Bienvenue à Sott.net
ven., 15 déc. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Histoire Secrète
Carte

Magnify

Des affaires personnelles d'Hitler auraient été retrouvées en Argentine

Traduction : Fawkes-News

En Argentine, la police a trouvé des biens personnels d'Adolf Hitler cachés dans une pièce secrète derrière une bibliothèque coulissante à Buenos Aires.

Hitler

Pour certains théoriciens, cette découverte incroyable nous montre que Hitler n'est pas mort dans son bunker à Berlin après s'être suicidé le 30 avril 1945 mais a réussi à s'échapper en Amérique du Sud aux côtés d'autres dirigeants nazis.

Cette trouvaille s'est produite en juin 2017 dans une propriété de la capitale argentine alors que la police enquêtait sur des œuvres d'art volées. Les biens du dictateur étaient cachés parmi un nombre important de reliques du IIIème Reich. C'est pour cette raison que des personnes pensent que cette maison aurait pu être habitée par Hitler.

L'élément trouvé le plus convaincant était une photo d'Hitler tenant une loupe juste à côté de la loupe réelle.
Il s'agit de la plus grande découverte de ce genre jamais faite en Argentine, un pays où beaucoup de dignitaires nazis ont trouvé refuge après la défaite en 1945.

Parmi ces objets, on retrouve des armes à feu, des couteaux de cérémonie, des décorations militaires, des statues d'Hitler, un cadran solaire nazi, une planche Ouija argentée et des objets utilisés pour endoctriner les enfants, comme des harmonicas et des casse-têtes.

Un communiqué de police explique :
« Nous nous sommes tournés vers les historiens et ils nous ont dit que c'était bien la loupe d'origine. »
« Nous allons contacter des experts internationaux pour approfondir l'enquête. »

Top Secret

Déclassifié : Operation Mockingbird, la guerre froide culturelle de la CIA

Le but premier, l'obsession de la CIA, véritable État dans l'État créé en 1947 par le Président Truman en réponse au renforcement du bloc de l'Est à la fin de la Seconde Guerre mondiale : abattre le communisme, bête noire de l'Amérique. À mesure de la publication de ses archives et des découvertes des historiens, l'historique rocambolesque des opérations de l'agence atteste de l'activité incessante d'une fourmilière. Ou plutôt, d'un véritable nid de frelons.
operation
© Inconnu
L'argent étant le nerf de la guerre, la CIA dispose dès ses débuts de fonds illimités. Et, comme toute agence de renseignements digne de ce nom, elle sait qu'une des conditions fondamentales de la victoire tient à un contrôle sans faille de l'opinion publique. Ce sera la mission de l'Opération Mockingbird (« Opération Oiseau moqueur »).1

Commentaire:





Sherlock

Rosemary, le dernier secret des Kennedy

La soeur de JFK, Bobby et Ted a subitement disparu des albums photo de la plus célèbre famille d'Amérique en 1941. L'année où cette jeune fille rebelle et instable a subi une lobotomie, qui l'a condamnée à vivre cachée. Le journaliste Pierre Pratabuy a retrouvé des témoins et des documents qui lui ont permis de reconstituer, au-delà des mensonges et des non-dits, la véritable histoire de Rosemary Kennedy.

Rose
© JFK LIBRARY FOUNDATION
Rose Kennedy ( 1918 – 2005 )
Voici les principales étapes d'une enquête minutieuse publiée en intégralité dans le n°6 de la revue "XXI".

Calendar

Il y a cent ans... Printemps 1917: les États-Unis entrent en guerre

En 1917, contre la volonté de l'écrasante majorité de la population américaine, les États-Unis font leur entrée en guerre et ce, aux côtés de l'Entente et contre l'Allemagne. Ils ne le font pas en raison des attaques des sous-marins allemands contre les navires tels le « Lusitania », et encore moins pour défendre la cause de la démocratie contre la dictature et l'injustice. Ils le font parce que l'élite américaine — à l'instar des élites européennes en 1914 — attend toute sorte d'avantages de cette guerre, par exemple, d'énormes bénéfices supplémentaires et plus de docilité du côté des travailleurs...
guerre
© Inconnu
1917 ne fut une bonne année pour aucune des nations belligérantes mais, pour les membres de l'Entente, elle fut à tout le moins catastrophique. Les principales raisons à cela furent les mutineries dans l'armée française, qui accrurent particulièrement la précarité de la situation militaire sur le front occidental, ainsi que la double révolution en Russie qui menaçait de mettre ce pays hors circuit en tant qu'allié.

Magnify

Out of Europe ? L'homme serait originaire d'Europe et non d'Afrique

Vue d'artiste de Graecopithecus. Credit: National Museum of Natural History - Sofia, Assen Ignatov

Vue d'artiste de Graecopithecus. Credit: National Museum of Natural History - Sofia, Assen Ignatov
L'histoire de l'évolution de l'homme pourrait bien être réécrite... en effet des scientifiques auraient découvert que l'Europe est le berceau de l'humanité, et non l'Afrique.

À l'heure actuelle, la plupart des experts estiment que notre lignée humaine s'est séparée des singes il y a environ sept millions d'années en Afrique centrale, où les hominidés sont restés pendant cinq millions d'années avant de s'aventurer plus loin.

Cependant, deux fossiles d'une créature semblable à un singe qui avaient des dents humaines ont été trouvés en Bulgarie et en Grèce, ils datent de 7.2 millions d'années.

La découverte de la créature, appelée Graecopithecus freybergi, et surnommée "el Graeco" par les scientifiques, prouve que nos ancêtres commençaient déjà à évoluer en Europe 200 000 ans avant le premier hominidé africain.

Une équipe internationale de chercheurs rapporte que les découvertes changent entièrement le commencement de l'histoire de l'homme et replace le dernier ancêtre commun, à la fois des chimpanzés et des hommes (le fameux chainon manquant), dans la région méditerranéenne.

A cette époque, le changement climatique transformait l'est de l'Europe en pleine savane ce qui a forcé les singes à trouver de nouvelles ressources, déclenchant, selon les chercheurs, un changement vers la bipédie.

Archaeology

Des découvertes inattendues renforcent le mystère autour de Tiahuanaco et de Puma Punku

Plusieurs découvertes archéologiques inattendues ont été faites sur le site de Tiahuanaco (ou Tiwanaku) au cours d'un projet sponsorisé par l'UNESCO et mené par l'archéologue espagnol Jose Ignacio Gallegos.

Cela améliore la recherche, mais renforce aussi le mystère entourant cette culture bolivienne depuis longtemps disparue.

Temple Kalasasay, Tiahuanaco

Temple de Kalasasay, Tiahuanaco
Les travaux de préservation et de conservation en cours sur le site, situé à 70km de La Paz, ont pris un tour surprenant lorsque des études utilisant l'imagerie topographique, la technologie satellite et un drone, ont découvert que le complexe archéologique était bien plus grand qu'on ne le pensait.

Tiahuanaco, qui apparut avant la civilisation inca, a commencé comme village vers 1580 avant JC, mais est devenu un empire andin qui s'est étalé vers 724 après JC, avant de décliner vers 1187 après JC selon les historiens.

Eye 1

Les horreurs de la colonisation : un peu d'Histoire s'il-vous-plaît

Il est connu, malgré la doxa ambiante, que l'Occident donneur de leçons a toujours eu un langage ambivalent. Il se veut seul détenteur de sens et dicte cependant la norme de ce qui est licite et de ce qui est illicite. Je veux dans cette contribution encore une fois déconstruire ce double langage à la fois des Lumières et dans le même temps de la traite esclavagiste, le Code noir, le Code de l'indigénat, la colonisation dans toute son horreur.

colonialisme
© Inconnu
Algérie
Ce 8 mai est toujours pour les Algériens un moment de grande solitude et de recueillement devant l'injustice des grands vis-à-vis des peuples faibles. Qu'on en juge! Partout en Europe le 8 mai est fêté comme la fin de la guerre, l'avènement de la paix pour les peuples d'Europe, qui, à des degrés divers, ont souffert et au premier rang desquels le peuple russe qui laissa sur le champ de bataille 20 millions de ses enfants, La France perdit 200.000 combattants dont une grande partie venait des colonies et près de 300.000 civils.

Archaeology

Plus de 1000 statuettes et 10 sarcophages découverts dans une tombe de l'ère pharaonique à Louxor

Les autorités égyptiennes ont annoncé une importante découverte après la mise au jour par des archéologues de momies, de 10 sarcophages en bois colorés et plus de 1000 statuettes funéraires dans un tombeau vieux de 3500 ans près de Louxor.

Egypt, grave
© Reuters Staff / Reuters
L'entrée de la tombe
La tombe de la 18ème Dynastie, découverte dans la nécropole de Dra Abou el-Naga près de la célèbre Vallée des Rois, appartenait à un noble appelé Ouserhat qui travaillait en tant que juge de la ville, selon le ministre des Antiquités égyptiennes.

"Il y a 10 cercueils et 8 momies. Les fouilles sont en cours", a dit le chef de la mission archéologique, Mostafa Waziri.

La tombe a été rouverte pour ajouter des momies sous la 21ème dynastie, il y a environ 3000 ans, pour les protéger dans une période où le pillage des tombes était courant. "Cela a été une surprise de voir tout ce qu'il y avait à l'intérieur" de la tombe, rapporte le ministre des antiquités Khaled el-Enany, "nous avons trouvé un grand nombre d'ouchebtis (de petites figurines sculptées), plus de 1000. C'est une importante découverte".

sarcophagus
© Reuters Staff / Reuters
Vue d'un sarcophage en bois peint

Family

Première présence humaine sur le continent américain : « petit réajustement » de 100 000 ans

hominidés
© COURTESY E. DAYNES
La famille à laquelle appartiennent ces hominidés reste un mystère
Une équipe de chercheurs affirme avoir réussi à dater des outils de pierre et des ossements d'un mammouth portant, selon eux, les traces d'une intervention humaine.

Les premiers "Américains" prennent un bon coup de vieux. Des scientifiques ont daté de 130 000 ans la présence humaine sur le continent américain, "vieillissant" de plus de 100 000 ans les premiers "Américains" et invitant à repenser l'histoire du peuplement du Nouveau monde.

Les traces trouvées en Californie "indiquent qu'une espèce d'hominidés vivait en Amérique du Nord 115 000 ans plus tôt que ce que nous pensions", explique Judy Gradwohl, présidente du Muséum d'histoire naturel de San Diego, établissement ayant piloté une étude publiée ce mercredi dans la revue Nature.

Commentaire: « Ces hommes ayant laissé ces traces ne sont probablement pas des Homo Sapiens, l'homme moderne, puisque ce dernier n'est supposé avoir quitté l'Afrique qu'il y a environ 10 000 ans. »

Cette phrase résume a elle seule le problème de l'archéologie moderne : vouloir faire des preuves que l'on trouve une confirmation des théories déjà établies, reconnues et autorisées par les « experts ». Les « égyptologues » sont les grands spécialistes de la pratique. Ici, les chercheurs prennent une sacrée claque : il s'agit d'un « petit » réajustement de 100 000 ans... Pensions-nous que la petite leçon d'humilité reçue porterait ses fruits et que, soyons fous, les scientifiques envisageraient alors de reconnaître que l'homme moderne est parti de l'Afrique avant « environ 10 000 ans » ? Ou bien que que les restes trouvés ont une origine hors-africaine ? Et bien non. Même sans analyse ADN, on est sûr qu'ils ne sont pas des Homo Sapiens.

Quand à penser qu'il n'y avait personne dans le coin « avant 14 500 ans », peut-on sérieusement l'imaginer ?


Fireball

Gobekli Tepe montrerait la comète qui a frappé la Terre vers 10950 Av JC

De très vieilles sculptures gravées sur une pierre levée de Gobekli Tepe confirment la façon dont une comète a frappé la Terre vers 10950 ans Avant JC (presque 13000 ans avant maintenant). Cet événement aurait provoqué la disparition des derniers mammouths laineux et, paradoxalement, provoqué le développement des nouvelles civilisations humaines. C'est en tout cas ce qu'affirment des experts de l'Université d'Édimbourg, qui ont analysé des symboles mystérieux sculptés sur les piliers de pierre de Gobekli Tepe, dans le sud de la Turquie, pour savoir s'ils pouvaient être liés aux constellations.
gobekli tepe vulture pillar
© Inconnu
gobekli tepe vulture pillar
Les marques suggèrent qu'un essaim de fragments de comètes frappa la Terre juste avant qu'un mini-âge de glace commençait, changeant tout le cours de l'histoire humaine. Les scientifiques ont spéculé depuis des décennies sur la possibilité qu'une comète pourrait être derrière la chute soudaine de température pendant une période connue sous le nom du Dryas Récent ou Dryas III. Mais récemment, la théorie semblait avoir été déconsidérée par une nouvelle datation des cratères de météorites en Amérique du Nord où la comète aurait frappée.

Cependant, lorsque les spécialistes ont étudié les sculptures d'animaux gravés sur un pilier - connu sous le nom de pierre du vautour, à Gobekli Tepe, ils ont découvert que les créatures étaient en fait des symboles astronomiques qui représentaient les constellations et la comète.

L'idée d'une comète avait déjà été proposée par l'auteur Graham Hancock dans son livre Magicians of the Gods, avec certaines preuves, et Gobekli Tepe avait déjà été cité ! . On note aussi que Mr Hancock a aussi annoncé la probabilité d'un nouvel impact cométaire en 2030...