Le Japon a approuvé la toute première expérience sur un embryon mi-humain mi-animal. Cette recherche pourrait produire des sources alternatives d'organes pour la transplantation. Cependant, il y a toute une série d'obstacles éthiques et techniques à surmonter.
CRISPR - revolutionary new tool to cut and splice DNA
© Jennifer Doudna/UC Berkeley
CRISPR - Le nouvel outil révolutionnaire pour couper et épisser l'ADN.
Selon le journal Nature, un scientifique japonais spécialisé dans les cellules souches est sur le point d'obtenir le soutien du gouvernement pour développer des embryons animaux qui contiennent des cellules humaines. Ces embryons seront ensuite transplantés dans des animaux de substitution. Cette décision fait suite à l'abrogation d'une telle interdiction au début de l'année 2019.

L'étude sera dirigée par Hiromitsu Nakauchi de l'Université de Tokyo, avec le soutien de scientifiques de l'Université Stanford en Californie. L'objectif est de cultiver des cellules humaines dans des embryons de souris et de rats. L'objectif à long terme est de créer des animaux avec des organes composés de cellules humaines et de faire en sorte que ces organes puissent être transplantés chez les humains.


Commentaire : L'Université Stanford, ou la foi délirante du gouvernement US dans un avenir tout technologique et tout business qui va changer le monde : « Les origines secrètes de la Silicon Valley - Ce que les grandes entreprises technologiques ne veulent pas que vous sachiez »


Après avoir reçu la permission, Nakauchi a déclaré :
« Enfin, nous sommes en mesure d'entamer des études sérieuses dans ce domaine après dix années de préparation. Nous ne nous attendons pas à créer des organes humains immédiatement, mais cela nous permet de faire avancer nos recherches en nous basant sur le savoir-faire que nous avons acquis jusqu'à présent. »
La recherche se fonde sur des « embryons chimériques hybrides humains et animaux » fabriqués aux États-Unis (comme l'a signalé le Digital Journal), mais ces embryons n'ont jamais été menés à terme et les National Institutes of Health des États-Unis ont depuis imposé un moratoire sur le financement de ce type d'expériences.

Ceci soulève plusieurs questions éthiques, la modification génétique étant une pratique controversée, avec un équilibre entre partisans et détracteurs dans le domaine scientifique. Les premières études ont été menées en Chine, où un gène responsable d'une maladie du sang a été éliminé. L'une des principales préoccupations est de savoir si le traitement aura des « effets hors cible », c'est-à-dire s'il modifiera d'autres gènes. Une actuelle mesure de bioéthique stipule que si les scientifiques détectent que les cellules humaines dépassent plus de trente pour cent du total des cellules cérébrales des embryons de rongeurs, cela conduira à l'annulation de l'expérience.

La première partie de la recherche est une étude visant à créer des pancréas humains chez les rongeurs en utilisant des cellules souches pluripotentes induites par l'homme. Cela impliquera la création d'œufs fécondés de rats et de souris sans la capacité de produire des pancréas en manipulant les gènes. Les chercheurs placeront ensuite des cellules iPS humaines dans ces ovules fécondés, formant les « embryons mi-animal mi-humain ».

Source de l'article Digital Journal
Traduction : Sottt.net