Frankenstein laboratory
© inconnu
Est-ce que vous vous rappelez exactement du mythe de Frankenstein ? Si ce n'est pas le cas, voici un petit rappel : Victor Frankenstein assemble et donne vie à une créature surhumaine, mais hideuse. Horrifié, il prend la fuite ; cependant le monstre, hors de contrôle, commet des assassinats en commençant par les membres de la famille Frankenstein. À la fin, Victor Frankenstein meurt lui même d'épuisement en poursuivant sa créature.

Le problème est que ce mythe est devenu une réalité tout à fait tangible. En pire. Le rôle du savant fou est tenu par l'Occident qui a créé une hydre, un monstre à plusieurs têtes nommé Daesh, l'EI, ISIS ou encore Al-Qaïda. Et nous sommes dans la phase où la créature se retourne contre son maître. Si vous pensez que j'exagère ou que je verse dans le complotisme lorsque je dis que l'Occident a endossé le rôle du créateur, alors regardez ces vidéos :


Hillary Clinton en 2012



Dominique de Villepin (voir à partir de 1'38)

DAESH alias l'État Islamique alias ISIS

Du côté des articles, vous pouvez lire dans celui-ci : Révélation d'un ex-gardien : Washington a nourri l'EI dans le Camp Bucca que :
La fabrique des « cadres » de l'EI aurait été située dans le Camp Bucca, en Irak, sous surveillance permanente des États-Unis. Mitchell Gray, un ex-gardien de la prison de Bucca confie à Sputnik que c'est ce camp qui était le « terrain fertile » pour ce qui est aujourd'hui l'État islamique.
Si vous suivez le lien présent dans l'article, vous tomberez sur le site du NouvelObs qui titre : « Comment l'État islamique est né, dans un camp de prisonniers étasunien ». Le NouvelObs n'est pas vraiment un site « complotiste », que je sache. Évidemment, l'article minimise en disant : « Le tout sous le nez de leurs geôliers étasuniens ». Ah, ils sont vraiment trop nuls ces Étasuniens. Ils sont capables d'espionner la planète entière avec la NSA mais ils ne sont pas en mesure de savoir ce que mijotent leurs propres prisonniers. Too bad ! (Trop nul) comme ils disent. Voici la parole d'un ex-prisonnier :
« C'était l'environnement idéal. Nous avons convenu de nous rassembler une fois dehors. Et c'était simple de garder le contact. Nous avons tous écrit des infos sur l'élastique de nos boxers (caleçons). Quand nous sommes sortis, nous avons repris contact. Tous ceux qui étaient importants pour moi étaient notés sur l'élastique blanc. J'avais leurs numéros de téléphone, le nom de leurs villages. C'était vraiment simple. À partir de 2009, beaucoup d'entre nous ont repris leur activité. Sauf que cette fois, nous le faisions mieux. Les boxers nous ont permis de gagner la guerre. »
Mettre ensemble des terroristes, c'est une idée brillante. Tiens, au fait, cette histoire de boxers, ça ne vous rappelle rien ? Moi si : le terroriste aux sous-vêtements piégés. Il faut croire que les terroristes aiment bien cacher toutes sortes de choses incongrues dans leurs caleçons. Blague à part, je vous conseille de (re)lire ledit article (écrit en 2010, lien ci-dessus), qui offre quelques pistes supplémentaires concernant la véritable source du terrorisme aujourd'hui.

Dans cet article on apprend que les Iraniens ont pris les Étasuniens et Israéliens la main dans le sac :
Les forces anti-terrorisme irakiennes ont arrêté quatre conseillers militaires étrangers provenant des États-Unis et d'Israël qui étaient en train d'aider l'État Islamique, selon l'Agence de presse iranienne Tasnim.
À propos de l'EI, vous pouvez aussi lire cet article : État Islamique : créé à Langley par la CIA, soutenu par Tel-Aviv et Riyad.

Dans Le Point on apprend que c'est la Turquie qui a livré des armes à Daesh :
« Comment la Turquie peut-elle envoyer des armes lourdes à une organisation qu'elle qualifie de terroriste, c'est-à-dire (le groupe djihadiste de) l'État islamique ? » a déclaré à l'AFP le président du Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), Kemal Kiliçdaroglu.
Au fait, Poutine a carrément expliqué que : « 40 pays, dont 20 membres du G20, financent l'État Islamique »

Dans The Guardian — quotidien d'information britannique, parfaitement institutionnel — on trouve cet article : La vérité émerge : comment les États-Unis ont alimenté la montée d'Isis en Syrie et en Irak :
Lundi, le procès à Londres d'un suédois, Bherlin Gildo, accusé de terrorisme en Syrie, s'est effondré lorsqu'il est devenu clair que les services de renseignement britanniques avaient armé les mêmes groupes rebelles que le défendeur était accusé d'appuyer.
[...]
Selon des rapports cités, le MI6 avait coopéré avec la CIA sur un « réseau d'approvisionnement » d'armes provenant des stocks libyens aux rebelles syriens en 2012 après la chute du régime de Kadhafi.
Les services secrets irakiens révèlent, eux, que : Des hélicoptères étasuniens parachutent des armes et des munitions pour ISIS
Il (le fonctionnaire) a ajouté que, en plus de parachuter des secours, les hélicoptères transfèrent des leaders d'ISIS et des combattants blessés à la bataille vers certains hôpitaux en Syrie ou autres pays qui soutiennent le groupe terroriste.
Un des laboratoires de Frankenstein

Voici ce que relate dans cet article paru sur le site de RFI (Radio France International), un des prisonniers torturés dans la prison d'Abou Ghraib :
Rétrospectivement, Ali pense qu'Abou Ghraib était le plus grand centre de formation de la guérilla en Irak. « Une fois dehors, la majorité des détenus entraient directement dans la résistance armée. »
-----------------------

Je ne vais pas tout citer ici. Si vous cherchez sur SOTT, vous trouverez encore d'autres liens, d'autres preuves. Dans l'histoire de Frankenstein, le monstre sort de son territoire et poursuit son maître, déterminé à transformer l'existence de celui-ci en enfer. En novembre 2015, avec les attentats de Paris, la fiction a rejoint la réalité. Et c'est juste horrible.
Bataclan
© L'internaute
Bataclan et fusillades : l'État islamique revendique les attaques à Paris, Galeries Lafayette et aéroport de Londres évacués
En espérant que vous ayez maintenant une meilleure vue de la situation.

-----------------------

Historique de l'EI (issue de Wikipedia)
Sa création remonte à 2006, lorsqu'Al-Qaïda en Irak forme avec cinq autres groupes djihadistes le Conseil consultatif des moudjahidines en Irak. Le 13 octobre 2006, le Conseil consultatif proclame l'État islamique d'Irak (en abrégé EII ; en arabe دولة العراق الإسلامية, dawlat al-ʿirāq al-islāmiyya), lequel se considère à partir de cette date comme le véritable État.

En 2012, l'EII commence à s'étendre en Syrie et le 9 avril 2013, il devient l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) (en arabe الدولة الاسلامية في العراق والشام, ad-dawla al-islāmiyya fi-l-ʿirāq wa-š-šām, littéralement « État islamique en Irak et dans le Cham »), en anglais ISIS, parfois désigné par l'acronyme arabe Daech (en arabe داعش, Dāʿiš [ˈdaːʕiʃ ], en anglais Daesh) utilisé par ses opposants.