Je pratique la médecine familiale en Europe et, comme tout le monde le sait maintenant, nous sommes au milieu de la folie du Coronavirus qui, nous dit-on, est maintenant officiellement une pandémie mondiale. Il est vrai que nous vivons une époque critique, décisive et de plus en plus conflictuelle, mais le véritable enjeu est autre que ce que les médias et les politiciens voudraient nous faire croire.
COvid-19

Est-ce que cela vaut un confinement ?
Passons en revue les problèmes de notre société afin d'y apporter une perspective nécessaire.

Des statistiques très sombres, en effet

Quel que soit le nombre de personnes sur la planète qui en sont activement conscientes, la vérité est que des dizaines de millions de personnes tombent comme des mouches de la maladie, de la dépression et de l'autodestruction chaque jour. Et c'est une tendance qui dure depuis, eh bien, très longtemps.

Selon l'évaluation de l'OMS des décès en fonction de la cause pour les années 2000-2016, près de 800 000 personnes meurent par suicide chaque année, soit une personne toutes les 40 secondes. Et ceux qui ont été attentifs savent que, ces dernières années, l'état général de la santé mentale du public ne s'est pas amélioré.

L'analyse de données portant sur 55 millions d'assurés américains millénaux (génération Y âgés de 21 à 36 ans) en 2017 a révélé que depuis 2013, les millénaux ont vu une augmentation de 47 % des diagnostics de dépression majeure (Hoffower, 2019).

Au Royaume-Uni, les prescriptions d'antidépresseurs ont plus que doublé au cours de la dernière décennie. En 2016, 64,7 millions d'antidépresseurs ont été délivrés, soit 33,7 millions (108,5 %) de plus qu'en 2006, où ils étaient 31 millions (NHS Digital, 2019).

Les États-Unis ont connu une augmentation de 64 % du pourcentage de personnes utilisant des antidépresseurs entre 1999 et 2014 (Winerman, 2017). Cependant, le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) a signalé que l'utilisation des antidépresseurs aux États-Unis a augmenté de près de 400 % au cours des deux dernières décennies, ce qui fait des antidépresseurs la classe de médicaments la plus fréquemment utilisée par les Américains âgés de 18 à 44 ans (Segura, 2013). La population américaine représente 5 % de la population mondiale, mais elle se voit prescrire les deux tiers de tous les médicaments psychiatriques utilisés dans le monde.

Au Japon, le suicide est la première cause de décès chez les enfants âgés de 10 à 14 ans pour la première fois depuis la fin de la guerre (Kyodo, 2019). Le taux de suicide chez les enfants américains a augmenté de 77 % au cours des dix dernières années, ce chiffre étant encore plus élevé pendant l'année scolaire (Vibes, 2018).

Selon le ministère américain des anciens combattants, une vingtaine de vétérans américains en moyenne se sont suicidés chaque jour en 2014. Depuis 2001, les suicides de vétérans ont augmenté de 32 %, tandis que les suicides de civils parmi les adultes ont augmenté de 23 % (RT, 2016).

Un autre rapport publié en juin 2019 a révélé que les taux de suicide sont officiellement à leur plus haut niveau depuis la Seconde Guerre mondiale, avec 1,4 million de tentatives de suicide en 2017 (Durden, 2019). Plus de 70 000 personnes se sont suicidées en 2017, et 17,3 millions (7 %) d'Américains souffrent de problèmes de santé mentale. L'espérance de vie aux États-Unis a également diminué pendant trois années consécutives, en partie à cause de la hausse des surdoses de médicaments et des suicides. C'est la première fois en un peu plus d'un siècle que l'espérance de vie a diminué pendant trois années consécutives.

Selon un rapport qui a analysé les causes des décès évitables en Amérique en 2017, pour la première fois dans l'histoire, les Américains sont plus susceptibles de mourir d'une overdose accidentelle d'opiacés que d'un accident de voiture. Si c'est une consolation, les chances de mourir d'une overdose d'opioïdes sont toujours de 1 sur 96 contre 1 sur 6 pour une maladie cardiaque ou 1 sur 7 pour un cancer (Mazzei, 2019). En fait, un homme sur deux et une femme sur trois auront un cancer au cours de leur vie.

Le rapport mondial sur les drogues de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a révélé qu'en 2017, quelque 53,4 millions de personnes avaient consommé des opioïdes au cours de l'année écoulée, soit une augmentation de 56 % par rapport aux estimations de 2016. Dans le monde, on estime que quelque 35 millions de personnes souffrent de troubles liés à la consommation de drogue, et que les opioïdes sont responsables des deux tiers des 585 000 personnes qui sont mortes des suites de la consommation de drogue en 2017. La crise des surdoses d'opioïdes synthétiques en Amérique du Nord a également atteint de nouveaux sommets en 2017, avec plus de 47 000 décès par surdose d'opioïdes enregistrés aux États-Unis, soit une augmentation de 13 % par rapport à l'année précédente, et 4 000 décès liés aux opioïdes au Canada, soit une augmentation de 33 % par rapport à 2016 (ONUDC, 2019).

En fait, les décès dus au désespoir - faisant référence aux suicides, aux surdoses d'alcool et de drogues - ont atteint des niveaux records aux États-Unis selon un rapport de 2017 qui a examiné les données des 50 États et de Washington, D.C. (Edwards, 2019) . Les taux en Virginie occidentale, Ohio, Pennsylvanie sont au moins le double de la moyenne nationale des taux d'overdose mortelle. La Virginie-Occidentale a les taux de décès par overdose les plus élevés, principalement en raison de l'épidémie d'opiacés. Qui plus est, ces taux ont augmenté de 450 % entre 2005 et 2017, selon le rapport (Edwards, 2019). Mais ces taux de mortalité ne sont pas uniquement dus aux analgésiques sur ordonnance et à l'héroïne. Les auteurs de l'étude soulignent également que le fentanyl et d'autres opioïdes synthétiques puissants se glissent dans les drogues illicites comme la cocaïne. Le fentanyl est similaire à la morphine, mais 50 à 100 fois plus puissant.

De plus, et selon des estimations approximatives, 129 millions d'enfants dans le monde souffrent de TDAH (Trouble du Déficit de l'Attention avec ou sans Hyperactivité) (CHADD, 2019). Le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) rapporte que 11 % de tous les enfants américains âgés de 4 à 17 ans ont été diagnostiqués avec un trouble déficitaire de l'attention - soit environ 6,1 millions d'enfants américains en 2016, une augmentation de 43 % depuis 2003 (ADHD Editorial Board, 2019). Les garçons ont près de trois fois plus de chances d'être diagnostiqués avec un TDAH (13,2 %) que les filles (5,6 %). Chez les adultes, le taux est beaucoup plus faible (environ 4,4 %), mais les experts avertissent que cela ne reflète que les diagnostics déclarés - la prévalence du TDAH pourrait être nettement plus élevée puisque de nombreux adultes, en particulier les femmes présentant des symptômes d'inattention, ne sont pas diagnostiqués.

Le nombre total de personnes atteintes de démence dans le monde en 2015 est estimé à 47,5 millions. Le nombre total de nouveaux cas de démence chaque année dans le monde est de près de 7,7 millions, ce qui implique un nouveau cas toutes les 4 secondes. Le nombre de personnes atteintes de démence devrait passer à 75,6 millions en 2030 et à 135,5 millions en 2050. Ces chiffres représentent presque le double du taux de croissance démographique prévu pour cette période.

Entre 2013 et 2017, les diagnostics de démence précoce et d'Alzheimer ont augmenté de 83 % chez les Américains de 30 à 44 ans assurés par une assurance commerciale. Ce groupe d'âge comprend les plus vieux millénaires. Dans l'ensemble, les diagnostics précoces ont augmenté de 200 % chez les Américains de 30 à 64 ans assurés par une assurance commerciale. Cette hausse a été de 50 % chez les 45-54 ans et de 40 % chez les 55-64 ans. Le patient moyen a été diagnostiqué à l'âge de 49 ans.

Pour compléter notre tour d'horizon des statistiques mondiales déprimantes, les données montrent que cette "épidémie du désespoir" - qui se définit comme la somme des décès dus à la drogue et à l'alcool et des suicides - est en passe de tuer plus de 1,6 million de personnes d'ici 2025 si elle continue à se développer à son rythme actuel (Buyniski, 2019).

Et je m'excuse pour toutes les sombres statistiques que j'ai omises. Il est impossible de couvrir toute la tragédie humaine de notre époque.

En perspective

Comme vous pouvez l'imaginer, les médecins de famille sont confrontés quotidiennement à tant de VRAIES tragédies que nous ne pouvons pas vraiment nous laisser abattre par la grippe, qui a été plutôt mauvaise ces dernières années, faisant sombrer les hôpitaux avec des patients entassés dans le couloir, et sans masque de protection pour nous, pauvres médecins ! De nombreuses personnes vulnérables meurent pendant la saison de la grippe, mais celle-ci n'est jamais médiatisée, sauf lorsqu'il s'agit du vaccin contre la grippe. La plupart du temps, nous passons à autre chose et les gens finissent par oublier tout cela. C'est comme ça à chaque saison. Mais malgré le fait que ce coronavirus montre tous les signes d'être pas plus contagieux - et peut-être même moins mortel que la grippe saisonnière - nous sommes encouragés, voire REQUIS, de paniquer à ce sujet.

Dans la clinique où je pratique, le "tapis rouge" en termes de soutien aux laboratoires et aux hôpitaux est déroulé pour les patients atteints de ce "nouveau virus". Mais qu'en est-il de mes autres patients qui ont une maladie neurologique et qui doivent attendre 9 mois pour voir un neurologue parce que la spécialité est totalement fermée ? Peut-être que les problèmes neurologiques devraient être reclassés comme "nouveau virus", et peut-être que les patients obtiendront alors l'évaluation prioritaire dont ils ont besoin et qu'ils méritent.

Au cours de l'hiver dernier, alors que j'étais de service dans ma clinique, j'ai vu plus de 40 personnes chaque matin avec un rhume ou une grippe. C'est un scénario assez classique pour la majeure partie de cette saison. Mes après-midi ont surtout été consacrés aux tragédies habituelles auxquelles personne ne semble prêter beaucoup d'attention.

Nous voyons littéralement des gens mourir chaque jour, d'une manière ou d'une autre, et ce n'est pas le coronavirus qui les fait mourir. Néanmoins, le taux de mortalité dû au coronavirus est loin d'être aussi élevé que celui du virus saisonnier typique. Au cas où vous ne le sauriez pas, la plupart des gens ne vont pas aussi bien que ce qu'ils vous disent quand vous les saluez. Les cas d'insuffisance cardiaque, de BPCO, de cancer et d'autres "maladies modernes" ont déjà atteint des niveaux de véritable pandémie, mais là encore, personne ne devient hystérique à ce sujet. Peu importe le coronavirus, en fait, les chances de survie sont très bonnes si vous l'attrapez. Et ne soyez pas surpris si vous l'avez probablement déjà eu. Ce n'était pas un problème jusqu'à ce que l'on vous dise que ce l'était.

Par-dessus tout, ne succombez pas à cette hystérie pathologique

Ne laissez pas le stress vous accabler. Le stress entraîne une inflammation qui conduit à la maladie.

Selon Sheldon Cohen de l'université Carnegie Mellon, "l'inflammation est en partie régulée par l'hormone cortisol et lorsque le cortisol ne peut pas remplir cette fonction, l'inflammation peut devenir incontrôlable". (Cohen et al., 2012)

Le stress prolongé altère la capacité du cortisol à réguler la réponse inflammatoire car il diminue la sensibilité des tissus à l'hormone. Plus précisément, les cellules immunitaires deviennent insensibles à l'effet régulateur du cortisol. On pense que l'inflammation incontrôlée favorise le développement et la progression de nombreuses maladies. Le même mécanisme est à l'œuvre dans le diabète de type 2 lorsque les cellules deviennent insensibles à l'insuline, une hormone qui connaît des pics continus dans ses efforts visant à réguler le taux de glycémie provenant d'un régime riche en glucides.

Cohen a montré comment les personnes souffrant de stress psychologique sont plus susceptibles de développer des symptômes du rhume en raison de la réponse inflammatoire déclenchée par l'effort de l'organisme pour combattre l'infection. Plus la réponse inflammatoire de l'organisme au virus est importante, plus le risque d'avoir des symptômes du rhume est élevé.

Dans l'étude de Cohen, l'expérience d'un événement stressant prolongé était associée à l'incapacité des cellules immunitaires à répondre aux signaux hormonaux qui régulent normalement l'inflammation. À leur tour, les personnes incapables de réguler la réponse inflammatoire étaient plus susceptibles de développer un rhume lorsqu'elles étaient exposées au virus et produisaient davantage de messagers chimiques inflammatoires tels que les cytokines lorsqu'elles étaient infectées.

Comme l'explique M. Cohen, "en cas de stress, les cellules du système immunitaire sont incapables de répondre au contrôle hormonal et, par conséquent, produisent des niveaux d'inflammation qui favorisent la maladie. Comme l'inflammation joue un rôle dans de nombreuses maladies telles que les maladies cardiovasculaires, l'asthme et les troubles auto-immunes, ce modèle suggère pourquoi le stress a un impact sur elles aussi".

Prenons par exemple le Syndrome d'Epuisement des Soignants, un état encore largement méconnu qui se manifeste par l'épuisement, la colère, la rage ou la culpabilité résultant d'un devoir écrasant et non pleinement satisfait de prendre soin d'un patient handicapé ou d'un malade chronique comme une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer.

Le stress chronique lié à la prestation de soins affecte le système immunitaire de plusieurs façons. Il diminue les lymphocytes T, un type de globules blancs d'une importance capitale pour le système immunitaire et qui est au cœur de l'immunité adaptative, le système qui adapte la réponse immunitaire de l'organisme à des agents pathogènes spécifiques afin de les détruire ainsi que toutes les molécules toxiques qu'ils produisent.

Dans le syndrome d'épuisement des soignants, on observe également une augmentation des niveaux d'hormones du stress, comme le cortisol, pendant une période prolongée. Une étude de Miller et ses collègues a montré que même lorsque les niveaux de cortisol étaient normaux chez les soignants de patients cancéreux, le schéma d'expression des gènes dans les monocytes, un autre type de globules blancs impliqués dans la réponse immunitaire de l'organisme, était modifié de sorte qu'ils étaient relativement moins sensibles aux actions anti-inflammatoires du cortisol et relativement plus sensibles aux actions pro-inflammatoires d'un facteur de transcription appelé facteur nucléaire-kappa B, ou NF-kB (Miller et al., 2008). Ainsi, tout comme l'a montré la recherche Cohen, les globules blancs des soignants étaient incapables de recevoir le signal du cortisol qui leur dit d'arrêter l'inflammation.

L'augmentation de la production de cortisol affecte la mémoire car elle nuit à la communication entre les cellules du cerveau impliquées dans la formation et le traitement des souvenirs, affectant ainsi les capacités de rappel.

Les jonctions entre les cellules cérébrales, appelées synapses, sont cruciales pour les processus de collecte et de stockage de la mémoire. Les chercheurs ont découvert que la libération de l'hormone de libération de la corticolibérine (CRH) induite par le stress dans l'hippocampe - la principale région d'apprentissage et de mémoire du cerveau - entraînait la désintégration rapide des protubérances en forme de branches des cellules cérébrales dans lesquelles se trouvaient les synapses. La CRH joue un rôle crucial dans la réponse au stress (Université de Californie, Irvine, 2008).

Le stress chronique ralentit la réparation des plaies et entraîne la dépression, l'anxiété, la colère, l'hypertension, les maladies cardiovasculaires, le diabète, la perte de mémoire et un système immunitaire affaibli, réduisant ainsi l'espérance de vie du soignant. Les soignants souffrent d'un état dépressif complet lorsqu'ils voient leurs proches se détériorer, ce qui entraîne une désintégration des problèmes émotionnels et de santé.

Les signes d'épuisement peuvent se manifester par des symptômes tels que la fatigue, les troubles du sommeil, les douleurs, les envies de sucre ou de sel, les étourdissements, l'exacerbation des symptômes du SPM ou de la ménopause, les sautes d'humeur, le brouillard mental, les déséquilibres hormonaux, la tension musculaire, les troubles auto-immuns, l'indigestion, etc.

Respirer pour réguler le stress

Pour soulager instantanément le stress, je recommande vivement le programme Éiriú Eolas qui utilise la "respiration tubulaire" comme clé pour réduire et contrôler instantanément le stress. La respiration tubulaire permet d'équilibrer l'ensemble du système corps-esprit. Vous pouvez l'utiliser en tout lieu et à tout moment pour obtenir des résultats instantanés : contrôler les peurs et les phobies, se remettre rapidement d'un choc, ou dans des situations à forte énergie où une action décisive est nécessaire et où le contrôle du stress est essentiel.

Eiriu Eolas
© eiriu-eolas.org
C'est la respiration tubulaire qui stimule le nerf vague, le cœur du système nerveux parasympathique - le propre "système anti-stress" du corps. Le nerf vague est le nerf calmant et relaxant qui va de votre cerveau à votre abdomen, se divisant en plusieurs branches qui atteignent votre gorge, votre cœur et tous vos viscères. Il est également appelé "le vagabond", car il erre dans tout votre corps. Lorsque vous respirez profondément à un rythme spécifique et que vous méditez avec Éiriu Eolas, ce nerf vagabond est activé et libère de l'acétylcholine, ce qui réduit la production de molécules inflammatoires comme les cytokines qui sont liées à toutes les maladies connues. Par exemple, l'inflammation du cerveau est liée à chaque humeur, comportement, attention, mémoire ou maladie dégénérative connus.

Le nerf vague améliore la neurogenèse (la création de tissu cérébral) en augmentant la production de facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF), qui est comme un super-fertilisant pour les cellules du cerveau. Il contribue à la réparation du tissu cérébral, mais aussi à la régénération des tissus dans l'ensemble de votre corps. Le BDNF joue un rôle important dans la plasticité neuronale, qui est essentielle pour l'apprentissage, la pensée et les fonctions cérébrales supérieures. La pratique d'Éiriú Eolas va donc permettre de relancer ou d'améliorer la neurogenèse et la neuroplasticité, des processus essentiels au maintien des fonctions cérébrales en vieillissant, mais aussi à la récupération après un traumatisme, à l'adaptation émotionnelle et à l'apprentissage.

Lorsque nous stimulons le nerf vague, nous produisons ce que l'on appelle le rythme sensori-moteur (RMS). Il s'agit d'un schéma activé dans le cortex pariétal qui est associé à un état de vigilance détendue, de concentration mentale et de conscience accrue. Les personnes qui présentent ce schéma montrent une amélioration du sommeil, de la digestion, de la pensée, de la mémoire, et leur cerveau devient beaucoup plus résistant aux crises. En outre, elles ont moins de fringales et de dépendances.

La stimulation du nerf vague libère également des hormones telles que la prolactine, la vasopressine et l'ocytocine. Ce sont des hormones anti-stress et de liaison sociale. L'ocytocine est connue sous le nom d'"hormone des câlins", il n'est donc pas étonnant que le nerf vague ait été appelé "nerf de la compassion". En fait, le nerf vague est entrelacé avec des réseaux neuronaux impliqués dans la communication pro-sociale et empathique, impliquant des groupes musculaires qui sont liés dans la prise en charge. L'ocytocine est intimement impliquée dans l'expérience de la confiance et de l'amour.

Pendant les exercices de respiration et la partie méditative du programme, plusieurs changements neurochimiques ont lieu. Les niveaux des hormones antistress GABA, mélatonine et sérotonine sont augmentés. Le GABA et la sérotonine sont des neurotransmetteurs qui nous rendent heureux, détendus et pacifiques. Les personnes souffrant d'anxiété, de crises de panique et d'insomnie ont de faibles niveaux de GABA. La sérotonine est nécessaire à une humeur heureuse, réduisant l'anxiété et l'irritabilité et nous aidant à dormir. La mélatonine est notre hormone naturelle de régulation du sommeil.

Toutes ces substances chimiques naturelles sont renforcées pendant Éiriú Eolas sans qu'il soit nécessaire de recourir aux médicaments prescrits par les grandes entreprises pharmaceutiques ! Pensez-y : elles n'agissent que parce qu'il existe dans notre corps des récepteurs qui se lient à elles. Si nous pouvons activer et réguler ces récepteurs nous-mêmes, consciemment, eh bien, qui a besoin de Big Pharma (l'industrie pharmaceutique) ?

Vous pouvez trouver le programme complet en ligne (activez les sous-titres dans la vidéo) :


Même si j'ai vu plusieurs dizaines de patients grippés en une seule journée, je n'ai jamais manqué un jour de travail. Je n'ai pas non plus peur du coronavirus. Il y a des choses assez horribles qui peuvent arriver à n'importe qui dans la vie, et le coronavirus n'en fait pas partie. Plus précisément, il y a des choses que vous pouvez faire pour mieux prendre soin de vous, de votre famille et de vos amis. Les patients, la famille, les amis et moi-même avons un protocole de base qui nous aide à combattre toute infection respiratoire : Soyez réaliste et restez calme !

A votre bonne santé,

Dr. Gaby

Références
  • ADHD Editorial Board. (2019, November 08). ADHD statistics. Retrieved November 09, 2019, from additudemag.com
  • Buyniski, H. (2019, June 19). 'Deaths of despair' soaring among gen z & millennials: 'it's the economy, stupid'. Retrieved November 19, 2019, from RT.com
  • Cohen, S., Janicki-Deverts, D., Doyle, W. J., Miller, G. E., Frank, E., Rabin, B. S., & Turner, R. B. (2012). 'Chronic stress, glucocorticoid receptor resistance, inflammation, and disease risk'. Proceedings of the National Academy of Sciences, 109(16), 5995-5999. doi:10.1073/pnas.1118355109
  • Durden, T. (2019, June 21). 'Something isn't right in the "greatest economy ever" as American suicide rates Hit WWII levels'. Retrieved November 07, 2019, from ZeroHedge.com
  • Edwards, E. (2019, June 12). 'U.S. death rates From suicides, alcohol and drug overdoses reach ALL-TIME HIGH'. Retrieved November 19, 2019, from nbcnews.com
  • Hoffower, H. (2019, June 04). 'Depression is on the rise among millennials, but 20% of them aren't seeking treatment - and it's likely because they can't afford it'. Retrieved November 06, 2019, from businessinsider.com
  • Kyodo. (2019, March 22). 'Suicide now leading cause of death among children aged 10 to 14 in Japan'. Retrieved November 07, 2019, from japantimes.co.jp
  • Mazzei, P. (2019, January 14). 'Opioids, car crashes and Falling: The odds of dying in the U.S.' Retrieved November 19, 2019, from nytimes.com
  • Miller, G. E., Chen, E., Sze, J., Marin, T., Arevalo, J. M., Doll, R., . . . Cole, S. W. (2008). 'A functional genomic fingerprint of chronic stress in humans: Blunted glucocorticoid and increased nf-κb signaling'. Biological Psychiatry, 64(4), 266-272. doi:10.1016/j.biopsych.2008.03.017
  • NHS Digital. (2019, October 09). 'Antidepressants were the area with largest increase in prescription items in 2016'. Retrieved November 06, 2019, from digital.nhs.uk
  • RT. (2016, July 8). '20 veterans committed suicide every day in 2014 - study'. Retrieved November 07, 2019, from RT.com
  • Segura, G. (2013, April 22). 'Mass nervous breakdown: Millions of Americans on the brink as stress pandemic ravages society'. Retrieved November 06, 2019, from Sott.net
  • University of California, Irvine (Ed.). (2008, March 13). Short-term stress can affect learning and memory. Retrieved October 25, 2019, from sciencedaily.com
  • UNODC. (2019, June 26). 'United Nations office on drugs and crime'. Retrieved November 19, 2019, from unodc.org
  • Vibes, J. (2018, June 09). 'Multiple studies show disturbing trend of child suicide rates exploding when school starts'. Retrieved November 07, 2019, from thefreethoughtproject.com
  • Winerman, L. (2017, November). 'By the numbers: Antidepressant use on the rise'. Retrieved November 06, 2019, from apa.org. American Psychological Association, Vol 48, No. 10