Plus de 120 000 inscrits en moins de quatre jours. Sur Facebook, le groupe « Didier Raoult vs Coronavirus » a fait le plein d'internautes depuis sa création vendredi. Tous soutiennent l'infectiologue qui prône l'usage de la chloroquine pour soigner les malades du Covid-19 ou, a minima, ils ne comprennent pas que la molécule ne soit pas donnée à davantage de patients.
Didier Raoult

Didier Raoult
Depuis trois jours, de très nombreuses publications sont partagées sur ce groupe, public et ouvert à tous. On y trouve, pêle-mêle, des articles de presse concernant la recommandation des autorités sanitaires de ne pas utiliser la chloroquine sauf pour les cas graves de Covid-19, des visuels avec des messages ou des extraits vidéos, ou encore des textes personnels. Chacun de ces posts recueille généralement des dizaines voire des centaines de commentaires en quelques heures.

« Éviter des centaines voire des milliers de morts »

Un même sentiment ressort de tous ces messages : l'incompréhension, alors que le nombre de nouveaux cas et de décès quotidiens en France augmente de jour en jour (au total, 19 856 personnes testées positives et 860 décès recensés lundi soir).

« Avec le nombre de morts qu'il y a, je ne comprends pas qu'on n'essaie pas de sauver des vies coûte que coûte. C'est ça qui me gêne : si ça s'emballe comme en Italie, on aurait pu éviter des centaines voire des milliers de morts avec la chloroquine », argumente auprès du Parisien Florent Lacasse, coach sportif de 39 ans installé à Aix-en-Provence.

« Ce qui m'énerve, c'est qu'on perd notre temps. Si ce produit peut vraiment sauver des vies, je ne comprends pas pourquoi on ne l'utilise pas davantage », renchérit Christine. Dans sa région du Grand Est, cette avocate de 52 ans a notamment été marquée par les 20 décès en Ehpad dans les Vosges, annoncés lundi.

Raoult
Selon ces membres du groupe, inutile d'attendre la fin de l'essai clinique européen sur la chloroquine lancé ce lundi et dont les premiers résultats sont attendus dans deux semaines. Pourtant, aucune étude scientifique complète n'a encore prouvé l'efficacité de la molécule contre le Covid-19. « Mais nous n'avons rien trouvé de mieux pour traiter ce virus et les essais du professeur Raoult sont concluants dans beaucoup de cas », objecte Corinne, 59 ans. Vivant au Maroc, elle fait référence à la vingtaine de malades sur lesquels l'infectiologue de Marseille a testé la chloroquine, avec des résultats, selon lui, « spectaculaires ».

Didier Raoult inconnu jusque là

De nombreux soutiens de Didier Raoult racontent aussi avoir pris de la chloroquine lors d'un voyage sans subir de désagréments. « Avec mon mari, on avait pris de la nivaquine [un antipaludique qui contient de la chloroquine, NDLR] en partant en Égypte et pendant trois mois. Ni lui ni moi n'avons eu d'effets secondaires », explique par exemple Christine au Parisien.

chloroquine
En revanche, la plupart d'entre eux ne connaissait pas Didier Raoult avant qu'éclate la crise. Ils l'ont découvert en s'intéressant aux moyens de soigner le coronavirus. Pour Christine, c'était lors de vacances en Croatie, pays dont elle est originaire, au début de l'année 2020. « Un média croate a parlé de lui en titrant 'les Français ont trouvé', car un antibiotique associé au traitement par chloroquine est fabriqué en Croatie », témoigne-t-elle.

« Son nom me disait vaguement quelque chose. Et puis, quand j'ai vu sa photo, je me suis dit : c'est dingue, c'est lui qui va nous sauver », rigole Fabien. Ce Francilien fait référence à l'allure de Didier Raoult, avec ses cheveux blancs et longs.

Florent Lacasse était mieux averti, lui qui vit à quelques dizaines de kilomètres de Marseille où exerce le médecin. « J'avais déjà entendu parler de ses travaux de recherche car je m'intéresse pas mal au domaine médical, donc je ne suis pas surpris d'entendre parler de lui aujourd'hui », indique le jeune père de famille. « Au moins, lui, il a pris le taureau par les cornes », s'enflamme-t-il. Désormais, le Pr Raoult est décrit sur Facebook comme un « visionnaire » ou comme celui qui « va sauver la France ».

La communauté médicale divisée

Les reproches des internautes visent en priorité le gouvernement, accusé de ne pas « protéger les Français » voire de « cacher des choses ». « Les hautes autorités sont toujours rétives dès que la solution ne vient pas du sérail », clame Corinne. Selon elle, Didier Raoult, soutenu par une pétition ayant recueilli plus de 200 000 signatures en moins d'une semaine, paie son statut de « franc-tireur ». Certains messages, à la tonalité parfois complotiste, dénoncent aussi « l'influence des labos » sur Emmanuel Macron, qui expliquerait son refus de généraliser la prise de chloroquine en attente d'un éventuel vaccin.