Bienvenue à Sott.net
mer., 22 sept. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

La Science de l'Esprit
Carte

Cult

Coronavirus : Une nouvelle Inquisition

Installé depuis neuf mois, « l'état d'urgence sanitaire » a atteint le plus intime des individus. Afin de les conformer à des injonctions mortifères, il exhibe le spectacle d'un sacrifice permanent des populations. Celui-ci relève d'un théâtre gestuel, tel celui d'Antonin Artaud[1] qui fait appel à une forme de purgation impactant le Réel des êtres humains.
inqui
La « guerre contre le coronavirus » n'est pas une lutte contre la maladie et ne repose pas non plus sur sa prévention. Si la « pandémie » se limite à l'impact d'une grippe saisonnière, on constate, suite aux mesures prises, une dégradation globale de la santé des individus, confirmant ainsi que cette hostilité est bien une guerre contre les populations.

Dans son dernier discours, le président Macron en précise les dernières modalités, en énonçant la possibilité d'organiser « l'isolement des personnes contaminées de manière plus contraignante,[2]» ce qui pourrait signifier, selon le sénateur Alain Houpert, la création de camps d'internement.

Bien que son cadre d'application ne soit pas précisé, le principe de précaution présente une primauté sur toute autre politique destinée à « gérer des risques incertains[3] ». Dans le cas du coronavirus, il devient un « outil de gestion virtuel de risques virtuels[4]». La « pratique scientifique » est alors réduite au principe moral de responsabilité. Ce dernier se résume à une monstration de la participation des populations à des mesures qui les asservissent. Les mesures de précaution relèvent alors d'une théologie de l'obscène, d'un faire-voir amalgamant responsabilité et culpabilité. Elles s'inscrivent dans une nouvelle religion basée sur le sacrifice.

Broom

Le temps est venu de faire le grand ménage

L'année 2020 pourrait être décrite comme une année où l'absurde côtoie la psychose — une année de division et de polarisation extrême tant sur le plan climatique que sur le plan sociopolitique. Les populations font encore plus qu'avant des choix, pour le meilleur ou pour le pire. Certains personnes s'alignent sur les mensonges de plus en plus flagrants colportés par les médias mainstream et les gouvernements profondément pathologiques tout autour du globe, mais surtout en Occident, et d'autres prennent position contre ces mêmes mensonges et parviennent à ce point de compréhension qui leur laisse à penser que la version de la réalité qui leur est présentée est en essence malfaisante.

Dualité
© Inconnu
Le temps du grand ménage est arrivé. Parce que s'il vous arrive en ce moment d'éprouver la sensation d'être au sein d'une bataille spirituelle, vous n'êtes pas seul. Nombre des plus grands érudits, philosophes et ascètes du monde ont compris l'aspect multidimensionnel du monde dans lequel vivent des êtres non physiques, bons et mauvais, en lutte perpétuelle contre nous et les uns contre les autres. Il convient de cultiver une sensibilité telle que l'existence des êtres spirituels puisse être directement vécue parce que
« [...] les Esprits des ténèbres sont parmi nous, ils sont présents. Il nous faut veiller afin de voir où ils se trouvent sur notre chemin, afin de concevoir à quel endroit ils sont présents. Car la chose la plus dangereuse dans un proche avenir, ce sera d'être abandonné à leurs influences sans en avoir conscience. Leur réalité n'est pas modifiée du fait que l'homme les connaît ou ne les connaît pas. »

~ Rudolf Steiner, La Chute des Esprits des ténèbres
Vous n'êtes pas seul, mais vous pourriez avoir dans votre entourage des personnes qui entravent votre voie vers la spiritualité et déséquilibrent votre recherche d'harmonie intérieure. L'article qui suit explore ce sujet. Il sera suivi par quelques citations qui aideront peut-être les lectrices et les lecteurs à y voir plus clair.

* * * * * * * * * * * * * * * *

Nous vivons une époque de folie. Il semble que nous soyons entrés dans la zone crépusculaire. Un « tourbillon » tordu de polarisation extrême et de systèmes de valeurs contradictoires. Un monde où la haine est palpable des deux côtés du point de contrôle de la polarité. La volonté orchestrée de provoquer des divisions sur tous les fronts : race, sexe, politique et religion ne devrait pas surprendre ceux qui sont sur le chemin de la spiritualité. L'énergie de l'ancienne ère des Poissons se meurt et les débranchés se battent contre la marée montante de la nouvelle ère du Verseau.

L'enfer se déchaîne. Les émeutes et la violence abondent, les pénuries alimentaires, les confinements, les conditions météorologiques extrêmes et les maladies sont au rendez-vous, et à mesure que la vie s'écoule, nos préjugés profonds et notre instinct de conservation se manifestent. Des instincts de survie délibérément exacerbés par nos sombres dirigeants, des êtres au charisme néfaste qui cherchent désespérément à garder le contrôle d'un paradigme moribond.

Programmés pour les conflits

Les humains sont programmés pour les conflits. Nous possédons tous un schéma interne de type Jekyll et Hyde — un M. Gentil et un M. Méchant qui partagent le même espace. Chacun d'entre nous est soumis à des forces positives et négatives qui envahissent notre esprit et bouleversent notre vie. La lutte pour la polarité devient évidente lorsque nous vérifions nos propres dialogues internes. Nous avons tous un Gollum qui partage notre conscience, et il est parfois inconfortable de surveiller notre pensée... et ce qu'elle révèle sur l'état de notre conscience.

Mail

Lettre à mon petit-fils en ces temps d'incertitude et de recomposition économique et géopolitique

Depuis que tu es né toutes mes pensées vont vers toi, Toi, dont l'enfance est secouée par les ambitions dévorantes et désordonnées d'une oligarchie mondialisée prête à tout pour augmenter ses pouvoirs et ses profits,Toi, qui vis, depuis ta naissance, sous des menaces traumatisantes grossièrement créées, exagérées ou entretenues par cette oligarchie pour détruire tes capacités de résistance et d'opposition à leur projet d'appropriation de toutes les richesses mondiales,
liberte
Toi, à qui il est présentement interdit de respirer, et donc de vivre car le souffle est la vie, forcé que tu es de porter un masque toute la journée pour satisfaire cette oligarchie sadique qui veut juste te montrer qui est le maître afin que tu ne t'avises jamais de te rebeller,

Commentaire:




Bullseye

Le virus et la civilisation hallucinatoire (René Guénon)

Le caractère hallucinatoire du virus est une évidence. Une modeste épidémie surexploitée médiatiquement sert à happer nos libertés restantes, nos vies et nos ressources. Mais il ne faut pas s'en étonner, dans un monde où le populo passe dix heures par jour le nez dans le smartphone ou le tronc planté devant la télé. L'opération virus est le couronnement de la stupidité crasse des occidentaux et du caractère hallucinatoire de leur civilisation.
jjjj
Il est évident que nous vivons sous hypnose : abrutissement médiatique/pédagogique, journaux, actus en bandeaux, « tout m'afflige et me nuit, et conspire à me nuire. » Mais cette hypnose est ancienne et explique aussi bien l'ère d'un Cromwell que celle d'un Robespierre ou d'un Luther-Calvin. L'occident est malade depuis plus longtemps que la télé... jusqu'à Gutenberg...

Je redécouvre des pages extraordinaires de Guénon en relisant Orient et Occident. Il y dénonce le caractère fictif de la notion de civilisation ; puis son caractère hallucinatoire de notre civilisation ; enfin son racisme et son intolérance permanentes (sus aux jaunes ou aux musulmans, dont les pays - voyez le classement des pays par meurtre sur Wikipédia - sont les moins violents au monde). Problème : cette anti-civilisation dont les conservateurs se repaissent, est la fois destructrice et suicidaire. Exemple : on détruit des dizaines de pays ou des styles de vie pour se faire plus vite remplacer physiquement (puisque métaphysiquement nous sommes déjà des zombis)...

Sun

Sortez, respirez, prenez de la vitamine D, du zinc, marchez, vivez, tenez-vous dans vos bras.

Bonjour, Je suis Pascal Sacré, docteur en médecine, chirurgie et accouchements en Belgique depuis 25 ans. Anesthésiste, j'exerce la médecine de soins intensifs depuis 17 ans et ce n'est pas fini.
nhrygj
J'ai été licencié par un hôpital où je travaillais depuis 9 ans sans aucun problème, pour mes opinions et leur expression, par écrit. Pour la direction de cet hôpital, cette liberté fondamentale dans une démocratie est une faute grave.

Video

Un futur déjà présent : voir ou revoir « Les Fils de l'Homme », le chef-d'œuvre dystopique d'Alfonso Cuarón

Les Fils de l'Homme. De ce titre à connotation biblique aguicheur vient avant toute chose le roman éponyme de P.D James, dont le synopsis est la base du film. Mais désireux de ne pas lire l'œuvre, Alfonso Cuarón préfère imaginer lui-même la trame de son film de science-fiction. Après l'excellent Y tu mamá también (road movie sur fond de passage à l'âge adulte) ou encore le carton du 3e volet de Harry Potter, le réalisateur mexicain imagine un film d'anticipation préfigurant des questionnements et maux du présent.
kikiki
© Strike Entertainment Hit and Run Productions
Situé dans l'Angleterre hivernale de 2027, Les Fils de l'Homme présente une dystopie ténébreuse, excroissance de nos sociétés actuelles, où les femmes sont stériles depuis 18 ans. Ici, l'État totalitaire applique la tolérance zéro, parquant les minorités stigmatisées dans des camps insalubres.

Des terroristes illuminés commettent des attentats, tandis que d'autres préfèrent acheter des kits de suicide ne voyant plus de sens à leur vie face à cette fin du monde inévitable. Oui, tous ces éléments renvoient forcément à notre présent, où les attentats, manifestations alter-mondialistes violentes, épidémies, Brexit et autres vagues migratoires deviennent de plus en plus légion.

Heart - Black

Confinement : dans les Ehpad, « beaucoup » de résidents « sont morts de chagrin »

Le 11 mai, les Français ont repris goût à la vie, mais dans les Ehpad les personnes âgées sont toujours coupées du monde à cause du Covid-19. À la demande de l'État, les activités communes restent interdites.
jjjjjjj
"Qu'est-ce que j'aimerais sortir. On perd des muscles à ne pas marcher", déplore Reine Blain, une résidente d'un Ehpad, qui vit "mal" le confinement pour lutter face au coronavirus. La psychologue Élodie David tente de maintenir le lien avec l'extérieur. Elle distribue une gazette sur laquelle des photos de sa famille sont imprimées. "Je voudrais des sorties", implore Antoinette, une autre résidente.

Gear

Les graves conséquences neurologiques à vivre dans une peur perpétuelle

Je dis depuis longtemps que la peur rend les humains stupides, et même qu'elle constitue pour le cerveau une agression et un poison. Mais, à certains moments, je me suis aussi demandé s'ils ne pourraient pas finir par être lassés de la peur... ce point où ils décident qu'elle doit cesser et qu'il est temps de l'évacuer.
Les yeux de la peur
© Inconnu
Il s'avère cependant que j'ai fait preuve d'un optimiste certain en matière de lassitude face à la peur. J'ai lu le dernier livre de Robert Sapolsky, Behave : The Biology of Humans at Our Best And Worst [« La biologie humaine qui dirige nos pires et plus belles actions. », ouvrage non traduit en français - NdT], et j'ai été déçu par les résultats des études les plus récentes sur les conséquences à long terme de la peur — que l'on nomme en terminologie académique, le stress chronique.

Ma déception a toutefois rapidement été tempérée par deux choses :
  • J'ai obtenu des informations sur les mécanismes toxiques de la peur ;
  • J'ai appris que la neurologie humaine est extrêmement variable, qu'il y a des exceptions à tout, et que si le tableau d'ensemble était aussi sombre que le laissent penser les troublantes conclusions, nous aurions depuis longtemps régressé à l'état de singes meurtriers.
Il est presque inutile de le préciser, mais 2020 aura été l'Année de la peur. Je suis un peu abasourdi par son ampleur. En temps normal, il existe un certain attrait à s'imprégner d'histoires effrayantes — notre capacité à regarder le mal dans les yeux nous donne l'impression d'être vivants — mais 2020 a de loin dépassé ce stade. Ce à quoi nous assistons est bien plus qu'une simple débauche de peur, et il existe certains moyens de communication (y compris des sites web) que je ne peux que qualifier d'obscènes.

Cette profusion de peur est bien plus destructrice qu'on ne le pense.

Caesar

Retour sur Saint-Éxupéry : Sans la Deuxième Guerre mondiale, le Petit Prince n'aurait pu voir le jour

Antoine est entré dans « la drôle de guerre » comme des millions de Français. Dans un premier temps, ce fut une période propice aux bavardages dans les chambrées et aux élucubrations de toutes sortes. Les officiers fanfaronnaient. Les soldats astiquaient les fusils d'une autre guerre et défilaient. Les foules applaudissaient. Tout le monde était à sa place et à son office.
ddddd
Durant les longues soirées d'hiver, Antoine attendait. Il fallait tuer le temps en organisant des jeux de société, en animant des soirées où l'on reprenait à tue-tête des chansons de « corps de garde », en faisant des tours de cartes, en buvant ou bien en mélangeant tout à la fois.

Question

Choisirez-vous la liberté ?

Dans 1984, le roman dystopique de George Orwell devenu un classique, le protagoniste Winston se demande s'il est le seul à avoir conservé un réel souvenir et s'il est le seul à douter de la narration du Parti. Il n'a aucun moyen de savoir si tous les autres croient vraiment à la version révisée de l'histoire du gouvernement, ou s'ils agissent comme si c'était le cas ; discuter de telles questions est puni d'anathème et mène à la vaporisation : vous êtes supprimé de l'histoire. Heureusement, nous n'en sommes pas encore là aux États-Unis — personne n'a encore été vaporisé.
love freedom inspiration
© Inconnu
Note du traducteur : L'explication du terme « vaporisé » dans le texte :
« Des gens disparaissaient, simplement, toujours pendant la nuit. Leurs noms étaient supprimés des registres, tout souvenir de leurs actes était effacé, leur existence était niée, puis oubliée. Ils étaient abolis, rendus au néant. Vaporisés, comme on disait. »
Personne n'a encore été « vaporisé », mais les mécanismes totalitaires décrit dans ce roman publié en 1948 sont, dans le fonctionnement de nos sociétés, aujourd'hui même, parfaitement repérables... Peut-être même plus que jamais.
Toutefois, il semble que nous soyons emprisonnés par la force de la censure sociale tout aussi sûrement que Winston l'était par la menace d'une mort instantanée. Des millions d'opposants au confinement ne feront pas connaître leur opinion, même à leur famille et à leurs amis les plus proches ; prendre publiquement position est inconcevable — ils perdraient leur statut social, leurs clients et peut-être même leur emploi. Grâce à cette dynamique, les partisans du confinement bénéficient d'une apparence de consensus majoritaire, et tout le monde obtient... plus de confinement.

Si nous parlions tous librement, le résultat serait différent. Lorsque nous décidons quelles opinions doivent être « acceptables », nous permettons à la dynamique sociale de nous contrôler. Il en résulte deux groupes distincts et malavisés : le premier groupe est constitué de personnes qui, tout en dissimulant un ressentiment latent, nourrissent des opinions secrètes et se comportent de manière factice afin de contenter les autres ; le second groupe, quant lui, est constitué de personnes qui croient que leurs opinions sont plus largement partagées et plus influentes qu'elles ne le sont en réalité. Cette fausse réalité n'est bonne pour personne. Le fait de penser détenir un soutien légitime alors que la dissidence a été réduite au silence par l'intimidation est un excellent moyen de sombrer dans le chaos intérieur.