Traduction : Sott

Au fur et à mesure que le rideau se retire et que les prédateurs d'Hollywood s'éparpillent comme des cafards, chaque nouvelle découverte soulève plus de questions. Alors que le scandale de Harvey Weinstein a fait boule de neige dans le pédogate d'Hollywood, les américains découvrent que les enfants sont depuis longtemps la proie de l'élite de Tinseltown. Mais jusqu'où remonte cette folie dépravée ? Selon de nombreux cas horribles du XXe siècle, la réponse à cette question est d'au moins 100 ans.

La tendance d'Hollywood pour des rapports sexuels avec des mineurs remonte à des lustres - s'il était vivant, vous pourriez simplement demander à Charlie Chaplin.

Chaplin, l'homme que George Bernard Shaw appelait "le seul véritable génie que le cinéma ait jamais produit" avait une affinité dépravée pour les enfants. Ce n'est qu'en raison de son statut et de son argent que cette légende hollywoodienne a évité d'être emprisonnée.

La première victime mineure de Chaplin était Mildred Harris. Bien qu'on ne sache pas très bien quand leur relation a commencé, Harris a donné naissance à l'enfant de Chaplin à l'âge précoce de 16 ans. Pour éviter d'être poursuivi pour viol légal, Chaplin épousa Harris - une tendance qu'il allait utiliser le reste de sa vie.

Ne voulant pas être mariée à son violeur, le couple a divorcé quand Harris a finalement eu l'âge légal. C'est alors que Chaplin a placé ses vues sur une victime encore plus jeune, Lita MacMurray - elle avait six ans lorsqu'ils se sont rencontrés pour la première fois.

Quand Lita avait 12 ans, Chaplin a fait en sorte que la pré-pubère Lita dépeigne un ange suspendu à des fils dans une scène sur celluloïd dans son film "The Kid".

Chaplin ouvertement obsédé par MacMurray, qui a menti à la presse, et dit à tout le monde qu'elle avait 19 ans quand il a amené la préadolescente à des rendez-vous publics. Tout comme Harris, MacMurray a été enceinte de Chaplin à l'âge de 16 ans. Chaplin a réagi en voulant faire avorter MacMurray et l'a retirée du film quand elle a refusé. La famille de Grey a menacé de le dénoncer pour viol. Chaplin épousa la starlette sous la contrainte et en secret en 1924, en disant à ses amis que « le mariage était une meilleure option que la prison ». Cette décision a entraîné une vie de misère pour sa femme qui a donné naissance à deux fils au cours des trois ans de mariage.

Bien que Chaplin ait la jeune fille sous son contrôle, des documents judiciaires révéleront plus tard qu'elle était essentiellement une enfant esclave sexuelle.

Selon un rapport, une copie originale des documents du divorce de 1927 déposés par Grey, est apparue en avril 2015. Dans les documents, elle décrit son traitement "révoltant" et "inhumain".
Les documents révèlent qu'elle a été forcée de commettre des actes sexuels illégaux en Californie dans les années 1920. Chaplin a exigé qu'elle participe à une partie à trois avec une autre femme. Une fois, il lui a crié : « Tous les gens mariés font ce genre de choses. Tu es ma femme et tu dois faire ce que je veux que tu fasses. »

Au moment du divorce, des détails ont été divulgués à la presse de ses « désirs sexuels pervers », ce qui a laissé Chaplin au bord d'une dépression nerveuse alors que les appels à l'interdiction de ses films se multipliaient.
Au lieu d'être banni, cependant, Chaplin allait être salué comme un héros. En 1972, il a même reçu un Oscar honorifique.


Chaplin n'est pas le seul à avoir sa convoitise pour les jeunes victimes être exposé et quand même être salué comme un héros à Hollywood. Le 10 mars 1977, le réalisateur Roman Polanski, alors âgé de 44 ans, fait une séance de photos avec une jeune fille de 13 ans nommée Samantha Gailey (aujourd'hui Geimer), lui donne de la drogue et de l'alcool, puis la viole.

Polanski a plaidé coupable de rapports sexuels illégaux avec un mineur. Toutefois, en raison de son statut d'élite, il a été autorisé à fuir chez lui en France juste avant d'être condamné. Aujourd'hui encore, Polanski reste un homme libre et un magnat d'Hollywood très respecté. En fait, en 2003, Polanski a reçu un Oscar pour avoir dirigé "The Pianist" aux 75th Academy Awards - le violeur d'enfants déclaré coupable a reçu une standing ovation.


Chaplin et Polanski ne sont que deux gouttes dans le chaudron putride qu'est le monde souterrain dépravé d'Hollywood. Soyez certains qu' à moins que cette dépravation ne soit mise à nu et stoppée, même Weinstein recevra probablement un prix d'excellence pour l'ensemble de ses réalisations dans quelques années.