Traduction : SOTT

Image

Terrorisme ? Si oui, quels terroristes ?
Le chauffeur du train Paris-Strasbourg a exprimé son désaccord concernant la déclaration suspicieuse effectuée par les autorités françaises, à peine quelques heures après le déraillement du TGV, à 15h30, le 14 novembre dernier. Il a affirmé avoir conduit le train à la vitesse réglementaire pour la partie concernée du trajet : 176km/h.

Étrangement, avant même que les contenus de la « boîte noire » du train aient été analysés, et le jour même de l'accident (le lendemain des attentats de Paris), des procureurs français semblent avoir exclu le sabotage comme cause possible, malgré le fait qu'une explosion ait été entendue pendant que le déraillement avait lieu, et que, en plus de trente ans, aucun TGV n'a subi d'accident fatal, jusqu'à maintenant.

Une explication possible à ce comportement irrationnel face à cette tragédie qui a fait 11 morts et 42 blessés, est que la moindre référence à un attentat terroriste ayant occasionné le déraillement nous rappellerait immédiatement la plus grande atrocité terroriste commise en France avant les attentats de ce weekend à Paris.

Le 18 juin 1961, à 15h10, un train français sur la ligne Paris-Strasbourg a déraillé, faisant 28 morts et 170 blessés. Plusieurs jours avant, un chef de gare travaillant près du site où l'accident a eu lieu, reçut une lettre contenant une menace d'attaque sur cette ligne ferroviaire. La lettre fut apparemment ignorée par la police, et la vérité de l'attaque — qu'elle avait été perpétrée avec une bombe sur la ligne — fut gardée secrète pendant vingt ans.

La raison de cette dissimulation semble s'être centrée sur le fait que les auteurs du crime étaient membres de la force paramilitaire secrète de l'OTAN, qui avait comme tâche de perpétrer des attentats terroristes ayant pour cible des citoyens et des hommes politiques français, dans un effort pour influencer l'opinion publique et politique françaises autour de la question de l'indépendance de l'Algérie. Ils voulaient également s'assurer d'une allégeance continue des pays européens vis-à-vis de l'idéologie de l'OTAN, à savoir, celle de rompre les liens entre l'Europe et l'Union soviétique. À un moment donné, le groupe connu comme l'Organisation de l'armée secrète (OAS), a essayé de monter un coup d'Etat contre le gouvernement de Charles de Gaulle.

Par conséquent, il est possible que les autorités françaises aient exclu si rapidement la piste terroriste comme une cause du déraillement du TGV le lendemain des attentats de Paris, parce qu'elles voulaient éviter d'établir le lien, ne serait-ce que de façon circonstancielle, entre l'attentat terroriste antérieur, « fait maison » à la manière typique de l'OTAN, et l'actuelle menace musulmane. Deux menaces qui, au final, pourraient s'avérer avoir les mêmes origines.

Cela dit, la BBC semble accuser des enfants !
TGV en France : des enfants à bord du train l'ont fait dérailler

Accident du TGV en France : des enfants à bord ont fait dérailler le train