Image

La comète Pan-STARRS, vue le 2 mars dernier en Australie. © Chris_Samuel / Flickr-cc Une pluie de météorites imprévue
Alors que l'activité spatiale semble s'intensifier depuis le début de l'année 2013, la Nasa s'est laissé surprendre par de petits astéroïdes, détectés seulement trois jours avant leur passage ce week-end. L'astéroïde 2013 ET, beaucoup plus gros, avait quant à lui la taille suffisante pour rayer une ville de la carte.

Une nouvelle fois, notre planète a échappé à la collision avec un objet céleste. 2013 ET, c'est le nom de l'astéroïde qui, détecté il y a une semaine à peine, est passé samedi soir à quelques 950 000 km de la Terre, soit deux fois la distance entre la planète bleue et son satellite la Lune.

La taille d'un gratte-ciel

2013 ET n'est pas le premier astéroïde à s'approcher de la Terre depuis le début de l'année. Alors que l'on attendait le cataclysme pour le 21 décembre 2012, le ciel serait-il en train de rattraper son retard à grand coup de frayeurs spatiales ?

140 m de long : voilà les mensurations de ce caillou qui a surgi précipitamment des profondeurs de l'espace, soit la taille d'un gratte-ciel ou d'un gros pâté de maison. Lancé à près de 42 000 km/h, 2013 ET aurait pu raser une ville entière, selon les estimations de Paul Cox, ingénieur du télescope Slooh, qui a observé l'astéroïde.

Deux comètes pour 2013

Également présente dans le ciel en ce moment, la comète Pan-STARRS est visible dans l'hémisphère nord depuis le 8 mars, environ une heure après le coucher du soleil. « Une comète nouvelle, jamais aperçue auparavant, et qui ne fera qu'une seule et unique incursion dans notre ciel avant d'être éjectée dans les profondeurs de la Galaxie, » selon l'Observatoire de Paris.

Entre novembre 2013 et janvier 2014, c'est la comète ISON, la plus grosse jamais observée dans notre système solaire, qui sera visible à l'œil nu dans le ciel, et pourrait même être plus lumineuse que la Lune.

Le 15 février dernier, c'était 2012 DA14 qui menaçait d'égratigner la surface de la Terre, en passant à seulement 27 000 km de notre planète. Mais la Nasa avait prévenu : aucun risque de collision pour cette fois-ci.

Le même jour, la surprise était venue d'un météore qui avait déjoué l'attention des télescopes, trop occupés à surveiller 2012 DA14. Dans la matinée, les habitants russes d'une région de l'Oural s'étaient réveillés sous une pluie de fragments de météorite.

Des astéroïdes de moins en moins prévisibles ?

La Nasa perdrait-elle la main pour nous prévenir des risques venant du ciel ? Si 2013 ET avait été repéré presque une semaine avant son passage à proximité de notre planète, deux autres astéroïdes ont également salué la Terre.

En effet, ce week-end, 2013 EC 20 et 2013 EN 20 sont respectivement passés à 150 000 et 449 000 km de la Terre, mais n'avaient été repérés par la Nasa que trois jours plus tôt. Une activité céleste intense, et qui peut laisser croire que, finalement, les Mayas ne se sont peut-être trompés que de quelques mois...