays-Bas depuis la zone aérienne où le vol MH17 de la compagnie de Malaisie avait été abattu le 17 juillet 2014. Ces matériaux avaient initialement été fournis tel quels c'est-à-dire non décodés, ainsi que le logiciel nécessaire pour le décoder.

Cependant, malgré leur équipement de technologie moderne et l'aide de leurs collègues britanniques, les enquêteurs néerlandais étaient incapables de décoder l'enregistrement, mais pour finir, ils ont sollicité l'aide des experts russes. Il s'avère qu'en trois ans, ce fût la seule fois où ils ont demandé à collaborer. Jusqu'à ce jour jamais la commission n'avait accepté d'offres de la part des Russes.

L'enregistrement décodé a clairement prouvé qu'un missile avait été tiré de la zone contrôlée par l'armée ukrainienne


La distance estimée jusqu’au vol MH-17 à partir du lanceur ukrainien BUK à Zaroshchenskoe au moment de l’attaque (moins de 30 km) se situe dans la zone opérationnelle, à l’inverse probablement exploité par la milice du Donbass.
Toutefois, tous les signes semblent indiquer que les informations décodées obtenues de la part de la Russie ne seront pas présentées dans le rapport, mais plutôt seront confrontées au sort de tant d'autres données qui ne correspondent pas à la version favorite de l'enquête. Elles vont probablement tomber dans un trou noir, ce qui est arrivé aux photos de la catastrophe qui ont été prises par le satellite espion américain.

Airplane

L'incontournable vidéo Pentagon Strike : qu'est-ce qui a frappé le Pentagone le 11/9 ?

Prenez cinq minutes pour regarder cette vidéo réalisée en 2004 par SOTT - c'est le temps qu'il vous faudra pour comprendre qu'un Boeing 757 n'a pas frappé le Pentagone le 11 septembre 2001 :


Passport

Un rapport révèle d'où viennent les votes illégaux d'Hillary Clinton

© Justin Sullivan/Getty Images
Les chiffres choquants de Fox News Research montrent qu'environ 60% de la population du DACA était responsable du vote populaire de Hillary.


Commentaire : Le Deferred Action for Childhood Arrivals ou DACA est un dispositif de politique migratoire des États-Unis mis en place par le gouvernement Obama en juin 2012. Le DACA permet à certains immigrants mineurs entrés illégalement sur le territoire américain, de bénéficier d'un moratoire de deux ans sur leur expulsion et à l'éligibilité d'un permis de travail. (Wikipedia)


C'est une excellente raison pour laquelle nous devons mettre fin au DACA et expulser les DREAMERS dans leur pays d'origine; DACA a toujours consisté à assurer plus de votes pour les démocrates.


Commentaire : Le DREAM Act (acronyme pour Development, Relief, and Education for Alien Minors, « développement, secours et éducation pour les mineurs étrangers ») est un projet de loi américaine proposée au Sénat des États-Unis le 1er août 2001 par les sénateurs Dick Durbin (Parti démocrate) et Orrin Hatch (Parti républicain).

Il prévoit d'accorder une carte de résident permanent (sous conditions) à certaines personnes entrées illégalement en tant que mineurs aux États-Unis. Cela éviterait donc de renvoyer dans un pays des personnes qui n'y ont quasiment pas vécu. (Wikipedia)

Dream veut dire "rêve" en anglais.


Si ces DREAMers sont autorisés à rester, ils veilleront à ce que les démocrates gagnent le vote populaire, dans des états sanctuaires comme la Californie et New York, dans un avenir prévisible.

Globalistes comme Paul Ryan et Marco Rubio, qui ne sont que des démocrates déguisés, veulent tous conserver le DACA spécifiquement à cet effet.

Alarm Clock

Les macroneries de Monsieur Macron

Encore une formule choc qui ne devrait pas laisser indifférent. A l'école française d'Athènes ce vendredi, Emmanuel Macron a assuré qu'il serait "d'une détermination absolue" sur la réforme du droit du travail. Il a ajouté: « Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes. Et je vous demande d'avoir, chaque jour, la même détermination » .
© Inconnu
Macron
Il entendait par cette formule "assumer" ses propos polémiques tenus fin août sur la France qui "n'est pas un pays qui se réforme". «Je l'ai souvent dit et je le disais il y a quelques semaines en Roumanie. D'aucuns faisaient semblant de découvrir cette forme de provocation que j'assume », a reconnu Emmanuel Macron, théorisant ainsi au passage l'utilisation de formules-chocs.

Commentaire: Lire aussi :


Vader

Comment l'État profond entrave Trump

« Les acteurs de l'État profond des États-Unis ont entravé l'action du président Trump sur les sanctions russes et sur d'autres sujets de politiques étrangère et économique, mais cela ne signifie pas que la lutte est terminée » écrit l'ex-diplomate britannique Alastair Crooke.

© Whitehouse.gov
Le président Trump annonce la sélection de Gen. H.R. McMaster en tant que nouveau conseiller sur la sécurité nationale le 20 février 2017
Le président Trump s'est retrouvé pieds et poings liés dans sa politique étrangère suite à la loi sur les sanctions contre la Russie et l'Iran. Il a été réduit à l'«impuissance»dans sa politique de détente avec la Russie - tel Gulliver - méchamment, par son propre parti, allié avec les démocrates, pour vider de leur substance les prérogatives constitutionnelles de Trump en politique étrangère - et les transmettre au Congrès.

Et, autre humiliation, Trump a été laminé par ses surveillants militaires, les généraux James Mattis, HR McMaster et John Kelly, sur sa politique afghane : il a abandonné le contrôle civil de l'expédition militaire en Afghanistan à McMaster et Mattis - le premier étant l'auteur présumé de la nouvelle politique afghane. Le président a également été laminé sur ses prérogatives militaires à l'étranger - en tant que commandant en chef - par son triumvirat de surveillants militaires à la Maison-Blanche. La direction civile a laissé la place aux militaires.

La question est de savoir si ces concessions humiliantes apaiseront suffisamment ses adversaires pour permettre au président de vivre avec, bien que handicapé, ou est-ce juste le hors-d'œuvre ? Il semble que l'entrée du menu est peut-être planifiée pour discréditer totalement la base électorale de Trump - les républicains ordinaires étant arrimés au Titanic Trump - et la couler avec son capitaine en tant que ramassis de suprématistes blancs, bigots et nazis.

Le professeur Walter Russell Mead - et il doit le savoir - nous dit que « les plus hauts fonctionnaires du président Trump restent engagés, d'une manière ou d'une autre, à défendre l'ordre mondial que les États-Unis ont construit depuis l'époque Truman. Cela comprend le secrétaire d'État Rex Tillerson, Mattis, Kelly et McMaster. Ces hommes ont du mépris pour la distanciation et la retraite de l'administration Obama. (...) Ils veulent mettre à l'épreuve les ambitions des rivaux de l'Amérique, tout en rétablissant les bases, à la fois militaires et économiques, de la puissance mondiale américaine ».

Ok, c'est clair : ils veulent penser l'Amérique comme gendarme du monde. Ils ont essayé depuis un certain temps maintenant, mais n'ont pas encore réussi à s'en emparer [de l'hégémonie mondiale]. Avec tout son allant et ses richesses, leur proie reste insaisissable, et son caractère fuyant semble frustrer et mettre leur ego encore plus en colère de sorte que tout ce qui ne peut pas être « obtenu » doit être pillé.

Play

Poutine : « La Corée du Nord préférerait manger de l'herbe que d'abandonner les armes nucléaires »

Le président russe Vladimir Poutine a donné une conférence de presse en marge du 9ème sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) dans la ville de Xiamen, dans le sud-est du pays, le mardi 5 septembre.


Propaganda

CNN invente les propos d'un petit syrien pour les besoins de la propagande de guerre

CNN, toujours au top de la propagande et de la désinformation, n'a rien trouvé de mieux à faire que d'inventer des propos qu'un enfant n'a pas tenu dans la retranscription d'une entrevue d'un enfant syrien à Alep. Ecoutez bien ce que dit l'enfant entre 00:43 et 00:49. Il semblerait qu'il dise "nous avions peur de mourir de faim", puis il répète la même chose juste après.

CNN n'a pas trouvé cela assez percutant et a rajouté "nous avions aussi peur car de lourds bombardements nous tombaient dessus". Or, aucun besoin d'être arabophone pour comprendre que l'enfant n'a pas pu dire quoique ce soit de ce genre mais que CNN lui a fait dire ce qu'il n'a pas dit. Un procédé qui est loin d'être une première, y compris dans les médias français. Mais chut, puisqu'on vous dit que les médias de masse sont la crème de l'information et les médias alternatifs et réseaux sociaux le mal incarné...