La percée de mardi à Deir ez-Zor remplit toujours les militaires syriens, leurs alliés, ainsi que les cœurs inquiets, de soulagement et de joie. Découvrez la rencontre tant attendue captée en vidéo entre les unités de l'armée syrienne, appuyées par l'aviation russe, et celles assiégées par les djihadistes.
© REUTERS/ Omar Sanadiki
Enfin, Deir ez-Zor assiégée depuis plus de trois ans par les terroristes a pu respirer librement: les troupes de l'armée syrienne et leurs alliés ont percé le blocus dans l'ouest de la ville. À l'intérieur de la ville, ils ont été accueillis à bras ouverts par les militaires qui étaient encerclés par Daech depuis tout ce temps. Grands sourires aux visages, cris de joie: voilà les premiers instants après la percée filmés.

La liesse n'est en rien gâchée par les dégâts que Daech a infligés à la ville. Depuis le début du siège, les djihadistes ont détruit pratiquement toutes les infrastructures de vie. Ils ont fait exploser toutes les centrales électriques et les stations de distribution d'eau, ont anéanti les hôpitaux, les écoles et les institutions sociales.

À l'heure actuelle, le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie envoie aux habitants de Deir ez-Zor des provisions, de l'eau et des médicaments. Dans un futur proche, des médecins devraient également s'y rendre. Les démineurs russes inspectent les quartiers libérés.

Les forces gouvernementales syriennes ont réussi mardi à percer les lignes ennemies et à rejoindre les troupes encerclées depuis trois ans par Daech à l'ouest de Deir ez-Zor. D'après une source militaire de Sputnik, l'armée syrienne et ses alliés livrent des combats acharnés à 35 ou 40 kilomètres au sud de Deir ez-Zor. Les affrontements sont accompagnés de tirs d'artillerie et de mortiers des deux côtés. Les avions russes et syriens apportent un soutien aérien aux combattants.

Située à 400 km au nord-est de Damas, la ville syrienne de Deir ez-Zor compte près de 200.000 habitants. La province de Deir ez-Zor était totalement contrôlée par Daech depuis trois ans, à l'exception de quelques quartiers et d'une base aérienne au sud et à l'ouest de la ville.