Des décisions politiques et sociales radicales ont été prises aux États-Unis et dans le monde entier quant aux mesures de quarantaine d'urgence et pour d'autres mesures qui restes à adopter. Dans de nombreux cas, les mesures radicales et sévères, telles que la fermeture de l'économie mondiale, sont justifiées par les projections de morbidité du cas COVID-19 pour l'avenir. S'il est une personne qui est le visage de la stratégie actuelle de lutte contre le coronavirus à Washington, c'est bien le directeur de l'Institut National Américain des Allergies et des Maladies Infectieuses (NIAID) du groupe des Instituts américains de la santé (NIH), le Dr Tony Fauci. Ce que les grands médias omettent commodément de mentionner dans leur discussion sur le rôle de Fauci est son histoire très controversée et conflictuelle depuis qu'il a rejoint le NIAID en 1984, au début de la panique du sida. Son rôle jette alors une lumière enrichissante sur ses actions remarquables et très controversées aujourd'hui.
bush jr Fauci medal of freedom
© Karen Bleier/AFP/Getty Images
En 2008, le président américain George W. Bush remet la Médaille présidentielle de la liberté à Fauci "pour ses efforts déterminés et agressifs pour aider les autres à vivre plus longtemps et en meilleure santé".
Tony Fauci, membre éminent du groupe de travail de la Maison Blanche sur le coronavirus, est présenté par les principaux médias américains tels que CNN, MSNBC ou le New York Times comme le grand expert de tout ce qui concerne l'épidémie de Covid19. Il a qualifié "d'anecdotiques" les efforts du président pour promouvoir un médicament connu contre la malaria comme traitement des patients atteints de coronaropathies graves, alors que sept ans auparavant il avait soutenu le même médicament. Il a publiquement pris les projections d'un institut créé dans l'État de Washington par la Fondation Gates, la même fondation qui possède virtuellement l'OMS et détient des participations importantes dans les principaux fabricants de vaccins, pour affirmer que jusqu'à 200 000 Américains pourraient mourir de COVID19. Fauci a déclaré que COVID19 est "probablement environ 10 fois plus mortel que la grippe saisonnière", ce qui signifierait 300-600 000 décès dus au coronavirus cette année, au même moment, dans une revue médicale respectée, il a comparé la morbidité du COVID-19 à celle de la grippe saisonnière. Lorsqu'on lui a demandé combien de temps l'arrêt d'une grande partie de l'économie américaine devait durer, M. Fauci a répondu uniquement lorsqu'il n'y a aucun nouveau cas positif au test Covid19, ce qui est impossible étant donné les tests défectueux. Il a également soutenu les tests directs sur l'homme de nouveaux vaccins sans tests préalables sur les animaux, y compris avec des vaccins radicaux non testés à base de gènes d'ARNm.

M. Fauci a plus d'influence sur la politique nationale américaine concernant la pandémie sans précédent de Covid-19 que quiconque, y compris le président. La plupart des médias le traitent avec admiration comme un scientifique irréprochable, l'un des meilleurs au monde. Un examen plus approfondi de la carrière d'Anthony Fauci donne une image radicalement différente, très alarmante en fait.

Le tsar du SIDA de l'Amérique

Tony Fauci a occupé le poste le plus élevé du NIAID à Washington pendant 36 ans. Aujourd'hui, à 79 ans, il a largement dépassé l'âge de la retraite et dirige les fonds qui permettent de déterminer quelles entreprises pharmaceutiques ou quels chercheurs universitaires recevront ou non de précieux fonds du gouvernement sur le budget annuel de 5 milliards de dollars du NIAID.

robert gallo aids coronavirus fauci

Dr Robert Gallo
Revenons en 1984, lorsque Fauci a été nommé à la tête du NIAID pendant l'ère Reagan. Cette année-là, un chercheur travaillant sur le sida, Robert Gallo, sous la direction de Fauci, a tenu une conférence de presse pour annoncer qu'il avait "découvert" le virus du sida. Il a déclaré qu'il s'agissait du virus de l'immunodéficience humaine. L'annonce choquante qui a fait le tour du monde, s'est faite au mépris total des procédures scientifiques concernant les preuves scientifiques publiées préalablement et évaluées par des pairs, y compris les analyses au microscope électronique requises. C'était un cas de "science par conférence de presse", comme l'a décrit un scientifique critique, le professeur Peter H. Duesberg. Duesberg était un chercheur primé de Berkeley qui a isolé le premier gène du cancer grâce à ses travaux sur les rétrovirus en 1970, et a cartographié la structure génétique de ces virus.

Pour Gallo et Fauci, cela n'avait pas d'importance car des millions de dollars de fonds de recherche ont été versés au NIAID pour la recherche sur le nouveau virus, le VIH. Fauci et Gallo ont affirmé que le sida était très contagieux, notamment par transmission sexuelle, en particulier chez les hommes homosexuels. Notamment, avant que Gallo ne prétende avoir trouvé le virus HIV du SIDA, le NIAID avait fait des recherches sur le rôle des substances médicamenteuses, poppers ou nitrites, immunosuppresseurs avérés, dans la mort des premiers malades du SIDA. Ces travaux ont rapidement été abandonnés au profit de la recherche d'un "remède" pour le sida. Les médias ont ainsi appris que le sida était la "menace du siècle pour la santé publique". Gallo a ensuite gagné des millions grâce à son test sanguin breveté pour le VIH, malgré le fait que le test donnait souvent de faux positifs et ne testait pas directement le virus présumé mais les anticorps actifs, ce que la pratique de l'immunologie disait ne pas être valable, car les anticorps suggéraient simplement une réponse d'infection passée et pas nécessairement la présence du VIH. À cette époque, dans les années 1980, Fauci était responsable de la recherche sur le sida au NIAID, un poste qu'il occupe toujours.

Faux tests ?

La question des tests de dépistage du VIH/sida est centrale. Alors qu'un monde effrayé réclamait un test, Gallo et Fauci ont fait la promotion de leurs tests de détection d'anticorps profondément défectueux. En 2006, Gallo a déclaré : "Les tests de dépistage du VIH étaient très précis dès leur mise au point en 1984 et sont devenus beaucoup plus précis au fil du temps...". Très précis en 1984, mais plus précis que très précis au fil du temps ? Gallo a ajouté en réponse aux critiques, "Un test PCR pour la présence du virus lui-même peut déterminer avec précision le statut VIH d'un enfant".

Dans une vive réfutation des affirmations de Gallo, affirmations approuvées par Fauci et le NIAID ainsi que par le CDC, Roberto A. Giraldo, MD et Etienne de Harven, MD, le scientifique qui a produit le premier micrographe électronique d'un rétrovirus, ont souligné que les deux tests ELISA et Western blot, ainsi qu'un test génétique, le PCR ou "Viral Load test", les deux principaux tests utilisés pour déterminer si une personne a le SIDA, sont invalides. "Aucun de ces tests ne détecte le virus VIH lui-même, ni les particules de VIH". Ils ajoutent qu'il existe "plus de 70 conditions différentes documentées qui peuvent faire que les tests d'anticorps réagissent positivement sans infection par le VIH". Parmi les cas faussement positifs, on trouve la grippe, le rhume, la lèpre ou l'existence d'une grossesse. Les mêmes tests sont utilisés aujourd'hui pour déterminer la présence du SRAS-CoV-2.

Ils ont conclu,
"Le fait qu'après 25 ans de recherche intensive, le VIH n'ait été ni isolé ni purifié en termes de virologie classique nous indique que la vision infectieuse du SIDA comme une maladie virale contagieuse est basée sur un microbe apparemment inexistant !
Giraldo et de Harven ont déclaré : "La prétendue existence du VIH a été affirmée à partir de l'étude des protéines, de l'activité de la transcriptase inverse (RT) et des fragments d'ARN qui ont été trouvés dans les surnageants de culture, et non à partir de l'analyse directe de particules virales purifiées". Le CDC exige un test de détection des anticorps positifs pour le VIH afin de déterminer l'existence du sida aux États-Unis. Pourtant, en Afrique, depuis 1985, l'OMS n'exige aucun test de dépistage du VIH ni aucun autre test de laboratoire. Il s'agit simplement des symptômes du patient qui peuvent inclure une perte de poids, une diarrhée chronique, une fièvre prolongée, une toux persistante et autres, symptômes endémiques de la pauvreté chronique, de la malnutrition et du manque d'hygiène.

Pourtant, cette fraude a façonné la carrière de Tony Fauci pendant plus de 35 ans. En tant que directeur du NIAID, Fauci a pris des millions à la Fondation Bill & Melinda Gates ainsi qu'à la Fondation Clinton, ainsi que des dizaines de milliards aux contribuables américains pour cette recherche bidon. De façon suspecte, l'article de Giraldo et de Harven de 2006 a été soudainement rétracté par le journal en 2019, juste avant l'épidémie de coronavirus de Wuhan.

Malgré le fait qu'il connaissait les règles établies de la virologie, Fauci, en tant que chef du NIAID, a recommandé la chimiothérapie Burroughs Wellcome, l'AZT comme "médicament préventif" pour les patients diagnostiqués séropositifs même sans symptômes ! Burroughs Wellcome a donné au NIAID l'étude qui était délibérément biaisée pour l'AZT. Fauci a même soutenu l'AZT pour les femmes enceintes malgré le risque grave pour le fœtus. Une des caractéristiques de la grossesse chez toutes les femmes est un niveau plus élevé d'antigènes, car le système immunitaire naturel combat toute infection pour protéger le fœtus. Il a été prouvé que l'AZT ou le Retrovir, un médicament contre la leucémie qui a échoué, est un médicament hautement toxique. Il a été approuvé pour le dépistage du sida en un temps record de 5 jours par Fauci et le gouvernement américain en 1987. Aujourd'hui, malgré plus de trente ans de recherche financée et des milliards de dollars, il n'existe aucun vaccin efficace contre le VIH/SIDA.

Fauci et Gilead

Selon les personnes qui ont étudié le rôle de Tony Fauci à la tête du NIAID, il s'est concentré sur ce que l'on appelle le réductivisme scientifique, décrit comme "une théorie monogame du 19ème siècle pour un réseau complexe de facteurs qui a fait s'effondrer le système immunitaire d'un sous-ensemble d'hommes homosexuels au début des années 1980". Il a refusé d'explorer la documentation selon laquelle une variété de drogues mortelles et d'autres toxines telles que les nitrites pourraient jouer un rôle. En conséquence, il a gaspillé des dizaines de milliards de dollars de l'argent des contribuables depuis 1984 pour des expériences sans issue. L'une des plus viles a été sa collaboration avec Gilead Sciences.

Non content d'avoir mis au point un test faussement positif pour le sida et d'avoir obtenu l'approbation accélérée de la FDA pour l'AZT afin de traiter les patients séropositifs présentant des symptômes de maladie grave, Fauci a décidé de collaborer avec Gilead (comme dans le "baume de Gilead" biblique) sur ce qui a été appelé les expériences PrEP.

azt gilead science fauci
© AP Photo/Jeff Chiu, File
Fauci a fait la promotion de la Truvada (AZT) comme prophylactique contre le virus du SIDA
En 2007, Fauci a commencé à financer les essais cliniques des médicaments AZT sur les "négatifs" du VIH, en partant de la théorie que la chimiothérapie les "protégerait" de devenir "positifs". En d'autres termes, il s'agit de tester des médicaments toxiques contre le VIH sur des personnes par ailleurs en bonne santé pour "s'assurer" qu'elles ne contracteront jamais le sida. Si cela semble fou, ça l'était. Gilead a fourni le médicament, Truvada, au NIAID entre 2007 et 2012 pour les tests humains de phase III sur des sujets séronégatifs. Quatre tests ont été effectués sur au moins 2 000 et jusqu'à 5 000 sujets chacun. Le projet a été appelé "prophylaxie pré-exposition" ou "PrEP". Des sujets en bonne santé ont reçu des doses de Truvada, un médicament de chimiothérapie, dans l'espoir qu'il puisse les empêcher un jour de devenir séropositifs. Le CDC, dans sa recommandation de mai 2014, a exhorté les médecins à prescrire le Truvada pour les sujets négatifs dans les groupes dits "à risque", une imprimatur officielle du gouvernement pour un médicament extrêmement rentable.

La FDA a ignoré deux des quatre tests Truvada qui avaient échoué et a été interrompu. Malgré cela et en raison de la manipulation des données par le NIAID de Fauci et Gilead, la FDA a approuvé le dangereux Truvada pour la PrEP. Aujourd'hui, Gilead énumère les effets secondaires du Truvada : Problèmes rénaux, notamment insuffisance rénale ; aggravation de l'hépatite B ; trop d'acide lactique dans le sang (acidose lactique), ce qui peut entraîner la mort ; graves problèmes de foie, ce qui peut entraîner la mort ; problèmes osseux. Ils affirment que Truvada "peut aider à réduire le risque de contracter le VIH-1 lors de rapports sexuels, lorsqu'il est pris tous les jours et utilisé en même temps que des pratiques sexuelles à moindre risque".

L'escroquerie Fauci-Gilead qui consiste à promouvoir Truvada pour que les personnes en bonne santé "réduisent le risque" de VIH est un indicateur du niveau de faute médicale et, dans certains cas, d'abus criminel évident de la santé humaine que représente l'actuel gourou du coronavirus de la Maison Blanche, A. Fauci.

Fauci et COVID-19

En octobre 2019, Fauci et son NIAID ont obtenu 100 millions de dollars de la Fondation Gates pour développer des thérapies "basées sur les gènes" pour le VIH et la drépanocytose. Cela signifie qu'à l'époque des premières allégations concernant un nouveau coronavirus à Wuhan, en Chine, Fauci faisait encore la promotion d'une fraude de 35 ans autour du VIH. Fauci fait également partie de la cabale de la Fondation Gates. En 2012, Fauci a été nommé l'un des cinq membres du Conseil de direction du Plan d'action mondial pour les vaccins créé par la Fondation Gates.

Cela est très pertinent pour son rôle actuel de "pape" du coronavirus de l'administration Trump. Son NIAID ou tout autre laboratoire dans le monde a-t-il rigoureusement, à l'aide de la microscopie électronique, isolé et purifié des échantillons de patients testés positifs au CoV-2 du SRAS pour le Covid-19 ? Ou bien les preuves du virus sont-elles aussi défectueuses que celles que Fauci et la clique du sida ont faites pour le VIH ?

En outre, le NIAID travaille avec Gilead pour mener des essais de phase II sur l'homme avec le médicament de Gilead, le remdesivir, comme traitement potentiel pour les patients adultes hospitalisés diagnostiqués avec le COVID-19.

Une coïncidence ?

Il est également pertinent de noter que tous les principaux conseillers scientifiques du groupe de travail du président américain sur COVID-19 sont liés depuis des décennies à la recherche bidon et destructrice sur le VIH/sida et à la propagation de fausses théories. Aux côtés de Tony Fauci du NIAID se trouve Deborah L. Birx, M.D., désignée par Obama comme coordinateur américain de la lutte contre le sida dans le monde, qui a travaillé sous la direction de Tony Fauci au NIAID de 1983 à 1986.

Dr. Deborah Birx
© Anna Moneymaker/The New York Times
Dr. Deborah Birx
Robert Redfield est l'actuel directeur des Centers for Disease Control and Prevention, centre du récent scandale des tests pour les coronavirus. Redfield a cofondé avec le discrédité Robert Gallo, ancien collègue de Fauci dans les scandales du SIDA du début des années 1980 au NIH, l'Institut de virologie humaine basé à l'Université du Maryland. Redfield et Birx ont également coécrit de nombreux articles scientifiques sur de prétendus vaccins contre le VIH, dont aucun n'a été efficace.

Robert Redfield CDC Fauci Aids boondoggle

Dr. Robert Redfield, directeur des "Centers for Disease Control and Prevention"
Fauci, Birx et Redfield, tous trois complices incestueux des fraudes et des malversations liées au VIH/sida, ont aujourd'hui l'avenir non seulement de la santé publique américaine, mais aussi de toute l'économie mondiale entre leurs mains. La situation n'est pas bonne. Comme le montrent leurs travaux sur les fraudes avérées en matière de VIH/SIDA, les tests de dépistage du coronavirus ne prouvent en aucun cas la présence d'un virus mortel chez un patient. Si tel est le cas, il s'agit peut-être de la plus grande fraude criminelle de l'histoire médicale.
F. William Engdahl est consultant en risques stratégiques et conférencier, il est titulaire d'un diplôme en politique de l'université de Princeton et est un auteur à succès sur le pétrole et la géopolitique, exclusivement pour le magazine en ligne "New Eastern Outlook".
Traduction Sott.net
Source : F. William Engdahl, New Eastern Outlook