Gander
© PHOTO PC
La température oscillait autour de -2°C à Gander, jeudi matin - un 24 mai, à quatre semaines du début officiel de l'été.
Une tempête de fin de printemps qui a enseveli des voitures dans la neige et forcé la fermeture de plusieurs écoles à Terre-Neuve-et-Labrador a causé la consternation - et l'incrédulité - chez bien des résidents de la côte nord-est de l'île, jeudi matin.

Des photos publiées sur les médias sociaux montrent un barbecue enseveli et des bancs de neige qui atteignaient la moitié d'une porte d'entrée. Des dizaines d'écoles ont retardé leur ouverture ou ont été fermées, jeudi matin.

La météorologue Linda Libby, d'Environnement Canada, a indiqué que plus de 35 centimètres de neige étaient tombés à l'aéroport international de Gander mercredi soir et durant la nuit de jeudi, alors que plus de 36 centimètres ont été enregistrés dans le parc national Terra-Nova.

Environnement Canada s'attendait à ce que la neige s'amenuise jeudi après-midi, mais de forts vents du nord-est, soufflant à 80 kilomètres/heure, devaient persister tout au long de la journée, selon Mme Libby. Les automobilistes étaient donc prévenus que la visibilité pouvait être réduite en raison de la poudrerie.

La température oscillait autour de -2°C à Gander, jeudi matin - un 24 mai, à quatre semaines du début officiel de l'été. Pendant ce temps, à l'autre bout du pays, certaines régions de l'Alberta et de la Saskatchewan étaient toujours visées par un avertissement de chaleur, jeudi; les températures devaient atteindre 29°C.

Mais ces tempêtes de neige de fin de printemps ne sont pas rares à Terre-Neuve-et-Labrador. Mme Libby rappelle qu'il y a cinq ans, les 18 et 19 mai 2013, plus de 69 centimètres étaient tombés sur Gander.

En fait, certains Terre-Neuviens accordent même des vertus thérapeutiques à ces tempêtes de mai. Larry Dohey raconte que ses ancêtres irlandais de la région de Cape Shore suggéraient d'appliquer cette neige fondue sur le visage pour faire disparaître les taches de rousseur...

Selon une autre tradition, la neige de mai constituerait un excellent remède pour les yeux endoloris des chasseurs de phoques qui rentrent de longs séjours sur les aveuglantes glaces de mer.