JAPON - Un puissant tremblement de terre a touché l'ouest du Japon lundi 18 juin, tuant au moins deux personnes dont une petite fille de neuf ans et provoquant coupures de courant et suspension du trafic ferroviaire à une heure de forte affluence.

japon
© STR / JIJI PRESS / AFP
Suite au séisme, les passagers des transports en commun sont descendus dans le calme sur les voies.
Ce tremblement de terre, de magnitude 5,3 selon l'institut américain USGS, s'est produit à une profondeur de 15,4 kilomètres. L'Agence météorologique japonaise a pour sa part évalué la profondeur à 13 km et la magnitude à 6,1, révisant ses précédentes évaluations.

L'intensité a été mesurée à "six moins" sur l'échelle sismique nippone, utilisée pour évaluer les effets en surface d'un tremblement de terre. Elle s'étend du degré un (tremblement à peine perceptible) au degré sept (les meubles volent dans la pièce et des maisons s'effondrent). Au degré "six moins", il est difficile de se tenir debout.

Le séisme a été suivi de nombreuses secousses secondaires et les autorités ont mis en garde les habitants de la région contre le risque d'effondrements de maisons et de glissements de terrain, des pluies étant de plus attendues.

L'Autorité de régulation nucléaire a indiqué n'avoir rien détecté d'anormal dans les centrales de la région, tandis que plusieurs usines dont les constructeurs d'automobiles Honda et Daihatsu ont suspendu leur production pour procéder à des vérifications.

Deux morts et une vingtaine de blessés

Le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga a confirmé la mort de la fillette et d'un homme et indiqué craindre un troisième décès, précisant que 20 personnes avaient été blessées.

Selon les médias, l'enfant a été tué par l'effondrement d'un mur bordant une piscine dans son école dans la localité de Takatsuki, au nord d'Osaka. L'autre décès officiellement confirmé est celui d'un homme de 80 ans. Il a lui aussi été victime de la chute d'un mur, a rapporté la chaîne de télévision publique NHK, ajoutant qu'un autre homme était mort, écrasé par un meuble chez lui.

Le Premier ministre Shinzo Abe a rapidement pris la parole pour assurer de la mobilisation du gouvernement, avec "pour première priorité de sauver la vie des gens". Il a ordonné à son équipe de "réunir promptement des informations sur d'éventuels dégâts".

"Cela m'a rappelé celui de Kobe"

Ce fort séisme, qui s'est produit à 07H58 locales, a privé d'électricité plus de 170.000 foyers et temporairement mis à l'arrêt plusieurs lignes de train dont de trains rapides "shinkansen". Mais il n'a pas provoqué de mouvement de panique. Les chaînes de télévision montraient des passagers descendant dans le calme sur les voies, à l'aide d'échelles apposées par le personnel du réseau ferroviaire.

Au moins un incendie s'est déclaré dans un logement situé au nord de la ville d'Osaka, selon des images qui ont aussi montré une rupture de canalisation d'eau.


Voir vidéo ici


"J'étais pétrifié. Je ne pouvais rien faire après le tremblement de terre. Cela m'a rappelé celui de Kobe (près de 6500 morts en janvier 1995, ndlr). J'étais inquiet pour mon fils qui venait de partir au lycée. J'ai été soulagé d'apprendre plus tard qu'il était sain et sauf", a confié à l'AFP Eiji Shibuya, un homme de 52 ans habitant Itami à l'est d'Osaka.

Pour d'autres, cet épisode a ravivé le traumatisme du séisme survenu le 11 mars 2011 dans le nord-est du pays, suivi d'un terrible tsunami qui a fait 18.000 morts et disparus et provoqué un accident majeur à la centrale nucléaire de Fukushima. "J'ai cru que la même chose allait se produire", témoigne Saki Iwashimizu, une habitante d'Osaka de 52 ans. "C'était tellement effrayant", souffle-t-elle.

"Le sol a tremblé violemment. C'était une secousse forte verticale. Quasiment toutes les assiettes sont tombées et se sont brisées sur le sol", raconte Kaori Iwakiri, une infirmière de 50 ans, ajoutant qu'elle allait apporter de l'eau à ses parents privés d'eau courante et d'électricité par le séisme.

Le Japon est situé sur la Ceinture de feu du Pacifique, une vaste zone qui concentre la majeure partie des tremblements de terre et des éruptions volcaniques de la planète. Il subit chaque année plus de 20% des séismes parmi les plus puissants recensés dans le monde.