planet
© EPA / ESO
Vue d'artiste de l'exoplanète Ross 128 B.
C'est l'une des exoplanètes les plus proches de la Terre jamais découvertes. De plus, elle est d'une masse similaire à notre planète et pourrait abriter de l'eau liquide, selon l'annonce faite ce mercredi par l'ESO. Et peut-être de la vie...

A l'échelle de la galaxie, elle est une "voisine d'à côté" pour la Terre. Située à 11 années-lumière de notre système solaire, cette nouvelle planète à peine plus massive que la nôtre vient d'être identifiée. Une découverte réalisée grâce au spectographe HARPS monté sur le télescope de 3,6 m de l'ESO (European southern observatory) au Chili. De son nom Ross 128 B, elle tourne autour d'une étoile naine rouge en un peu moins de dix jours, précise le site du magazine Ciel & Espace. A une distance qui est 20 fois inférieure au rayon Soleil-Terre.

Se situe-t-elle dans la zone habitable de son étoile ? Si c'était le cas, il serait possible de penser que de l'eau liquide, vectrice de vie, coule à sa surface. Mais ses découvreurs n'en ont pas encore la certitude. Ils préfèrent indiquer qu'il s'agit d'une "planète tempérée" et non d'une "planète de la zone habitable".

Plus intéressante que Proxima b ?

Cette nouvelle exoplanète prometteuse se situe dans la constellation de la Vierge, sous l'étoile Beta Virginis. Elle vient s'ajouter à la collection de "jumelles" de la Terre, font fait partie un autre astre découvert, il y a un an : une planète de 1,27 masse terrestre dans la zone habitable de la plus proche étoile du Soleil, Proxima du Centaure.

"Proxima b est une planète extraordinaire, évidemment notre meilleure cible aujourd'hui pour l'étude des atmosphères des petites planètes, mais elle a un handicap : son soleil Proxima du Centaure est une étoile très active, qui la bombarde en permanence de rayons X et d'ultraviolets nocifs. Au contraire, Ross 128 est très calme ", explique son découvreur Xavier Bonfils (université Grenoble Alpes). Qui espère bien poursuivre son observation grâce à de nouveaux télescopes gargantuesques en projet, dont certains pourraient permettre d'observer les détails de son atmosphère éventuelle ou de sa surface.