Image
© Reuters/Nathanael Miller/U.S. Navy photo
Toute la nuit, les bombardements se sont succédés dans la région de Tripoli, notamment.
La Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont pris le relais de la France samedi soir pour pilonner les positions de Mouammar Kadhafi. Suivez cette journée en direct sur LEXPRESS.fr

12h38. Au moins 18 avions de combat américains ont participé à l'opération de la communauté internationale ce dimanche matin.

12h04. Trois bombardiers furtifs B-2 américains ont mené un raid contre une importante base aérienne libyenne, larguant 40 bombes.

Selon la télé américaine CBS, l'opération avait pour objectif de détruire une bonne partie de l'aviation libyenne.

12 heures. L'appareillage du porte-avions Charles-de-Gaulle, est prévu à 13h00 de Toulon.

"Le porte-avions est à 24 heures de mer des côtes libyennes mais devrait mettre 36 à 48 heures pour les rejoindre, le temps d'embarquer les avions de chasse qui participeront aux opérations et de procéder à quelques exercices d'apontage", a précisé une source militaire.

Son "groupe aérien" sera composé d'une vingtaine d'appareils, dont une quinzaine d'avions de chasse, en majorité des Rafale ainsi que des Super Etendard, plus anciens. A ceux-ci s'ajouteront des hélicoptères prévus en cas d'éjection de pilotes en mer ou sur le territoire libyen ainsi que deux Hawk-Eye, avions de contrôle aérien embarqués sur le porte-avions.

11h36 Trois bombardiers furtifs B-2 américains ont largué 40 bombes contre une importante base aérienne libyenne, rapporte la télévision CBS News.

11h18 Plus de 90 tués à Benghazi. C'est le bilan donné par les sources hospitalières et des journalistes de l'AFP, des combats qui ont éclaté pendant l'offensive des forces pro-Kadhafi contre les insurgés.

Dimanche, 11h. "Nous sommes les victorieux, vous êtes les vaincus. Nous ne nous replierons pas du champ de bataille car nous défendrons notre terre et notre dignité" Kadhafi continue de menacer l'Occident.

Dimanche matin. Après une nuit d'intenses bombardements, les combats cessent dans Tripoli et aux alentours.

Dans Benghazi, le bastion des rebelles dans l'est de la Libye, les bombardements avaient également cessé et la deuxième ville du pays était calme.

1h30. Un bombardement aérien a visé dimanche avant l'aube Tripoli et la défense anti-aérienne déployée dans la capitale est entrée en action.
Un avion a survolé le secteur de la résidence-caserne du dirigeant Mouammar Kadhafi à Bab al-Aziziya dans le sud de la capitale.

22h50. Kadhafi poursuit sa surrenchère. Le dirigeant libyen menace d'attaquer des objectifs "civils et militaires" en Méditerranée et affirme que les "dépôts d'armes" sont ouverts pour défendre la Libye.

22 heures. La télévision d'Etat libyenne affirme que des "objectifs civils" dans les villes côtières de Tripoli, Misrata, Zouara et Benghazi ont été la cible samedi de raids "ennemis".
Quelques minutes plus tard, la même source assure qu'un avion français a été abattu par la défense antiaérienne libyenne dans la région de Tripoli. Paris dément fermement.

A 21h40, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne avaient lancé une première vague d'environ 110 missiles de croisière Tomahawk sur la Libye.
Les missiles ont touché "plus de 20 objectifs" parmi lesquels des systèmes de défense anti-aérienne et des noeuds de communication stratégiques, tous situés sur la côte.

Samedi soir. Les forces américaines et britanniques prennent le relais des Français avec les premiers raids aériens et des tirs de missiles de croisière depuis les navires et sous-marins au large de la Libye.