Bienvenue à Sott.net
dim., 24 sept. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte

Beaker

Un pas vers le clonage humain : des scientifiques ont créé des embryons artificiels

La vie humaine pourrait bientôt être reproduite en laboratoire, après que les scientifiques de l'Université de Cambridge ont réussi à créer lors de leurs dernières expériences des embryons artificiels de souris.

Les scientifiques ont réussi à développer une structure d'embryon de souris en utilisant des cellules souches cultivées en laboratoire. Les cellules sont devenues des embryons avec des structures internes identiques à celles qui émergent au cours du développement normal dans l'utérus.

Le but de la recherche était d'avoir une vision approfondie du développement d'un embryon juste avant l'implantation. Sans aucun doute, c'est une étape importante qui a été franchie, car les tentatives précédentes de développer des structures embryonnaires à partir de cellules souches ont connu une réussite en demi-teinte.

Commentaire: Se pourrait-il que dans le futur, le fait de porter un enfant et accoucher ne soit plus la norme ?


Microscope 2

Russie : test réussi d'un produit contre tous les types de cancer

Des chercheurs russes ont mis au point et testé avec succès dans l'espace un produit d'ingénierie génétique contre tous les types et tous les stades de tumeurs malignes. Les patients pourront y accéder d'ici trois ou quatre ans. L'annonce a été faite par le professeur Andreï Simbirtsev, directeur adjoint de l'institut de recherche des produits particulièrement purs de l'Agence médico-biologique fédérale russe.

© Inconnu
Les Russes ont découvert comment traiter le cancer avec la " Protéine de choc thermique ".
Ce produit complètement nouveau obtenu grâce aux biotechnologies vise à soigner les tumeurs malignes. L'expérience spatiale par lequel il a pu être obtenu s'inscrit dans le cadre des essais précliniques de ce médicament qui pourrait s'avérer révolutionnaire dans la lutte contre le cancer.

Commentaire: Lire aussi :


Archaeology

La plus ancienne preuve de vie sur Terre découverte au Québec

PARIS | Des chercheurs ont annoncé avoir découvert des microorganismes fossiles qui auraient entre 3,77 et 4,29 milliards d'années, ce qui en ferait la plus ancienne preuve de vie sur Terre, selon une étude publiée mercredi. Les scientifiques ont mis en évidence ces microfossiles dans des couches de quartz du site géologique de la ceinture de Nuvvuagittuq, au nord-est du Québec (Canada). Leurs travaux sont publiés mercredi dans Nature.

© Nasa Astrobiology Institute
Une photographie d'un affleurement de roches métamorphiques à Porpoise Cove, de la ceinture supracrustale du Nuvvuagittuq (Canada). Certaines de ces roches ont un rapport Sm/Nd indiquant un âge de plus de 4,0 Ga. Elles feraient donc partie, peut-être, des plus anciennes roches sur Terre.
« Grâce à des images laser des échantillons prélevés, nous avons pu identifier des microfossiles, qui sont les plus vieux connus au monde », a déclaré Matthew Dodd, de University College London (UCL), dans une vidéo postée sur le site de la revue.

Info

Alerte : Nouvelle faille importante non corrigée dans Windows et comment sécuriser un mot de passe

Transmis par lespheres notre informaticien maison cette alerte de sécurité pour les systèmes Windows. En cause : Internet explorer 11 et Edge. Seront à la merci des pirates les systèmes Windows : 7 - 8.1 - 10. Google révèle les détails d'une nouvelle faille dans Windows, avec prototype d'exploitation

© Inconnu
Google vient à nouveau de dévoiler les détails d'une faille de sécurité dans Windows. Comme les fois précédentes, le Project Zero en détaille le fonctionnement, Microsoft n'ayant pas réagi durant le délai de 90 jours. C'est la troisième fois depuis le début de février.

Rocket

Préparez vos valises ! Découverte de trois planètes qui pourraient abriter la Vie

Des astronomes ont découvert autour d'une étoile naine un fascinant système de sept planètes de la taille de la Terre, dont trois d'entre elles pourraient abriter des océans d'eau liquide et donc potentiellement de la vie. Trois planètes telluriques appartenant à un système solaire proche du nôtre réunissent les conditions nécessaires à la présence d'eau à l'état liquide et d'une forme de vie, selon des recherches publiées mercredi par la revue Nature.

© NASA
D'autre planètes habitables ?
Le système en question compte au total sept planètes d'une taille équivalente à celle de la Terre, mais trois tournent autour de leur étoile, une « naine ultra-froide » baptisée Trappist-1, à une distance compatible avec la présence d'eau.

Microscope 1

Des bactéries âgées de plusieurs milliers d'années prisonnières de cristaux géants

© MaxPPP/EFE/Javier Trueba & Madrid Scientific Films
Grotte de Naïca
Des scientifiques de la Nasa ont découvert des micro-organismes vivants en état latent piégés à d'intérieur de cristaux pendant 60 000 ans dans des grottes de l'État du Chihuahua au Mexique.

La grotte de Naïca, située dans l'État du Chihuahua au Mexique, est réputée pour ses cristaux géants. Elle intéresse aussi beaucoup de scientifiques. Parmi eux, une équipe de la Nasa qui vient de découvrir d'étranges microbes anciens ayant apparemment évolué pour survivre en se nourrissant de sulfite, de manganèse ou d'oxyde de cuivre, selon les explications de Penelope Boston, la responsable de l'Institut d'Astrobiologie de la Nasa dans une présentation effectuée ce week-end à la conférence de l'American association pour l'avancement de la science (AAAS) à Boston.

Une découverte qui suscite l'espoir de découvrir des organismes capables de survivre dans des environnements extrêmes sur d'autres planètes, selon ces scientifiques. Cette chercheuse a précisé qu'il y avait une centaine de différents micro-organismes pour la plupart des bactéries qui sont restées piégées dans ces cristaux pendant des périodes allant de 10 000 à 60 000 ans. Parmi ces espèces, 90% n'avaient jamais été vues avant sur la Terre.

Commentaire: Nous le savons à présent, même certains organismes un peu plus « évolués » que les bactéries ou les virus peuvent survivre dans l'espace, à l'instar de l'incroyable Tardigrade. On ne peut donc que s'émerveiller des stratégies infinies que la création sait développer pour que, d'une manière ou d'une autre... quelque chose vive quelque part.

Pas besoin d'ailleurs d'hypothétique « vaisseau spatial qui revient de la Lune ou d'une autre planète » pour amener quoi que se soit de nouveau sur notre Terre : nous avons les comètes qui font parfaitement leur boulot. Et Dieu sait que les comètes, ça peut beaucoup... : Une confirmation supplémentaire que la vie fourmille probablement dans l'Univers, quel que soit l'environnement, quelles que soient les conditions. Ah oui, et bien sûr, quelles que soient les réticences que nos scientifiques éprouvent à cette idée.


Nebula

Cosmologie : JANUS1

© Jean-Pierre Petit
Claude Ptolémée
En cosmologie, premier épisode de la série représentant une présentation de mon modèle cosmologique Janus. La notion de modèle en cosmologie. Le monde d'Aristote. Le modèle de Ptolémée. Copernic. Kepler en cosmologie: un système planétaire construit à partir des polyèdres de Platon.


Magnify

Un peu de génétique de destruction massive ?


Commentaire : La liste est longue des catégories d'individus dont nous pouvons nous méfier : politiciens, militaires, hommes d'affaires, banquiers... et scientifiques. Ces derniers, quand ils ne sont pas eux-mêmes dépourvus de conscience, ou corrompus, ou contraints, ou les trois à la fois, voient en général leurs travaux récupérés et pervertis par les premiers. Forte, utile, miraculeuse, inattaquable caution scientifique oblige.

Nous pouvons donc exercer notre vigilance, voire notre imagination, en gardant un œil sur les dernières avancées technologiques dont notre monde moderne a le secret : par elles sera toujours favorisée la servitude de l'humanité. Et, in fine, sa probable destruction. Dernière en date, au rayon des « inventions inévitablement mal utilisées » : le CRISPR Cas9. Avec lui, on tape dans la dévastation polyvalente. Virus modifiables, plantes modifiables, animaux modifiables... êtres humains modifiables ; il n'y a plus de limites, si ce ne sont celles de la folie humaine. Mais, heureusement, de folie, il n'est rien d'inéluctable, d'incontournable, d'insurmontable :
Q : Les nations se ressemblent-elles ?

R : Oui, elles suivent toutes les mêmes principes fondateurs (basés sur la conscience morale) mais diffèrent au niveau culturel (langue, rites, traditions, héros...) (...) Toutes les nations partagent un ensemble de principes très similaires - conscience et valeurs morales. Au sein de ce cadre moral, chaque nation, en fonction de son Histoire, de sa culture, de sa langue et de ses traditions, prend des décisions sociales et juridiques en harmonie avec ses spécificités culturelles. (...) Les sociétés modernes ont séparé la science de la religion, donnant ainsi naissance à une société schizophrène partagée entre science matérialiste d'un côté et religions irrationnelles de l'autre. L'idée ici est de ré-unir la spiritualité et la science afin de créer des pratiques religieuses qui soient véritablement bénéfiques aux adeptes. (...) Il y a une séparation totale entre les intérêts politiques d'une part, et la recherche scientifique d'autre part. Par conséquent, le financement de la recherche dépend exclusivement des priorités sociales et du potentiel scientifique.

C'est par ici.

© Inconnu
CRISPR Cas9, le "couteau suisse de la génétique" pourrait bien aider à la guérison de nombreuses maladies. Mais pourquoi les services de sécurité s'inquiètent-ils ? L'enquête de franceinfo montre les dangers potentiels de cette nouvelle technologie.

Le grand patron du renseignement américain a été le premier à tirer le signal d'alarme, en février 2016. Dans un rapport déclassifié par la CIA, James Clapper a classé CRISPR Cas9 dans la catégorie des "armes de destruction massive" potentielles. Pour lui, cette technologie utilisée dans des milliers de laboratoires doit être considérée comme le programme nucléaire nord-coréen, les armes chimiques syriennes et les missiles de croisière russes.

Une avancée majeure

Tout commence pourtant dans l'euphorie, en 2012, lorsqu'une Française, Emmanuelle Charpentier, et une Américaine, Jennifer Doudna, inventent les "ciseaux à découper l'ADN". Ils sont alors présentés comme une avancée majeure de ce début de siècle. Ses co-découvreuses collectionnent les prix et sont régulièrement annoncées pour un Nobel. Il faut dire que cette découverte pourrait permettre de traiter des cancers et des maladies génétiques jusqu'ici incurables. CRISPR Cas9, c'est l'association d'un brin d'ARN (de l'ADN à une seule hélice) qui sert de guide à une enzyme (CAS9) permettant de couper, remplacer, inactiver, modifier le gène que l'on cherche à atteindre.

Commentaire: Quelques articles supplémentaires :


Galaxy

Le 10 février 2017 : il y aura trois phénomènes célestes observables qu'il ne faudra absolument pas rater

Le 10 février 2017, c'est-à-dire ce vendredi, le ciel nous offre l'opportunité d'observer trois phénomènes assez rares : une éclipse lunaire, une « snow moon » et le passage d'une comète. À vos agendas !

© Getty Images
On espère que vous n'avez rien de prévu dans la nuit de vendredi 10 au samedi 11 février pour débuter votre week-end. Parce que le ciel va nous gâter de plusieurs spectacles à ne pas rater. Les trois phénomènes n'auront pas lieu en même temps mais le fait qu'elles se déroulent la même nuit est assez rare pour le souligner.

Mars

Mars : un volcan entré en éruption pendant 2 milliards d'années ?

Tout comme la Terre, Mars compte de nombreux volcans. L'un d'eux serait entré en éruption continue pendant deux milliards d'années, selon des scientifiques qui ont étudié l'âge d'une météorite martienne.
© Nasa/JPL/Caltech
Image mosaïque de l'Olympus Mons, sur Mars, créée grâce à l'association de plusieurs photos prises par la sonde Viking entre le 1er et le 22 juin 1978. Haut de plus de 21 000 mètre, c'est le plus grand volcan du système solaire
Cette petite météorite qui tient dans la paume d'une main pourrait expliquer l'histoire volcanique de la planète Mars. C'est du moins ce qu'avancent des astronomes dans une étude publiée dans la revue Sciences Advances. Selon eux, ce caillou de 200 grammes, retrouvé en Algérie en 2012, se serait formé dans un volcan géant qui est entré en éruption pendant plus de deux milliards d'années.

« Il n'y a rien de semblable sur Terre »

Cette météorite fait partie d'un échantillon de 11 autres cailloux, appelés Northwest Africa (NWA) 7635, qui ont tous été expulsés d'un même volcan hors de l'orbite de Mars, il y a des millions d'années. Mais alors que les 10 autres météorites sont âgées, selon les scientifiques, de 500 millions d'années, la dernière aurait 2,4 milliards années.

Commentaire: C'est un euphémisme que de dire que toute l'histoire de Mars est conditionnée par l'activité d'un tel volcan. Et c'est d'autant plus fascinant que nous savons que la planète a, ou a eu, une atmosphère, de l'eau douce, un océan (?), un climat plus tempéré (?), des similitudes géologiques avec la Terre, des ingrédients indispensable à la vie, probablement la vie elle-même, et, gardons le meilleur pour la fin, une ribambelle de phénomènes naturels (si, si) qui sculptent des visages, des pyramides, des ruines, déplacent des rochers, les font léviter, génèrent des lumières et créent des satellites comme Phobos, qui lui aussi défie naturellement les lois de la nature. Rien que de très banal, en somme...