lyme
© INCONNU
érythème migrant
Les malades estiment avoir été victimes de négligences ayant entraîné des retards de diagnostic.

Quelque 300 personnes atteintes de la maladie de Lyme, à l'origine de nombreux troubles invalidants et douloureux, s'apprêtent à porter plainte auprès du procureur de la République de Paris. Elles estiment avoir été victimes de négligences ayant entraîné des retards de diagnostic. « Et ce n'est qu'une première vague », a déclaré Julien Fouray leur avocat, qui compte porter ces dossiers début janvier, avec sa consœur Catherine Faivre, confirmant une information de RMC.

Les plaignants comptent viser l'Agence du médicament (ANSM) et le Centre national de référence de Strasbourg, dont ils dénoncent le manque de vigilance face à des tests non fiables. Ils leur reprochent « des conflits d'intérêt et une violation des règles d'indépendance en matière d'expertise », un « trafic d'influence », des « abus de biens sociaux et recel d'abus de biens sociaux » et une « mise en danger de la vie d'autrui », a détaillé Me Fouray.

Des malades « révoltés »

« Ce sont avant tout des malades qui, pour certains, ont engagé des procédures pour faire reconnaître la responsabilité civile des laboratoires et qui sont révoltés par certaines déclarations selon lesquelles la maladie n'existe pas ou de manière marginale », a-t-il ajouté.

Les deux avocats représentent en effet déjà des patients qui poursuivent cinq laboratoires au civil (DiaSorin, BioMérieux, Siemens, Euroimmun et Bio-Rad).

La plainte ne serait pas la première. En février, une malade résidant dans le Cantal et défendue par un autre avocat, Philippe Meilhac, avait porté plainte, également à Paris, pour « tromperie aggravée ». Cela avait abouti à une enquête préliminaire, toujours en cours, du pôle santé publique du parquet, selon une source proche du dossier.

« Un cri d'alarme »

Pour Me Fouray, cette nouvelle plainte pénale « est un cri d'alarme, une manière de placer l'État face à ses responsabilités » et « de demander mesures d'urgence, comme d'écarter certains responsables qui n'ont plus l'indépendance nécessaire ».

D'un diagnostic difficile, la maladie de Lyme a longtemps été sous-estimée et le ministère de la Santé a relevé en 2016 son estimation du nombre de cas en France à 55 000, contre 33 000 l'année précédente.
Old Lyme, une ville du Connecticut

Années 1970, ville de Old Lyme (Connecticut) aux Etats-Unis. Une drôle d'épidémie gagne les habitants : problèmes articulaires et cutanés, atteintes neurologiques et cardiaques... Des chercheurs finissent par établir un lien avec les morsures de tiques.

Transmise par ces voraces arachnides, dont l'espèce Ixodes ricinus est la plus répandue, une bactérie, la Borrelia burgdorferi, est identifiée comme cause de la maladie - alors appelée maladie de Lyme.

La recherche a montré depuis que d'autres genres de Borrelia et de microbes pouvaient être inoculés par ce parasite - d'où le terme de « maladies vectorielles à tiques ». Pour de multiples raisons (croissance du gibier, réchauffement climatique...), la présence de la tique (et donc de tiques infectées) dans nos forêts et jardins a sensiblement augmenté ces dernières années.