Traduction : SOTT

L'Ukraine a dégénéré d'une région russe / soviétique en une colonie étasunienne. Le territoire actuellement appelé l'Ukraine n'a jamais été un État ou un pays, et ne le sera jamais. Elle a toujours été une partie d'un autre pays réel ou, encore plus souvent, divisée entre d'autres états réels tels que la Pologne, l'Autriche, la Hongrie, la Turquie et surtout la Russie.
© Katehon
Bien sûr, selon la junte nazie de Kiev, la guerre de Troie a été combattue entre « tribus ukrainiennes », Alexandre le Grand était secrètement « proto-ukrainien » et l'Empire byzantin était une « colonie ukrainienne », mais pour le reste du monde le fait est qu'il n'existe pas un seul document historique ou référence qui se réfère à « l'Ukraine » comme un État ou un pays indépendant. Bien que les nationalistes « ukrop » aimeraient cela, ils ne peuvent pas changer la « vieille » histoire comme ils essaient de le faire avec l'histoire moderne, comme ils le font, par exemple, en blanchissant les criminels de guerre, les collaborateurs nazi et Bandera auteur de meurtres collectifs. La junte nazie de Kiev essaye même de falsifier l'histoire « ancienne », mais les sources et auteurs anciens et médiévaux sont trop bien connus et trop bien documentés pour être falsifiés si facilement.

C'est un fait prouvé et bien connu que le premier état russe était Kievan Rus - prenez note : « Rus », pas l'Ukraine ! Il est également bien connu que le mot même « Ukraine » vient de l'ancien monde russe qui ne se réfère jamais à un pays, mais à la simple région frontalière entre les pays et les empires mentionnés ci-dessus. Plus tard, le mot « Ukraine » a été utilisé pour les parties occidentales de l'Empire russe. Lorsque l'Empire russe s'est développé vers le sud, les nouveaux territoires qui ont été libérés de l'occupation principalement turque ont été appelés Novorossiya, ou la Nouvelle Russie. Encore une fois, aucune mention de l'« Ukraine » ! Ce sont également des faits historiques indéniables. Les parties nord-est du territoire étaient appelées Malorossiya, ou Petite Russie. Malheureusement, les dirigeants communistes de l'URSS ont choisi de regrouper toutes ces parties dans une nouvelle république soviétique et ont appelé la combinaison « Ukraine ». Ils ont également ajouté la seule partie historiquement non-russe, la Galice, à cette nouvelle république et plus tard ajouté la Crimée en « don », et tout cela sans appeler le territoire (moins la Galice) par ses noms réels et historiques : Novorossiya et Malorossiya. Cela a été en partie fait par coïncidence et en partie pour des raisons de commodité, parce que la plus grande partie de ce vaste territoire était auparavant les « frontières » de la Russie.

Lorsque l'URSS fut brisée par trahison interne et contre la volonté de la grande majorité de la population comme le montre le référendum de 1991, les Étasuniens pouvaient, en contrôlant leur marionnette, le traître alcoolique Eltsine, s'assurer que les véritables parties russes du Soviet Union, c'est-à-dire la plupart des SSR ukrainiennes comme Novorossiya et Malorossiya, soient laissés à l'extérieur de la Russie et ne soient pas retournés à la Fédération de Russie. Cela a bien sûr été fait pour affaiblir le nouvel Etat russe, et non pas par compassion pour le nouveau pseudo-état de l'« Ukraine ». Maintenant, la tâche principale de tout gouvernement russe ne doit pas être d'organiser des championnats du monde de football ou de construire Disneyland, mais de libérer et de rendre les terres russes comme Novorossiya et Malorossiya à la Mère Russie. La meilleure façon de commencer est d'aider l'armée de Novorossiya à libérer toutes les terres s'étendant de Kharkov à Odessa et à l'est du Dniepr.

En passant, comment le régime ukrainien peut-il même rêver d'être un pays quand ils sont subventionnés par les États-Unis et, en même temps, vendent les actifs de leur peuple à des étrangers ? Ce n'est pas un pays, c'est une colonie. Il faut plus que renommer les rues et les villages après les criminels nazis pour devenir un vrai pays.