Bienvenue à Sott.net
dim., 28 août 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Pistol

Les forces de l'ordre et les armes : en France les policiers municipaux veulent des « gros calibres »

La menace s'accroît et la majorité des polices municipales n'ont toujours pas d'armes. Quel avenir pour les policiers municipaux ? Éclairage dans une interview du policier Alain Dal accordée à Sputnik.

Environ la moitié des polices municipales en France sont déjà armées. Lyon, Marseille, Metz, Orléans, Tarbes, Belfort sont dans la liste, et maintenant c'est Pau qui les rejoint car son maire François Bayrou a accepté vendredi d'armer ses policiers municipaux.

© Google
Les policiers municipaux en France et les armes
Pourquoi le problème se pose-t-il? Parce que les policiers municipaux ont principalement pour mission la prévention, la surveillance de l'ordre publique et des constatations d'infractions mineures. Et, par conséquent, ils ne portent pas d'armes alors que la menace terroriste toujours présente suggère la nécessité de l'armement.

Commentaire: Est-ce que les policiers municipaux porteurs d'armes plus sophistiquées, des armes de guerre, empêcheront les attaques de se produire ? Utiliseront-ils ces armes en dehors du contexte terroriste, comme par exemple lors des manifestations citoyennes ? Est-ce là vraiment une assurance pour la protection de la population ?

Lire aussi :


SOTT Logo

Déconstruction de la version officielle concernant les attentats de Nice

L'hécatombe de l'attaque au camion du 14 juillet à Nice se monte actuellement à 84 morts et quelques centaines de blessés, certains dans un état critique. Le chauffard a réussi à forcer un barrage dans la soirée du jeudi 14 juillet et, sur près de 2 km, a foncé à travers la foule rassemblée pour admirer le feu d'artifice. Le chauffeur a été identifié comme étant le franco-tunisien Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un petit voyou non pratiquant qui aurait crié « Allah Akbar ! » avant de semer le chaos. Il aurait également tiré sur des civils et sur la police, et a été tué lors de l'échange de tirs avec cette dernière.

La réaction des citoyens français et des dirigeants mondiaux s'est avérée prévisible.

Les pays européens renforcent les mesures de sécurité à la suite de l'attentat de Nice
Les pays européens renforcent les mesures de sécurité à la suite de l'attentat terroriste de Nice qui a coûté la vie à pas moins de 84 personnes. Cette mesure vient à la suite de l'annonce de la France de prolonger l'état d'urgence de 3 mois.

Lors d'une allocution télévisée prononcée jeudi 15 juillet à la suite de l'attentat, le président Hollande a annoncé que l'état d'urgence, dont le terme était fixé au 26 juillet, serait prolongé.

Désormais, d'autres pays européens - dont la Belgique, la GB, l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne et la république Tchèque - prennent des mesures destinées à lutter contre la menace terroriste.
Comme le dit Gearóid Ó Colmáin, il semble que la France se prépare à un état d'urgence permanent (similaire à celui imposé aux États-Unis depuis le 11/9).

Le nouveau premier Ministre britannique Theresa "Big Mother" May a regardé dans sa boule de cristal et déterminé qu'un attentat terroriste était « hautement probable » en GB. Quant aux maires de Londres et de New York, ils sont en train de « revoir et de renforcer la sécurité ».

No Entry

Militarisation de l'Europe : en Grande-Bretagne les « Bobbys » cèdent la place à des policiers armés

Selon le commandant de la police métropolitaine de Londres, le risque d'attentat au Royaume-Uni est de plus en plus élevé. Pour palier à une éventuelle attaque, les autorités ont décidé d'armer davantage les policiers britanniques. « Un attentat est très probable, c'est une question de "quand" et non de "si" », a déclaré Bernard Hogan-Howe, le patron de la police métropolitaine de Londres.

© Google
Les "Bobby" sont chose du passé. Les policiers en Grande-Bretagne porteront de plus en plus des armes a feu
Après les attaques terroristes en Allemagne et en France, la Grande-Bretagne craint d'être la prochaine cible d'une attaque terroriste. Une crainte confirmée récemment par les services secrets britanniques. Le 27 juillet dernier, alors que les services de renseignement de sa Majesté se défendaient face à une commission d'enquête les accusant de collecter en masse des informations et des données sur les sujets britanniques sans garde-fous légaux, le responsable des services secrets a affirmé que la menace d'attentat islamiste restait « grave » et qu'une « attaque sur le Royaume-Uni est fortement probable ».

Commentaire: Lire aussi :


Eye 2

Surprenant ! L'Allemagne n'est pas préparée face au terrorisme

Selon le commandant de l'unité d'intervention anti-terroriste de la police allemande, les compétences de celle-ci ne sont pas adaptées à la vague d'attentats islamistes qui frappe actuellement le continent.
«Nous n'avons pas les capacités pour [gérer] des attaques similaires à celles de Nice, Paris ou Bruxelles» a confessé au magazine Bild Jerome Fuchs, le commandant du GSG 9 - les forces spéciales allemandes chargées de résoudre les cas de prise d'otage et d'attentat.

© Google
Les forces spéciales allemandes ne seraient pas préparées face au terrorisme ?
Bien que l'unité d'intervention soit habituée à agir contre des terroristes et des criminels depuis de nombreuses années, son chef reconnait que la situation actuelle est, pour elle, tout à fait nouvelle.

Commentaire: Lire aussi : Ici nous pouvons voir les forces spéciales allemandes qui ne sont pas préparées face au terrorisme




Radar

Des armes à feu ont été volées dans une base militaire étasunienne située en Allemagne

© Flickr/ U.S. Army Corps of Engineers Euro Flickr/ U.S. Army Corps of Engineers Europe District
Base militaire de Stuttgart
Des armes à feu ont été volées dans une base militaire étasunienne située en Allemagne sans que l'armée puisse établir l'identité du voleur.

Des pistolets et d'autres armes à feu ont été volés à la Panzer Kaserne, une base militaire américaine à Stuttgart, annonce le journal Stars and Stripes, se référant à des représentants de l'armée américaine.
"Les armes volées, c'est quelques pistolets semi-automatiques, un fusil automatique LR et un fusil à canon lisse", a déclaré le porte-parole de la Direction des enquêtes pénales dans l'armée américaine (CID) Cris Grey, sans préciser toutefois le nombre exact d'armes volées.
Selon le journal, les armes ont disparu au début du mois de juillet. La CID est en train de mener une enquête. Une des versions parle d'une brèche dans la haie de la base permettant au voleur de pénétrer dans le dépôt d'armes.

No Entry

Le pouvoir du « Niet » russe

Traduction Alexandre MOUMBARIS relecture Marie-José MOUMBARIS pour le Comité Valmy

Voici la manière dont les choses sont censées fonctionner sur cette planète : aux États-Unis, les structures de pouvoir (publiques et privées) décident ce qu'elles veulent que le reste du monde fasse. Elles communiquent leurs vœux par les canaux officiels et officieux, et comptent sur une coopération automatique. Si la coopération n'intervient pas immédiatement, elles appliquent des pressions politiques, économiques et financières. Si cela ne produit toujours pas l'effet escompté, elles tentent de changer de régime par une révolution de couleur, un coup d'état militaire ou en organisant et finançant une insurrection conduisant à des attaques terroristes et à la guerre civile chez la nation récalcitrante. Si cela ne fonctionne toujours pas, ils bombardent le pays le réduisant à l'âge de pierre. C'est ainsi que cela fonctionnait dans les années 1990 et 2000, mais dernièrement une nouvelle dynamique a émergé.
© Inconu
Une photo de Kerry parlant à Poutine et à Lavrov à Moscou il y a environ une semaine. Leurs expressions faciales sont tout à fait expressives. Kerry est dos à la caméra, babillant comme à son habitude.] Le visage de Lavrov montre : « Dire que je suis obligé de rester ici à écouter de nouveau ses incohérences ». Le visage de Poutine dit : « Oh ! le pauvre idiot, il ne peut se résoudre à accepter que nous allons de nouveau juste dire ‘Niet’ ». Kerry est rentré chez-lui avec un autre « Niet ».
Au début, elles se concentraient sur la Russie, mais le phénomène s'est depuis répandu dans le monde et est même prêt à engloutir les États-Unis eux-mêmes. Il fonctionne comme ceci : les États-Unis décident ce qu'ils veulent que la Russie fasse et communiquent leurs souhaits dans l'expectative d'une coopération automatique. La Russie dit « Niet ». Les États-Unis alors entreprennent toutes les étapes ci-dessus à l'exception de la campagne de bombardement, à cause de la puissance de dissuasion nucléaire russe. La réponse reste « Niet ». On pourrait peut-être imaginer qu'une personne intelligente au sein de la structure du pouvoir étasunien dirait : « Sur la base des preuves que nous avons devant nous, dicter nos conditions à la Russie ne fonctionne pas ; nous allons essayer de négocier de bonne foi avec elle, comme des égaux ». Et puis tout le monde applaudirait disant : « Oh ! C'est génial ! Pourquoi n'y avions-nous pas pensé ? » Mais au lieu de cela, cette personne serait le jour-même virée parce que, voyez-vous, l'hégémonie mondiale étasunienne est non-négociable. Et donc ce qui se passe à la place est que les étasuniens déconcertés, se regroupent et essayent de nouveau ; ce qui donne un spectacle tout à fait amusant.

Red Flag

Face au terrorisme, Berlin envisage d'utiliser la Bundeswehr

Les dirigeants allemands pourraient prendre une décision sur le déploiement de l'armée sur le sol national suite aux attaques terroristes qui ont fait des victimes dans plusieurs villes du pays. Un débat sur le déploiement de la Bundeswehr sur le territoire national en cas d'attentats terroristes s'est ouvert au sein de la coalition gouvernementale suite à la fusillade qui a fait neuf morts à Munich le 22 juillet dernier, rapportent les médias locaux.

© Google
Les bottes de la Bundeswehr

Commentaire : Que se passe-t-il ? En France l'activation d'une Garde Nationale est en cours, afin d'aider l'armée en cas de besoin pour, disent-ils, protéger les citoyens. Maintenant en Allemagne on voudrait utiliser l'armée sur le sol du pays pour les mêmes raisons. Sous prétexte de lutte contre le terrorisme, nous voyons comment les forces s'activent. Il semble donc que quelque chose mijote, sournoisement, en Europe. Allons-nous voir tout le vieux continent s'armer ? Allons-nous entendre de nouveau les bruits de bottes sous nos fenêtres ? Sous le contrôle de qui ? Et afin de contrôler qui ?


Commentaire: Le but de toutes ces mesures "pour nous protéger" n'est-il pas de pouvoir toujours mieux nous contrôler ? Nous habituer à "l'ordre en kaki", nous habituer a avoir peur, constamment, pour toujours. Comme une planification dont le but ultime serait de nous empêcher d'être libre.

Lire aussi :


Che Guevara

Attentat de Nice : les déclarations de la policière corroborées par des témoignages

Le parquet de Nice a ouvert, mardi 26 juillet, une enquête préliminaire pour abus d'autorité, sur la base des déclarations de Sandra Bertin, la policière municipale qui dit avoir subi des pressions du ministère de l'intérieur pour changer son rapport sur la nuit du 14 juillet. Le Monde a pu consulter des attestations transmises à la justice qui corroborent la version de Mme Bertin.
© Valery Hache/AFP
Sandra Bertin, le 24 juillet, à Nice
« Je l'ai entendue dire "je ne mettrai pas ce que je n'ai pas vu aux écrans" », atteste ainsi une personne en fonction au centre opérationnel de commandement (COC) de Nice, qui héberge les écrans de vidéosurveillance du centre de sécurité urbaine.

Un autre membre du COC témoigne : « Le 15 juillet vers 15 h 30, je me trouvais en salle vidéo avec notre responsable, Sandra Bertin, lorsque son adjoint vient la chercher en salle vidéo, en lui disant qu'un commissaire de police venait la voir et qu'il était envoyé par le cabinet du ministère de l'intérieur. »

« Divergence d'opinion »

Sandra Bertin a déclaré que ce commissaire de la direction départementale de la sécurité publique des Alpes-Maritimes, ainsi que le commandant qui l'a rapidement remplacé, lui ont relayé des ordres émanant de quelqu'un se revendiquant du cabinet ministériel au téléphone. Démentant les faits, Bernard Cazeneuve a porté plainte en diffamation mardi 26 juillet.

X

Attentat de Nice : Estrosi et Pradal démolissent les conclusions du rapport de l'IGPN

© AFP
Alors que l'enquête de la police des polices sur le dispositif de sécurité déployé à Nice le soir du 14 juillet dédouane les autorités, Christian Estrosi et Philippe Pradal dénoncent des «contradictions» et souhaitent des éclaircissements.

La conclusion de cette enquête administrative «ne saurait être suffisante pour répondre aux interrogations légitimes des familles des victimes». Le président de la région PACA et son successeur à la mairie de Nice ne sont pas convaincus. Christian Estrosi et Philippe Pradal ont publié un communiqué dans la soirée du 27 juillet pour réagir aux conclusions de l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN), qui avait rendu son rapport plus tôt dans la journée.
La une de Nice-Matin du jeudi 28 juillet 2016
Attentat à Nice : Un rapport de l'IGPN sans surprise pic.twitter.com/nHbBJVwCFC

— Nice-Matin (@Nice_Matin) 27 juillet 2016
Afin de faire cesser la polémique sur le dispositif de sécurité en place le soir de l'attentat du 14 juillet à Nice, très largement initiée par Christian Estrosi, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait chargé la police des polices d'enquêter. Et pour l'IGPN, le résultat est sans équivoque : le dispositif «n'était pas sous-dimensionné».

Binoculars

Des réservistes auront du boulot dans les rues de France avec la Garde Nationale de Hollande

François Hollande a annoncé dans un communiqué, jeudi 29 juillet, la création d'une Garde nationale. Mais cette idée ne date pas d'hier. Le président de la République en avait déjà parlé lors de son intervention devant le Congrès à Versailles, le 16 novembre dernier.

© Google
La Garde Nationale de François Hollande
Selon l'Elysée, lors d'une rencontre avec « les parlementaires ayant travaillé sur les possibilités de constitution d'une Garde nationale en France, François Hollande a officialisé la création de cette force et a pris la décision que « la Garde nationale serait bâtie à partir des réserves opérationnelles existantes ».

Commentaire: Continuez à lire :