Je ne suis pas du tout un fanatique du Daily Star, un quotidien tabloïd anglais spécialisé dans le sensationnel outrepassant parfois les limites du supportable, mais cette fois (le 13 août 2016) en pleine période estivale, le Daily Star a alerté ses lecteurs sur le refroidissement du climat qui se profile.
snow, London
© Getty
Un refroidissement substantiel est prédit pour les années qui arrivent
La NOAA a qualifié la saison présente des ouragans de l'Atlantique Nord comme insignifiante. Il n'y aura tout simplement pas de grosses dépressions cette année, et pour cause, l'océan se refroidit sensiblement depuis la fin brutale de l'épisode El Nino de l'année dernière (2015) qui a pourtant conduit la NASA, reprise par l'IPCC à déclarer les années 2015 et 2016 les plus chaudes que l'Humanité ait jamais connues.

Bref, le Daily Star a donc titré en exclusivité le « Big Chill » à venir, un minimum de Maunder contemporain résultant de la combinaison de trois facteurs : Une « Nina » très prononcée avec un refroidissement des eaux du Pacifique pouvant atteindre une moyenne de 2,5 degrés - ce qui est énorme - un refroidissement de l'Atlantique Nord et une activité solaire effondrée.

snow
© Getty
Un front météo intense de la « Nina » pourrait faire des ravages sur le climat de l'Angleterre
Restent quelques irréductibles du « réchauffement d'origine humaine » dont Grahame Madge du Met Office qui espèrent que les émissions de CO2 arriveront, en raison de la théorie de l'effet de serre de ce gaz, de contrecarrer la soudaine chute de l'activité magnétique du Soleil prévue pour durer jusqu'en 2100 ... Hélas, trois fois hélas, les black-out électriques à répétition prévus par les spécialistes anglais en raison de températures particulièrement basses rendront très vulnérables les vieux qui mourront, y compris seuls chez eux, tout simplement de froid. Ceux qui prétendent sauver la planète de par leur activisme anti-nucléaire et anti-charbon deviendront de ce fait des criminels comme l'écrit le journaliste du Daily Star ... À méditer

Source et illustration : Daily Star du 13 août 2016
Les experts climatiques estiment que le climat sur le Royaume-Uni est en route pour un virage brutal vers le froid au cours des prochaines années, car trois formes majeures de changement climatique vont déclencher un « refroidissement substantiel ».

Des changements drastiques dans les conditions océaniques, les gaz à effet de serre et un affaiblissement du soleil menacent de plus en plus d'avoir les pires hivers de blizzard et de fortes tempêtes de neige pour les années à venir.

Ce cocktail de menaces climatiques, conjuguées à des « politiques climatiques hâtives » pourrait signifier des « pannes d'électricité » au Royaume-Uni au cours des prochaines années, plongeant le pays dans une longue période d'obscurité.

Ces menaces climatiques du « pire scénario » toucheraient les personnes âgées le plus durement, laissant « certains retraités seuls dans l'obscurité » dans une nuit gelée résignés à une « mort solitaire ».

On pense que cela sera provoqué pour la majeure partie par une diminution massive de l'activité solaire, ce qui signifie moins de « taches solaires » et d'éruptions solaires pour réchauffer la terre.

Les scientifiques ont récemment averti que l'activité du soleil est à son plus bas depuis 100 ans, ce qui signifie que la Terre connaît des conditions étonnamment semblables à la période où la dernière mini-glaciation a frappé.

Cette baisse de l'activité des taches solaires conduit à un minimum appelé minimum de Maunder, qui est censé être responsable des hivers extrêmes que l'Europe a connu il y a trois siècles.

La dernière fois que la Grande-Bretagne est entrée dans une période du minimum de Maunder, c'était dans les années 1600, alors que les températures étaient très faibles, la rivière Thames de Londres a gelé.

S'appuyant sur 400 ans d'observations sur les taches solaires, les experts estiment que nous nous dirigeons vers une température similaire à ce "minimum".

Cependant, Grahame Madge, météorologue pour le Met Office, a déclaré à Daily Star Online, bien qu'un "grand minimum solaire" soit prévu, il fera peu pour contrer le réchauffement climatique provoqué par les changements anthropiques.

Sunspot observation

400 ans d'observations du Soleil
Un autre facteur important dans le refroidissement prévu pourrait être le passage d'un El Nino habituellement fort à un front de mer de La Nina dans l'océan pacifique.

Le météorologue pour AccuWeather, Tyler Roys, a déclaré à Daily Star Online que La Nina pourrait s'ajouter aux facteurs contribuant à la glaciation.

Il a déclaré que l'apparition de La Nina - qui est associée à des températures plus fraîches - a un effet beaucoup plus drastique sur la météo dans les îles britanniques et pourrait appeler un refroidissement du climat.

Il a déclaré : "En ce qui concerne les similitudes de 1998 à l'événement El Nino de la dernière année, on peut supposer qu'il pourrait y avoir une telle baisse."

"La Nina a plus d'effet sur la météo pour les îles britanniques qu'El Niño."

"Une La Nina, basée sur l'océan Pacifique oriental, tend à favoriser un motif de temps plus frais et plus sec, alors normal pour une grande partie de l'Europe occidentale".

Le Met Office a déclaré que l'apparition de La Nina à partir de 2017 est susceptible de « réduire la tendance » en termes de moyennes records de la température mondiale, prédisant un refroidissement à travers le monde.

La baisse la plus importante des températures s'est produite pendant une période appelée Young Dryas il y a environ 12 000 ans.

Au Groenland, on pense que la température a chuté jusqu'à 10 °C en 10 ans, ce qui a provoqué la formation de noyaux de glace encore visibles aujourd'hui.

John Hardy a déclaré que ce serait "extrêmement regrettable" si le Royaume-Uni devait être touché par un événement de l'amplitude du Young Dryas.

Cependant, il a toujours prévenu que le Royaume-Uni devrait toujours être en alerte, car ce « triple coup de foudre » des événements du changement climatique pourrait indiquer que le Royaume-Uni se dirige vers une « forte modification » de ses températures.

Il a déclaré : "Si nous sommes frappés par une combinaison d'une très forte La Nina en même temps qu'une répétition de quelque chose comme le minimum de Maunder, nous pourrions être en route pour des hivers froids".

Il a également réveillé l'incertitude sur les capacités en alimentation électrique, affirmant que la réticence à adopter le charbon et l'énergie nucléaire signifie que "les pannes de courant sont une possibilité".

Descendant en flammes l'opposition « des verts » au charbon et au nucléaire, il a déclaré : « Pour certains retraités, seul dans l'obscurité, lors d'une nuit gelée, le chauffage inopérant, cela signifierait une mort solitaire. »

"Les gens avec l'intention honorable de « sauver la planète » pourraient plutôt tuer leurs anciens."

Le Met Office a déclaré à Daily Star Online que ce « triple grand coup » est le « pire scénario » de prévisions, ajoutant que si les températures sont susceptibles de plonger, cela contribuera peu à compenser le réchauffement climatique fait par l'homme.

Traduction Sott