snow, Auvergne,France,2018
© Photo by Thierry Zoccolan / AFP
En Auvergne, le neige est tombée en abondance ce lundi.

Commentaire : Ne vous laissez pas berner par la propagande au réchauffement climatique. Retournement brutal de situation à prévoir avec le cycle solaire qui est au plus bas depuis un bon moment.


Une tempête « exceptionnelle » en Corse, des chutes de neige jusqu'en région parisienne, un froid polaire. Après un mois d'octobre exceptionnellement beau, l'hiver lance sa première offensive en plein automne.

Après l'été qui joue les prolongations en octobre, voilà l'hiver qui joue les trouble-fêtes en avance. Digne d'un mois de décembre, une tempête d'une « ampleur exceptionnelle » selon les prévisionnistes a conduit Météo France à placer l'île de Beauté en alerte rouge, en raison de vents d'une violence rare, dépassant par endroits plus de 150km/h ! C'est la première fois de son histoire que la Corse du sud est placée à ce niveau de vigilance.

« Il y a déjà eu des arbres arrachés sur l'île qui ont coupé des chaussées car la végétation est plus accoutumée à résister à des forts vents d'ouest alors que cette fois, de façon très inhabituelle, l'île est balayée par une tempête plein sud » nous indiquait ce lundi après-midi le prévisionniste de Météo France François Jobard. Ports et aéroports fermés, habitants claquemurés derrière les murs de leurs maisons, commerces aux rideaux baissés... alors que des pluies diluviennes et des vagues gigantesques se sont abattues ce lundi sur l'île, la côte d'Azur va elle aussi subir son lot de gros temps.

« On attend localement 200 mm de précipitations du Var aux Alpes-Maritimes, soit l'équivalent de un à deux mois de précipitations jusqu'à mercredi, relève la chaîne Météo.

« C'est inédit depuis presque vingt ans »

La dépression Adrian, responsable du mauvais temps dans le sud remontera dans la nuit de lundi à mardi vers le nord de la France où elle entraînera des intempéries hivernales, sous forme de chutes de neige à basse altitude et parfois jusqu'en plaine du nord de l'Auvergne à la Champagne-Ardenne aux Hauts-de-France en passant par l'est du bassin-parisien ».

Les flocons ont déja commencé à provoquer la pagaille ce lundi sur les routes de Haute-Loire, avec des cumuls pouvant atteindre jusqu'à 50 cm. En Aveyron, à Ségur, une femme de 75 ans est décédée et quatre autres ont été blessées dans un accident de la route causé par la neige.

Pas moins de 26 départements ont été placés en alerte orange neige-verglas. « Autant de départements placés en vigilance pour une fin octobre, c'est inédit depuis presque vingt ans » souligne François Jobard. « Il y a toujours un petit coup de tabac autour de la Toussaint mais cette fois tous les sommets ont été blanchis, note Christian Reverbel, vice-président de l'association pour l'étude de la neige et des avalanches. On peut se demander si la modification du climat est en cause dans cette variation des chutes de neige ».

Un record frôlé à Paris

« Après quatre mois de chaleur et de sécheresse quasi ininterrompues et alors que l'on est encore en automne météorologiquement parlant, il est très exceptionnel d'avoir des chutes de neige en octobre sur une surface aussi étendue en France, estime le prévisionniste Guillaume Séchet. D'un seul coup, un air très froid venu du pôle Nord nous tombe dessus ».

D'après ce spécialiste, créateur du site meteo-paris.com, on a d'ailleurs frôlé avec 6°C en plein après-midi hier dans la capitale le record de la température la plus basse jamais enregistré un 29 octobre : le mercure était tombé à 4°C en 1922. Il y a presque cent ans.