Bienvenue à Sott.net
jeu., 26 avr. 2018
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte

Cell Phone

Les spécialistes de la sécurité informatique affirment que 45 smartphones de marque différente sont infectés par des virus

businessmen cell phones
© Stefan Wermuth / Reuters
Les experts du service anti-virus russe Doctor Web ont identifié 45 modèles de smartphones avec des virus installés dans la phase de production. Cela pourrait affecter des centaines de milliers d'utilisateurs de smartphones, selon l'entreprise.

"Les utilisateurs nous ont dit que leur programme antivirus a trouvé des logiciels malveillants sur leurs smartphones. Nous avons analysé la situation et nous sommes arrivés à la conclusion que le logiciel se trouvait dans la zone du système où aucun virus ne pouvait venir de l'extérieur mais ne pouvait être intégré que pendant la phase de production", a déclaré à RIA Novosti le docteur Boris Sharov, directeur général du site Web, le docteur Boris Sharov.

Better Earth

L'origine de l'eau sur Terre remise en question

Earth
Une étude parue ce 28 mars dans la revue Science Advances met à mal le scénario d'une origine extraterrestre pour l'eau de la Terre. En réalité, elle daterait pour l'essentiel d'avant l'impact géant qui a donné naissance à la Lune.

Cela paraît impossible, mais les faits sont têtus. Si l'on en croit l'analyse d'une cinquantaine d'échantillons de roches lunaires et terrestres réalisée par le Britannique Richard Greenwood, le Français Jean-Alix Barrat et leurs collègues, les impacts d'astéroïdes et de comètes postérieurs à la naissance à la Lune n'auraient apporté que "5 à 30 %" de l'eau de notre planète. Autrement dit, entre 70 et 95 % de l'eau actuelle étaient déjà présents sur notre proto-Terre lorsqu'un corps de la taille de Mars est venu s'y fracasser pour former la Lune (lire Ciel & Espace n°549).

Commentaire: Une autre hypothèse si l'on prend en compte l'univers électrique : l'eau aurait pu être transférée de Mars via arcs électriques de dimension cosmiques.


Pi

Pi a tout faux ! Nous devrions tous célébrer la Journée de Tau

Pi blackboard
© domin_domin/iStockphoto
Pas dévoué à Pi, le rapport de la circonférence d'un cercle à son diamètre, est vénéré comme un nombre très important en mathématiques. Mais certains commencent à remettre en question cette dévotion.
En tant que journaliste physique et amoureux des mathématiques, je ne célébrerai pas la Journée Pi cette année. C'est parce que Pi a tout faux.

Je ne veux pas dire que la valeur est incorrecte. Pi, connu sous le symbole π, est le nombre que vous obtenez quand vous divisez la circonférence d'un cercle par son diamètre : 3.14159.... et ainsi de suite sans fin. Mais, comme certains mathématiciens l'ont fait valoir, la constante mathématique a été mal choisie, et les étudiants du monde entier continuent d'en souffrir.

Depuis longtemps, pi a inspiré les livres, l'art (SN Online : 5/4/06) et les enthousiastes qui le mémorisent à des dizaines de milliers de décimales (SN : 4/7/12, p. 12). Mais certains prétendent que le remplacement de pi par une constante mathématique différente pourrait faciliter l'apprentissage de la trigonométrie et d'autres matières mathématiques. Ces critiques - y compris moi-même - plaident en faveur d'un nombre sans doute plus élégant, égal à 2π : 6.28318... Parfois connu sous le nom de tau, ou le symbole τ, la quantité est égale à la circonférence d'un cercle divisé par son rayon et non par son diamètre.

Coffee

Le café affecte le métabolisme du cannabis et des stéroïdes

Coffee
© NorthWestern Now
Chicago - Il est bien connu qu'une tasse de café le matin vous réveille. Mais les scientifiques ont découvert que le café affecte aussi votre métabolisme d'une douzaines d'autres façons, y compris le métabolisme des stéroïdes et des neurotransmetteurs typiquement liés au cannabis, rapporte une nouvelle étude de Northwestern Medicine.

Dans une étude sur la consommation de café, les scientifiques du Nord-Ouest ont été surpris de découvrir que le café changeait beaucoup plus de métabolites dans le sang qu'on ne le pensait auparavant. Les métabolites sont des substances chimiques présentes dans le sang qui changent après avoir mangé et bu ou pour diverses autres raisons.

Les neurotransmetteurs liés au système endocannabinoïde - les mêmes que ceux affectés par le cannabis - ont diminué après avoir bu quatre à huit tasses de café par jour. C'est le contraire de ce qui se produit après que quelqu'un ait consommé du cannabis. Les neurotransmetteurs sont les substances chimiques qui transmettent des messages entre les cellules nerveuses.

Nuke

Jean Pierre Petit - Meta TV - Les dangers de l'énergie nucléaire sur la Libre Antenne

Jean-Pierre Petit, Tepa
© Meta Tv
Jean-Pierre Petit sur Meta Tv
Les dangers du nucléaire sont expliqués par Jean Pierre Petit (ex-directeur de recherche au CNRS) spécialiste français de ces questions. Il nous met en garde contre les mensonges de l'industrie du nucléaire qui a tendance a minimaliser les risques liés à ce secteur. JPP nous explique qu'une catastrophe comme celle de Fukushima pourrait se produire en France et que le ministère en charge de l'énergie a prévu un plan d'évacuation à grande échelle. Cette technologie que nous ne maitrisons pas complètement laissera des déchets toxiques dont le traitement est un cadeau empoisonné pour les prochaines générations.

Partie 1/4 :


Magnify

L'ADN de l'astronaute Scott Kelly n'a PAS été modifié par son séjour dans l'espace

Scott Kelly
© Robert Markowitz - NASA - Johnson Space Center
Scott Kelly et son frère jumeau, participent à un programme d'observation de la NASA qui vise à mieux comprendre les conséquences d'un long séjour dans l'espace sur le corps humain.
Contrairement à ce qu'affirment plusieurs articles, le long séjour dans l'espace n'a pas modifié l'ADN de l'astronaute Scott Kelly.

Plusieurs médias affirment que l'ADN de l'astronaute américain, Scott Kelly, a été modifié à hauteur de 7% par son séjour dans l'espace. Il n'en est rien, la Nasa a d'ailleurs publié un communiqué pour clarifier la situation. Pour comprendre l'imbroglio, une petite mise au point biologique s'impose.

Scott Kelly fait l'objet, avec son frère jumeau (astronaute lui aussi) d'une étude de la Nasa appelée « the Twin Study » (l'étude des jumeaux). Son but est de comprendre les conséquences d'un long séjour dans l'espace sur le corps humain. L'un des deux frères a été envoyé en apesanteur pendant que l'autre était resté sur Terre. Après un séjour de 340 jours à bord de l'ISS pour Scott, les deux frères ont été soumis à une batterie d'analyses. Les derniers résultats ont été publiés le 15 mars sur le site de la Nasa, soit deux ans après le retour sur Terre.

Biohazard

La mystérieuse « maladie X » pourrait être la prochaine épidémie mondiale meurtrière, avertit l'OMS

biohazard, virus
© iStock
À tout moment, une pandémie mondiale potentiellement mortelle pourrait éclater et anéantir une grande partie de l'humanité. C'est en tout cas ce qu'a fait savoir l'OMS il y a quelques semaines. Elle parle aujourd'hui de « maladie X », une maladie contagieuse et mortelle, qui n'existe pas encore.

Nous ne savons rien d'elle. Simplement qu'elle pourrait être la prochaine épidémie mondiale, selon les experts de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Désigné sous le nom de « maladie X », ce mystérieux agent pathogène n'a même pas encore été découvert. Mais sa menace imminente et visiblement inévitable lui a valu une place sur la liste « la plus dangereuse » de l'OMS : un catalogue des futures épidémies potentielles contre lesquelles nous ne sommes absolument pas préparés. Mais comment une maladie qui n'a même pas été identifiée peut-elle être considérée comme une menace aussi sérieuse pour la santé publique ?

Imaginez plutôt la « maladie X » comme un espace réservé pour un risque contagieux que nous n'avons pas encore rencontré - mais qui est pratiquement certain. Une « inconnue » pour laquelle nous ne sommes pas encore préparés, mais face à laquelle nous devons anticiper. C'est pourquoi elle figure sur cette liste, qui classe par ordre de priorité les principaux agents pathogènes émergents susceptibles de provoquer des épidémies graves dans un avenir proche.

Clipboard

Plus de 31 000 scientifiques signent une pétition contre le plan d'action contre le réchauffement climatique

global warming
Plus de 31 000 scientifiques se sont unis contre l'agenda politique du réchauffement climatique. Le consensus scientifique, qui comprend plus de 9 000 scientifiques titulaires d'un doctorat, appuie la nécessité du dioxyde de carbone et apporte un éclairage sur l'agenda du réchauffement climatique, qui comprend le rationnement de l'énergie industrielle, la planification économique centralisée et des régimes de taxation à l'échelle mondiale. Ces scientifiques se prononcent désormais contre le canular du réchauffement de la planète et contre le fait que les accords mondiaux visant à limiter les gaz à effet de serre nuisent réellement à la vie végétale et animale de la planète.

La pétition, qui comprend d'importantes recherches évaluées par des pairs, est appuyée par divers scientifiques possédant un large éventail d'expertise. La pétition met en garde les États-Unis contre la signature de traités internationaux qui ne font qu'imposer un fardeau financier aux citoyens du pays, dérober leur souveraineté nationale et restreindre leur production d'énergie. L'alarmisme sur le réchauffement climatique, en d'autres termes, est une pseudo-guerre destinée à faire tomber un pays.

Une lettre de Frederick Seitz, président de l'Académie nationale des sciences des États-Unis, est également distribuée avec la pétition. La lettre met en garde au sujet de la science erronée contre le dioxyde de carbone. Le dioxyde de carbone est essentiellement une molécule miracle pour la vie, et non un polluant dangereux qui doit être éliminé de l'atmosphère. Sa lettre met également en lumière les dangers de l'entrée des États-Unis dans les traités mondiaux qui vont rationner l'énergie et confisquer les richesses de la nation.

Microscope 2

Eau superionique : son existence enfin prouvée

On pourrait croire que l'eau n'a plus de secret pour nous, habitants de la Planète bleue. Et pourtant, des chercheurs viennent de mettre en évidence un nouvel état de la matière, prédit depuis plus de 20 ans par la théorie : l'eau superionique. Cette glace aux propriétés étranges est introuvable sur Terre.
water ice
L'eau n'aura décidément pas fini de nous surprendre. La voilà qui s'invite dans les laboratoires sous forme de glace d'eau superionique. Il s'agit d'un état de la matière particulier obtenu dans des conditions de très hautes température et pression, où la glace d'eau est à la fois solide et liquide : en l'occurrence 5.000 K et 190 GPa, soit deux millions de fois la pression atmosphérique ! Ce sont les conditions qui règnent au centre de la Terre.

L'eau superionique n'existe pas naturellement sur notre planète, mais elle pourrait se trouver dans cet état dans le manteau des planètes géantes de glace, telles Uranus et Neptune. Son existence, prévue depuis les années 1980 par la théorie, corroborée ensuite par des simulations numériques en 1999, a enfin été confirmée expérimentalement par des physiciens américains : Marius Millot et ses collègues du Lawrence Livermore National Laboratory (LLNL), de l'université de Californie, à Berkeley, et de l'université de Rochester, dans l'État de New York.

Au terme de quatre années de mesure et d'analyse de données, les chercheurs ont publié la découverte dans Nature Physics. « Notre travail fournit une preuve expérimentale de l'existence de l'eau superionique et montre que ces prédictions n'étaient pas dues à des artefacts dans les simulations », rapporte Marius Millot dans un communiqué du LLNL.

Commentaire: Voir aussi : Les incroyables cristaux d'eau de Masaru Emoto


Laptop

De nouveaux logiciels cheval de Troie pourraient contrôler les réseaux neuronaux

Trojan
© Pixabay
Chaque nouvelle percée technologique s'accompagne apparemment d'une nouvelle façon pour les pirates informatiques de tous nous tuer : les voitures autonomes, les armes spatiales et même les systèmes de sécurité nucléaire sont vulnérables face à quelqu'un qui a les bonnes connaissances et un peu de code. Désormais, l'intelligence artificielle d'apprentissage en profondeur semble être la prochaine grande menace, et non pas parce qu'elle gagnera en conscience à nous tuer avec des robots (comme a prévenu Elon Musk) : un groupe d'informaticiens américains et chinois a récemment publié un article proposant le tout premier cheval de Troie pour un réseau neuronal.

Les réseaux neuronaux sont le principal outil utilisé dans l'IA pour accomplir un "apprentissage profond", ce qui a permis aux IA de maîtriser des tâches complexes comme jouer aux échecs et au Go. Les réseaux neuronaux fonctionnent comme un cerveau humain, d'où leur nom. L'information passe par des couches de connexions neuronales, qui analysent ensuite l'information et recrachent une réponse.