Bienvenue à Sott.net
mar., 19 juin 2018
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte

Fish

Les baleines boréales, ces incroyables chanteuses

whale
Les oiseaux chantent quand arrive le printemps. Les cigales chantent tout au long de l'été. Et les baleines boréales, quant à elles, chantent en plein hiver. Mais le plus surprenant nous est révélé par une récente étude : leur répertoire est étonnamment diversifié et change chaque année.

La baleine boréale est un animal hors du commun à plus d'un titre. Elle peut vivre jusqu'à 200 ans. Et elle présente les fanons les plus longs. Elle est même capable de briser la glace. Mais ce n'est pas tout. Des enregistrements réalisés par des chercheurs de l'université de Washington (États-Unis) nous révèlent aujourd'hui qu'elle s'impose aussi comme l'un des compositeurs-interprètes les plus prolifiques du monde animal.

Pas moins de 184 mélodies différentes enregistrées en quatre ans

Bell

Voulez-vous un bunker ? Comment des millionnaires américains se préparent à une guerre nucléaire contre la Russie

Alors que les relations entre la Russie et les USA se dégradent, les survivalistes s'activent: ils construisent des abris, réservent des places dans les bunkers et stockent de la nourriture en cas de guerre nucléaire.

bunkers
© Inconnu
Bunkers pour milliardaires
Mais les Américains plus fortunés sont déjà préparés à la fin du monde : toutes les conditions sont réunies aux USA pour ceux qui comptent survivre à l'apocalypse nucléaire, écrit lundi la revue en ligne Vzgliad.

Meteor

Astéroïde, météore, météorite et comète : quelle est la différence ?

fireball
© iStock
En dépit de leur petite taille physique, astéroïdes, météores, météorites et comètes offrent des indices importants sur la formation de notre système solaire. Et malgré leur importance, leurs dénominations sont souvent utilisées de façon interchangeable. Au final, quelle est la différence ?

Qu'est-ce qu'un astéroïde ?

Les astéroïdes sont des objets rocheux plus petits que les planètes laissées par la formation de notre système solaire. Lorsque le nuage de gaz et de poussière s'est effondré pour former notre Soleil, une grande partie de la matière restante a servi à la formation des planètes - terrestres et gazeuses - en orbite autour de notre étoile. De plus petits fragments de roche ont en revanche été laissés sur le banc de touche : ce sont les astéroïdes. Parmi les millions d'entre eux, le plus grand est Cérès, avec ses 940 kilomètres de large, bien qu'il ait récemment été reclassé comme étant une planète naine.

Pour notre sécurité, la NASA suit un sous-ensemble d'astéroïdes, les « objets proches de la Terre ». Leurs trajectoires ont été influencées par la poussée gravitationnelle de nos chères planètes voisines - en tout cas assez pour qu'elles puissent représenter un danger potentiel. Grâce aux relevés infrarouges du ciel comme les missions WISE et NEOWISE de la NASA, nous connaissons environ 1 000 astéroïdes proches de la Terre qui mesurent plus de 1 000 mètres de diamètre. De plus petits astéroïdes proches de la Terre, connus pour exister et recensés sur la base d'une analyse statistique, sont au nombre de 18 000.

Galaxy

DF2, la galaxie qui défie la théorie de la matière noire...

galaxia, dark matter
Aussi grande que la Voie lactée, DF2 est une galaxie très pauvre en étoiles et, surtout, elle ne contient que très peu de matière noire voire pas du tout. Ce qui est inexplicable dans le cadre du modèle cosmologique standard. Son alternative la plus connue, la théorie Mond, en apporte-t-elle une meilleure description ? C'est le contraire : cette étrange galaxie pourrait même la réfuter.

De nombreux physiciens des hautes énergies et d'astrophysiciens spécialistes des astroparticules s'attendaient sans doute à ce que la nature de la matière noire soit déterminée pendant la première décennie du XXIe siècle. Mais ni les détecteurs du LHC ni AMS n'y sont parvenus. Parallèlement, la théorie Mond, une alternative crédible à la matière noire, a marqué des points au niveau des galaxies, même si elle semble difficilement compatible avec les observations du rayonnement fossile.

Commentaire: Jean-Pierre Petit nous parle anti-matière et contrôle de la science


Cell Phone

Les spécialistes de la sécurité informatique affirment que 45 smartphones de marque différente sont infectés par des virus

businessmen cell phones
© Stefan Wermuth / Reuters
Les experts du service anti-virus russe Doctor Web ont identifié 45 modèles de smartphones avec des virus installés dans la phase de production. Cela pourrait affecter des centaines de milliers d'utilisateurs de smartphones, selon l'entreprise.

"Les utilisateurs nous ont dit que leur programme antivirus a trouvé des logiciels malveillants sur leurs smartphones. Nous avons analysé la situation et nous sommes arrivés à la conclusion que le logiciel se trouvait dans la zone du système où aucun virus ne pouvait venir de l'extérieur mais ne pouvait être intégré que pendant la phase de production", a déclaré à RIA Novosti le docteur Boris Sharov, directeur général du site Web, le docteur Boris Sharov.

Better Earth

L'origine de l'eau sur Terre remise en question

Earth
Une étude parue ce 28 mars dans la revue Science Advances met à mal le scénario d'une origine extraterrestre pour l'eau de la Terre. En réalité, elle daterait pour l'essentiel d'avant l'impact géant qui a donné naissance à la Lune.

Cela paraît impossible, mais les faits sont têtus. Si l'on en croit l'analyse d'une cinquantaine d'échantillons de roches lunaires et terrestres réalisée par le Britannique Richard Greenwood, le Français Jean-Alix Barrat et leurs collègues, les impacts d'astéroïdes et de comètes postérieurs à la naissance à la Lune n'auraient apporté que "5 à 30 %" de l'eau de notre planète. Autrement dit, entre 70 et 95 % de l'eau actuelle étaient déjà présents sur notre proto-Terre lorsqu'un corps de la taille de Mars est venu s'y fracasser pour former la Lune (lire Ciel & Espace n°549).

Commentaire: Une autre hypothèse si l'on prend en compte l'univers électrique : l'eau aurait pu être transférée de Mars via arcs électriques de dimension cosmiques.


Pi

Pi a tout faux ! Nous devrions tous célébrer la Journée de Tau

Pi blackboard
© domin_domin/iStockphoto
Pas dévoué à Pi, le rapport de la circonférence d'un cercle à son diamètre, est vénéré comme un nombre très important en mathématiques. Mais certains commencent à remettre en question cette dévotion.
En tant que journaliste physique et amoureux des mathématiques, je ne célébrerai pas la Journée Pi cette année. C'est parce que Pi a tout faux.

Je ne veux pas dire que la valeur est incorrecte. Pi, connu sous le symbole π, est le nombre que vous obtenez quand vous divisez la circonférence d'un cercle par son diamètre : 3.14159.... et ainsi de suite sans fin. Mais, comme certains mathématiciens l'ont fait valoir, la constante mathématique a été mal choisie, et les étudiants du monde entier continuent d'en souffrir.

Depuis longtemps, pi a inspiré les livres, l'art (SN Online : 5/4/06) et les enthousiastes qui le mémorisent à des dizaines de milliers de décimales (SN : 4/7/12, p. 12). Mais certains prétendent que le remplacement de pi par une constante mathématique différente pourrait faciliter l'apprentissage de la trigonométrie et d'autres matières mathématiques. Ces critiques - y compris moi-même - plaident en faveur d'un nombre sans doute plus élégant, égal à 2π : 6.28318... Parfois connu sous le nom de tau, ou le symbole τ, la quantité est égale à la circonférence d'un cercle divisé par son rayon et non par son diamètre.

Coffee

Le café affecte le métabolisme du cannabis et des stéroïdes

Coffee
© NorthWestern Now
Chicago - Il est bien connu qu'une tasse de café le matin vous réveille. Mais les scientifiques ont découvert que le café affecte aussi votre métabolisme d'une douzaines d'autres façons, y compris le métabolisme des stéroïdes et des neurotransmetteurs typiquement liés au cannabis, rapporte une nouvelle étude de Northwestern Medicine.

Dans une étude sur la consommation de café, les scientifiques du Nord-Ouest ont été surpris de découvrir que le café changeait beaucoup plus de métabolites dans le sang qu'on ne le pensait auparavant. Les métabolites sont des substances chimiques présentes dans le sang qui changent après avoir mangé et bu ou pour diverses autres raisons.

Les neurotransmetteurs liés au système endocannabinoïde - les mêmes que ceux affectés par le cannabis - ont diminué après avoir bu quatre à huit tasses de café par jour. C'est le contraire de ce qui se produit après que quelqu'un ait consommé du cannabis. Les neurotransmetteurs sont les substances chimiques qui transmettent des messages entre les cellules nerveuses.

Nuke

Jean Pierre Petit - Meta TV - Les dangers de l'énergie nucléaire sur la Libre Antenne

Jean-Pierre Petit, Tepa
© Meta Tv
Jean-Pierre Petit sur Meta Tv
Les dangers du nucléaire sont expliqués par Jean Pierre Petit (ex-directeur de recherche au CNRS) spécialiste français de ces questions. Il nous met en garde contre les mensonges de l'industrie du nucléaire qui a tendance a minimaliser les risques liés à ce secteur. JPP nous explique qu'une catastrophe comme celle de Fukushima pourrait se produire en France et que le ministère en charge de l'énergie a prévu un plan d'évacuation à grande échelle. Cette technologie que nous ne maitrisons pas complètement laissera des déchets toxiques dont le traitement est un cadeau empoisonné pour les prochaines générations.

Partie 1/4 :


Magnify

L'ADN de l'astronaute Scott Kelly n'a PAS été modifié par son séjour dans l'espace

Scott Kelly
© Robert Markowitz - NASA - Johnson Space Center
Scott Kelly et son frère jumeau, participent à un programme d'observation de la NASA qui vise à mieux comprendre les conséquences d'un long séjour dans l'espace sur le corps humain.
Contrairement à ce qu'affirment plusieurs articles, le long séjour dans l'espace n'a pas modifié l'ADN de l'astronaute Scott Kelly.

Plusieurs médias affirment que l'ADN de l'astronaute américain, Scott Kelly, a été modifié à hauteur de 7% par son séjour dans l'espace. Il n'en est rien, la Nasa a d'ailleurs publié un communiqué pour clarifier la situation. Pour comprendre l'imbroglio, une petite mise au point biologique s'impose.

Scott Kelly fait l'objet, avec son frère jumeau (astronaute lui aussi) d'une étude de la Nasa appelée « the Twin Study » (l'étude des jumeaux). Son but est de comprendre les conséquences d'un long séjour dans l'espace sur le corps humain. L'un des deux frères a été envoyé en apesanteur pendant que l'autre était resté sur Terre. Après un séjour de 340 jours à bord de l'ISS pour Scott, les deux frères ont été soumis à une batterie d'analyses. Les derniers résultats ont été publiés le 15 mars sur le site de la Nasa, soit deux ans après le retour sur Terre.