REVOLUTIONNAIRE Il s'agit d'une première mondiale dans le traitement des cancers sans chimiothérapie...

mammographie
© SERGE POUZET/SIPA
Illustration d'une mammograhie de dépistage du cancer du sein.
Une femme atteinte d'un cancer du sein à un stade avancé a été soignée par immunothérapie, là où la chimiothérapie n'avait aucun effet - une première mondiale.

La patiente a bénéficié d'un traitement expérimental. Elle est considérée comme rétablie depuis deux ans, selon une étude publiée ce lundi dans la revue Nature Medicine.

Trier les cellules immunitaires

L'état de santé de la patiente, alors âgée de 49 ans, était critique. Son cancer métastasé avait atteint d'autres organes, dont le foie, quand a commencé cette « nouvelle approche en immunothérapie ». Il s'agit d'un procédé qui stimule les défenses immunitaires. Il a déjà fait ses preuves pour certains cancers comme celui du poumon, du col de l'utérus, du sang, de la peau et de la prostate.

La méthode a consisté à prélever des lymphocytes (cellules immunitaires) sur une tumeur de la patiente, à les manipuler et à les réimplanter. Ils ont été triés pour voir lesquels reconnaissaient les cellules cancéreuses. Ils ont ensuite été « réactivés » pour s'attaquer aux cellules cancéreuses, aidés par un « inhibiteur des points de contrôle de l'immunité », pour débloquer la contre-attaque du système immunitaire, détaille l'étude.

Pas pour tout le monde

Les chercheurs ont ainsi créé une thérapie anticancéreuse « hautement personnalisée » qui a permis « une régression totale de la tumeur ». La réaction au traitement a été « sans précédent » dans un cas aussi grave, selon l'un des chercheurs de l'étude.

Ces travaux « constituent une avancée majeure dans la démonstration de faisabilité » de l'immunothérapie, même sur les cancers les plus difficiles à traiter, selon Alan Melcher, professeur d'immunothérapie à l'Institut de recherche sur le cancer de Londres. Mais « cette technique particulière est fortement spécialisée et complexe, ce qui signifie que pour beaucoup de gens elle ne sera pas adaptée », a tempéré Peter Johnson, oncologue britannique.