Afin de « retrouver un peu de bon sens », comme l'a expliqué le vice-Premier ministre italien Matteo Salvini, on a mis en Italie un terme à l'utilisation des mentions « parent 1 » et « parent 2 » dans les documents administratifs. Cette mesure a été vivement dénoncée par les partisans des LGBT et qualifiée de « retour au passé ».
Salvini
© Inconnu
Salvini
Les mentions « parent 1 » et « parent 2 » dans les formulaires administratifs pour les cartes d'identité cèdent la place aux termes traditionnels « père » et « mère », selon le quotidien italien Il Messaggero. Les associations gay ont vivement critiqué ce pas du gouvernement italien.

« Sur la carte d'identité, le père et la mère reviennent au lieu des « parent 1 » et « parent 2 ». Retrouvons un peu de bon sens. Bonne journée les amis », indique le message du vice-Premier ministre Matteo Salvini sur sa page Facebook.

Pour rappel, les mentions « parent 1 » et « parent 2 » ont été introduites en 2015 par le gouvernement de Matteo Renzi. Par le décret signé par M.Salvini en janvier 2019 qui est entré en vigueur ce jeudi, les formulations « mère » et « père » ont été rétablies. La mesure a été qualifiée par des représentants des associations de défense des homosexuels de « retour au passé ». Parmi eux, Fabrizio Marrazzo, porte-parole du Gay Center, qui a dénoncé la mesure.

« Nous demandons au Premier ministre Giuseppe Conte, au vice-Premier ministre Luigi Di Maio et au sous-secrétaire Vincenzo Spadafora d'intervenir dès que possible pour annuler le décret ministériel », a déclaré Marrazzo, dont les propos ont été diffusés par des médias italiens.

Des associations, ainsi que le syndicat CGIL, ont annoncé des recours devant les tribunaux administratifs, alors que la région du Piémont [nord-est de l'Italie, ndlr] a proposé d'accorder son aide.