Bienvenue à Sott.net
mer., 07 déc. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte

Whistle

Que ferons-nous quand elles ne seront plus là ? Les abeilles

The United States Fish and Wildlife Service (USFWS) est un organisme fédéral des États-Unis dépendant du Département de l'Intérieur, et qui s'occupe de la gestion et la préservation de la faune. Le 30 septembre dernier, cet organisme a classé officiellement les abeilles comme une espèce en voie de disparition. Si les abeilles venaient à disparaître, les conséquences seraient terribles, jusqu'à menacer grandement la survie de l'humanité. Le service a ainsi estimé que 7 espèces d'abeilles à face jaune originaires d'Hawaï devaient être protégées en vertu de la Loi sur les espèces en voie de disparition.

© Google
Elles vont disparaître et nous laisser dans une terrible noirceur

Commentaire : Ce qui revient à dire que les abeilles, qui vont finir par disparaître si nous ne faisons rien, sont en voie de disparition par la faute de l'Homme. Les insecticides made in Monsanto sont la première cause de la disparition des abeilles. L'humanité est effectivement en danger non pas par la disparition des abeilles mais par le comportement suicidaire de l'être humain. C'est donc l'Homme lui-même qui est la cause de la menace de la survie de l'humanité. Nous sommes une espèce qui, avant de disparaître, mettons en danger d'extinction toutes les autres espèces de la planète.

Lire : La disparition des abeilles, Monsanto, et nous...


Commentaire: Lire aussi :


Brain

Reconnaissance vocale : Microsoft rivalise avec les humains

Une équipe de Microsoft Research spécialisée en intelligence artificielle annonce avoir accompli une avancée majeure en matière de reconnaissance vocale, en concevant un système capable de transcrire une conversation aussi bien qu'un professionnel humain. Les futurs assistants virtuels, mais aussi les robots, comprendront beaucoup mieux ce que nous leur disons.
© Metro-Goldwyn-Mayer/Polaris
HAL 9000 (CARL 500 en version française) est un personnage de fiction, un supercalculateur doté d'intelligence artificielle qui apparaît pour la 1re fois dans 2001, l'Odyssée de l'espace de Stanley Kubrick (1968)
« Nous sommes en train de passer d'un monde où les gens doivent comprendre les ordinateurs à un monde dans lequel les ordinateurs doivent nous comprendre », explique Harry Shum, patron du groupe Microsoft Artificial Intelligence and Research. Cette inflexion, dont nous commençons à percevoir les prémices à travers les assistants virtuels de nos smartphones et les enceintes connectées type Amazon Echo, est en train de s'accomplir en partie sous l'effet de deux technologies intrinsèquement liées : l'intelligence artificielle (IA) et la reconnaissance vocale. À ce propos, Microsoft affirme avoir réalisé une « performance historique »avec son système de reconnaissance vocale qui transcrit la parole conversationnelle aussi bien que des humains spécialisés dans cet exercice.

Pour confirmer cette avancée, l'équipe d'Harry Shum a demandé à des transcripteurs professionnels de travailler à partir de la base de données Switchboard. Elle a été créée dans les années 1990 par le National Institute of Standards and Technology (NIST) afin de servir de maître-étalon aux travaux sur la reconnaissance vocale. Switchboard contient des échantillons de conversations téléphoniques en anglais, espagnol et chinois mandarin qui ont l'avantage de recréer des conditions réelles où les gens peuvent parfois marmonner, bafouiller, tousser, s'éclaircir la voix...

X

L'agence spatiale russe renonce à livrer ses lanceurs Soyouz à Arianespace


Une fusée Soyouz en cours d'installation sur le cosmodrome Kourou
Alors que les fonds destinés à payer les Soyouz font l'objet d'une saisie judiciaire en France dans le cadre de l'affaire Ioukos, Roscosmos a menacé de cesser de livrer les lanceurs, dont dépend la réalisation du programme européen Galileo.

«Nous n'avons à l'heure actuelle pas reçu la somme que nous doit Arianespace pour notre travail. Pas d'argent, pas de produits. Nous ne pouvons travailler gratuitement», a déclaré le service de presse de l'agence spatiale russe, Roscosmos, cité par Les Echos. L'organisation aurait dû toucher 300 millions d'euros pour ses services, somme qui est gelée dans le cadre de l'affaire Ioukos par les anciens actionnaires de cette entreprise russe démantelée.

Le directeur général de Roscosmos Igor Komarov a adressé le 21 octobre une lettre à Manuel Valls, le notifiant que la France a, selon l'agence russe, violé un accord bilatéral entre les deux pays signé en 1989 sur la protection des investissements, en permettant la saisie de l'argent destiné à payer Roscosmos pour les lanceurs russes Soyouz destinés à mettre en orbite les satelittes européens. Arianespace en a en effet besoin pour assurer le fonctionnement du système de positionnement Galileo, analogue européen du GPS. Le programme prévoit notamment la mise en orbite de 30 satellites d'ici 2020.

Light Sabers

Des canons laser équiperont l'armée étasunienne dès l'année prochaine

L'armée étasunienne est entrée en partenariat avec General Dynamics pour développer une arme laser à courte portée à but défensif. Ce canon aura pour mission de protéger les unités d'infanterie des tirs de mortier, missiles ou de drones.

L'arme en question pourrait être déployée dès l'année prochaine, elle est suffisamment compacte pour s'installer sur la tourelle et le toit d'un véhicule de transport blindé comme le Stryker, justement fabriqué par General Dynamics. Une fois opérationnelle, l'arme se chargera de scanner les alentours et de détruire immédiatement toute menace aérienne de façon automatisée.

Ice Cube

En plongeant dans des eaux glacées les manchots restent jeunes

© Inconnu
En dépit d'un mode de vie extrême, les manchots royaux (Aptenodytes patagonicus) semblent très peu sujets au stress oxydatif.

Pour comprendre l'origine de cette adaptation, des scientifiques du Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels Anthropisés (LEHNA, CNRS/Université Claude Bernard/ENTPE), du Laboratoire de Biométrie et Biologie Évolutive (LBBE, CNRS/Université Claude Bernard) et du Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon (CRNL, CNRS/Université Claude Bernard, INSERM, Université Jean Monnet) ont procédé à l'immersion répétée dans l'eau froide de jeunes manchots royaux afin de mimer la transition entre milieu terrestre et marin telle qu'elle se déroule dans la nature.

En comparant divers paramètres physiologiques, biochimiques et génétiques relevés chez ces derniers avec ceux obtenus pour de jeunes oiseaux naturellement adaptés au milieu marin, l'équipe a pu démontrer que les fortes capacités antioxydantes des manchots adultes ne sont pas innées mais le fruit de profonds ajustements métaboliques.

Ces travaux soutenus par l'Institut polaire français Paul Emile Victor (IPEV), le CNRS et l'Université de Lyon ont été publiés en juillet dernier dans Free Radical Biology and Medicine.

HAL9000

L'Intelligence Artificielle parvient à prédire les verdicts de la Cour européenne des Droits de l'Homme


Commentaire : L'Intelligence Artificielle « s'intègre doucement au monde de la justice » nous dit-on plus bas. Et par la bonne porte, aurait-on envie de rajouter. Celle concernant les violations des Droits de l'Homme ; problème qui ne peut que faire l'objet d'un consensus moral, bien entendu. Même si l'I.A. en est encore à ses balbutiements, celle-ci pourrait croître de façon exponentielle, incontrôlable, très rapidement. Est-il possible qu'à un certain stade de développement, une machine puisse développer une forme de conscience, même rudimentaire ? Que se passera t-il lorsque cette conscience nouvelle-née désirera prendre elle-même ses propres décisions ?

© APTOPIX China Robots/David Goldman/AP/SIPA
Les chercheurs d'une université londonienne ont créé une intelligence artificielle capable de deviner 80 % des verdicts de la Cour européenne des droits de l'homme. Une aide précieuse pour les cas techniques. Une équipe de chercheurs en sciences informatiques de l'University College London (UCL) vient de mettre au point et de présenter un logiciel d'intelligence artificielle (IA) entièrement inédit : le premier modèle de "juge" informatique, capable d'exprimer des verdicts dans des cas de violations des droits de l'homme. Confrontée à plus de 584 affaires liées aux articles 3 (cas de torture ou de traitement dégradant), 6 (le droit à un procès équitable) et 8 (respect de la vie privée), la machine a pris la même décision que les juges de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) dans 79 % des cas.

Pour Nikolaos Aletras, responsable du département de sciences informatiques à UCL, "l'IA ne remplacera pas les juges et les avocats, mais elle pourrait les aider à identifier des modèles dans des affaires au verdict certain" . De même, l'outil pourrait permettre d'identifier "les cas les plus susceptibles de présenter des violations de la Convention européenne des droits de l'homme." Et densifier, du coup, la jurisprudence européenne en la matière.

Car contrairement aux organes judiciaires traditionnels, la CEDH ne s'arc-boute pas sur les textes en vigueur, préférant une approche jurisprudentielle, ce qui rend ses cas difficiles à trancher à la seule lecture des textes. Comme l'explique le quotidien britannique The Guardian, l'un des seuls facteurs d'analyse capable de prédire avec plus ou moins d'efficacité la décision des juges de la CEDH n'est autre que le vocabulaire utilisé par les juges. La prestation de l'IA londonienne est donc admirable car elle se base sur une analyse sémantique des documents, et est donc capable de "comprendre", du moins partiellement, certaines subtilités morales relatives à ces décisions de justice.

Magnify

Système immunitaire : merci à l'homme de Néandertal

© Bocherens
C'est en analysant l'ensemble des gènes intervenant dans la réponse immunitaire de 100 personnes d'origine européenne et 100 d'origine africaine, que des chercheurs de l'Institut Pasteur et du CNRS viennent d'identifier les différences de réponses des uns et des autres face aux bactéries et aux virus. En d'autres termes, les travaux de l'équipe de Lluis Quintana-Murci*, publiés cette semaine dans la prestigieuse revue Cell, démontrent l'origine des réactions déclenchées par la présence d'agents infectieux et le rôle de la sélection naturelle dans le modelage de notre immunité. Ils apportent également la preuve que, grâce à l'homme de Néandertal, les Européens sont mieux protégés que les Africains vis-à-vis des infections.

Il aura fallu quatre ans aux chercheurs parisiens, en collaboration avec des équipes du Centre national de génotypage (CEA), du Max Planck Institute (Leipzig) et de l'université de Gand, pour « décortiquer » - eux parlent de séquencer - la totalité de l'ARN contenu dans les noyaux des cellules de ces 200 individus et pour caractériser la manière dont certaines cellules immunitaires répondaient à l'attaque par des agents bactériens ou viraux, y compris le virus de la grippe. Ils ont plus précisément travaillé sur des globules blancs particuliers, les monocytes, qui sont les acteurs de la réponse immunitaire innée.

Commentaire: Au fait, d'où vient l'homme (l'Homo sapiens) puisqu'il ne descend pas de Néandertal ?


Green Light

La voiture électrique, une invention française de 1942 : voici « l'œuf électrique » (vidéo)

Petite, maniable, propre et bien équipée, cette voiture électrique pourrait révolutionner l'automobile. A vrai dire, elle est même tellement moderne qu'on la croirait taillée pour l'avenir. Pourtant, elle existe déjà... et depuis 1942 ! Un reportage croupissant dans les archives de l'INA depuis près de 50 ans vient de ressortir. A l'heure de la Cop21, il nous paraît complètement surréaliste mais, surtout, il nous rappelle avec cruauté que tout était possible... mais que nous avions préféré nous en moquer !

© Inconnu
L’œuf électrique de Paul Arzens
Cette voiture électrique avait été baptisée l'Oeuf électrique. Elle est l'oeuvre d'un ingénieur français de la SNCF répondant au nom de Paul Arzens (1903-1990). La voir ainsi déambuler dans les rues du Paris des années 60 a un côté Retour Vers le futur très prononcé et presque troublant.

Commentaire: Lire aussi :


Cow Skull

Tu ne veux pas de pesticides ? T'en auras quand même

© Itsap
Transfert d’insecticide à des fleurs de plantes non traitées : un processus en cascade
Une équipe de scientifiques britanniques de l'Université du Sussex a réalisé une étude portant sur la présence d'insecticides néonicotinoïdes dans le nectar du pollen de plantes non traitées par ce produit.

Du colza aux plantes sauvages

Les semences de colza sont traitées avec Cruiser OSR à base de thiaméthoxam. Les chercheurs anglais ont pu établir la présence de cette molécule dans le nectar et le pollen des plantes cultivées mais également des plantes sauvages. Les auteurs confirment nos travaux en montrant que la molécule imidaclopride peut être présente dans les fleurs de colza non traité par cet insecticide.

Comment expliquer cette présence ?

Commentaire: Il est probable que ce phénomène de contamination puisse également s'observer pour l'ensemble des poisons utilisés dans l'agriculture moderne. Avec les OGM qui contaminent également les cultures avoisinantes, on comprend mieux l'intérêt d'acheter des aliments issus de l'agriculture biologique : on restreint au maximum les risques inévitables de pollutions chimiques et génétiques.


Star

L'univers compte 2 000 milliards de galaxies, dix fois plus qu'on ne le pensait

L'Univers compte environ 2000 milliards de galaxies, c'est-à-dire « dix fois plus » que ne le pensaient les scientifiques jusqu'alors, estime une équipe internationale d'astronomes dans une étude publiée jeudi.
© Chandra X-ray Observatory Center / Reuters
Ces dernières années, les astronomes pensaient que l'Univers contenait entre 100 milliards et 200 milliards de galaxies.

L'équipe du professeur Christopher Conselice, de l'Université de Nottingham, en Grande-Bretagne, a travaillé longuement à partir des données du télescope spatial Hubble développé par la Nasa avec l'Agence spatiale européenne, mais aussi d'autres télescopes.

Elle a ensuite construit laborieusement des images en 3D et extrapolé le nombre de galaxies présentes à différentes époques de l'histoire de l'Univers.

Plus les galaxies sont distantes, plus leur lumière peine à nous parvenir.

Commentaire: Impossible que l'homme soit seul dans l'univers.