Bienvenue à Sott.net
lun., 29 août 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte

Eye 1

Un jour, la conduite de voiture interdite

© Evan Bench
Dans un communiqué annonçant leur légalisation en cours, une organisation de l'ONU affirme que les voitures autonomes sont plus sûres que les voitures conduites par des humains. Ira-t-on jusqu'à rendre obligatoire la conduite par des robots ?

Dans un communiqué publié mercredi, la Commission Économique des Nations Unies pour l'Europe (UNECE) a fait connaître l'entrée en vigueur de modifications à la Convention de Vienne de 1968 sur la sécurité routière, qui font que « les systèmes de conduite automatisée seront explicitement autorisés sur les routes, à condition qu'ils soient conformes aux règlements des Nations Unies sur les véhicules ou qu'ils puissent être contrôlés voir désactivés par le conducteur ».

La commission régionale de l'ONU assure que les modifications ouvrent la voie aux voitures autonomes, même si du chemin reste à parcourir. Ainsi l'organisation prévient qu'une deuxième vague de modifications est en préparation, qui « concerne l'introduction de fonctions de direction à commande automatique dans les règlements des Nations Unies sur les véhicules », telles que « les systèmes qui, dans certaines circonstances, pourront pendront le contrôle du véhicule, sous le contrôle permanent du conducteur, comme les systèmes veillant au maintien de la trajectoire (pour empêcher un changement de voie accidentel), les fonctions d'assistance au stationnement ainsi que la fonction autopilote sur autoroute (le véhicule se déplaçant de manière automatisée à haute vitesse sur autoroute) ».

Vers une libéralisation en 2017...

Actuellement le règlement n°79 de l'UNECE sur l'équipement de direction des véhicules autorise déjà une direction automatique, mais « elle doit être automatiquement désactivée lorsque la vitesse du véhicule dépasse la limite fixée à 10 km/h de plus de 20 % ». C'est l'une des limitations de la réglementation recensées par le ministère du développement durable dans une très riche synthèse (.pdf) publiée l'an dernier, qui faisait le point sur les obstacles juridiques au développement des voitures autonomes.

Commentaire: Les côtés positifs d'une nouvelle technologie sont toujours mis en avant, bien sûr. Les arguments proposés sont évidemment inattaquables, comme toujours : qui a envie d'être traité de terroriste de l'asphalte et d'assassin de la route pour ne pas vouloir accepter une telle merveille ?

Pourquoi toujours imaginer, quelle sottise, que des personnes mal-intentionnées pourraient vouloir tirer parti de cette technologie pour, au hasard, téléguider arbitrairement un véhicule et en faire ce que l'on veut, soumettre à un logiciel des destinations autorisées et non-autorisées, inventer des quotas de déplacements kilométriques ou bien taxer les déplacement jugés inutiles ? Non, vraiment, qui pourrait avoir l'idée de faire tout ça.


Jupiter

Nouvelles preuves de l'existence d'une 9e planète dans le système solaire

Des scientifiques apportent de nouvelles preuves sur l'existence d'une neuvième planète dans notre système solaire, ont rapporté mardi des médias.

Les astronomes se sont aperçus que les objets célestes qui se trouvent aux confins de notre système solaire subissaient une influence gravitationnelle qui pourrait être provoquée par un objet non identifié.

"Quelque chose d'étrange se passe dans le système solaire", expliquent les scientifiques, qui supposent qu'"une énorme planète mystérieuse provoquerait ces phénomènes bizarres".

"L'existence d'une planète cachée dix fois plus grande que la Terre, serait la meilleure façon d'expliquer la modification des orbites de ces corps célestes", ont indiqué les scientifiques Mike Brown et Konstantin Batygin, cités par le site russe d'information "Russia Today" (RT).

Display

Face2Face : une technologie bluffante qui permet de contrôler le visage d'un autre

Le développement d'applications permettant l'échange de visage est grand ces derniers temps, mais avec Face2Face, on a désormais l'exemple le plus convaincant d'une telle technologie.

Le plus terrifiant aussi.

Comme le rapporte Gizmodo, Face2Face demande seulement une vidéo « cible » et une webcam.

Après avoir analysé le visage de l'extrait vidéo et celui de l'utilisateur, l'application plaquera les expressions de ce dernier sur l'intervenant de la vidéo. Dans l'exemple suivant, Vladimir Poutine, le président russe.


Magnify

Dans nos gènes se cache l'ADN d'espèces humaines disparues



L'analyse génétique des restes de Néandertaliens a montré que des Hommes modernes non africains (ici les Chinois Han, les Français, les habitants de la Papouasie-Nouvelle-Guinée) ont hérité de 1 à 4 % de leurs gènes de l’Homme de Néandertal, probablement en raison de métissages. Les Dénisoviens, eux, ont légué de 4 à 6 % de leur matériel génétique aux Mélanésiens. Sur ce schéma, les flèches (notées f) indiquent les transferts successifs de gènes entre Néandertaliens (Neandertal), Denisoviens (Denisova) et Mélanésiens (Melanesian). N représente la taille effective des populations ; t et tGF (sur l'échelle du temps) marquent une séparation entre deux populations et la période où les flux de gènes ont eu lieu. David Reich, Harvard Medical School, 2010
Nos ancêtres se sont hybridés avec l'Homme de Néandertal, mais aussi avec l'Homme de Denisova, ce cousin vieux de 30.000 ans découvert dans une grotte de Sibérie. Initialement, seul un os avait été découvert mais le séquençage de l'ADN (mitochondrial) a été très bavard et cette espèce humaine est devenue par la suite la première à être mieux connue par l'analyse génétique que par les ossements. Ce qui a conduit à d'étonnantes conclusions.

Des gènes néandertaliens existent toujours chez les humains actuels, dispersés dans la population. Chacun de nous n'en a que peu, ou pas du tout, mais on estime que la moitié du génome néandertalien subsiste chez les Hommes actuels, disséminé en morceaux (source : John Hawks, hors-série La Recherche, n°17, 2016). Quant à Denisova, il a légué des gènes retrouvés aujourd'hui à l'est de l'Asie, en Mélanésie et chez les aborigènes d'Australie. Mais quels gènes ? Et à quoi nous servent-ils ?

Gear

Télécharger des connaissances dans le cerveau


Commentaire : La possibilité de faire rentrer dans son crâne toutes sortes de compétences, rapidement et sans effort, offre des perspectives affriolantes, et c'est sans doute ce qui est ultimement visé par ce type de recherche. Les possibilités offertes par une telle technologie sont vertigineuses. Mais comme de bien entendu, toute médaille à son revers. Le processus d'apprentissage n'est-il pas quelque chose de fondamental dans l'acquisition de la connaissance et du savoir-faire ? Ne nous permet-il pas de prendre conscience de nous-même, de notre corps et de notre esprit ? De développer une interaction positive avec nos semblables, avec l'univers ? De nourrir l'expérience, par la découverte de nos motivations, de nos limitations, et cultiver toujours au mieux cette qualité que l'on appelle la volonté ?

On demande à un ordinateur, un smartphone ou un robot d'être efficient, de fonctionner, de remplir des tâches ; c'est ce qu'ils sont et font, gavés de programmes et de directives. Nul doute que certains souhaiteraient faire la même chose, avec des êtres vivants.


© Inconnu
Les chercheurs affirment avoir mis au point un simulateur qui peut alimenter les informations directement dans le cerveau d'une personne et lui enseigner de nouvelles compétences dans un court laps de temps. Ils pensent que ça pourrait être les premières étapes dans le développement de logiciels de pointe qui feront de l'apprentissage instantané de style Matrix une réalité.

Les chercheurs de HRL Laboratories, (qui appartient à The Boeing Company et General Motors) basé en Californie, disent qu'ils ont trouvé un moyen d'amplifier l'apprentissage, seulement sur une échelle beaucoup plus petite que dans le film.

Ils ont étudié les signaux électriques dans le cerveau d'un pilote qualifié pour ensuite introduire les données sur des sujets novices, puisqu'ils avaient appris à piloter un avion sur un simulateur de vol.

Telescope

Cérès : zoom sur la mystérieuse montagne solitaire


Commentaire : Concernant Cérès, qui a maintenant le statut de "planète naine", rappelons que les scientifiques ne savent pas vraiment d'où elle vient et pourquoi elle occupe la place qui est maintenant la sienne, entre Mars et Jupiter. D'une autre galaxie ?
Dans la seconde étude, les membres de l'équipe de la mission américaine Dawn annoncent avoir trouvé des preuves de présence d'argile riche en ammoniac. Cela "suggère que Cérès est composée de matière accumulée dans un environnement où l'ammoniac et l'azote étaient abondants. Par conséquent, nous pensons que ce matériel ne provient pas du système solaire", déclare Maria Cristina De Sanctis de l'Institut national d'astrophysique de Rome et coauteur de l'étude. Cela veut-il dire que Cérès n'est pas née dans la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter ? Pas forcément. Pour les chercheurs, Cérès a pu aussi être née dans notre galaxie et avoir attrapé des matières dérivant d'une autre.
Un peu plus loin :

© NASA
La sonde Dawn de la NASA a réussi à capturer les vues, les plus détaillées à ce jour, de la montagne solitaire découverte sur la planète naine Cérès et surnommée Ahuna Mons. Ces images, qui ont été obtenues en décembre 2015, aideront à faire la lumière sur certains des nombreux mystères qui entourent cette montagne, y compris son processus de création qui est encore inconnue.

La montagne était si inhabituelle par rapport au terrain environnant, qu'elle a été détectée avant que la sonde ait réussi à se mettre en orbite autour de la planète naine, le 6 mars 2015, apparaissant comme une petite bosse lumineuse à 46 000 km de distance.

Au cours d'une année complète, la sonde a effectué de délicates manœuvres alors qu'elle réduisait sa distance de Cérès, aboutissant à sa troisième et dernière orbite de cartographie. A une altitude d'environ 385 km au-dessus de la surface de la planète naine, le vaisseau spatial a été en mesure de capturer l'Ahuna Mons avec une résolution environ 120 fois fois supérieure à la première image qui a conduit à la découverte de la montagne solitaire en février 2015 .

Commentaire:



Robot

Un pas de plus vers l'apparition de l'homme-machine


Commentaire : Comme nous le dit Wikipédia, la DARPA est « une agence du département de la Défense des États-Unis chargée de la recherche et développement des nouvelles technologies destinées à un usage militaire. » Cette même agence qui cherche à : Le secteur militaire et le secteur scientifique fournissent, chacun de leur côté, leur lot de psychopathes bien gratinés. Les deux travaillant ensemble, voilà qui a de quoi éveiller notre méfiance. Qui peut croire que le contrôle neuronal qui s'effectue de l'homme vers la machine ne se fera pas dans l'autre sens ? Une machine qui dirige un être humain ; un être humain considéré lui aussi au préalable comme une machine améliorable ; une machine qui améliore une machine qui améliore une machine, en quelque sorte. Une vision réductrice de notre humanité qui raisonne en terme de capacité, d'efficience et de contrôle.

Et pour arrondir tout ça, lisser ce qui pourrait gêner, on nous ressert encore une fois le plat cent fois réchauffé du prétexte de la recherche médicale, parfaite caution morale s'il en est.


Traduction : Folamour pour Crashdebug


Le stentrode pourrait permettre à des militaires d'utiliser le « modem cortical » pour manœuvrer des drones. Il a été testé avec succès sur des animaux ce mois-ci
L'armée américaine a implanté et testé avec succès son premier « modem cortical » sur un sujet animal. La minuscule puce implantée, développée par l'Agence de défense Advanced Research Projects (Darpa), utilise un petit capteur qui se déplace à travers les vaisseaux sanguins, et se loge dans le cerveau pour enregistrer l'activité neuronale.

Les neurologues ont injecté de minuscules capteurs dans des veines de bétail, puis ont enregistré les impulsions électriques qui contrôlent les mouvements des animaux pendant six mois. Le capteur, appelé « stentrode », une combinaison des mots « stent » et « électrode », est la première étape dans la décision de l'armée pour permettre aux soldats de contrôler des machines avec leur esprit.

Hypothétiquement, cela pourrait permettre à des militaires d'utiliser ce « modem cortical » pour manœuvrer des drones. Le stentrode est de la taille d'un trombone, flexible et injectable. Au lieu d'une chirurgie du cerveau invasive, il pénètre dans le sang par l'intermédiaire d'un cathéter, puis transmet les données.

« La DARPA a déjà démontré la possibilité de contrôle directe par le cerveau d'un membre prothétique par des patients paralysés équipés de réseaux d'électrodes implantés directement dans le cortex moteur lors d'une chirurgie invasive ouverte traditionnelle du cerveau », a déclaré Doug Weber, le gestionnaire de programme pour RE-NET.
« En réduisant la nécessité d'une chirurgie invasive, le stentrode peut ouvrir la voie à des implémentations plus pratiques de ces types d'applications avec des interfaces cerveau-machine pouvant changer la vie. »

Cow Skull

Des OGM qui se muent en espèces invasives en Espagne ?


Commentaire : En 2002, James White, le responsable de la branche des évaluations des biotechs à l'USDA, disait :
« Les probabilités de dissémination d'un gène sont essentiellement nulles »...
Depuis 20 ans nous subissons le baratin des pro-OGM qui nous rabâchent que tout est sous contrôle, sans danger, que le transfert de gène n'est pas possible, que la contamination des cultures est un problème marginal, que les organismes génétiquement modifiés sont inoffensif pour les animaux et les êtres humains, que les ogm vont sauver l'humanité, et patati et patata. Des affirmations toutes contredites, les unes après les autres. Et à l'heure ou les traités transatlantiques s'apprêtent à nous matraquer d'OGM, essayons de prendre conscience du réel danger que représente cette peste génétique :

© Bernardo Bolaños
Originaire du Mexique, la téosinte a été observée pour la première fois en Espagne en 2009
Considérée comme l'ancêtre du maïs cultivé, la téosinte est en train de proliférer à l'état sauvage en Espagne. Dans une lettre ouverte, 13 organisations issues de l'agriculture ou de l'environnement attirent l'attention de la Commission européenne sur le fait que la téosinte et le maïs sont susceptibles de se croiser et de produire des descendants communs, autrement dit que le risque d'un transfert de gènes entre la téosinte et le maïs transgénique est bien réel. Or l'Espagne sème plus de 100 000 hectares de maïs transgénique MON810. Les organisations demandent par conséquent d'interdire la culture de ce maïs. Originaire du Mexique, la téosinte a fait son apparition en Espagne en 2009. Mais ni les autorités espagnoles, ni le groupe américain Monsanto n'ont pris la peine d'en informer officiellement la Commission européenne. Aujourd'hui, cette graminée se propage dans les régions de l'Aragon, de la Navarre et de la Catalogne, où elle menace dangereusement les cultures de maïs. Pour empêcher son avancée, les autorités régionales ont même interdit de cultiver du maïs dans certaines zones.
« Parmi les régions d'Espagne touchées par la prolifération de la téosinte, il y en a plusieurs qui cultivent sur des milliers d'hectares le maïs transgénique MON810 produisant un insecticide. Si cette propriété se transmet à la téosinte, cette graminée pourrait se montrer plus envahissante encore », explique Blanca Ruibal de l'organisation Amigos de la Tierra. « Nous sommes extrêmement inquiets de constater que ni les autorités espagnoles ni Monsanto n'ont informé la Commission européenne de cette menace sérieuse pour l'agriculture et pour l'environnement. L'Europe pourrait bientôt se voir confrontée à la prolifération de cette plante non seulement en Espagne, mais aussi dans les zones productrices de maïs en France, en Italie ou au Portugal. »

Mars

Dôme de Tharsis : le volcan qui a fait pivoter la surface de Mars


Commentaire : Le principe reste peut-être le même, toute proportion gardée, sur la Terre, par exemple. On peut concevoir que l'action conjuguée de quelques volcans entrant en activité simultanément, dans une zone spécifique (ceinture de feu du Pacifique), puisse provoquer de micro-glissements de la croute terrestre, engendrant une partie des changements terrestres auxquels nous semblons assister présentement. Avec, à la clé, des phénomènes de types doline et engendrant des perturbations suffisamment importantes pour provoquer une partie des hécatombes animales auxquelles nous assistons depuis des années ?


© Nature/Sylvain Bouley
La surface de Mars a basculé de 20 à 25 degrés. "Si un tel basculement se produisait sur la Terre, Paris se retrouverait sur le cercle polaire"
La formation du dôme de Tharsis, mastodonte grand comme la France, aurait fait glisser la surface de Mars de 20 à 25 degrés autour de son noyau, il y a 3 à 3,5 milliards d'années, selon une étude publiée dans Nature. Serait-ce la clé de quelques mystères martiens ?

Mars n'est plus ce qu'elle était. Non, il ne s'agit pas de l'eau de la planète rouge... Cette fois, les scientifiques se sont penchés sur la physionomie même de Mars, qui aurait été modifiée radicalement il y a 3 à 3,5 milliards d'années. La planète a basculé, sa surface a glissé autour de son noyau déplaçant rivières, calottes glacières et volcans. Et justement, un volcan gigantesque serait à l'origine de cette transformation qui expliquerait certains des grands mystères de la planète rouge.

Le coupable : le dôme de Tharsis

Cell Phone

Incroyable mais vrai : le smartphone à 3,29 euros vient de naître en Inde

Le Freedom 251 ne coûte que 3,29 euros, ce qui en fait le smartphone le moins cher au monde. Mais des doutes subsistent quand à la réalité de cette prouesse technologique indienne. Un smartphone pour le prix d'un café sur une terrasse parisienne. C'est le pari du Freedom 251, qui a été dévoilé en Inde, au prix de 251 roupies, soit 3,29 euros, mercredi 17 février. Il devient ainsi le smartphone le moins cher au monde.

© Capture d'écran Freedom251.com
Le Android Freedom 251

Commentaire : Plus aucune excuse pour ne plus être connecté à Internet. Avec des smartphones à ce prix-là, tout le monde peut enfin naviguer dans le virtuel. Un type de mobile idéal pour favoriser également la disparition de l'argent liquide, en favorisant toujours plus les transactions dématérialisées. L'abandon et la stigmatisation du cash trotte dans la tête des dirigeants (lire banquiers) depuis un moment déjà : on se doute bien qu'il n'y plus d'argent dans les coffres-forts. De plus, en permettant à tout et chacun de posséder un mobile, les gouvernements peuvent aussi contrôler, surveiller et localiser la population entière, à un niveau planétaire.


Commentaire: Vous pouvez lire aussi: