Image

Au sein de l'Église, il n'y a pas que les curés qui sont pédophiles
Avant toute chose, je tiens à vous préciser, que cet article n'a pas vocation à taper gratuitement sur l'église Catholique ou sur la religion, mais juste à relater des faits avérés tentant à prendre de trop grosses proportions à notre époque et une ampleur aussi répugnante dans les faits que pesante..

Encore une affaire de pédophilie qui éclate aujourd'hui au sein de l'église Catholique. Encore une fois, le clergé est montré du doigt, et encore une fois le doigt est mis sur le personnel d'une église en constante perdition.
Cela fait des mois, des années, que les plaintes affluent aux quatre coins du globe pour dénoncer, des actes de pédophilie au sein de l'institution religieuse la plus puissante du monde. En Europe par exemple, les affaires commencent à éclater un peu partout, et les révélations vont bon train, stigmatisant toujours un peu plus, les personnels religieux au rythme des révélations dont les médias se font l'écho. Après l'Allemagne, l'Autriche, les Pays bas, L'Irlande, etc.. c'est aujourd'hui la Belgique qui affronte la stupeur de déclarations aussi effarantes que scandaleuses.

Le plat pays, déjà bien ancré dans un marasme politique frôlant la scission territoriale n'avait certes pas besoin d'un nouveau scandale, alors que les fantômes de l'affaire Dutroux étaient à peine mis au placard. Pourtant, c'est un nouveau scandale sexo religieux qui fait le tour des « Une » du pays royal.

En effet, un quinquagénaire Belge, a aujourd'hui brisé le mur du silence, et affronté ses vieilles terreurs pour révéler à tous, les viols et autres attouchements qu'il a subi dans les années 60 alors qu'il était en pension à l'Orphelinat Stella Maris à Coutrai (tout près de la frontière Française). Alors vous me direz, encore une fois, les curés se sont laisser aller sur de pauvres et innocents enfants, mais là ou l'affaire semble inédite, c'est que cette fois et pour la première fois, ce sont des sœurs, des nonnes, qui ont pratiqué ces sévices sur les enfants dont elles avaient la garde à plein temps.

Selon les toutes premières déclarations de la victime, dont il se pourrait qu'elle ne soit pas un cas isolé, celles ci, lui faisaient des fellations tandis qu'elles exigeaient en retour qu'il les satisfasse sexuellement. Des aveux terribles, qui ont eu pour effet, d'engendrer durant de longues années de graves problèmes psychologiques à cet enfant qui aujourd'hui a décidé de déposer plainte. Suite à celle ci, une enquête à également été ouverte sur plusieurs autres cas de viols ayant eu lieu dans les années 90.. Alors quelle sera l'ampleur exacte de ces actes sans noms? Personne ne le sait pour le moment c'est certain, mais une fois encore ce sont de pauvres enfants qui se sont retrouvés la cible de mercenaires, de monstres, sans foi ni loi, prêt à tout pour satisfaire leur appétit sexuel.

L'église ces derniers mois, avait pourtant décidé de condamner vivement ces actes horribles, le pape lui même jugeant que « L'autorité de l'église n'avait pas été assez vigilante » et qu'elle n'avait «pas été suffisamment rapide et ferme pour prendre les mesures qui s'imposaient ».

Comme nous l'avons vu, les révélations faites en Irlande en 2010 et l'enquête qui en a découlé, à montré que des centaines de viols avaient eu lieu sous le giron de la Hiérarchie Catholique, sans que personne n'en soit réellement informé. Des affaires étouffées pour le « bien » de l'église Catholique laissant au nom de ce « bien » des centaines de victimes sur le carreau.

Ces nouvelles révélations c'est certains vont à nouveau faire ressortir l'éternel débat sur le célibat des ecclésiastiques, mais combien d'enfants auront payer et paieront encore avant qu'une réponse soit donnée ?

Image
© KURT DESPLENTER/AFP
L'établissement Stella Maris.

Je dirais presque qu'il est « facile » pour l'église de dire « Pardon on s'excuse », mais combien de victimes encore devront affronter le regard de leur bourreau sans que personne ne dise rien ?

Alors bien sûr avant que toute généralisation soit faite à la va vite, tous les Hommes d'église n'agissent pas ainsi et heureusement, mais ce qui est condamnable outre les gestes de ceux qui agissent, c'est que l'église étouffe ces affaires pour son bien fondé.
L'église de Rome est à un tournant de son Histoire après les années de réussite de feu Jean Paul II, et la crise qu'elle traverse actuellement est sur le point de provoquer des cicatrices irrémédiables qui pourraient bien avoir pour effet, la fin de la confiance accordée par le peuple à cette église papale.