Des visages décomposés, des dizaines de vols détournés ou annulés, des voix brisées, des nerfs cassés et un contrôleur de la circulation aérienne au service d'urgence sont les conséquences de la situation sans précédent vécue dimanche après-midi dernier au centre de contrôle aérien des îles Canaries", ont rapporté les contrôleurs aériens de l'aéroport de Gran Canaria dans sa publication officielle des contrôleurs aériens nationaux. org.
canarias
© La Provincia
Nuit d'enfer dans l'espace aérien des Îles Canaries dû au mauvais temps

Ceci, raconté par un contrôleur qui a été témoin de ce qui s'est passé, montre comment la situation a dégénéré, créant un climat de stress inconnu des contrôleurs des îles.

Avant trois heures, la salle de briefing du centre de contrôle était occupée par le personnel du quart de l'après-midi, comme tous les jours, pour attendre qu'un des superviseurs sortant les informe des conditions dans lesquelles ils allaient travailler", se reflète dans le texte.

Il ajoute que " les salutations, les blagues et les plaisanteries comme d'habitude sont coupées court dès qu'un contrôleur aérien du quart de travail du matin avec un visage brisé entre dans la salle ". Le contrôleur les informe que les superviseurs ne peuvent pas être présents et que "la situation est très grave. Allez en silence et relevez d'une manière ordonnée", les exhorte-t-il.

En entrant dans la salle de commande, les contrôleurs de quart de soir trouvent "un panorama désertique". Cela se traduit par "un mur de personnes devant chaque écran, l'espace du quartier général de la salle plein de personnes avec des visages inquiets et des courses entre les secteurs de route et d'approche. La situation est telle que certains des contrôleurs de quart du matin prolongent leur journée de travail et restent " jusqu'après cinq heures de l'après-midi ".

Jusque-là, les circonstances semblaient graves, mais elles allaient empirer. "Déjà dans la matinée, il y avait eu beaucoup de problèmes aux aéroports de Lanzarote, Fuerteventura et Gran Canaria, mais rien ne pouvait préparer les contrôleurs du dernier quart de travail pour ce qui allait tomber sur eux", écrit le contrôleur de controlladoresaereos.org.

Il souligne que " rapidement, le secteur d'approche de Gran Canaria devient saturé d'avions, en plus de ceux qui sont détournés des aéroports occidentaux, ce qui fait que trois pilotes se déclarent à court de carburant et un autre à déclarer une urgence directe/MayDay. Le contrôleur en charge du secteur ne donne pas de crédit, devant expliquer aux pilotes qu'il ne peut pas leur donner la priorité car il y a plusieurs pilotes dans la même situation.

En même temps, Lanzarote et Fuerteventura restent dans un état critique. "Les pilotes ne peuvent pas s'approcher de l'aéroport de Lanzarote à cause de la faible visibilité, ce qui commence à frustrer et à s'accumuler dans les attentes", souligne-t-il.

Au milieu de ces circonstances, vient ce que le narrateur définit comme "chaos". "Les aéroports de La Palma, Tenerife Sur et Tenerife Norte restent inopérants. Les vols sont déviés vers Gran Canaria, Lanzarote et Fuerteventura, en plus de ceux qui étaient déjà sur place. Gran Canaria est laissé sans parking et Fuerteventura aussi, en s'assurant qu' à tout moment neuf avions tournent au nord de Lanzarote sans pouvoir entrer dans Lanzarote ou aller à un autre aéroport", explique-t-il.

Face à cela, il se passe "ce que l'on n'avait jamais vu auparavant : les superviseurs appellent les centres de contrôle de Casablanca et de Lisbonne pour déclarer le taux zéro". Cela signifie que "Les îles Canaries n'acceptent pas un seul avion à destination de leurs aéroports. Et des détours inimaginables commencent à se produire: des avions qui doivent atterrir à Marrakech, Agadir, Faro, ou revenir à l'aéroport d'origine."

"Les nerfs, les cris et les superviseurs courent d'un téléphone à l'autre en se coordonnant avec les aéroports pour faire de la place pour n'importe quel avion. A Gran Canaria, ils ont réussi à utiliser la plate-forme militaire pour accueillir quelques vols. A Fuerteventura ils coordonnent un par un les parkings que laisse libre chaque avion qui décolle. La phraséologie et les procédures habituelles explosent et en quelques minutes, la situation va de très grave à extrême, avec des pilotes et des contrôleurs qui parlent de vous entre eux pour voir comment unir manuellement cet énorme casse-tête dans lequel il y avait moins de pièces disponibles", explique le contrôleur.

Pour mieux comprendre ce qui s'est passé, il explique que "le temps dans l'aviation, c'est du carburant". Par conséquent, "les contrôleurs commencent à vérifier avec les pilotes le carburant qu'ils ont laissé dans leurs avions pour faire un schéma mental des séquences d'actions possibles à prendre". Heureusement, au milieu du chaos "un rayon de lumière s'ouvre. Un superviseur crie: "Ténérife ouvert!"

.A ce moment-là, "les contrôleurs commencent à informer les pilotes de leur secteur de la possibilité d'aller à Tenerife Sur, une option que beaucoup acceptent, en allégeant dans une certaine mesure le surpeuplement des autres secteurs".

C'est là qu'un nouveau problème se pose. "Quand il semblait que la situation était sur le point d'être résolue, un autre échec de prévision a frappé les contrôleurs en charge du secteur d'approche à Tenerife Norte et Tenerife Sur, qui sont stupéfaits quand une série d'avions décolle des aéroports des îles Canaries vers là tandis qu'un autre groupe d'avions arrive de l'ouest.

Il n'y a pas de place. Tous les décollages vers Tenerife Sur sont arrêtés et les avions sont intégrés dans les circuits d'attente, cette fois-ci sur l'île de Tenerife, en attendant leur tour. Un pilote désespéré, se plaignant amèrement qu'il vole depuis sept heures, a été dérouté à Gran Canaria, et doit maintenant attendre à nouveau. La réponse du contrôleur est désastreuse: il n' y a pas de parking à Tenerife pour lui pour le moment.

.Le cas est résolu, car "grillé quelques minutes interminables et après plusieurs étapes, le même contrôleur informe le pilote qu'il occupera le dernier parking disponible". La joie du cavalier s'exprime dans la réponse au message du contrôleur: "I could kiss you right now".

Le contrôleur termine son récit de l'après-midi compliqué par un résumé: "Une soirée sans précédent dans l'espace aérien canarien, dans laquelle un groupe de professionnels courageux ont été poussés à la limite, et dans laquelle pilotes et contrôleurs aériens ont sauvé un billet impossible et troublant, et pour lequel ils devraient être extrêmement fiers. Dès qu'ils seront rétablis, bien sûr."

Cette référence à la récupération renvoie, sans le mentionner explicitement, au fait qu'un compagnon devait être soigné par le service des urgences.

Il faut espérer que le mauvais temps ne conduira pas à un nouveau chaos aérien.