neige, plastic
Des chercheurs ont récemment indiqué que la neige tombant sur les Alpes contient des particules micro-plastiques. Alors que les risques sanitaires sont encore inconnus, les scientifiques recommandent fortement de mener d'autres recherches pour en savoir davantage à ce sujet.

Du plastique dans la neige

La neige tombant sur les Alpes contient des micro-plastiques. Cette affirmation est celle de Melanie Bergmann, chercheuse à l'institut Alfred Wegener de recherche polaire et marine (Allemagne). Dans l'étude publiée dans la revue Science Advances le 14 août 2019, Melanie Bergmann et son équipe estiment que les micro-plastiques sont transportés par le vent avant de retomber avec la neige.

Nous savions déjà que les micro-plastiques (moins de 5mm d'épaisseur) sont omniprésents dans les rivières et les océans, à raison de plusieurs millions de tonnes. Ceux-ci se fragmentent progressivement en petits morceaux sous l'effet du courant et des UV. L'étude de l'Institut Alfred Wegener ayant reçu la participation de l'Institut suisse de recherche sur la neige et les avalanches (SLF) a permis d'apprendre quelque chose de nouveau et de plutôt inquiétant.

Alpes
© Needpix
Les chercheurs indiquent qu’il est urgent de connaître les conséquences sanitaires de la présence de plastique dans la neige tombant sur les alpes.
L'urgence d'en savoir plus

Nous savons désormais que les particules micro-plastiques peuvent être transportées sur des milliers de kilomètres dans l'atmosphère. Celles-ci retombent alors avec les précipitations et dans le cas des Alpes, il s'agit de neige. Selon les chercheurs, la majeure partie des micro-plastiques présents dans la neige provient de l'air. Cette affirmation a été rendue possible grâce à l'utilisation d'une technique d'imagerie infrarouge. Le but était d'analyser des prélèvements effectués entre 2015 et 2017 au large du Groenland. Dans l'Arctique, la neige contient également des micro-plastiques par endroits.

Les chercheurs ont comparé ces échantillons de neige à d'autres prélèvements provenant des Alpes suisses et de la région de Brême (Allemagne). Les résultats ont montré que les micro-plastiques étaient présents en plus grande quantité dans les Alpes. Pour les scientifiques, il est urgent de mener l'enquête afin d'en savoir davantage. Maintenant qu'a été prouvé le fait que les micro-plastiques peuvent circuler par voie aérienne, il importe clairement de savoir dans quelle mesure nous les inhalons.