Image
À Ottawa aujourd'hui, dans un évènement « sans précédent dans l'histoire du Canada », quelqu'un a abattu - à bout portant - l'un des soldats qui tenaient la garde au monument commémoratif de guerre du Canada. De là, le(s) suspect(s) vola(èrent) une(des) voiture(s) et prirent la route pour les Bâtiments du Parlement, où ils ont ouvert le feu à proximité des ministres et législateurs du gouvernement canadien. La capitale du Canada est actuellement verrouillée alors que des milliers de personnes de diverses forces de sécurité patrouillent dans la zone et installent des points de contrôle pour fouiller les véhicules entrants et sortants de la ville.

L'un des tireurs a été tué, supposément par un garde de sécurité à l'intérieur du Parlement. Au moins deux patients se sont présentés avec des plaies par balle à l'hôpital local. Les témoins oculaires ont dit aux infos locales de CTV « qu'un homme avec de longs cheveux portant un fusil » a tiré quatre coups sur un soldat proche de la « tombe du Soldat inconnu » du Canada. Ce soldat est depuis mort.
Témoin oculaire : « Cela sonna comme un coup de feu »

Un homme regardait la scène se dérouler depuis le troisième étage d'un bureau qui est en face du mémorial de guerre. « C'était irréel, » a dit le témoin, qui a demandé à ne pas être identifié. « J'ai entendu le tir et ai regardé par la fenêtre... Le tireur venait de l'ouest et visa directement le jeune homme qui tenait la garde et lui tira deux balles. Je pense qu'il a raté le premier tir ; cela ressemblait à un coup de feu. »
Image

Chargé de symbolique : un soldat canadien sans nom a été abattu à la « tombe du Soldat inconnu » du pays
L'armée du Canada a été mise en alerte haute, avec toutes ses bases verrouillées. Le Canada avait fortuitement rehaussé son niveau d'alerte national au terrorisme plus tôt aujourd'hui, à la suite d'une attaque distincte lundi, dans laquelle deux soldats canadiens furent frappés lors d'un délit de fuite par un conducteur « djihadiste radicalisé local », le Québécois Martin Couture-Rouleau, alias « Ahmed le Converti ». L'un des soldats est décédé. Le suspect fut sommairement exécuté à la suite d'une chasse à l'homme par la police militarisée.

Lorsqu'interrogée pour savoir pourquoi ils savaient déjà autant sur le suspect, la police a dit qu'ils surveillaient Couture-Rouleau « depuis un bon moment » car il est sur une liste de 90 suspects canadiens impliqués dans « le combat avec des extrémistes à l'étranger. » En juillet de cette année, ils confisquèrent son passeport lorsqu'il a tenté de quitter le pays pour la Turquie. Il fut relâché par manque de preuve qu'il prévoyait de rejoindre un groupe terroriste, malgré le fait qu'il était clairement enclin à rejoindre l'EIIS. La presse canadienne rapporte aujourd'hui que Couture-Rouleau était « furieux que le Canada ait soutenu le bombardement É.-U. de l'EIIS », mais a réassuré les Canadiens qu'il « semblait être un loup solitaire... »

De « multiples tireurs »... au « terroriste solitaire »

Une vidéo prise grâce à un téléphone portable par un correspondant du Globe and Mail montrait une scène chaotique dans le corridor menant des portes frontales de l'Édifice du centre du Parlement à la Bibliothèque du Parlement durant l'attaque :


Quelques témoins oculaires racontent :
« Nous attendions là pour un tour de la ville et soudainement, j'ai entendu quatre coups, » a dit Jan Lugtenborg, un touriste hollandais en visite dans le centre-ville d'Ottawa.

« Soudainement, j'ai vu un type petit avec de longs cheveux noirs... avec un fusil long, et il s'enfuit après les tirs, à travers les rues en direction de la Colline Parlementaire, » a-t-il dit.

Raivo Nommick, un autre spectateur, a dit que « tout à coup, j'ai juste entendu un tir, je me suis tourné, et il y avait un type avec un fusil... et juste poum poum. »

« Ensuite, j'ai vu un des autres types des forces armées simplement courir. Il fonçait, courait juste tout droit. L'autre type est simplement tombé. Je regardai à nouveau et plongea simplement à terre et appela immédiatement le 911. »
Le témoin Scott Walsh, qui travaillait à la Colline Parlementaire, a dit ce qu'il a vu :
« ... un homme courant avec une arme à feu à canons jumelés, portant un foulard et un jeans bleu. Il sauta par-dessus la palissade entourant la Colline Parlementaire, sortit quelqu'un par la force d'une voiture, puis roula vers les portes frontales du Parlement et tira au moins deux coups. »
Le témoin Tony Zobl a décrit ce qu'il a vu depuis la fenêtre de son bureau au quatrième étage, directement au-dessus du mémorial de guerre :
« J'ai regardé par la fenêtre et vu un tireur, un homme vêtu tout de noir avec un foulard sur son nez et la bouche, et quelque chose sur sa tête aussi, tenant un fusil et tirant sur un garde d'honneur du cénotaphe à bout-portant, deux fois. »
Un rapport d'un ministre du gouvernement suggère qu'un engin explosif d'un quelconque genre a été employé :
« Le Premier Ministre s'adressait au caucus, puis un énorme boum, suivi d'une rafale de tirs. Nous nous sommes tous dispersés. C'était clairement juste derrière la porte de notre caucus, » a raconté le Ministre du Conseil du Trésor, Tony Clement, à Reuters.
...bien que « le bruit énorme » peut avoir été provoqué par une « détonation bruyante » déployée par la police et la « rafale de tirs », un échange de coups de feu avec la police à l'intérieur des murs de l'édifice comme vu dans la vidéo de l'événement.

Image
La police d'Ottawa a « confirmé » que « deux ou trois hommes armés étaient impliqués dans l'incident. » Le journaliste de l'AP, Jorge Barrera, a rapporté que la police avait un des téléphones cellulaires des suspects et « étaient en possession d'une photographie d'un des hommes armés ». La police d'Ottawa a dit au journaliste local John Invision « qu'il y avait plusieurs assaillants » et de se retirer, ils donnent la priorité aux premiers intervenants.

Comme la version « tireurs multiples » se transforma en « homme armé isolé » dans les heures et jours qui ont suivi, gardez à l'esprit que l'agent de la police d'Ottawa, Chuck Benoit, a rapporté à CNN qu'il y avait plus d'une personne impliquée dans la fusillade. « Nous devons appréhender et arrêter les gens qui sont impliqués dans l'incident de ce matin, et à ce point, nous n'avons pas ces personnes, » a dit Benoit.

Image
Il semble qu'un des tireurs ait volé une « voiture verte », pendant qu'un autre tireur utilisait cette voiture pour atteindre le Parlement :

Image
© sunnewsnetwork.ca
« La voiture du tireur » ? Ou « l'une des voitures des tireurs ? »
Image
© ctvnews.ca
Maurice Cacho de CTV News rapportant une voiture verte utilisée par l'un des terroristes
Le département des relations publiques de l'EIIS a tweeté cette photo dont ils disent qu'il est « le tireur d'Ottawa »... bien qu'il ne soit pas évident à saisir comment l'EIIS au Moyen-Orient a compris ce que les officiels de la police d'Ottawa ne savent pas encore (que « les multiples tireurs » est vite devenu « le tireur isolé ») :

Image
Le « loup solitaire » est dénommé en tant que Michael Zehaf-Bibeau, un citoyen canadien de 32 ans. Également du Québec, Zehaf-Bibeau a peut-être connu Couture-Rouleau. Il était apparemment connu de la police de Montréal, avec quelqu'un sous ce nom ayant été arrêté pour de nombreux délits de drogue. Curieusement, pourtant, il fut en premier identifié par les « agences de sécurité É.-U. », qui ont été capables d'informer leurs collègues canadiens que Zehaf-Bibeau aussi s'était « récemment converti à l'Islam. »

Image

Un des tireurs, probablement tué, dans le bâtiment du Parlement.
Des dupes malchanceuses...

Image
© Wikipedia - en.wikipedia.org/wiki/Mubin_Shaikh
Mubin Shaikh : Djihadiste, entraîneur de Djihadistes, recruteur de Djihadistes, trafiquant d'armes, trafiquant de drogue... et une carrière d'agent d'une agence du renseignement du Canada
Plus tôt en 2006, il y a eu le « complot terroriste en Ontario » dans lequel 18 personnes - une aussi jeune que 15 ans - et supposément inspiré par « Al-Qaïda » - furent accusées (déclarées coupables) de prévoir - tenez-vous bien - de faire exploser des camions explosifs, ouvrir le feu dans une zone bondée, prendre d'assaut le Canadian Broadcasting Centre, prendre d'assaut le bâtiment du Parlement canadien, prendre d'assaut les quartiers généraux du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), prendre d'assaut la Tour de la Paix parlementaire, prendre des otages, puis décapiter le Premier Ministre et d'autres dirigeants du gouvernement... en criant tout du long « Allahu akbar ! »

Au cours du procès, il apparut qu'ils furent piégés par un informateur de la police qui avait « infiltré le groupe » et qui leur fit savoir qu'il avait eu un « entrainement militaire et aux arts martiaux. » La preuve que ces hommes « préparaient un camp d'entrainement de terroristes » dans les forêts canadiennes était une séquence vidéo les montrant supposément parler autour d'un feu de camp et cuire des « beignets » avec leurs voitures. Au second camp d'entrainement, les membres plus jeunes étaient incités à apparaître dans les vidéos, mimant les vidéos de décapitation de Djihadistes provenant d'Irak à l'époque. Leurs manipulateurs les avaient assis devant le drapeau noir d'Al-Qaïda avec des couteaux de chasse.

Mubin Shaikh, l'informateur, qui se révéla être un agent de carrière du Service canadien du renseignement de sécurité, fut accusé par la défense d'avoir joué un « rôle clef » dans l'organisation et le déroulement du voyage. Il acheta les fournitures utilisées, fut « l'entraîneur militaire » au « camp » (où 200 policiers attendaient de sauter sur cette « opération guet-apens »), les forma sur comment utiliser les armes à feu et les munitions qu'il achetait pour la « cellule terroriste »... et « donnait des sermons exhortant au Jihad ». Shaikh lui-même a décrit les « terroristes complotant une guerre terrestre de grande envergure contre le Canada » comme « malchanceux. »

... aux opérations de style GLADIO

obama harper

Oui, ces deux-là sont des idiots... mais les gens derrière eux sont redoutablement cruels
« Nous sommes tous inquiets et surpris que dans le Canada paisible, ce genre de chose puisse se produire, » a dit Richard Teltschik, un membre de la délégation de parlementaires allemands en visite à Ottawa. « Tout le monde s'attend à ce que le Canada soit exclu de tous les problèmes du monde, en paix et calme, et maintenant nous avons cette situation. » En effet, les évènements d'aujourd'hui défient plutôt le bon sens.

En fait, ils n'ont absolument aucun sens à moins qu'ils ne soient vus pour ce qu'ils sont : des attentats terroristes organisés par l'état (ou des acteurs de l'état) - et selon toute probabilité des éléments du renseignement É.-U. et Canadien - avec une intention d'amenuiser cet « isolement des problèmes du monde » en amenant les « problèmes jusqu'ici (créés par nous)... à notre pas de porte ».

Des centaines de Canadiens et d'Étasuniens ont été séduits, induits ou lavés du cerveau pour aller en Syrie au cours des 4 dernières années. Comme des forces de proximité dans un effort déterminé à retirer Assad de Syrie, ces dupes malchanceuses sont concrètement des conscrits militaires É.-U. au front d'une guerre pour la domination É.-U. du monde. En tant que dupes malchanceuses ils n'ont jamais compté grande chance de défaire les forces militaires conventionnelles d'Assad ; leur mission première était de provoquer des réponses de la part d'Assad afin que l'Occident puisse diffamer Assad comme « tuant son propre peuple », et à ce moment-là la Syrie serait rasée comme la Libye le fut.

Le problème est que la Russie se tient en travers du chemin. Comment autrement que par une certaine preuve de la « réelle menace » du terrorisme, le gouvernement canadien peut justifier l'interception d'un avion russe par des jets militaires canadiens le long des frontières russes ? Le Premier Ministre Harper ne reliera pas les deux évènements - L'EIIS et la Russie - mais c'est, au final, tout ce que l'EIIS mania revêt : légitimer l'hégémonie É.-U.-OTAN sur « tous ces endroits là-bas ».

Guerre contre le terrorisme nouvelle formule

Image
Dans un geste impopulaire, le Parlement du Canada avait récemment fait de son mieux pour l'Empire lorsqu'il vota pour participer à « l'opération résolution inhérente » de Washington contre l'EIIS en Syrie/Irak. Une législation draconienne est actuellement dans les cartons, incluant une loi qui permettra rétrospectivement aux agences de renseignement canadiennes de contourner les lois qui les empêchent d'espionner les Canadiens - tenez-vous bien - en autorisant les agences étrangères, incluant celles des États-Unis, à le faire pour elles.

Ceci est la guerre contre le terrorisme ; vous êtes soit du côté des autorités, soit vous êtes « du côté des terroristes. » L'assaut d'aujourd'hui au cœur du district administratif canadien est destiné à rappeler aux Canadiens - et aux Occidentaux en général - que sans « verrouillages », exécutions sommaires, processus judiciaires absurdes, « en raison du secret d'état », militarisation croissante des forces de police, et le contournement du processus requis et des normes démocratiques, nos dirigeants bienveillants ne peuvent pas nous protéger du monstre qu'ils ont créé. En ces temps de tromperie universelle, les Oligarques partout savent qu'il est impératif qu'ils rappellent aux Suiveurs Autoritaires « POURQUOI ILS ONT BESOIN DE NOUS ! »