Le Premier ministre Edouard Philippe, qui sera rejoint plus tard dans l'après-midi par Emmanuel Macron, reçoit ce 20 janvier au château de Versailles, dans le cadre du sommet Choose France, des chefs d'entreprises français et étrangers, dans le but d'exposer les nombreux atouts de l'Hexagone et d'attirer un maximum d'investissements étrangers.
macron

On reçoit à Versailles ceux qui ont de l'argent
Venus du monde entier, environ 200 dirigeants d'entreprises convergent vers la France pour ce rendez-vous qui a lieu à l'orée du Forum économique mondial de Davos en Suisse, du 21 au 24 janvier. S'il existe depuis 2018, Choose France se déroule cette année dans un contexte social particulièrement tendu...

En effet, cette troisième édition du sommet se déroule, comme l'année précédente, en pleine mobilisation des Gilets jaunes. Mais cette fois, la mobilisation contre la réforme des retraites s'ajoute à l'agenda. Au 47e jour du mouvement de protestation, plusieurs organisations syndicales - CGT, FO, FSU et Solidaires des Yvelines - et plusieurs associations dont ATTAC ont déjà annoncé qu'elles manifesteraient le 20 janvier à Versailles, dès 11h30.

Les manifestants, qui étaient bloqués par la gendarmerie sur le parvis de la gare de Versailles Chantiers, se mettent finalement en marche en direction du château de Versailles.


Matthieu Bolle-Reddat, de la CGT cheminots à Versailles s'est exprimé au micro de RT France : « On a entendu dire qu'[Emmanuel Macron] lâchait du lest, on veut pas qu'il lâche du lest en fait, on veut qu'il lâche l'affaire... » Avant de continuer : « On veut conserver aujourd'hui le système [de retraite] actuel. Il est certainement à améliorer. On est prêt à ouvrir des négociations pour l'améliorer et le renforcer. »


Le député de La France Insoumise Eric Coquerel participe également à la mobilisation qui a lieu à Versailles. « [Emmanuel Macron] ne trouve rien de plus intelligent en pleine mobilisation sociale contre un projet de loi, qui est un projet de casse des retraites, de venir avec les 200 plus grands patrons se pavaner et être fier de sa politique menée », s'est-il indigné. Et de poursuivre : « Il est dans sa bulle, dans son monde, celui d'un régime qui s'apparente plus à une monarchie qu'à une démocratie... »


La tension monte alors que les forces de l'ordre poussent les manifestants de plus en plus fort pour les faire reculer, afin qu'ils n'atteignent pas le château de Versailles.


Outre le président et le Premier ministre Edouard Philippe, 19 membres du gouvernement vont accueillir, sous les ors du château royal,
  • des patrons de grands groupes américains (Coca-Cola, Snap Inc, Fedex, Google, Netflix...), asiatiques (Hyundai Motors, Samsung Electronics, Fosun, Toyota...), africains (Cooper Pharma, Orascom) et européens (Rolls Royce, EY, ING Bank...). En amont du sommet, une série d'annonces ont été effectuée, pour des contrats et de nouveaux investissements totalisant près de 4 milliards d'euros.
Dans le cadre du même sommet Choose France, le chef de l'Etat était attendu ce 20 janvier au matin sur le site dunkerquois du laboratoire pharmaceutique AstraZeneca, qui a annoncé un investissement de plus de 450 millions d'euros sur cinq ans en France. Pour l'occasion et dans un climat social tendu, le site avait été transformé « en bunker » selon le témoignage d'un policier à La Voix du Nord. Blocages et manifestation de syndicalistes, mais aussi d'avocats, ont pourtant eu lieu aux alentours.