Bienvenue à Sott.net
sam., 25 nov. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte

Sun

Science en délire : géo-ingénierie solaire pour bientôt ?


Comment: Et oui, ce n'est pas une blague : dans l'esprit de certains scientifiques, il faut que l'être humain puisse arriver à contrôler les différentes énergies solaires qui arrivent sur la Terre pour lutter contre le réchauffement climatique... Inconscience maladive, ignorance crasse, arrogance téméraire, trouble mental ? Un peu des quatre, n'en doutons pas. Ce n'est malgré tout pas totalement surprenant : par delà les idées et les motivations que les êtres humains considèrent entièrement comme les leurs, on peut imaginer que certaines forces à l'oeuvre dans notre monde tireraient avantages à voir la lumière de notre Soleil, source de vie, entièrement contrôlée. Si une telle chose était possible.

Bien sûr, concernant le mythe du réchauffement climatique : Quand à la propagande médiatique qui fait de notre merveilleux Soleil notre pire ennemi...


Mr Burns cache le soleil...
D'ici 2022, les chercheurs de Harvard prévoient de disperser de petites quantités de deux matériaux dans la stratosphère dans l'espoir de répliquer les effets atmosphériques rafraîchissants d'une éruption volcanique d'envergure.

Une équipe de scientifiques américains sont prêts à procéder à des injections par aérosols dans la stratosphère (jusqu'à 20 km d'altitude = 12.4 miles) afin de valider la faisabilité technique d'une méthode permettant de résoudre le problème du réchauffement climatique. L'objectif est de simuler en toute sécurité les effets atmosphériques rafraîchissants d'une éruption volcanique de grande ampleur. Le projet de 20 millions de dollars porté par la Harvard University est le plus grand programme de géo-ingénierie jamais imaginé, et il sera lancé dans les prochaines semaines (début avril 2017).

Les scientifiques porteurs du projet visent à réaliser deux dispersions à petite échelle d'ici 2022. La première dispersera de l'eau dans la stratosphère, et la seconde dispersera des particules de carbonate de calcium. Dans le futur, des tests pourraient inclure également l'émission, dans l'atmosphère supérieure, d'oxyde d'aluminium ou peut-être même d'un élément plus exotique : des diamants.

Brain

Flicage informatique et connecté : Facebook veut lire à l'intérieur du cerveau, sans un mot ni un écrit

Plusieurs dizaines de spécialistes de l'intelligence artificielle travaillent pour Facebook sur un projet qui permettra de lire la pensée dans notre cerveau, sans passer par le mot, parlé ou écrit. L'industrie informatique a pour objectif le flicage connecté et la maîtrise de l'humanité.

J'ignore si c'est possible. J'ai fait mathélem comme tout le monde mais depuis, j'ai préféré lire Closer. Je ne suis donc pas capable de démêler la part du rêve (cauchemar) de celle de l'anticipation dans les projets faramineux que lancent réseaux sociaux et géants de l'informatique pour, sous couleur d'aider l'homme, le surveiller et le transformer. Je ne saurais donc évaluer la faisabilité du nouveau projet de Facebook, pas plus que les perspectives transhumanistes de la fondation Google.

Facebook utilise l'intelligence artificielle pour lire la parole dans le cerveau
Il est facile de constater en revanche que quelques entreprises parties hier de rien ont acquis aujourd'hui un poids gigantesque et ambitionnent de gouverner l'humanité demain. Il serait intéressant de savoir qui, et ce qui meut les dirigeants de Google et Facebook.

Alarm Clock

Etre du soir ou du matin serait codé dans votre génome

La recherche génétique a montré que la plupart des gens sont des « lève-tôt », mais pas moins de 10% de la population mondiale est constituée de « marmottes », et ce n'est pas une propriété de caractère, mais une caractéristique du génome.

Si vous vous couchez tard et avez du mal à vous lever le matin, il se pourrait que votre horloge interne soit génétiquement programmée pour fonctionner lentement, estiment des chercheurs américains et turcs. L'article correspondant sur la prédisposition génétique des « marmottes » et des « lève-tôt » a été publié dans l'une des principales revues scientifiques Cell.

Les chercheurs ont découvert une mutation dans un gène appelé CRY1 qui modifie l'horloge circadienne humaine. Selon l'article, certaines personnes ont des rythmes circadiens qui régissent le sommeil et le réveil, décalés de 2-2,5 heures et si on ne les respecte pas, on s'expose au diabète et à la dépression.
« Les porteurs de cette mutation sont en perpétuel décalage et passent leur vie à essayer de rattraper leur manque de sommeil », explique l'un des auteurs de cet article, Alina Patke, de l'Université Rockefeller.
Il a été démontré statistiquement et de façon fiable que les personnes ayant une mutation du gène CRY1 sont plus actives dans la soirée et la nuit, travaillent efficacement pendant la nuit, mais ils se lèvent beaucoup plus tard.

Telescope

Encelade et son océan qui possède « presque tous les ingrédients » propices à la vie


Commentaire : Enfin, ça y est : nous savons qu'il y a plein d'endroits qui sont « propices à la vie » ; les chercheurs sont « confiants » et « optimistes ». On peut enfin espérer avoir l'espoir d'envisager la possibilité que la vie se serait éventuellement et potentiellement développées ailleurs, dans notre système solaire, sous certaines imaginables et probables conditions. Mais pas sous n'importe quelle forme, faut pas exagérer : les microbes, et rien d'autre. Les maux de tête qu'occasionnent les anomalies martiennes suggérant que la planète a déjà été occupé c'est largement suffisant, il vaut mieux se concentrer sur ce que l'on ne peut pas voir. La Nasa conserve malgré tout notre sympathie : elle est un excellent photographe.


© Nasa
La Nasa a découvert des traces d'hydrogène sur Encelade, une lune de Jupiter
La NASA annonce la découverte d'hydrogène sur Encelade, qui réunirait ainsi "presque tous les ingrédients nécessaires à un environnement habitable".

La Nasa avait entretenu le mystère en annonçant des "découvertes sur les mondes océaniques extraterrestres". Dans une conférence de presse qui s'est tenue ce jeudi, elle a finalement annoncé la détection d'hydrogène dans un panache de vapeur émanant de fissures dans l'épaisse couche de glace d'Encelade, une lune de Saturne, qui ne peut s'expliquer que par des réactions hydrothermales propices à la présence de la vie. Des découvertes permises par le travail de la sonde Cassini.

Sherlock

Le monstre du Loch Storr existe : c'est un ichtyosaure

Interrogé par le Daily Mail début avril 2017, le biologiste Neil Gemmell, de l'université d'Otago (Nouvelle-Zélande), explique son projet d'analyser l'eau du loch Ness pour y découvrir les éventuelles traces d'ADN d'un animal inconnu... ou pour en démontrer l'absence.

© Inconnu
Ichthyosaurus
Ce n'est pas la première fois que des scientifiques étudient un hôte mystérieux de l'un de ces longs lacs d'Écosse. L'an dernier, des paléontologues écossais analysaient le squelette complet d'un ichtyosaure fossile, le monstre du loch Storr...

Stop

Bientôt chez nous ? Les entreprises ont commencé à implanter des micro-puces pour les salariés

Vous avez soif d'une existence digne d'un scénario de science-fiction ? Peut-être que vous devriez chercher un emploi auprès d'une des entreprises d'Epicenter, un centre d'emploi en Suède. The Associated Press a rapporté lundi que les entreprises ont commencé à implanter des micro-puces dans leurs employés, marquant la première fois où la pratique est utilisée à grande échelle.

© Inconnu
La Puce Travail
« Ce qui pourrait passer pour une vision dystopique du lieu de travail est presque routinier chez la start-up suédoise Epicenter », rapporte l'AP. «La société propose d'implanter ses travailleurs et membres de la start-up avec des micro-puces de la taille d'un grain de riz qui fonctionnent comme des cartes magnétiques : elles peuvent ouvrir des portes, utiliser des imprimantes ou acheter des smoothies avec un geste de la main ».

Commentaire: À une vitesse incroyable, si rapide même que nous ne le voyons pas, l'humanité va se transformer en un grand ordinateur. Est-ce là l'objectif final ?


HAL9000

Création de premiers synapses électroniques capables d'apprendre de manière autonome


Commentaire: Le problème, avec cette histoire d'intelligence artificielle, de dispositifs autonomes et d'apprentissage mimétique, c'est que l'on a du mal à concevoir réellement comment une machine, qui semble ne pouvoir être que la somme exacte des parties qui la compose, puisse faire autre chose qu'agir dans le cadre forcément prédéfini et prévisible des programmes spécifiques qui lui sont donnés. Certains le conçoivent malgré tout parfaitement et s'en inquiètent... On pourra donc réfléchir à ce qu'impliquent les inquiétudes de ces personnes qualifiées : apparition et/ou création d'une conscience informatique, pour ainsi dire ex nihilo ?


© Inconnu
Des chercheurs du CNRS viennent de créer une synapse artificielle capable d'apprendre de manière autonome. Ils ont également réussi à modéliser ce dispositif. Cette dernière étape est fondamentale pour élaborer des circuits plus complexes.

S'inspirer du fonctionnement du cerveau pour concevoir des machines de plus en plus intelligentes, telle est l'idée du biomimétisme. Le principe est déjà à l'œuvre en informatique via des algorithmes pour la réalisation de certaines tâches comme la reconnaissance d'image. C'est ce qu'utilise par exemple Facebook pour identifier des photos. Mais le procédé est très gourmand en énergie.

Vincent Garcia, de l'Unité mixte de physique CNRS-Thalès, et ses collègues, viennent de franchir une nouvelle étape dans ce domaine en créant directement sur une puce électronique une synapse artificielle capable d'apprentissage. Ils ont également développé un modèle physique qui permet d'expliciter cette capacité d'apprentissage. Cette découverte, qui vient d'être publiée dans Nature Communications, ouvre la voie à la création d'un réseau de synapses et donc à des systèmes intelligents moins dépensiers en temps et en énergie.

Le processus d'apprentissage de notre cerveau est lié à nos synapses, qui assurent la connexion entre les neurones. Plus elle est stimulée, plus cette liaison se renforce, et plus l'apprentissage s'améliore. Les chercheurs se sont inspirés de ce mécanisme pour concevoir le memristor, une synapse artificielle. Ce nanocomposant électronique, formé d'une fine couche ferroélectrique prise en sandwich entre deux électrodes, peut ajuster sa résistance sous l'action d'impulsions électriques similaires à celles des neurones. Si la résistance est faible, la liaison synaptique est forte, si la résistance est forte, la liaison est faible. C'est cette capacité de la synapse à adapter sa résistance qui permet l'apprentissage.

Galaxy

On a découvert une jumelle morte à la Voie lactée

Une équipe internationale d'astronomes a découvert une galaxie morte dont l'âge est comparable à celui de la Voie lactée.
© capture d'écran: YouTube
Dans un article paru dans le magazine Nature, les scientifiques pensent que la raison de ce "vieillissement précoce" réside dans la vitesse extrêmement élevée de naissance des étoiles en son sein.

La galaxie ZF-COSMOS-20115, qui se trouve à environ 12 millions d'années-lumière de la Terre, s'est formée 1,65 milliard d'années après le Big Bang. Elle possède une taille relativement réduite combinée à une forte densité: son diamètre est équivalent à la distance entre le Soleil et la nébuleuse d'Orion mais elle contient près de 300 milliards d'étoiles.

Telescope

Des jets supersoniques de plasma détectés pour la première fois dans l'atmosphère terrestre

Pour la toute première fois, des jets de plasma supersoniques atteignant des températures de 10 000 °C ont été détectés dans l'ionosphère (la haute atmosphère terrestre). Cela a modifié radicalement sa composition chimique.
© Inconnu
L'ionosphère est une couche atmosphérique couvrant 75 à 1 000 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre. Il y a une centaine d'années, le scientifique norvégien Kristian Birkeland proposait l'idée que de vastes courants électriques alimentés par les vents solaires voyageaient dans cette couche par le champ magnétique terrestre. Plus tard, les premiers satellites envoyés dans la haute atmosphère ont confirmé l'existence de ces courants : ce sont les « courants de Birkeland ».

Les courants de Birkeland sont très puissants. Ceux-ci portent jusqu'à 1 TW d'énergie électrique dans l'atmosphère supérieure, soit l'équivalent d'un tiers de la consommation totale d'énergie des États-Unis chaque année. Ils sont également responsables des aurores boréales et australes qui subliment les pôles Nord et Sud. Désireux d'en savoir plus, l'Agence spatiale européenne (ESA) envoyait en 2013 un trio de satellites Swarm dans l'espace entre l'ionosphère de la Terre et la magnétosphère pour enquêter sur ces fameux courants de Birkeland. Ils ont alors découvert que ces puissants champs électriques pouvaient entraîner des jets de plasma supersoniques : des courants électriques puissants pouvant atteindre les 10 000 °C. Et forcément, ce n'est pas sans conséquence.

Propaganda

Propagande climatique : CO2 et pseudo-réchauffement anthropique

© IPCC
Dans son cinquième Assessment Report AR5 (2013) l'IPCC a écrit (Chap.12-FAQ 12.3, p. 1107), je cite : « La température globale ne peut pas réagir rapidement aux changements de la concentration des gaz à effet de serre ... L'élimination des émissions de CO2 conduirait à une température presque constante pendant de nombreux siècles (effet des émissions passées) ... En raison de la grande inertie du climat et du cycle du carbone, la température globale à long terme est largement contrôlée par les émissions totales de CO2 accumulées au fil du temps, quel que soit le moment où elles ont été émises ».

En soi cette affirmation est en conformité avec les observations déduites du changement de climat, c'est-à-dire du réchauffement au cours de la seconde moitié du XXe siècle, qui peut être rapproché directement de l'augmentation du CO2 durant cette période : en gros 100 ppm et 0,8 °C. L'IPCC ajoute que, je cite : « Ceci s'explique par le processus extrêmement long d'élimination du CO2 atmosphérique d'origine anthropogénique, ce qui signifie que le concept d'une durée de vie caractéristique et unique n'est pas applicable au CO2 » (AR5-Chap.6-Box-6.1).

Toute la supercherie de l'IPCC à propos du réchauffement climatique d'origine humaine repose essentiellement sur ces deux citations. En d'autres termes plus simples à comprendre pour un non-spécialiste que j'étais mais plus trop maintenant après avoir lu dans leurs moindres détails un nombre important d'articles scientifiques parus dans des revues à comités de lectures irréprochables : puisque la durée de vie du CO2 dans l'atmosphère est très longue - l'IPCC cite 1 voire plusieurs siècles sinon un millénaire - il faut tout faire pour réduire et pourquoi pas cesser toute émission de CO2 aussi rapidement que possible au risque d'être tous grillés comme des toasts (Christine Lagarde, Davos). C'est là le fondement même des accords sur le climat de Paris qui s'inspirent par ailleurs du fumeux principe de précaution.

Commentaire: Outre l'argent que les « contre-mesures climatiques » font rentrer dans les caisses, il est probable que cette histoire de réchauffement atmosphérique, contée à si grande échelle en un temps aussi rapide, serve à détourner l'attention de la population de problèmes qui pourraient très prochainement s'imposer à elle, et pour lesquels nos chères élites préfèrent ne pas trouver de solutions. Petit âge glaciaire à venir, agitations cométaires exponentielles, activités volcaniques en hausse, etc.

Donc, pour le pognon et la restriction des libertés : Quant au reste...