Salpetriere, lacrymos
© Wladimir Garcin-Berson ‏ @vladogb
C'est à ce moment-là. Donc, grosse masse de gens qui recule. Un nuage de lacrymogène, l'air devient irrespirable. A droite dans la direction de la descente du boulevard : l'enceinte de l'hôpital La Pitie-Salpetriere.
Les vidéos des réseaux sociaux montrent des manifestants ne montrant pas de signes visibles d'agressivité qui stationnent dans l'enceinte de la Pitié-Salpêtrière, tout près de l'entrée du bâtiment du CROUS.

La réaction du Ministre de l'intérieur :

Ensuite les policiers arrivent par cette même entrée et font ressortir les manifestants vers le boulevard. Lors de l'évacuation, petits coups de matraque au passage, c'est gratuit :




Photo de la barrière qui a cédée :



La vue depuis les soignants :


Et les éléments provocateurs, qui rendent service au gouvernement, étaient bien là :
Gilets jaunes, Pitié-Salpêtrière
© MAXPPP/Christophe Petit Tesson
Des Gilets jaunes essaient de stopper un black bloc qui brandit un marteau devant un bâtiment de la Pitié-Salpêtrière.
« Maintenir l'ordre n'est pas réprimer. Ce sont deux choix politiques extrêmement différents idéologiquement, politiquement, stratégiquement, tactiquement -et aussi moralement. Emmanuel Macron a sciemment choisi de réprimer et non pas de maintenir l'ordre. Le chef de l'Etat n'a donc pas voulu contenir les violences revendicatives mais déchaîner les violences d'Etat. C'est à dessein. »

Michel Onfray