We had expected more melting and that the ice was more disintegrating, says Captain Johnny Peder Hansen

Nous nous attendions à plus de fonte et à une plus grande désintégration de la glace, explique le capitaine Johnny Peder Hansen.
Glace trop épaisse pour se détacher (presque 10 pieds d'épaisseur), et plus massive que prévu - à la mi-juillet.
_________

15 juillet 2019 - Le brise-glace norvégien "Kronprins Haakon" (Prince héritier Haakon), en mission au pôle Nord pour l'Institut de recherche marine, a dû faire demi-tour au nord du Svalbard après avoir rencontré des masses de glace beaucoup plus épaisses et massives que prévu, que le navire ne pouvait franchir.

De la glace épaisse d'un an combinée à de grandes quantités de glace de plusieurs années réunies en de solides écoulements, dont plusieurs sont impénétrables pour nous, explique le capitaine Johnny Peder Hansen.

La glace atteint jusqu'à trois mètres d'épaisseur à la mi-juillet, et même les longues scies à chaîne des chercheurs n'ont pas réussi à la pénétrer.

Des ours polaires ont été vus à Bjørnøya l'hiver dernier au milieu de la mer de Barents, ce qui montre que la lisière de glace était très au sud, écrit Klassekampen.

"À la mi-juillet, nous voyons peu de signes de dégel et le printemps est arrivé. Nous nous attendions à plus de fonte et à une plus grande désintégration de la glace", explique le capitaine Hansen, qui travaille depuis plusieurs décennies sur divers navires dans l'Arctique.

Source secondaire

La source originale est Klassekampen ("La lutte des classes"), un journal bien connu et respecté de la gauche radicale en Norvège.

Informations générales sur la mission organisée par l'Institut norvégien de recherche marine.

Merci à Alf Fagerheim en Norvège pour ce lien.

Traduction Sott.net - Source : Ice Age Now