© Dessin de Raul Arias paru dans El Mundo, Madrid
Certaines bactéries sécrètent une substance qui agit comme un bouclier pour les cellules cancéreuses, les protégeant ainsi des médicaments censés les anéantir.

Les cancers ont des alliés inattendus : les cellules saines qui les entourent. Telle est la conclusion de plusieurs scientifiques, qui ont découvert que des cellules normales pouvaient incidemment sécréter des substances protégeant les cellules malignes voisines, rendant les traitements anticancéreux inopérants.

Ce phénomène pourrait expliquer pourquoi des thérapies ciblées - des traitements intelligents censés attaquer les anomalies génétiques en cause dans différents cancers - restent inactives. Lors d'essais en laboratoire sur des cellules cancéreuses isolées, les traitements ont l'effet escompté. Mais en présence de vraies tumeurs, ils peuvent se révéler inefficaces du fait de la résistance naturelle que leur confèrent les cellules saines voisines.

Chaque être humain est une colonie de microbes : des dizaines de milliers de milliards de bactéries et d'autres organismes microscopiques vivent à l'intérieur et à la surface de notre corps. Une équipe de chercheurs dirigée par Ravid Straussman, du Weizmann Institute of Science, et Todd Golub, de la Harvard Medical School, a démontré que certaines de ces bactéries pouvaient rendre les tumeurs résistantes aux traitements.

En 2012, cette équipe a cultivé des dizaines de types de cellules cancéreuses avec une variété comparable de cellules saines et a découvert que, dans des centaines de combinaisons, les secondes entravaient l'effet de la chimiothérapie sur les premières. Dans un cas particulier, l'interaction a même été spectaculaire : des cellules de peau d'une personne ont totalement protégé des cellules pancréatiques cancéreuses contre la gemcitabine, un médicament de premier plan censé lutter contre cette maladie têtue.

Pas une molécule, mais une bactérie

"On a eu beau augmenter la dose - dix fois plus que celle requise pour éliminer les cellules cancéreuses -, les cellules de la peau de cette femme suffisaient à les préserver", se souvient Ravid Straussman. Les cellules saines sécrétaient manifestement une substance chimique qui neutralisait l'action du médicament. Mais quelle était cette substance ? "Nous avons fait des tas d'expériences qui ne nous ont conduits nulle part", poursuit-il. Jusqu'à ce que les chercheurs se rendent compte que le problème ne venait pas d'une molécule en particulier, mais d'un microbe.

L'équipe, qui incluait également Leore Geller, une étudiante de Ravid Straussman, a démontré qu'une bactérie appelée Mycoplasma hyorhinis avait infecté les cellules de la peau. Il suffisait de l'éliminer à l'aide d'antibiotiques pour que les cellules saines ne puissent plus "défendre" les cancéreuses contre la chimiothérapie. Et lorsque les chercheurs inoculaient la bactérie à des souris porteuses de tumeurs, les rongeurs devenaient résistants à la gemcitabine.

Il s'avère que Mycoplasma hyorhinis produit une enzyme appelée cytidine désaminase (CDA) [aussi connue sous l'acronyme CDD], qui diminue l'effet de la gemcitabine en la transformant en une substance chimique inactive. Elle n'est pas la seule à avoir cette capacité. Un neuvième des types connus de bactéries peuvent produire une version de CDA ayant le même effet. Et certaines d'entre elles sont présentes dans les tumeurs des patients atteints du cancer du pancréas.

C'est en étudiant les biopsies de 113 personnes atteintes de cette maladie et des prélèvements effectués sur 20 pancréas sains de donneurs d'organes que l'équipe est parvenue à cette conclusion. Le pourcentage d'organes sains contenant des traces d'ADN de la bactérie se limitait à 15 %, alors qu'il atteignait 76 % sur les prélèvements tumoraux. L'équipe a également constaté la présence de bactéries entières au sein des tumeurs. Pour marquer les molécules bactériennes, les chercheurs ont injecté des anticorps fluorescents dans les prélèvements et l'observation au microscope a révélé la présence de bactéries tapies autour - et parfois à l'intérieur - des cellules cancéreuses.

Soigner à l'aide d'antibiotiques ? Une idée naïve

Une grande variété de bactéries ont été décelées dans les tumeurs et Mycoplasma hyorhinis n'en faisait pas partie. Cependant, la plupart d'entre elles produisaient l'enzyme CDA et presque toutes pouvaient neutraliser la gemcitabine.

Selon Ravid Straussman, ces bactéries pourraient atteindre le pancréas par deux voies. Cet organe sécrétant des hormones et des enzymes digestives dans l'intestin, des microbes pourraient circuler dans le sens contraire.

[...]

Source : The Atlantic Washington