La violente altercation publique entre Donald Trump et les journalistes du New York Times a permis à ZH d'écrire un article violent contre le NYT en rappelant au passage à quel point la CIA a pris le contrôle de la presse américaine. Et ZH a publié un extrait du livre de Bernstein (le journaliste du Watergate) qui explique comment les 400 journalistes des journaux américains les plus lus ont travaillé la main dans la main avec la CIA ce qui leur a permis d'obtenir, en récompense, des Prix Pulitzer !
Tweet sent to journalist cause seizure
© Chromorange/Bilderbox/globallookpress.com
« Certaines relations de ces journalistes avec l'Agence étaient tacites, d'autres explicites. Il y a eu coopération, accommodement et chevauchement. Les journalistes ont fourni une gamme complète de services clandestins - de la simple collecte de renseignements à l'espionnage dans les pays communistes.

Les journalistes ont partagé leurs carnets avec la CIA. Les rédacteurs en chef ont partagé leur personnel. Certains des journalistes étaient lauréats du Prix Pulitzer, d'éminents reporters qui se considéraient comme des ambassadeurs sans portefeuille pour leur pays. »
« La plupart étaient moins exaltés : les correspondants à l'étranger qui trouvaient que leur association avec l'Agence les aidait dans leur travail, les pigistes et les travailleurs indépendants qui s'intéressaient autant au hauts faits de l'espionnage qu'au fait de remplir un article et, la plus faible catégorie, des employés à temps plein de la CIA se faisant passer pour des journalistes étrangers.

Dans de nombreux cas, les documents de la CIA montrent que des journalistes ont été engagés pour accomplir des tâches pour la CIA avec l'accord de la direction des principaux organes de presse américains. Presque tous les principaux médias américains ont coopéré avec la CIA, a révélé Bernstein, y compris ABC, NBC, l'AP, l'UPI, Reuters, Newsweek, les journaux de Hearst, le Miami Herald, le Saturday Evening Post et le New York Herald-Tribune. Cependant, a ajouté M. Bernstein, « de loin les plus précieuses de ces associations, selon les responsables de la CIA, sont celles du New York Times, de CBS et de Time Inc. »
Il va de soi que les bonnes vieilles habitudes continuent, d'où l'incroyable silence de la presse internationale sur les problèmes économiques, sans parler de sa honteuse manipulation des médias contre Trump et Erdogan avec l'appui des GAFA.

Rappelez-vous de mon reportage à Rome en mars 2018 pour les élections : alors que 70 % des Italiens avaient voté contre l'Europe, aucun quotidien (et Dieu seul sait s'ils sont nombreux en Italie) n'avait osé titré sur le sujet !

Aujourd'hui, la situation est pire

Nous sommes comme en 1942 quand les Allemands contrôlaient la presse, l'édition et les radios, ne donnant que des fausses nouvelles qui allaient dans leur sens. L'État profond américain (compagnies pétrolières, médias, automobile, marchands d'armes et Gafas) a décidé de ne plus permettre à Trump d'être réélu, témoin le dernier changement des conditions d'utilisation de Tweeter lire ici. Et du coup la presse grand public est muselée.

Lire ici ZH et ici Democracy New qui explique comment le NYT a tout fait pour ne pas publier des documents qui compromettent les Saoudiens ou Israël dans les rapports sur les attentats du 11 septembre.

Traduction Sott