Putin/Macron/Brigitte
© Sputnik/Sergei Guneevn/Kremlin via Reuters
Le Président français Emmanuel Macron et son épouse Brigitte - Le Président russe Vladimir Poutine
Cinq ans, c'est long en politique. En 2014, les relations entre la Russie et l'Occident se sont effondrées par rapport à l'Ukraine et à la Syrie.

L'"annexion" de la Crimée, l'abattage de l'avion de ligne malaisien et le conflit dans l'est de l'Ukraine ont détruit le rétablissement partiel des relations normales qui avaient commencé en 2008 avec le "repositionnement" du président Obama et le rapprochement de Nicolas Sarkozy avec Vladimir Putin. Il s'agit notamment de la crise géorgienne de cette année-là, dont la décision du président français en 2010 de vendre deux porte-avions Mistral à la Russie était un symbole puissant. L'effondrement des relations à la suite de la crise ukrainienne a conduit à des sanctions de l'UE et des États-Unis contre la Russie, à son expulsion du groupe des pays du G8, tel qu'il était alors, ainsi qu'à une guerre des mots entre l'Est et l'Ouest.

La visite de Vladimir Poutine lundi au fort de Bregançon, la résidence officielle d'été du président français, démontre que cette période est désormais officiellement fermée. À tous les niveaux, l'Occident a maintenant abandonné son hostilité envers Poutine et la Russie. D'abord, le symbolisme : Le Président Poutine passe beaucoup de temps à gouverner depuis sa propre résidence d'été à Sotchi, et l'invitation sur le rivage méditerranéen, où l'atmosphère est plus intime et détendue que dans Paris, était sans doute un geste adressé aux goûts de Poutine pour ce climat plus doux. Le fait que la réunion ait eu lieu quelques jours seulement avant le sommet de Biarritz de ce qui est aujourd'hui le G7 montre également que Paris a l'intention d'inclure Moscou dans la discussion des affaires mondiales au plus haut niveau, même s'il est peu probable que la Russie soit officiellement réadmise dans cette structure. Même le contenu de la réunion a montré à quel point les choses ont changé. Quand Emmanuel Macron a déclaré que la Russie était essentielle pour résoudre diverses crises dans le monde - Iran, Ukraine, Syrie, Traité FNI - il annonçait un changement à 180 degrés de la politique française et occidentale.

Au cours des cinq dernières années, non seulement l'UE, mais aussi Washington et surtout Londres insistaient sur le fait que la Russie est un problème et non une solution à un problème. Le mantra souvent répété à propos d'un "ordre international fondé sur des règles" était un moyen d'accuser la Russie d'enfreindre ces règles - sur l'intégrité territoriale en Ukraine, sur les armes chimiques en Syrie et à Salisbury, et ainsi de suite.

Le président Macron est allé plus loin, disant même que le principal problème dans le monde n'est plus la Russie, mais plutôt les États-Unis. Il faut lire entre les lignes, mais voici la citation clé :
"Je voudrais dire qu'aujourd'hui le monde vit un moment historique ; l'approche multilatérale est souvent critiquée, et nous devrions réfléchir aux moyens de reconstruire ce monde et cet ordre. Cela signifie que nous devons rechercher de nouveaux mécanismes de coopération qui nous seront utiles à tous. Dans ce cas, dans ce contexte, nos relations bilatérales ainsi que les relations entre la Russie et l'Union européenne jouent un rôle clé et déterminant. Je pense à tout ce qui s'est passé au cours des dernières décennies, à ce qui a réussi à nous séparer. Je sais que la Russie est un pays européen dans son cœur. Et nous croyons en une Europe qui s'étend de Lisbonne à Vladivostok."
La menace pour le multilatéralisme ne vient pas, selon Macron, de Moscou. Elle vient plutôt de Washington, qui a dénoncé l'accord nucléaire iranien, le traité de 1987 sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) et, bien sûr, l'accord sur les changements climatiques de la COP21. Cela a entraîné les relations franco-américaines en territoire très difficile.

Le multilatéralisme est une question émotionnelle pour Emmanuel Macron - il a consacré son discours de 2018 au Congrès américain à ce sujet et a été complètement ignoré par l'administration elle- même, celle de Donald Trump, dont il avait tant fait pour défendre sa position dès l'élection, et qui a agressé Macron, par tous les noms, pour avoir prétendument représenté de façon inexacte les États-Unis en Iran il y a 10 jours seulement. Pourtant, au début de leurs présidences respectives, Trump et Macron semblaient entretenir une relation privilégiée, à un moment où d'autres dirigeants européens se bouchaient le nez à l'idée de devoir traiter avec le président américain impétueux. Tout cela, c'est du passé. L'expression "L'Europe de Lisbonne à Vladivostok" est un clin d'œil clair à l'Europe de l'Atlantique à l'Oural du Président de Gaulle, qui annonçait une certaine distance avec les Etats-Unis.


Commentaire : Vrai, bien que son utilisation actuelle soit associée aux idées des néo-eurasianistes, mises sur papier pour la première fois dans les années 1990.


Au lieu de l'hostilité à l'égard de la Russie sur laquelle repose la relation transatlantique, Macron a appelé à une nouvelle "architecture de sécurité et de confiance" entre l'UE et la Russie. Il est difficile d'imaginer un revirement plus dramatique de la politique étrangère que cela, les relations entre l'UE et la Russie ayant été, au contraire, basées jusqu'ici sur des déclarations ouvertement hostiles de la part de l'UE. Pas plus tard qu'en mars, que le Parlement européen a voté une résolution disant que la Russie "ne peut plus être considérée comme un partenaire stratégique" et que "l'UE ne peut envisager un retour progressif au business comme avant." Le 20 août, devant Vladimir Poutine, Emmanuel Macron a publiquement déchiré cette résolution et l'a jetée à la poubelle.

Ce changement n'est pas entièrement inattendu. Les visites de Poutine dans les capitales européennes sont en train de devenir des événements communs - il s'est rendu à Rome en juillet, où la Ligue et le mouvement 5 étoiles sont amis de la Russie ; à Vienne l'année dernière, où le vice-chancelier d'alors était un fervent partisan de Moscou, et dont le ministre des Affaires étrangères l'avait invité à son mariage en août ; et il se rend en Finlande, qui assure actuellement la présidence française, pour une réunion le 21 août directement depuis France.

Cette évolution montre que les choses ont changé, notamment en Ukraine et en Syrie, les deux points névralgiques de la crise. En Ukraine, le Petro Poroshenko soutenu par l'Occident a perdu le pouvoir, ouvrant une petite fenêtre d'opportunité pour un accord de paix dans ce pays, tandis qu'en Syrie, la guerre a été pratiquement gagnée par l'armée syrienne, laissant l'objectif occidental original de renverser Assad en miettes.

Certes, tout n'est pas rose. Macron ne peut pas résister à être condescendant avec Poutine, même quand il essaie d'être gentil. Dire, comme il l'a fait, que la Russie est "un pays profondément européen" doit paraître un peu ridicule aux oreilles des Russes, tout comme les attaques hypocrites des Européens contre le comportement de la police de Moscou à la lumière de la terrible violence infligée aux "Gilets jaunes" par leurs homologues français.

Le discours humanitaire sur la Syrie est aussi certainement absurde, étant donné ce que nous savons des abus commis par les forces soutenues par l'Occident en Libye en 2011 ou, d'ailleurs, par les djihadistes soutenus par l'Occident en Syrie même. Mais Poutine est un homme profondément patient et, après 20 ans, il a entendu tout cela de nombreuses fois auparavant. Si voyant et amateur qu'il puisse paraître à côté de son invité russe hautement professionnel, le fait est que la réunion de Bregançon, qui a eu lieu sous le soleil chaud du sud, annonce un été glorieux après un long hiver de désappointement.
A propos de l'auteur

John Laughland, qui a un doctorat en philosophie de l'Université d'Oxford et qui a enseigné dans des universités à Paris et à Rome, est historien et spécialiste en affaires internationales.
Traduction fr.Sott.net - Source : John Laughland - RT