Commentaire : Ce n'est pas la première fois que l'on a une annonce qui assure avoir fait « une découverte majeure » quant à l'avancée dans le traitement du SIDA . Donc à prendre avec des pincettes. Wait and see.


Des chercheurs de Diaccurate, une société française de biotechnologies, ont trouvé la raison pour laquelle un patient atteint par le VIH voyait son système immunitaire s'effondrer.

blood, analyse
© Pixabay
Des chercheurs ont trouvé la raison pour laquelle un patient atteint par le VIH voyait son système immunitaire s’effondre.
Près de 38 millions de personnes dans le monde sont contaminées par le VIH, selon les dernières estimations de l'ONUSIDA. Un chiffre étourdissant. Alors, toutes les découvertes scientifiques sont une véritable avancée dans la lutte contre le Sida.

Mardi 3 mars 2020, des chercheurs de la start-up Diaccurate, hébergée au sein de l'institut Pasteur, ont fait une découverte majeure, à l'échelle mondiale : la cause de la paralysie du système immunitaire lorsqu'un individu est infecté par le VIH.

Car ce n'est pas le VIH qui tue. En effet, il s'attaque directement aux lymphocytes T CD4+, des globules blancs qui ont un rôle clé dans le système immunitaire. En nombre réduit, ils exposent l'organisme aux infections et aux cancers, pouvant entraîner le décès de la personne.

Un « couple infernal »

Avant cette découverte, on ignorait comment le virus pouvait attaquer les globules blancs. « Lorsque la personne était porteuse du virus, on ne savait pas pourquoi les lymphocytes T CD4+ devenaient dysfonctionnels alors que moins de 0,5% d'entre elles étaient infectées par la maladie », détaille Philippe Pouletty, président de Diaccurate.

Aujourd'hui, cette découverte change la donne. Le président explique :
En réalité, un fragment du VIH se colle à cette enzyme. Et ce « couple infernal » vient attaquer les globules blancs.
Raison pour laquelle, les scientifiques veulent « s'attaquer directement » à cette enzyme.

Un anticorps en cours de développement

À l'heure actuelle, le traitement le plus connu contre le VIH reste la trithérapie (combinaison de trois médicaments antiviraux). Les résultats de Diaccurate donnent donc un espoir dans le combat contre la maladie. Et pour cause : un anticorps monoclonal est en cours de développement. Il pourrait détruire cette enzyme, dont l'absence ne devrait pas créer d'effets secondaires.

« Les premiers essais cliniques sur l'homme pourront avoir lieu dans 18 mois. Mais attention, l'éventuel développement d'un médicament peut prendre entre 7 et 9 ans « , prévient le spécialiste.

Une avancée possible aussi contre le cancer

Autre bonne nouvelle : si ce traitement s'avère efficace, il pourrait être appliqué à certains cancers. « Le fait de rétablir la fonction totale du système immunitaire permet d'augmenter l'efficacité des traitements actuels, voire arrêter certains traitements lourds comme la chimiothérapie ».

Chaque année, on recense 1,7 million de nouvelles infections au VIH. En France, plus de 170 000 personnes vivent avec ce virus, dont 6000 personnes découvrent leur séropositivité tous les ans.