Dans le cadre d'un événement baptisé Genome Project-Write qui se tiendra les 9 et 10 mai prochains à New York, près de 200 chercheurs de premier plan en génétique et en bio-ingénierie se réuniront pour discuter des prochaines échéances à venir concernant la création d'un ADN synthétique humain.

© iStock
La manipulation des éléments fondamentaux de la vie est l'un des plus grands débats éthiques de la science. Lancé en 1990 et achevé en 2003, le Human Genome Project (HGP) a déjà permis de décoder le premier génome humain, mais les chercheurs ne le comprennent pas complètement. Ce projet-ci est donc considéré comme la prochaine étape logique selon les chercheurs qui partent aujourd'hui à la pêche aux financements dans le but de produire de l'ADN végétal synthétique, animal et finalement humain. Pour ce faire, les chercheurs ont besoin de cent millions de dollars, et d'après la chaîne CNBC, le projet pourrait être mené à bien dans les cinq prochaines années.

Les chercheurs impliqués dans cet ambitieux projet se disent « impatients de pouvoir communiquer sur cette collaboration ouverte et internationale pour approfondir notre compréhension de la science du génome », comme l'assure Nancy J. Kelley, coordinatrice du projet. Ce dernier avait pourtant suscité une vive controverse lors d'une première « rencontre » organisée il y a un an qui n'avait concerné qu'un groupe restreint d'experts invités uniquement à tenir des pourparlers à huis clos. Cette année, les chercheurs veulent donc encourager le public à s'intéresser au sujet et à s'immiscer dans le débat. « Lorsque nous touchons à l'humain, tout le monde a une opinion et veut que sa voix soit entendue. Nous voulons entendre ce que les gens ont à dire », explique le généticien et biochimiste Jef Boeke, du NYU Langone Medical Center. Selon lui, incorporer de l'ADN synthétique dans des cellules mammifères (dont humaines) serait être possible dans quatre ou cinq ans.

En mars, ce même chercheur partageait les détails d'un projet annexe, supervisant des centaines de scientifiques qui travaillent ensemble pour synthétiser un génome de levure artificielle, qui devrait être terminé d'ici la fin de cette année. Il y a bien sûr un écart entre la synthèse réussie de l'ADN d'une levure et la création d'un ADN humain artificiel conçu à partir de rien, mais l'objectif principal est ici de comprendre comment synthétiser des codes génétiques comparativement simples (tels que l'ADN microbien et l'ADN végétal), avant de passer à l'Homme.

Notons qu'en plus de synthétiser de l'ADN végétal, animal et humain, l'objectif du projet est également de réduire le coût des génomes d'ingénierie, en proposant la synthèse d'ADN par paires à un centime (le prix actuel étant de dix centimes) compte tenu des trois milliards de paires que contient le génome humain. Cela permettrait de débloquer le développement de potentiels traitements médicaux dédiés aux maladies comme le cancer, les maladies génétiques.

Source