Bienvenue à Sott.net
lun., 18 nov. 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

La Science de l'Esprit
Carte

Caesar

L'actualité de Marc-Aurèle : 19 citations pour nous aider à mieux vivre

marc
Les citations de Marc-Aurèle ont le pouvoir de changer ta vie. Dans notre quotidien, le regard des autres, la peur de la mort, les frustrations, les tracas nous épuisent. Nous ne savons plus ce que c'est de vivre bien, de vivre heureux. Marc-Aurèle dans son livre «
Pensées pour moi-même » nous aide à mieux vivre.

Book 2

Que diriez-vous d'écrire un journal intime pour aller mieux ?

Écrire, ça fait du bien. Nous le présentions déjà quand, adolescent, nous noircissions les pages de notre journal intime. Bouleversés par Anne Frank, nous avons été tentés pas l'écriture d'un roman à portée existentielle - portant sur notre propre existence, donc - avant de retrouver la raison.
journal
© Inconnu
Plus humblement, nous nous sommes lancés dans un blog pour raconter notre dernier voyage ou notre quotidien de parent débordé. Plus timidement, nous nous sommes inscrits sur Facebook pour publier notre « humeur » et partage nos « likes ». Ou plus méthodiquement, nous remplissons l'un de ces bullet journal pour « bujoter » c'est à dire mettre de l'ordre dans notre agenda, donc dans nos pensées.

MIB

L'ultime conspiration révélée

Les individus déploient dans leurs discussions relatives aux affaires mondiales une énergie mentale considérable qui s'avère a contrario quasiment inexistante lorsqu'il s'agit de comprendre et de percevoir les événements qui s'y produisent vraiment.
looking glass
© Inconnu
Jour après jour, ils débattront volontiers sur l'idéologie politique la plus correcte ou sur ce qu'il convient de faire pour résoudre un problème donné, mais ils n'analyseront que rarement les sources d'information qu'ils ont utilisées pour construire leur opinion. Que la plupart des informations diffusées sur les événements dans le monde sont le fait de ploutocrates, qui possèdent un indéniable intérêt personnel à maintenir le statu quo, entre rarement dans la prise de conscience générale. Ce qui est évidemment intentionnel.

Il est encore moins fréquent d'examiner ce qu'il advient de cette information une fois qu'elle entre dans la tête que de questionner la nature de l'information reçue. La quasi-totalité de la population mène une vie dominée par un bavardage mental compulsif et continu qui influe sur tous les aspects de sa vie, depuis son état émotionnel jusqu'à la façon dont son intérêt et son attention évoluent, avec pour conséquence de créer des biais cognitifs et des filtres perceptifs qui influenceront la manière dont toute information future sera interprétée. Pour la plupart d'entre nous, la pensée n'agit pas comme l'instrument précieux qu'elle devrait être, mais se comporte plutôt comme un auteur qui met en scène et joue le rôle vedette de toutes nos représentations. Comme Ecknath Easwaran l'a dit un jour, « nous ne pensons pas nos pensées, nos pensées nous pensent ».

Commentaire: Quelques suggestions de lecture...
  • Le champ de la cohérence universelle, Lynne McTaggart
  • L'âme de la nature, Rupert Sheldrake
  • Le chemin le moins fréquenté, Scott Peck
  • L'homme et son évolution possible, Piotr Ouspenski
  • Le drame de l'enfant doué - À la recherche du vrai Soi, Alice Miller
  • Comprendre la nature humaine, Steven Pinker
  • La peur de l'Abîme - Guérir les blessures de la honte et du perfectionnisme, Aleta Edwards
  • La force de l'intuition, Malcolm Gladwell
  • L'épreuve du labyrinthe, Mircea Eliade
  • Le livre du dedans - Fîhi-mâ-fîhi, Djalâl-od-Dîn Rûmî
  • La formation de la personnalité par la désintégration positive, Dr Kazimierz Dabrowski
  • Du mensonge à l'authenticité, Marie Lise Labonté
  • Système 1 Système 2 - Les deux vitesses de la pensée, Daniel Kahneman



Bulb

Ecrire à la main, le meilleur moyen de stimuler le cerveau

À force de pianoter sur nos claviers, on en viendrait presque à oublier que nos doigts peuvent aussi tenir un stylo. Quelle erreur ! Prendre la plume ( ou le crayon ) reste à ce jour le meilleur moyen de stimuler son cerveau. Une vérité à prendre au pied de la lettre.

millie
© Inconnue
Millie Perkings dans le film "Le Journal d'Anne Frank"
Quand avez-vous écrit à la main pour la dernière fois ? Détrônée par le clavier, l'expression manuscrite se fait de plus en plus rare, au point que même la liste des courses ou les rendez-vous de la semaine s'inscrivent désormais sur les écrans de nos téléphones portables. Si beaucoup d'entre nous préfèrent aujourd'hui l'efficacité du clavier au stylo, il n'en demeure pas moins que jouer des pleins et des déliés procure de formidables sensations. Et surtout remue nos méninges avec une intensité insoupçonnée.

Family

Épigénétique - Un traumatisme peut-il être transmis de génération en génération ?

Nos enfants et petits-enfants sont façonnés par les gènes que nous leur transmettons en héritage, mais de nouvelles recherches révèlent que les épreuves et la violence peuvent aussi laisser leur empreinte.


Commentaire : « Actif ou inactif, allumé ou éteint, exprimé ou réprimé : différents champs sémantiques sont couramment utilisés pour définir l'état d'un gène. Ils font tous référence au même phénomène : un gène est un segment d'ADN qui contient l'information nécessaire à la synthèse d'une ou de plusieurs molécule(s) qui constitue(nt) l'organisme. Le gène est dit actif/allumé/exprimé lorsque cette synthèse a lieu. Sinon, il est inactif/éteint/réprimé. Mais évidemment, l'expression génétique n'est pas un processus fait de noir et blanc : il existe plein de niveau gris, avec par exemple des gènes très actifs, surexprimés (synthèse importante) ou encore partiellement réprimés (synthèse très faible)... »

Source : Inserm


Traumatisme générationnel
© Javier Hirschfeld/BBC
La résonance émotionnelle dans le traumatisme générationnel ou quand l'enfant communique très souvent une souffrance plus ou moins enfouie d’un membre de sa famille.
En 1864, vers la fin de la guerre civile américaine, les conditions de vie dans les camps de prisonniers de guerre confédérés avaient atteint un niveau jamais égalé. Il y avait une telle surpopulation dans certains camps que les prisonniers, soldats de l'armée de l'Union venus du nord, occupaient chacun un espace égal à celui de la superficie d'une tombe. Le taux de mortalité des prisonniers a grimpé en flèche.

Parmi ceux qui ont survécu, beaucoup ont été marqués à vie par les douloureuses expériences. Ils ont ensuite réintégré la société avec une santé déficiente, de moins bonnes perspectives d'emploi et une espérance de vie plus courte. Mais l'impact de ces difficultés ne s'est pas arrêté à ceux qui en ont fait l'expérience. Elle a également eu des conséquences sur les enfants et les petits-enfants de ces prisonniers, et ces conséquences semblent avoir été transmises à la lignée masculine des familles.

Bien que leurs fils et petits-fils n'aient pas souffert des épreuves des camps de prisonniers de guerre — et quand bien même ils aient bénéficié de bons soins pendant leur enfance — ils ont été affectés par des taux de mortalité plus élevés que la population générale. Il s'est avéré que les prisonniers de guerre avaient transmis une partie de leur traumatisme à leur progéniture.

Commentaire: Il est réconfortant de lire un article sur l'héritage épigénétique d'un traumatisme se terminer sur une note d'espoir. Le déterminisme génétique est un concept dépassé, bien qu'il soit toujours vanté dans une grande partie de la presse grand public (et même dans les milieux universitaires). Il est important de réaliser que nous sommes plus que la somme de nos gènes et que les problèmes qui sont les nôtres, qu'ils soient appris ou hérités, peuvent être résolus.

Pour ce qui concerne plus spécifiquement les enjeux de l'épigénétique relatifs à la santé et aux maladies :
« Il est désormais largement admis que des anomalies épigénétiques contribuent au développement et à la progression de maladies humaines, en particulier de cancers. Les processus épigénétiques interviennent en effet dans la régulation de nombreux évènements tels que la division cellulaire, la différenciation (spécialisation des cellules dans un rôle particulier), la survie, la mobilité... L'altération de ces mécanismes favorisant la transformation des cellules saines en cellules cancéreuses, toute aberration épigénétique peut être impliquée dans la cancérogenèse. »

Source : Inserm
Et pour aller plus loin :


Book 2

Véritable dystopie des temps contemporains, « Chronique d'une mort annoncée » ou l'ouvrage visionnaire de Marquez

Publié en 1981, ce livre est l'un de ceux dont l'actualité, loin de s'épuiser avec ses premiers succès, mûrit et se consolide progressivement : elle se laisse graduellement découvrir, non pas malgré le passage du temps mais précisément grâce à lui.
livre
Comme un révélateur photographique, le vieillissement de l'œuvre fait apparaître de nouvelles potentialités de sens dont il est la condition. La poussière du temps, plutôt que d'ensevelir, contribue à renouveler.

Et en observant - à partir des données présentes et des scénarios d'avenir catastrophistes que nos savoirs actuels dévoilent et esquissent - la manière dont se dessinent les grands défis auxquels doivent et devront faire face les sociétés du XXIe siècle, on peut peut-être considérer le roman de García Marquez comme l'expression fictionnelle la plus limpide et la plus puissante du tragique propre à notre époque.

Take 2

Hiroshima, cinq films pour se souvenir

Il y a 70 ans, la première bombe explosait sur Hiroshima, provoquant la catastrophe sans nom que nous connaissons tous aujourd'hui. Cet événement sans précédent a fortement inspiré les artistes et notamment les cinéastes, qui ont décidé de représenter la tragédie plus ou moins frontalement. Cinq films sur Hiroshima.

hiroshima
Peut-être le plus connu d'entre tous, Hiroshima mon amour est également le seul réalisé par un français. En 1959, Alain Resnais décide d'adapter un scénario de Marguerite Duras pour un résultat à la limite du sublime, qui rassemble Emmanuelle Riva et l'acteur japonais Eiji Okada.

Butterfly

Japon : Kodokoshi, ou la « mort solitaire »

Kodokoshi, ou la «mort solitaire», est un phénomène de plus en plus fréquent au Japon. Des personnes âgées meurent bien souvent dans leurs appartements dans la plus grande solitude - sans que leurs proches ne soient au courant.
japon
© Prise d'écran
Certains considèrent que le vieillissement rapide de la population contribue encore à l'extension de ce phénomène tandis que d'autres estiment que les personnes âgées ne doivent plus espérer que leurs enfants vont prendre soin d'eux, en raison de changements dans les traditions familiales.

Book 2

Je suis un chat de Natsume Sôseki : quand un félin nous parle des japonais avec humour et sagesse

Natsume Sôseki (1867-1916) est le premier grand auteur japonais moderne. Né sous l'ère Meiji, qui a vu le Japon s'ouvrir au monde occidental, il a basé toute son œuvre sur cette crise de la culture japonaise traditionnelle. Formé aux lettres classiques chinoises et au haïku, il fait ensuite des études en Angleterre puis devient professeur d'anglais au Japon.
chat
Très influencé par les auteurs anglais tels Swift et Sterne, il livre ici un chef d'œuvre humoristique qui fait dire à Jean Cholley, traducteur et préfacier , que ce titre « suffit amplement à démentir l'opinion si répandue selon laquelle les Japonais manquent d'humour ». Voici donc l'un des grands classiques de la littérature japonaise.

Books

Plus de quatre siècles après leur publication, pourquoi lire Les Essais ? Montaigne, le psychologue

«Que sais-je ? » « Qui suis- je... ? C'est en sa tour ronde qui nous est restée du château d'origine, constellée de sentences grecques ou latines, que nous imaginons Montaigne, s'interrogeant ainsi, lisant, écrivant pour mieux se connaître et produisant une œuvre unique : Les Essais.
montaigne
© Inconnu
Michel de Montaigne
Se prendre pour matière de son livre : une gageure au XVIe siècle et la marque d'un passage à l'individualité, à l'intériorité et la subjectivité revendiquée. À la psychologie ? Il n'y a qu'un pas pour l'affirmer, franchi plus tard par les lecteurs des temps modernes. Et pourquoi ? « L'être véritable est le commencement d'une grande vertu », lit Montaigne chez le poète grec Pindare. Le trouver, le connaître, l'exhiber, serait donc apprendre à mieux vivre. Cela mérite d'être « essayé »...

Commentaire: Lire aussi : Montaigne et le paradoxe de la barbarie