Maintenant que non pas une mais sept villes chinoises - dont Wuhan, point zéro de l'épidémie de coronavirus - et abritant collectivement quelque 23 millions de personnes, sont en quarantaine...

Coronavirus lockdown

Les villes confinées avec leu population.
... les comparaisons avec l'infâme Raccoon City de Resident Evil arrivent en force. Et comme la réalité a souvent tendance à imiter, sinon l'art, du moins Hollywood, nous nous sommes demandé en plaisantant si l'Institut de recherche médicale de l'Université de Wuhan ne deviendrait pas la version chinoise d'Umbrella Corp (NdT : Jeux vidéo connu sous le titre Biohazard: Umbrella Corps au Japon et faisant intervenir des Zombies).

Il s'avère qu'en fait ce n'était pas une blague, car on nous a signalé qu'en février 2017, la revue Nature a dressé un profil détaillé de ce qu'elle a appelé le "laboratoire chinois prêt à étudier les agents pathogènes les plus dangereux du monde". L'emplacement de ce laboratoire classé BSL-4 ? Eh bien c'est Wuhan.

Une lecture rapide de ce que ce laboratoire est censé faire, amène la question immédiate de savoir si l'épidémie de coronavirus n'est pas un virus militarisé qui s'est échappé par hasard du laboratoire :
Le laboratoire de Wuhan a coûté 300 millions de yuans (44 millions de dollars US) et, pour dissiper les inquiétudes en matière de sécurité, il a été construit bien au-dessus de la plaine inondable et avec la capacité de résister à un tremblement de terre de magnitude 7, bien que la région n'ait pas d'antécédents de forts séismes. Il se concentrera sur le contrôle des maladies émergentes, stockera des virus purifiés et fera office de "laboratoire de référence" de l'Organisation mondiale de la santé, relié à des laboratoires similaires dans le monde entier. "Ce sera un nœud clé du réseau mondial de laboratoires de biosécurité", déclare le directeur du laboratoire, Yuan Zhiming.

L'Académie des sciences chinoise a approuvé la construction d'un laboratoire de niveau de sécurité biologique 4 en 2003, et l'épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) à peu près à la même époque a donné un élan au projet. Le laboratoire a été conçu et construit avec l'aide de la France dans le cadre d'un accord de coopération de 2004 sur la prévention et le contrôle des maladies infectieuses émergentes. Mais la complexité du projet, le manque d'expérience de la Chine, la difficulté à maintenir le financement et les longues procédures d'approbation du gouvernement ont fait que la construction n'a pas été achevée avant la fin de 2014.

Le premier projet du laboratoire consistera à étudier l'agent pathogène BSL-3 qui cause la fièvre hémorragique de Crimée-Congo : un virus mortel transmis par les tiques qui affecte le bétail dans le monde entier, y compris dans le nord-ouest de la Chine, et qui peut se propager à l'homme.

Il est prévu d'étudier l'agent pathogène responsable du SRAS, qui ne nécessite pas non plus de laboratoire BSL-4, avant de passer à Ebola et au virus Lassa d'Afrique de l'Ouest.
Que signifie BSL-4 ?
La sécurité biologique de niveau 4 est le niveau de confinement le plus élevé : ses critères incluent la filtration de l'air et le traitement de l'eau et des déchets avant qu'ils ne quittent le laboratoire, et stipulent que les chercheurs doivent changer de vêtements et prendre une douche avant et après avoir utilisé les installations du laboratoire. De tels laboratoires sont souvent controversés. Le premier laboratoire BSL-4 au Japon a été construit en 1981, mais a fonctionné avec des agents pathogènes à faible risque jusqu'en 2015, date à laquelle les problèmes de sécurité ont finalement été résolus.
Et voici pourquoi tout cela est un problème :
Le laboratoire chinois suscite des inquiétudes. Le virus du SRAS s'est échappé à plusieurs reprises des installations de confinement de haut niveau de Pékin, note Richard Ebright, biologiste moléculaire à l'université Rutgers de Piscataway, dans le New Jersey.
Nous reproduisons ci-dessous l'article complet de Nature car il laisse fortement entendre, sans preuve pour l'instant, que l'épidémie de coronavirus pourrait bien avoir été un virus militarisé qui s'est "accidentellement" échappé des installations de Wuhan.
Dans le laboratoire chinois qui s'apprête à étudier les agents pathogènes les plus dangereux du monde

Un laboratoire de Wuhan est sur le point d'être autorisé à travailler avec les agents pathogènes les plus dangereux du monde. Ce projet s'inscrit dans un plan visant à construire entre cinq et sept laboratoires de niveau de biosécurité 4 (BSL-4) à travers la Chine continentale d'ici 2025, et a suscité beaucoup d'enthousiasme, ainsi que quelques inquiétudes.
combinaisons de protection

Des combinaisons de protection sont accrochées au Laboratoire national de biosécurité de Wuhan, le premier laboratoire de la Chine continentale équipé pour le plus haut niveau de bioconfinement.
Certains scientifiques hors de Chine s'inquiètent de la fuite d'agents pathogènes et de l'ajout d'une dimension biologique aux tensions géopolitiques entre la Chine et d'autres nations. Mais les microbiologistes chinois célèbrent leur entrée dans l'élite des cadres habilités à lutter contre les plus grandes menaces biologiques du monde.

"Cela offrira davantage de possibilités aux chercheurs chinois, et notre contribution sur les agents pathogènes de niveau BSL-4 profitera au monde entier", déclare George Gao, directeur du laboratoire clé de microbiologie et d'immunologie pathogènes de l'Académie chinoise des sciences à Pékin. Il existe déjà deux laboratoires de niveau BSL-4 à Taïwan, mais le laboratoire national de biosécurité de Wuhan serait le premier sur le continent chinois.

Le laboratoire a été certifié conforme aux normes et aux critères de la norme BSL-4 par le Service national d'accréditation chinois pour l'évaluation de la conformité (CNAS) en janvier. Le CNAS a examiné les infrastructures, les équipements et la gestion du laboratoire, explique un représentant du CNAS, ouvrant ainsi la voie à l'approbation du ministère de la santé. Un représentant du ministère affirme que le processus sera lent et prudent ; si l'évaluation se déroule sans problème, il pourrait approuver le laboratoire d'ici la fin du mois de juin.

La sécurité biologique de niveau BSL-4 est le plus haut niveau de confinement biologique : ses critères incluent la filtration de l'air et le traitement de l'eau et des déchets avant qu'ils ne quittent le laboratoire, et stipulent que les chercheurs doivent changer de vêtements et prendre une douche avant et après avoir utilisé les installations du laboratoire. Ces laboratoires sont souvent controversés. Le premier laboratoire BSL-4 au Japon a été construit en 1981, mais a fonctionné avec des agents pathogènes à faible risque jusqu'en 2015, date à laquelle les problèmes de sécurité ont finalement été résolus.

L'expansion des réseaux de laboratoires de niveau de sécurité biologique BSL-4 aux États-Unis et en Europe au cours des 15 dernières années - plus d'une douzaine sont actuellement en activité ou en construction dans chaque région - a également rencontré des résistances, notamment en ce qui concerne la nécessité d'un si grand nombre d'installations.

Le laboratoire de Wuhan a coûté 300 millions de yuans (44 millions de dollars US) et, pour dissiper les inquiétudes en matière de sécurité, il a été construit bien au-dessus de la plaine inondable et avec la capacité de résister à un tremblement de terre de magnitude 7, bien que la région n'ait pas d'antécédents de forts séismes. Il se concentrera sur le contrôle des maladies émergentes, stockera des virus purifiés et fera office de "laboratoire de référence" de l'Organisation mondiale de la santé, relié à des laboratoires similaires dans le monde entier. "Ce sera un nœud clé du réseau mondial de laboratoires de biosécurité", déclare le directeur du laboratoire, Yuan Zhiming.

L'Académie des sciences chinoise a approuvé la construction d'un laboratoire de niveau de sécurité biologique BSL-4 en 2003, et l'épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) à peu près à la même époque a donné un élan au projet. Le laboratoire a été conçu et construit avec l'aide de la France dans le cadre d'un accord de coopération de 2004 sur la prévention et le contrôle des maladies infectieuses émergentes. Mais la complexité du projet, le manque d'expérience de la Chine, la difficulté à maintenir le financement et les longues procédures d'approbation du gouvernement ont fait que la construction n'a pas été achevée avant la fin de 2014.

Le premier projet du laboratoire consistera à étudier l'agent pathogène BSL-3 qui cause la fièvre hémorragique de Crimée-Congo : un virus mortel transmis par les tiques qui affecte le bétail dans le monde entier, y compris dans le nord-ouest de la Chine, et qui peut se propager à l'homme.

Les plans futurs comprennent l'étude de l'agent pathogène responsable du SRAS, qui ne nécessite pas non plus de laboratoire BSL-4, avant de passer à Ebola et au virus Lassa d'Afrique de l'Ouest, qui en ont un. Environ un million de Chinois travaillent en Afrique ; le pays doit être prêt à toute éventualité, dit Yuan. "Les virus ne connaissent pas de frontières".

Gao s'est rendu en Sierra Leone lors de la récente épidémie d'Ebola, ce qui a permis à son équipe de rapporter la rapidité avec laquelle le virus a muté en de nouvelles souches. Le laboratoire de Wuhan donnera à son groupe la possibilité d'étudier comment ces virus provoquent des maladies et de développer des traitements basés sur des anticorps et de petites molécules, dit-il.

Les possibilités de collaboration internationale, quant à elles, faciliteront l'analyse génétique et l'épidémiologie des maladies émergentes. "Le monde est confronté à un nombre croissant de nouveaux virus émergents, et nous avons besoin d'une plus grande contribution de la Chine", déclare M. Gao. En particulier, l'émergence de virus zoonotiques - ceux qui sautent des animaux vers l'homme, comme le SRAS ou Ebola - est préoccupante, déclare Bruno Lina, directeur du laboratoire de virologie VirPath à Lyon, en France.

De nombreux membres du personnel du laboratoire de Wuhan ont été formés dans un laboratoire de niveau de sécurité biologique 4 à Lyon, ce que certains scientifiques trouvent rassurant. Et l'installation a déjà effectué un essai avec un virus à faible risque.

Mais les inquiétudes concernent aussi le laboratoire chinois. Le virus du SRAS s'est échappé à plusieurs reprises des installations de confinement de haut niveau de Pékin, note Richard Ebright, biologiste moléculaire à l'université Rutgers de Piscataway, dans le New Jersey. Tim Trevan, fondateur de CHROME Biosafety and Biosecurity Consulting à Damas, dans le Maryland, affirme qu'une culture ouverte est importante pour assurer la sécurité des laboratoires BSL-4, et il se demande si cela sera facile en Chine, où la société met l'accent sur la hiérarchie. "La diversité des points de vue, les structures plates où chacun se sent libre de s'exprimer et l'ouverture de l'information sont importantes", dit-il.

Yuan dit qu'il s'est efforcé de résoudre ce problème avec le personnel. "Nous leur disons que le plus important est qu'ils signalent ce qu'ils ont fait ou n'ont pas fait", dit-il. Et les collaborations internationales du laboratoire vont accroître l'ouverture. "La transparence est la base du laboratoire", ajoute-t-il.

Le projet d'expansion en réseau accentue ces préoccupations. Un laboratoire BSL-4 à Harbin est déjà en attente d'accréditation ; les deux prochains devraient se trouver à Pékin et à Kunming, ce dernier se concentrant sur l'utilisation de modèles de singes pour étudier les maladies.

Lina affirme que la taille de la Chine justifie cette échelle et que la possibilité de combiner la recherche sur le BSL-4 avec une abondance de singes de recherche - les chercheurs chinois font face à moins de bureaucratie que ceux de l'Occident lorsqu'il s'agit de recherche sur les primates - pourrait être puissante. "Si vous voulez tester des vaccins ou des antiviraux, vous avez besoin d'un modèle de primate non humain", déclare Lina.

Mais M. Ebright n'est pas convaincu de la nécessité de disposer de plus d'un laboratoire de BSL-4 en Chine continentale. Il soupçonne que l'expansion dans ce pays est une réaction aux réseaux des États-Unis et d'Europe, qui, selon lui, sont également injustifiés. Il ajoute que les gouvernements supposeront que cette capacité excédentaire est destinée au développement potentiel d'armes biologiques.

"Ces installations sont intrinsèquement à double usage", dit-il. La perspective d'accroître les possibilités d'injecter des agents pathogènes aux singes l'inquiète également, plutôt que de l'exciter, dit-il : "Ils peuvent courir, ils peuvent gratter, ils peuvent mordre."

salle de contrôle, Chine

La salle de contrôle centrale du Laboratoire national de biosécurité de Chine.
Et comme si cela ne suffisait pas, voici le communiqué de presse de janvier 2018 de l'Institut de virologie de Wuhan, annonçant le lancement du "laboratoire de biosécurité de haut niveau".
La Chine a mis en service son premier laboratoire de biosécurité de niveau quatre, capable de mener des expériences avec des micro-organismes hautement pathogènes pouvant causer des maladies mortelles, selon l'autorité sanitaire nationale. Le niveau quatre est le niveau de biosécurité le plus élevé, utilisé pour les travaux de diagnostic et la recherche sur les agents pathogènes facilement transmissibles qui peuvent causer des maladies mortelles, y compris le virus Ebola.

Le laboratoire national de biosécurité de niveau quatre de Wuhan a récemment passé une évaluation organisée par la Commission nationale de la santé et du planning familial, selon un communiqué de presse publié vendredi par l'Institut de virologie de Wuhan de l'Académie chinoise des sciences.

virologues , Chine, virus

Des virologues lisent des données sur un conteneur d'échantillons viraux dans le premier laboratoire de biosécurité de niveau quatre de l'Institut de virologie de Wuhan, en Chine.
Après avoir évalué des éléments tels que la gestion du personnel, des installations, des animaux, des déchets et des virus, les experts ont estimé que le laboratoire était qualifié pour mener des expériences sur des micro-organismes hautement pathogènes pouvant causer des maladies mortelles, comme Marburg, Variola, Nipah et Ebola.

"Le laboratoire fournit un système de biosécurité complet et de premier plan au niveau mondial. Cela signifie que les scientifiques chinois peuvent étudier les micro-organismes pathogènes les plus dangereux dans leur propre laboratoire", a déclaré l'institut Wuhan.

Il servira de centre de recherche et de développement du pays pour la prévention et le contrôle des maladies infectieuses, de centre de collecte des agents pathogènes et de laboratoire de référence des Nations unies pour les maladies infectieuses, a indiqué l'institut.

Les médias avaient déjà annoncé que le laboratoire P4 de Wuhan serait ouvert aux scientifiques du pays et de l'étranger. Les scientifiques peuvent y mener des recherches sur les médicaments et les vaccins anti-virus.

Le laboratoire s'inscrit dans le cadre de la coopération sino-française en matière de prévention et de contrôle des maladies infectieuses émergentes, selon le communiqué de presse.

Le gouvernement central a approuvé le laboratoire P4 en 2003, lorsque l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère a alarmé tout le pays. En octobre 2004, la Chine a signé un accord de coopération avec la France sur la prévention et le contrôle des maladies infectieuses émergentes. Cet accord a été suivi par une succession d'accords complémentaires.

Avec l'aide de la France pour la conception des laboratoires, l'établissement de normes de biosécurité et la formation du personnel, la construction a commencé en 2011 et a duré trois ans. En 2015, le laboratoire a été mis en service à titre expérimental.
Enfin, voici à quoi ressemble la véritable Umbrella Corp depuis l'espace :

Wuhan institute of virology
Au moins, il a reçu de bonnes critiques :
Wuhan institute of virology
Traduction Sott.net - Source : Tyler Durden, ZeroHedge