La France a de nouveau condamné les interpellations de manifestants à Moscou, environ 600 lors de ce samedi 3 août. Mais cette réaction du Quai d'Orsay a été prise avec légèreté et humour par les internautes français, rappelant que lors des mobilisations des Gilets jaunes, le nombre d'arrestations et de blessés était bien supérieur.
macron
© Inconnu
Violence contre les citoyens ... où exactement ?
Dans un communiqué, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a indiqué que Paris « condamne les interpellations » de manifestants à Moscou ce 3 août et « appelle la Russie à libérer sans délai les personnes incarcérées ». La diplomatie française a fait état en outre d'un usage « manifestement excessif de la force » pendant les interpellations.


Ces commentaires n'ont pas échappé à l'attention des internautes qui ont rapidement réagi: les nouvelles condamnations ont bien fait rire la twittosphère.




Nombreux étaient ceux qui ont dénoncé l'« hypocrisie » et le « cynisme » des autorités françaises en raison des violences policières lors des dernières manifestations dans l'Hexagone. Des internautes ont pointé du doigt un grand nombre de violentes interpellations et de blessés causés par la police nationale lors des actes des Gilets jaunes.






Sans parler de ceux qui ont remarqué que la France essayait de « donner des leçons » à la Russie.




Certains ont proposé de changer légèrement le communiqué pour... condamner les interpellations en France !



Moscou riposte

La diplomatie russe n'a pas encore commenté les nouvelles condamnations de Paris, mais la fois précédente, la réaction de Moscou était proche de celle des internautes. Après que la France ait donné son avis sur les arrestations massives survenues dans la capitale russe lors d'une manifestation non autorisée, Moscou a exprimé sa préoccupation quant aux « brutalités policières » commises contre les Gilets jaunes dans l'Hexagone.

600 interpellations le 3 août

Environ 600 personnes ont été arrêtées lors d'un rassemblement non autorisé à Moscou pour protester contre le rejet d'une soixantaine de candidatures aux élections locales prévues en septembre, a annoncé le ministère russe de l'Intérieur.

Le 27 juillet, lors d'une action similaire, la police a interpellé un millier de manifestants.