Bienvenue à Sott.net
ven., 22 juin 2018
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte

Saturn

La découverte d'un nouvel objet renforce les preuves de l'existence d'une neuvième planète

planet
Des scientifiques de l'Institut californien de technologie (Caltech) avançaient récemment des preuves suggérant qu'une planète plus grande que la Terre pourrait se cacher au-delà de l'orbite de Pluton, dans les parties les plus éloignées du système solaire. Pour l'heure elle nous est invisible, mais ses effets peuvent-ils se faire sentir ?

Il y a deux ans, des astronomes réalisaient que les mouvements des objets au-delà de la huitième planète de notre système - Neptune - impliquent l'existence d'une éventuelle neuvième planète, qui n'est pas Pluton. Cette planète hypothétique serait 10 fois plus massive que la Terre et suivrait une longue orbite excentrique autour du Soleil. Ce monde visiblement très sombre nous est pour l'instant invisible, mais ses effets gravitationnels sur d'autres objets lointains et glacés dans la ceinture de Kuiper - au-delà de l'orbite de Neptune - pourraient prouver son existence. Cette semaine d'ailleurs, une équipe d'astronomes rapporte l'analyse d'un nouvel objet à l'orbite étrange.

Appelé BP 519 2015, celui-ci effectue un voyage elliptique autour du Soleil à une distance de 35 à 862 fois le rayon de l'orbite terrestre.

Cloud Grey

Le paradoxe « vert » : Selon un nouveau rapport, l'adoption à grande échelle des voitures électriques augmentera la pollution atmosphérique

electric car carro
© Rodrigo Garrido / Reuters
Un nouveau rapport suggère que les VE sont hors de portée de la moyenne américaine et que l'adoption à grande échelle entraînera une augmentation de la pollution atmosphérique traditionnelle.

Il demande si le moteur thermique est en voie de disparition. Ce sera bientôt le cas, selon les défenseurs des technologies de "véhicules à émissions nulles" (ZEV), en particulier les véhicules électriques à batterie. Ils affirment que les ZEV offriront des performances supérieures, des coûts moindres et, surtout, une conduite "sans émissions".

Cela vous semble trop beau pour être vrai ? C'est parce que, selon un nouveau rapport publié par le Manhattan Institute. Jonathan Lesser, l'auteur de "Short Circuit : The High Cost of Electric Vehicles", soutient que les critiques du moteur thermique ne tiennent pas compte de la propreté et de l'efficacité des véhicules récents.

En utilisant une prévision établie récemment par la U.S. Energy Information Administration, l'analyse de Lesser montre qu'au cours de la période 2018-2050, les centrales électriques qui alimenteront les nouveaux VE émettront plus de pollution atmosphérique que le même nombre de nouveaux moteurs thermiques, même en tenant compte de la pollution atmosphérique des raffineries de pétrole qui fabriquent de l'essence.

Fire

Et si on jetait nos déchets dans la lave ?

Lava
Les récents séismes qui se sont produits à Hawaï ont réveillé le volcan Kilauea, qui est entré en éruption. Une vidéo tournée sur place et depuis devenue virale sur le Web montre une automobile engloutie par un torrent de lave. Et si jeter nos déchets dans la lave représentait réellement une solution ?

Depuis le jeudi 3 mai 2018, le volcan Kilauea culminant à 1247 m d'altitude est entré en éruption suite à une série de séismes, dont le plus puissant affichait une magnitude de 6,9 sur l'échelle de Richter. De nombreuses coulées de lave ont été générées, et ce sont plus de 2000 personnes qui ont été évacuées.

Selon CNN, un américain de 38 ans nommé Brandon Clement s'est rendu sur l'île afin d'assister à l'éruption. Alors que ce dernier conduit sa voiture, un tas de lave menace une maison et celui-ci s'arrête pour tenter de voir si quelqu'un est encore à l'intérieur. Après avoir constaté l'absence des résidents, l'intéressé retourne à son véhicule et remarque que le tas de lave en question s'apprête à traverser la route.

Robot

Duplex - L'assistant de Google qui parle en votre nom

wave, sound
Lors de sa dernière conf Google i/o, le géant américain a présenté sa technologie Duplex.

Duplex est une fonctionnalité intégrée à Google Assistant qui permettra prochainement de prendre des rendez-vous téléphoniques automatiquement.

Alors comment est-ce que ça fonctionne ? Et bien, vous demandez à Google Assistant de vous réserver une table pour 2 personnes dans votre resto préféré et ce dernier se chargera de téléphoner pour vous au restaurant et de prendre une réservation à votre nom.

Là où c'est très fort, c'est que la techno Duplex à base d'IA est capable de répondre à plusieurs questions à la chaine, le tout avec une voix qu'on pourrait qualifier de parfaitement humaine.

Flippant et à la fois totalement fou. En tout cas, l'illusion est totale.

Écoutez plutôt...

Wolf

Arctique : ces rennes tournent en rond et personne ne sait pourquoi

Rennes
© Capture YouTube / Noppera-bō
Une incroyable vidéo tournée dans le nord-ouest de la Russie et publiée par un chercheur local laisse songeur. On y voit des troupeaux de rennes tourner en rond sans s'arrêter, une véritable course circulaire sans fin dont personne n'a encore trouvé la véritable raison.

Le 1er mai 2018, le chercheur Andrei Golovnev, par ailleurs directeur du musée d'ethnographie et d'anthropologie de l'Académie des sciences de Russie (Kunstkamera), a publié une vidéo surprenante sur sa page Facebook. Les images obtenues par un drone fin avril ont été tournées dans la péninsule de Kola, située dans l'extrême nord-ouest de la Russie.

Il est possible de voir sur ces images trois troupeaux de rennes tournant littéralement en rond à toute vitesse dans leur enclos. À défaut de donner une explication à ce phénomène, Andrei Golovnev a commenté la vidéo d'une façon non moins étonnante : « Un de mes amis dit que les combats et les tourbillons sont un chemin vers une réalité différente. »

Brain

Comment le cerveau apprend en observant

children, learning, brain
© Julien Jaulin/hanslucas
Des travaux récents ont montré chez la souris qu'un circuit cérébral spécifique assure un apprentissage fondé sur l'observation de congénères.

« Il faut être rameur avant de ­tenir le gouvernail, avoir gardé la proue et observé les vents avant de gouverner soi-même le navire. » L'aphorisme d'Aristophane (Les Cavaliers, 424 avant notre ère) n'a pas pris une ride. Il résume deux des principaux piliers de l'apprentissage : l'expérience et l'observation.

L'observation d'autrui, en particulier, est un des socles du développement de l'enfant. « L'enfant apprend non seulement par ses ­actions propres, comme l'avait ­démontré Jean Piaget, mais aussi par l'observation d'autrui : il imite notamment ce qu'il faut faire et ne pas faire, relève Olivier Houdé, professeur de psychologie à l'université Paris-Descartes, directeur du laboratoire CNRS de psychologie du développement et de l'éducation de l'enfant, à la Sorbonne. C'est la théorie de l'apprentissage social, émise par Albert Bandura, de l'université Stanford. » Cette ­capacité d'apprentissage par imitation existe chez le bébé dès la naissance, a montré le psychologue américain Andrew Meltzoff, en 1997. Mais aussi chez l'animal, de la mouche à l'oiseau en passant par le singe ou le chat.

Avantage évolutif majeur

Hourglass

Les cristaux temporels, pas si rares que ça

crystal
De concept théorique, le cristal temporel était devenu réalité physique en 2017. De nouvelles expériences semblent aujourd'hui indiquer que cet état de la matière pourrait ne pas être aussi rare que prévu. Et posent ainsi de nouvelles questions sur son origine.

Dans un cristal classique, les atomes sont disposés de manière ordonnée, selon un arrangement définissant leur état d'équilibre. Dans un cristal temporel, l'état quantique des atomes oscille périodiquement. Dans une direction puis dans une autre, à l'image du pendule d'une horloge. Une sorte de structure qui se répète dans l'espace... et dans le temps. Trouvant ainsi son état de repos. D'où leur nom.

L'existence de ce drôle d'état de la matière avait été prédite en 2012. Et en 2016, des chercheurs avaient révélé avoir réussi à créer un tel cristal temporel. « Une sorte de gelée qui tremble sans s'arrêter », expliquait alors Norman Yao, physicien à l'université de Berkeley (États-Unis).

Sun

Nouvelles du Soleil : rien de vraiment rassurant

SOLAR ACTIVITY CYCLES 1749-2040
Le cycle solaire # 24 touche à sa fin puisqu'il en est maintenant à son 112 mois sur une moyenne de 135 mois depuis que les observations des taches solaires ont été répertoriées méthodiquement à partir des années 1750. Le cycle # 1 est celui qui débuta donc après 1750. La représentation ci-dessus indique l'amplitude des cycles en fonction du nombre de taches solaires observées chaque mois terrestre, corrigées en fonction de la rotation du Soleil autour de lui-même en 25 jours. Comme chacun peut le remarquer l'activité solaire varie au cours des années et ces variations expliquent en grande partie les changements du climat au cours des siècles qui ont été bien répertoriés par les chroniques et vérifiées par toutes sortes d'autres méthodes.

Il existe une autre représentation des variations du nombre de taches solaires, nombre qui est directement corrélé à l'activité magnétique de l'astre, qui est si l'on peut dire les choses ainsi, plus parlante. Depuis le cycle # 1 les astronomes ont établi une moyenne du nombre de taches solaires pour chaque mois et ont ainsi obtenu la courbe en bleu ci-dessous. Le nombre de taches solaires (solar spot number, SSN) du cycle # 24 est indiqué en rouge et en trait gris celui du cycle # 5, le premier du minimum climatique de Dalton.

Commentaire: Des scientifiques Russes annoncent 100 ans de refroidissement climatique


Magnify

Les séquences d'ADN indiquent que 250 personnes constituaient la population fondatrice amérindienne d'origine

teepee
© University of Kansas
Un généticien anthropologue de l'Université du Kansas fait partie d'une équipe de recherche internationale qui travaille à faire la lumière sur l'une des questions sans réponse concernant le peuplement du Nouveau Monde : a savoir, quelle était la taille de la population fondatrice originale des Amériques ?

Malgré les nombreuses études génétiques qui ont contribué à la connaissance de la façon dont les groupes anciens peuplaient les Amériques, les scientifiques ne sont pas parvenus à un consensus sur le nombre d'Amérindiens qui constituaient la population d'origine. Cette analyse des séquences d'ADN suggère que la population fondatrice amérindienne qui a migré de Sibérie était composée d'environ 250 personnes.

L'étude "Quelle était la force du goulot d'étranglement associé au peuplement des Amériques ? De nouvelles perspectives à partir de données de séquences multilocus ", publié dans la revue Genetics and Molecular Biology, comprend Michael Crawford, professeur d'anthropologie à KU, et les résultats des chercheurs corroborent les conclusions d'études antérieures qui étaient basées sur des ensembles de données plus petits.
"Passer de quelques centaines de fondateurs à environ 40 millions d'habitants des Amériques, qui vivent finalement dans des conditions environnementales différentes auxquelles ils s'adaptent, c'est assez excitant ", a déclaré Crawford, également chef du Laboratoire d'anthropologie biologique de KU. "Il s'agit de comprendre comment l'évolution fonctionne en termes de diversité génétique."

Galaxy

Entretien avec Jean-Pierre Petit « Une Vie de Recherche Hors Norme »

Jean-Pierre Petit
© NuréaTV
Entretien du mardi 13 mars 2018 à 20h30 avec Jean-Pierre Petit.
« Une Vie de Recherche Hors Norme » avec Jean-Pierre Petit

Jean-Pierre Petit, 82 ans, est un scientifique français, physicien, astrophysicien et cosmologue.

Il a été directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique et astrophysicien à l'observatoire de Marseille. Il est entre autre un pionnier pour ce qui concerne les recherches sur la magnétohydrodynamique et la magnétoaérodynamique.

Jean-Pierre est également connu par le grand public pour ses ouvrages de vulgarisation scientifique, ainsi que son implication dans le domaine de l'ufologie abordée sous l'angle scientifique, en particulier sa participation à l'affaire Ummo dont il a été le premier vulgarisateur au travers de certains de ses livres.

Commentaire: Voir aussi :