YouTube a censuré une vidéo virale affirmant que le Dr Fauci fait de la « propagande absolue » sur le COVID-19.

Une chose qui devrait être parfaitement claire maintenant, c'est que quiconque exprimant la moindre pensée, opinion ou spéculation qui conteste les récits officiels concernant le COVID-19 sera rapidement réduit au silence par la Silicon Valley, sous le prétexte de protéger le public - auquel on ne peut apparemment pas faire confiance pour absorber des informations et se forger sa propre opinion.

Judy Mikovits

Judy Mikovits
L'exemple le plus récent de discours censuré car ne se conformant pas à la doxa est un nouveau documentaire réalisé par Mikki Willis, Plandemic (sortie à l'été 2020), dans lequel figure Judy Milkovits, ancienne chercheuse sur la fatigue chronique, qui affirme que le Dr Anthony Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), fait de la « propagande absolue » sur le COVID-19.

Dans cette vidéo, Mikovits affirme que Fauci a fait de la propagande qui a conduit à la mort de millions de personnes dans le passé. Elle s'interroge également sur la façon dont les décès liés au COVID-19 sont comptabilisés.

Cependant, l'un de ses plus grands reproches envers Fauci remonte aux batailles pour le crédit sur la découverte du VIH au début des années 1980.

Dans la vidéo, Mme Mikovits affirme avoir isolé le VIH dans la salive et le sang de patients en France, ajoutant que Fauci a tout fait pour freiner les recherches afin qu'un ami puisse s'en attribuer le mérite, ce qui a permis au virus de se propager.

Le site YouTube joue actuellement au jeu de la taupe avec une vidéo promotionnelle de 25 minutes du documentaire - vidéo devenue virale - supprimant les nouvelles versions apparemment aussi vite qu'elles apparaissent. La version originale a été vue plus de 1,6 million de fois lorsqu'elle a été censurée.

Dépêchez-vous de la regarder avant qu'elle ne disparaisse dans les limbes (sous-titres en français automatiques) :

[Mise à jour : la vidéo a été supprimée... ils sont rapides !]


En back-up, version archivée par nos soins (sous-titres anglais uniquement) :


Comme l'a noté Jessica McBride du site Heavy, le nouveau livre de Mikovits, Plague of Corruption (préfacé par Robert Jr. F. Kennedy), est actuellement noté 4,5 / 5 sur Amazon.

Mme Mikovits affirme avoir publié une étude « à succès » qui a révélé que « l'utilisation commune de tissus fœtaux animaux et humains déclenchait des fléaux dévastateurs de maladies chroniques » et que les « larbins de la grande industrie pharmaceutique » lui faisaient la guerre pour détruire sa « réputation, sa carrière et sa vie personnelle ».

Dans le documentaire Plandemic, Mme Mikovits affirme en outre que les brevets donnent lieu à des conflits d'intérêts, et elle critique le concept de vaccination de masse. « Ils vont tuer des millions de personnes, comme ils l'ont déjà fait avec leurs vaccins », dit-elle, ajoutant qu'elle n'est pas anti-vaccins. Elle affirme que les stratégies contre le COVID-19 incluent une incitation financière à ne pas utiliser de remèdes naturels, afin de pousser les gens à se faire vacciner.
Mikki Willis : « Apparemment, leurs tentatives pour vous faire taire ont échoué. et je dois demander : comment pouvez-vous vous exprimer ici avec assurance et interpeller ces géants de la santé sans craindre pour votre vie ? »

Le Dr Mikovits : « Parce que si nous n'arrêtons pas cela maintenant, nous pouvons non seulement oublier notre république et notre liberté, mais nous pouvons également oublier l'humanité, car ce programme nous tuera. »
À PROPOS DU DOCUMENTAIRE
L'humanité est emprisonnée par une pandémie meurtrière. Des gens sont arrêtés pour avoir surfé dans l'océan et médité dans la nature. Les nations s'effondrent. Les citoyens affamés font des émeutes pour obtenir un peu de pain. Les médias ont généré tellement de confusion et de peur que les gens implorent le salut qui sera délivré dans une seringue. Des milliardaires propriétaires de brevets font pression pour des vaccins obligatoires à l'échelle mondiale. Quiconque refuse de se faire injecter des poisons expérimentaux se verra interdire les voyages, l'éducation et le travail. Non, ce n'est pas un synopsis pour un nouveau film d'horreur. C'est notre réalité actuelle.

Revenons sur la façon dont nous en sommes arrivés là...

Au début des années 1900, le premier milliardaire américain, John D. Rockefeller, a acheté une société pharmaceutique allemande qui aiderait plus tard Hitler à mettre en œuvre sa vision basée sur l'eugénisme en fabriquant des produits chimiques et des poisons pour la guerre. Rockefeller voulait éliminer les concurrents de la médecine occidentale, il a donc soumis un rapport au Congrès déclarant qu'il y avait trop de médecins et d'écoles de médecine en Amérique et que toutes les modalités de guérison naturelles étaient du charlatanisme non scientifique.

Rockefeller a appelé à la normalisation de l'enseignement médical, selon laquelle seule son organisation serait autorisée à accorder des licences médicales aux facultés de médecine américaines. C'est ainsi qu'a commencé la pratique des médicaments immunosuppresseurs, synthétiques et toxiques. Une fois que les gens étaient devenus dépendants de ce nouveau système et des drogues addictives qu'il fournissait, le système est passé à un programme payant, créant ainsi des clients à vie pour les Rockefeller.

Aujourd'hui, les erreurs médicales sont la troisième cause de décès aux États-Unis. L'arme secrète de Rockefeller pour réussir était la stratégie connue sous le nom de « solution-réaction-problème ». Créez un problème, augmentez la peur, puis proposez une solution pré-planifiée. Ça vous rappelle quelque chose ?

Avance rapide : 2020... Ils l'ont appelé COVID19. Nos dirigeants de la santé mondiale ont prédit que des millions de personnes mourraient. La garde nationale a été déployée. Des hôpitaux de fortune ont été construits pour traiter un afflux massif de patients. Des fosses communes ont été creusées. Des reportages terrifiants ont incité les gens à s'isoler pour éviter tout contact.

Le plan se déroulait avec une précision diabolique, mais les maîtres ès Pandémie ont sous-estimé une chose... le peuple. Les professionnels de la santé et les citoyens partagent chaque jour des informations cruciales en ligne. Les pontes de Big Tech ont ordonné que toutes les voix dissidentes soient réduites au silence et bannies, mais il est trop tard. Les masses endormies sont réveillées et conscientes que quelque chose ne va pas. La quarantaine a fourni l'élément manquant : le temps. Soudain, nos citoyens surchargés de travail ont amplement le temps de faire des recherches et d'enquêter par eux-mêmes. Une fois qu'on a vu, on ne peut plus fermer les yeux.

La fenêtre d'opportunité est ouverte comme jamais auparavant. Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, nous avons l'attention du monde entier. Plandemic dévoilera l'élite scientifique et politique qui dirige l'escroquerie qu'est notre système de santé mondial, tout en établissant un nouveau plan ; un plan qui permettra à l'humanité tout entière de renouer avec les forces de guérison de la nature. 2020 est le code d'une vision parfaite. C'est aussi l'année qui entrera dans l'Histoire comme le moment où nous avons enfin ouvert les yeux.
Sources : Aube Digitale, Heavy, Plandemicmovie