petrole, stockage
Dans ce qui semble être un geste de mépris envers Washington, les entreprises chinoises ont continué d'importer du brut iranien, mais au lieu d'en signaler les importations, ce qui violerait les sanctions américaines, elles stockent le pétrole dans des réservoirs de stockage sous douane situés dans les ports chinois.

Le phénomène a commencé lorsque Washington a réimposé des sanctions en mai dernier. Et deux mois plus tard, le brut iranien est toujours expédié en Chine, pour finir dans les réservoirs. L'aspect le plus étrange de cet arrangement, c'est que le pétrole reste dans les réservoirs, inutilisé. Jusqu'à présent, rien n'a été débarqué par la douane chinoise, donc le pétrole est encore techniquement « en transit ».

Jusqu'à présent, Washington n'a pas fait de commentaires sur la façon dont il voit cette réserve de pétrole qui menace les marchés mondiaux. Si les entreprises chinoises exploitaient un jour ce réservoir de pétrole, la demande dans la deuxième plus grande économie du monde pourrait diminuer, ce qui pourrait ébranler les marchés mondiaux.

Cet arrangement profite clairement à l'Iran, qui a conservé au moins un acheteur important de son brut.
« Les expéditions de pétrole iranien sont acheminées vers les entrepôts sous douane chinois depuis quelques mois maintenant, et continuent de l'être en dépit d'une surveillance accrue » , a déclaré Rachel Yew, analyste chez FGE, un consultant industriel à Singapour.

« Nous comprenons pourquoi le producteur veut s'y prendre de la sorte, car il est clairement avantageux pour un vendeur d'accumuler des stocks auprès d'acheteurs clés, surtout si les sanctions sont assouplies à un moment donné. »
Les données de suivi des navires relevées par Bloomberg montrent qu'il pourrait y avoir plus de pétrole iranien en direction de ces énormes réservoirs. Au moins dix très gros transporteurs de pétrole brut et deux plus petits pétroliers appartenant à la National Iranian Oil Company et à son armement maritime naviguent actuellement vers la Chine ou tournent au ralenti au large de ses côtes. Combinés, les navires peuvent transporter quelque 20 millions de barils. La majeure partie de ce pétrole appartient toujours à Téhéran, ce qui crée une zone grise quant à savoir si la Chine viole les sanctions américaines. On croit généralement que la plus grande partie du pétrole est payée dans le cadre d'un accord « pétrole contre investissement », qui est assez courant en Chine.

La majeure partie du pétrole iranien contenu dans les réservoirs sous douane de la Chine appartient toujours à Téhéran et n'enfreint donc pas les sanctions. Le pétrole n'a pas franchi les douanes chinoises, il est donc théoriquement en transit. Une partie du pétrole brut, cependant, appartient à des entités chinoises qui l'ont peut-être reçu dans le cadre de programmes d'échange de pétrole contre des investissements. Par exemple, une compagnie pétrolière chinoise aurait pu aider à financer un projet de production en Iran dans le cadre d'un accord à rembourser en nature. La question de savoir si ce genre de transaction viole les sanctions n'est pas claire, et c'est pourquoi les entreprises chinoises gardent le pétrole sous douane pour éviter le contrôle officiel dont il ferait l'objet une fois enregistré auprès des douanes.

Bloomberg suit depuis des mois l'écart entre le volume de brut iranien expédié en Chine et le volume dédouané par les douanes chinoises. La Chine a reçu environ 12 millions de tonnes de brut iranien de janvier à mai, selon les données de suivi des navires, contre environ 10 millions qui ont été dédouanés au cours de la période.

China, oil

La Chine a reçu plus de pétrole iranien que ce qui a été rapporté.
- En noir : Volume de brut iranien arrivé aux terminaux chinois.
- En rose : Importations iraniennes de brut dédouanées par la douane chinoise
Et le refus de la Maison-Blanche de s'attaquer au flux de pétrole brut iranien a créé la confusion, a déclaré Bloomberg.

La Maison-Blanche a annulé toutes les dérogations permettant à certains pays de continuer à importer du brut iranien le 2 mai. Toute nation « attrapée » en train d'importer du brut iranien violerait vraisemblablement les sanctions iraniennes.

De plus en plus de pétrole arrive presque tous les jours.

Plusieurs autres pétroliers appartenant à des Iraniens ont déchargé en Chine ou s'y sont rendus, selon les données de suivi des navires. VLCC Stream a été déchargé à Tianjin le 19 juin, tandis qu'Amber, Salina et C. Infinity ont été déchargés dans les ports de Huangdao, Jinzhou et Ningbo. Les pétroliers Snow, Sevin et Maria III ont été vus pour la dernière fois navigants en direction de la Chine.

À un moment donné, Washington devra préciser s'il s'agit d'une violation des sanctions américaines.

« Les États-Unis devront maintenant définir comment ils quantifient la violation des sanctions » , a déclaré Michal Meidan, directeur du Programme énergétique chinois à l'Institut d'Études énergétiques d'Oxford. Il y a un manque de clarté quant à savoir s'il s'agirait de « transactions financières ou du chargement et du déchargement des cargaisons par une société ou une entité » , a-t-il déclaré.

En plus de fournir un revenu régulier, l'arrangement libérera les pétroliers iraniens, au lieu de les mettre en service comme centres de stockage. Mais encore une fois, il peut sembler que Washington cherche délibérément à saboter les négociations commerciales en s'attaquant à ce problème.

Ou peut-être que le pétrole iranien sera pris en compte dans un accord final ?

Source : Millions Of Barrels Of Iranian Crude Are Piling Up At Chinese Ports

traduit par Réseau International