Commentaire : L'hybridation homme-animal devient réalité ; politiquement correcte, bien entendu : ne s'agit-il pas d'une prometteuse avancée médicale toute de déontologie éthiquetée vêtue ? On pourra laisser de côté, pour une fois, les motivations douteuses de ces scientifiques à la vue raccourcie et à la conscience défaillante pour s'interroger sur les possibles effets secondaires entrainés par ce type thérapie. On sait que d'étranges phénomènes peuvent se produire lorsqu'une personne est transplantée et qu'une sorte de mémoire cellulaire semble être à la base de ces manifestations (voir lien ci-dessous). A quoi pouvons-nous nous attendre lorsqu'un de ces organes transplantables est fabriqué par un animal ?
L'HYPOTHESE DE LA CARDIO-ENERGIE

Ces recherches testent des hypothèses élaborées à partir de la théorie des systèmes d'énergie dynamiques appliquée au cœur. Appelée "cardio-énergie", l'hypothèse de base est que les informations et l'énergie sont transmises de façon électromagnétique entre le cerveau et le cœur, et que par résonance électromagnétique le cerveau peut traiter des informations tirées du cœur du donneur (12). D'autres formes de communication énergétique sont également plausibles et devraient être envisagées dans de prochaines recherches13. Pearsall a informellement observé qu'outre les receveurs d'un cœur, les receveurs d'un rein, d'un foie et d'autres organes présentaient aussi des changements en matière d'odorat, goûts alimentaires et facteurs émotionnels. Toutefois, ils étaient généralement transitoires et pouvaient être associés à des médicaments et autres facteurs relatifs à la transplantation (10). Les découvertes concernant les transplantés du cœur semblent plus solides et plus fortement liées au passé du donneur. Si cette observation est vérifiée, elle pourrait avoir des implications significatives pour la physiologie de base ainsi que pour la médecine clinique. Pearsall s'est intéressé à la possibilité d'une mémoire cellulaire chez les transplantés en partie à cause de la greffe de moelle osseuse qu'il a lui-même subie en 1987, et également en raison de son héritage hawaïen, selon lequel le cœur est "l'organe de la pensée, des sentiments, de la communication et de la spiritualité (10)". Schwartz et Russek se sont penchés sur la mémoire cellulaire suite, d'une part, à la découverte par Schwartz de la logique mémorielle systémique au début des années 80 (quand il était professeur de psychologie et de psychiatrie à l'université de Yale5 - 7), et d'autre part, à l'évolution de la théorie des systèmes d'énergie dynamique, développée au milieu des années 90, et appliquée au cœur par Russek et Schwartz (12, 14). Toutefois, la mémoire systémique n'est qu'un des mécanismes de mémoire cellulaire possibles. D'autres, comme par exemple la mémoire microtubulaire, qui peut également concerner le processus de mémoire systémique, doivent être envisagés (15). Si les recherches futures apportent les preuves d'une mémoire cellulaire chez les transplantés, les implications théoriques, cliniques et éthiques seront vastes (16). Les découvertes actuelles sont rapportées dans l'espoir de stimuler de futures recherches visant à examiner sérieusement cette hypothèse."

© Inconnu
Une première, spectaculaire. Applaudir ou se taire ? Les mythes et leurs chimères (1) commencent à sortir des cornues. Lentement, certes, mais ils sortent. Des embryons de porcs contenant des traces d'humanité biologique ont été créés par une équipe de biologistes américains et espagnols. Dirigée par Jun Wu and Juan Carlos Izpisua Belmonte (Salk Institute, La Jolla, Californie) l'équipe signe cette première dans la revue Cell : « Interspecies Chimerism with Mammalian Pluripotent Stem Cells ». C'est un travail d'ores et déjà salué par la communauté scientifique, comme le rapporte la BBC : « Human-pig 'chimera embryos' detailed » ; ainsi que The New York Times : « New Prospects for Growing Human Replacement Organs in Animals ».

Tout est encore balbutiant. Mais on saisit les grandes lignes. Des cellules souches humaines sont injectés dans un embryon de porc. Et l'embryon chimérique est ensuite implanté dans une truie-porteuse. Sur les 2.075 embryons implantés, seuls 186 ont continué à se développer jusqu'au stade de 28 jours. Pour autant des cellules humaines vivaient bien en leur sein. Officiellement les chercheurs hésitent, pour des raisons éthiques, à s'autoriser des gestations allant à leur terme.

Mystère cérébral

« C'est la première fois que l'on voit des cellules humaines croître à l'intérieur d'un grand animal », a déclaré à la BBC le Pr Juan Carlos Izpisua Belmonte. Commentant la faible efficacité il a rappelé que les humains et les porcs sont séparés depuis longtemps sur les branches du grand arbre de l'évolution. On observera aussi que le temps de gestation de la truie n'est que de quatre mois. De ce point de vue, le bovin serait un meilleur incubateur. « C'est comme une autoroute avec une voiture allant beaucoup plus vite que l'autre - vous êtes plus susceptible d'avoir un accident » métaphorise le Pr Belmonte. Il souligne qu'il y a encore un long chemin à parcourir sur l'autoroute avant la station qui offrira des organes humanisés destinés à être transplantés (chez l'homme malade).

Pour le Dr Jun Wu un taux de cellules humaines de 0,1% à 1% devrait suffire en thérapeutique. Pour l'heure les biologistes ne disposent d'aucun élément de preuve pouvant laisser penser que des cellules humaines sont présentes et actives dans les cerveaux embryonnaires porcins. On ne sait pas s'ils l'espèrent. Qu'en dira Donald Trump? Applaudir ou se taire ?

Notes :

1. A noter la sortie du remarquable Que sais-je ? « Lexique des symboles de la mythologie grecque » de Sonia Darthou, maître de conférences en histoire ancienne à l'université Évry-Val-d'Essonne.

« Chimère : elle est enfantée par deux monstres : son père est le gigantesque Typhon cracheur de feu enfermé par Zeus sous l'Etna et sa mère, la dévoreuse vipère Echidna. Corps de lion, queue de serpent, tête de chèvre (...) »