Bienvenue à Sott.net
dim., 05 fév. 2023
Le Monde pour les Gens qui Pensent

La Science de l'Esprit
Carte

Books

L'amour des livres

Si les premiers sondages réalisés pour les éditeurs au cours des années 1960, puis les enquêtes statistiques du Ministère de la Culture et de la Communication depuis 1973, apportent un certain nombre d'informations sur les pratiques de lecture des Français, celles-ci restent toutefois limitées à une série d'éléments liés aux propriétés sociales des lecteurs, à la quantité et au genre de livres lus et achetés.
fghj
Ces études de référence ne disent rien des manières de lire et des modalités d'appropriation des textes. Depuis le chapitre que consacre Michel de Certeau à la lecture, et depuis surtout, l'enquête pionnière de Janice Radway sur la réception de romans sentimentaux par des lectrices américaines, le sens attribué aux textes par les lecteurs, d'une part, et, d'autre part leurs intérêts de lecture constituent des objets de recherche à part entière.

Crusader

Soljenitsyne, littérature et transcendance

Le 1er mars 2022, l'écrivain italien Paolo Nori dénonça l'annulation par l'université de Milan-Bicocca de son cours dédié à l'écrivain russe Dostoïevski[3]... Curieux hasard, car s'il y a bien une littérature qui dénonce la tentation totalitaire, c'est celle de Dostoïevski, comme l'avait très bien compris Koestler, qui y fit d'ailleurs une allusion dans Le Zéro et l'Infini :
hyuj

Soljenitsyne
« Le problème est de savoir si l'étudiant Raskolnikov avait le droit de tuer la vieille usurière. Il est jeune et doué ; elle est vieille et absolument inutile au monde. Mais l'équation ne colle pas [...] parce que Raskolnikov s'aperçoit que deux fois deux ne font pas quatre lorsque les unités mathématiques sont des êtres humains... », indique le protagoniste, ce à quoi Ivanov, cadre du Parti, répond : « Si Raskolnikov avait assassiné la vieille par ordre du Parti — par exemple, pour augmenter les fonds de grève ou pour monter une imprimerie illégale — alors l'équation collerait, et le roman, avec son problème trompeur n'aurait jamais été écrit ; et ce serait tant mieux. »

Pocket Knife

Que faire quand l'État va à l'encontre de nos valeurs ? L'exemple de Henry David Thoreau

mmmm
Bonjour les Barons, on se retrouve pour une nouvelle vidéo sur un ouvrage essentiel de la science politique, "La désobéissance civile" de Henry David Thoreau. Que faire quand l'État va à l'encontre de nos valeurs ? Un concept majeur qui a eu des répercutions importantes dans l'Histoire.

Video

Une satire explosive et irrévérencieuse de Milos Forman : « Au feu, les pompiers ! »

Troisième long métrage de Miloš Forman, et dernier tourné en Tchécoslovaquie, Au, feu les pompiers ! (Hoří, má panenko, 1967) contient déjà, en germes ou mûrement développés, les thèmes de l'œuvre future du cinéaste. Le film se concentre sur un bal des pompiers qui tourne au désastre, en raison d'une organisation malheureuse, du comportement étrange de certains, et d'une accumulation de petites et grandes catastrophes.
ghjk
Les jeunes femmes invitées à participer à l'élection de « Miss Pompiers » prennent la fuite, les cadeaux de la tombola disparaissent mystérieusement un à un, une maison prend feu pendant le bal, les querelles éclatent et le malaise devient général.

Commentaire: Vous pouvez regarder le film ici, version originale, sous-titres en français.


Video

Un road-movie de Slobodan Sijan : « Qui chante là-bas », une tragédie serbe contemporaine de 1980

Yougoslavie, avril 1941. Une faune rocambolesque - un apprenti chanteur, un tuberculeux, un chasseur, un notable, un ancien combattant, deux musiciens tsiganes... - attendent l'arrivée d'un car brinquebalant qui doit les emmener à Belgrade. Menée par un chauffeur totalement irascible, la petite troupe s'embarque dans un voyage loufoque, accueillant au passage un couple de jeunes mariés. Mais rien ne se passe vraiment comme prévu...
kiouj
Réalisé par le cinéaste serbe Slobodan Šijan en 1980, année de la mort de Tito, Qui chante là-bas ? est un film noir et drôle. Noir parce qu'il dénonce la noirceur de comportements veules, drôle parce qu'il le fait d'une façon grotesque, mettant en scène dans un mix de road-movie et de huis clos (l'intérieur du car) des personnages tous plus caricaturaux les uns que les autres.

Commentaire: Pas juste des gouvernements, mais des citoyens qui semblent oublier que l'art est important pour l'esprit.




Rose

Comment faire quand tout va mal ?

ghjk
Une autre petite vidéo de Eric Remacle et celle-ci a un sujet très important. Entre Impermanence & Polarité émotionnelle, voyons quelle attitude adopter quand tout va mal ?

Video

Un film pour réfléchir sur la guerre et les rapports humains, l'âme, la condition humaine : « La Honte », de Ingmar Bergman

En 1968, Ingmar Bergman réalise un film de guerre. En réalité, la guerre n'est qu'un prétexte, un argument habile pour aborder de nouveau les rapports humains, les affres des relations amoureuses, la fragilité et la complexité de l'âme humaine. Liv Ullmann et Max Von Sydow incarnent, sans aucun artifice, un couple entraîné vers ses propres monstres, qui sommeillaient en eux et que la guerre va révéler à leurs yeux.
juyh
Bergman a toujours été le cinéaste de l'introspection, du regard sur les tourments du couple, leur fragilité, leur instabilité, les douleurs familiales et les questionnements sur l'humanité ; un cinéaste qui transcende l'interrogation sur l'humain.

Bulb

Crise de l'homme et déclin de l'Occident : entretien de Mgr Viganò par le Dr Armando Manocchia

Excellence : nous sommes en faillite économique et financière avec une dette publique de plus de 2 700 milliards. À mon avis, le problème est la faillite morale et éthique non seulement de la classe dirigeante, mais aussi d'une partie de la population. Que pouvons-nous faire pour reconstruire un tissu social avec une éthique et une moralité ?
fghj
La faillite est le résultat inévitable de multiples facteurs. Le premier est le transfert de la souveraineté monétaire de l'État à un organisme supranational tel que l'Union Européenne. La BCE est une banque privée qui prête de l'argent à des taux d'intérêt aux États membres, les obligeant à s'endetter perpétuellement. Je rappelle, en passant, que la Banque Centrale Européenne est officiellement détenue par les Banques Centrales des États qui en font partie ; par conséquent, puisque les banques centrales sont contrôlées par des sociétés privées, la BCE elle-même est essentiellement une société privée et elle agit en tant que telle.

Book 2

« Boule de suif » de Guy de Maupassant : une critique sociale très actuelle

L'histoire commence sur un tableau de la campagne normande en plein hiver où grouillent des soldats en déroute et en guenilles, hagards, que la faim et la défaite annoncée, ainsi que l'invasion prussienne bien réelle poussent à errer sans but et sans chef.
fghj
Fantassins, hussards, soldats de la Garde Mobile Nationale, ne se reconnaissent plus entre eux et en viennent parfois à se tirer dessus comme des lapins. Ce premier tableau est important dans la mesure où il situe à la fois l'action dans le temps, mais il nous dit aussi ce que Maupassant en pense : « Car la même sensation reparaît chaque fois que l'ordre établi des choses est renversé, que la sécurité n'existe plus, que tout ce que protégeaient les lois des hommes ou celles de la nature, se trouve à la merci d'une brutalité inconsciente et féroce ».

Butterfly

Seul avec tous : « La solitude est un rempart contre l'isolement »

Dans son essai, Solitude volontaire, le philosophe Olivier Remaud réexamine la pratique de la solitude en la rattachant à la volonté de participer à la vie sociale. Seuls et tous ensemble. À la différence de la « servitude volontaire », dont La Boétie identifiait en 1574 les pernicieux mécanismes à l'œuvre en chacun des hommes, La solitude volontaire invite à un usage pratique de la liberté et de la critique sociale.
fghj
"Une expérience de la liberté et un ressort critique" : c'est l'hypothèse que fait le philosophe Olivier Remaud dans son essai Solitude volontaire, réflexion stimulante sur ce besoin de disparaître, souvent associé à un désir de retrait de la vie de la cité, alors même qu'il faudrait le comprendre comme un désir d'inclusion, de participation, simplement décalée, à la communauté humaine. Dans un retournement de la volonté même, la solitude s'oppose à la servitude en ce qu'elle cherche à se prémunir de ses effets cachés : être seul, c'est d'une certaine manière s'accrocher à l'idée de sa liberté.

Commentaire: