Comment: Pour ceux qui aime leur chien cela ne faisait déjà pas de doute ; mais voilà, preuves scientifiques à l'appui, nous comprenons encore un peu mieux à quel point les animaux sont des créatures sensibles. A quel point nous devons avoir le plus grand respect pour ces créatures dont nous nous nourrissons malgré tout, mais auxquelles nous faisons souvent vivre, hélas, un véritable enfer sur cette terre.

Que ceux qui se sont amusés à dire un jour à un chien « sombre crétin » sur un ton enamouré ravalent leur condescendance. La queue pouvait bien bouger, l'animal n'était pas dupe. Une étude publiée cette semaine dans la revue Science montre en effet que le cerveau canin prête attention à la fois aux mots et aux intonations, autrement dit à ce que nous disons et à la façon dont nous le disons. « Exactement comme les humains », sourit Attila Andics, éthologue à l'université Eötvös Lorand de Budapest et premier signataire de l'article.
© Enikö Kubinyi
Les chiens devant l'appareil à IRM
Spécialiste du langage et du comportement chez les animaux, Attila Andics et son collègue Adam Miklosi tentaient depuis longtemps de cerner les régions du cerveau mises en jeu chez le meilleur ami de l'homme lorsqu'il était soumis à une information. Il y a deux ans, les deux chercheurs avaient ainsi montré comment un pleur ou un aboiement déclenchait une réponse particulière dans l'hémisphère droit de l'animal, plus précisément dans la zone de l'audition. Normal, direz-vous, puisqu'il percevait l'information avec les oreilles.

Cette fois, les scientifiques hongrois ont soumis les chiens au langage humain. Le résultat est spectaculaire : comme nous, les canidés traitent les mots et leur sens avec leur hémisphère cérébral gauche, tandis qu'ils analysent l'intonation avec l'hémisphère droit. Pour en apporter la démonstration, les scientifiques hongrois ont d'abord appris à 13 chiens de différentes races à rester immobiles dans un tunnel d'images à résonance magnétique (IRM). « C'est à peu près tout ce que ces chiens avaient de particulier », précise Attila Andics. Rien à voir avec ces super-cabots surentraînés, célébrés dans les livres des records, capables de distinguer des centaines de mots prononcés par leurs maîtres.

« Grandes perspectives »

A ces quidams canins ont été proposées différentes expressions. Des mots doux - « gentil garçon », « super », « bien joué », que leurs propriétaires assuraient employer ; et d'autres, pour eux a priori moins signifiants - « pourtant », « néanmoins ». Le tout prononcé soit d'une voix chaleureuse, soit avec une parfaite neutralité. La combinaison des deux variables a permis de constater que, quel que soit le ton utilisé, l'hémisphère gauche était activé lorsque les mots avaient clairement un sens pour l'animal. Et que, à l'inverse, peu importait le sens, l'hémisphère droit surréagissait lorsque l'intonation exprimait du sentiment.

© Borbàla Ferenczy
Deux chiens apprennent à rester immobiles
Andics et ses collègues auraient pu se contenter de ce résultat, déjà majeur. Ils ont voulu voir quelle partie du cerveau se trouvait plus particulièrement stimulée lorsque les mots doux étaient prononcés d'une voix joyeuse.
« Nous nous sommes aperçus que le centre de la récompense, celui qui réagit au plaisir sexuel ou à la nourriture, était alors activé. Et seulement dans ce cas, précise le chercheur. Si seule la signification ou l'intonation est positive, il n'y a pas d'activation. Le chien ne se contente donc pas de segmenter deux informations pour traiter le langage humain, il combine aussi les deux résultats. »
L'étude invite les propriétaires de chiens à la modestie. Leur animal n'est pas seulement leur meilleur ami. Il reste aussi un vieux cousin, notamment pour ce qui est du traitement du langage. De quoi passionner, au-delà des éthologues, une grande communauté de chercheurs. Neurologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Lionel Naccache salue « un dispositif simple, un schéma très propre et un résultat très clair, appuyé sur une nouveauté expérimentale : parvenir à réaliser l'IRM d'un animal non sédaté ». Un travail qui, derrière le chien, « ouvre de grandes perspectives pour la compréhension de l'origine du langage chez l'homme ».

« Naturalisation de la culture »

Pour Attila Andics, la conclusion est claire :
« Le circuit qui permet de traiter le langage était déjà présent chez l'ancêtre commun de l'homme et du chien, il y a quelque 100 millions d'années. Certains pensaient qu'un big bang dans le cerveau humain avait permis au langage de pouvoir se mettre en place. Non, c'est juste une invention... comme la roue. Et si c'est vrai pour le chien, c'est très probablement vrai pour des animaux beaucoup plus proches de nous, comme les primates. »
Lionel Naccache le dit autrement.
« Les travaux récents ont montré que les bases de l'empathie, de la coopération, de la cognition, du maniement des nombres existent bien au-delà de l'espèce humaine. Nous nous inscrivons dans un arbre évolutif qui nous dépasse très largement et qui impose des contraintes. Une sorte de naturalisation de la culture. »
Le chien, assistant du philosophe ?